Happy Scribe Logo

Transcript

Proofread by 0 readers
Proofread
[00:00:00]

Pour vous écouter RMC, messieurs, vos trois points suite à cette rencontre? L'important, l'important, c'est les trois points, soit l'essentiel.

[00:00:10]

C'est pourquoi nous rendons hommage justement à l'homme qui est porté en triomphe actuellement. Le petit Guy, parce que c'est vraiment sa victoire. Il est arrivé en début de saison. Encore une fois avec un gros renouvellement d'effectif. Chapeau à lui! De terminer troisième de la Liga, qui ne fait pas de lui. Et en plus de ça. Vainqueur d'une Coupe d'Europe. Une saison pleine. Ensuite, mon deuxième Français. Surprenant. Surprenant. Car quand tu vois le dispositif tactique, tu dis que tout va rouler pour eux.

[00:00:43]

Ils ont tout pour eux dans ce match. Ils marquent en premier et finalement, c'est très rare de voir l'Inter qui encaisse trois buts de la manière dont ils ont encaissé, surtout si on n'était pas habitué à ça. Et mon dernier point, c'est le club de Séville en général. C'est quand même un club assez particulier. Nombre de coupes d'Europe gagnées dernièrement? Respect. Bravo! On écoute. Le premier point, c'est la victoire d'un collectif. Damien parlait dans ces trois points de l'hôpital.

[00:01:11]

Oui, effectivement, on a vu une très belle équipe. Je pense que individuellement, ce n'est peut être pas la meilleure. Mais ils ont montré que le sens que le football est avant tout un sport collectif et c'est un très beau vainqueur d'une très belle Europa League. Deuxième point je suis obligé. Pas sympa mes joueurs chouchous des dix dernières années. C'était son dernier match en Europe voir Banega. Un gros match dans l'engagement et dans la motivation. Il a incarné l'âme de cette équipe sévillanes et je suis content pour lui.

[00:01:33]

Qui quitte l'Europe. Sur un dernier trophée européen est mon troisième point. J'en parlais en introduction. C'est un bien triste Bordeaux Nantes. Alors oui, il y a des applications, le match de reprise, premier match, etc. Mais ce qu'on a vu dans les intentions de jeu me laisse penser quand même que ces deux équipes risquent d'être un petit peu pénibles à suivre toute la saison. Merci Jonatan pour mes trois points.

[00:01:55]

Personnellement, moi, j'ai noté Antonios compter en plus, c'est à dire la première période. Globalement, on a la sensation qu'il est sur le point de gagner tactiquement son changement. Mais j'ai aussi noté comme deuxième. Je comptais en moins, c'est à dire qu'à la mi temps, le PT Guy a su gagner cette rencontre et compter n'a pas su lui s'adapter et se mettre au niveau de Lopez Théiers. Et puis quand même, quand même. Lyon, double buteur.

[00:02:18]

Pas un attaquant que j'aime, que j'aime beaucoup. Pas titulaire jusque là dans la Ligue 1 Angleterre. Aujourd'hui, un seul Marocain les effectivement et aujourd'hui, mais une magnifique tête plongeante et la deuxième tête. C'est quand même un bijou, sachant que j'ai toujours estimé que la tête était le geste le plus difficile du football. Chapeau à lui. Voilà pour les trois points. Plus globalement, messieurs, on parlait de Séville. C'est un point soulevé par Damien Jonatan.

[00:02:48]

On se fait cette remarque. C'est hallucinant de voir un club capable de remporter six fois cette compétition en aussi peu de temps. Alors, en fait, je trouve que c'est un super intéressante. Merci de me lancer là dessus parce que ça souligne une chose, une intelligence que certains clubs en Espagne ou au Portugal aussi, c'est de considérer l'Europa League comme une vraie Coupe d'Europe qui est une vraie belle ligne à un palmarès. Moi, je pense qu'un club, par exemple comme Lyon, aurait du déjà gagné une Europa League en terme d'accessibilité.

[00:03:16]

En terme de concurrence, je pense. Et c'est une Coupe d'Europe qui aurait dû déjà que Lyon aurait déjà gagné. Et c'est hyper important. Je trouve qu'un club comme ça, un beau club parce que c'est bien, c'est un beau club avec des beaux joueurs qui font quand même. Ils sont quand même actifs sur le marché de transferts quand ça montre que c'est pas une Coupe d'Europe au rabais. C'est vrai que les 6 titres au bout d'un an, ça veut dire quelque chose.

[00:03:41]

Et il y a un homme derrière tout ça aussi. Il y a le petit Guy Monchy qui est revenu, qui fait des recrues qui ont tout de suite, qui sont tout de suite intégré à l'équipe. Ouais, c'est le mot anglais. Ça a bien fonctionné très rapidement et mais cette Europa League? @Tom Globalement, ça a été comme dans un très bon niveau et toutes les équipes que l'on peut voir à partir des quarts de finale, ce sont des équipes qui ont été reversées de la Champion's League et c'est aussi représentatif que si tu finis pas dans les 2 3ème de ton championnat.

[00:04:18]

Des difficultés derrière aussi à attendre peut être un dernier carré d'Europa League. Est ce que vous entendez derrière moi? C'est le bruit du graveur sur la coupe de l'Europa League. On est en train de graver le nom de Séville, bien évidemment. Attends, tu disais. Lyon aurait dû gagner cette compétition depuis longtemps entre eux. La dimension, oui, bien sûr, mais je partage parfaitement cet avis, puisque je veux dire, c'est que les clubs français devraient probablement vraiment la jouer.

[00:04:48]

Aller à l'exception du Paris Saint-Germain, qui semble être taillé pour gagner la Ligue des champions. Est ce que les clubs français ne devraient pas, plutôt que de vouloir systématiquement bien figurer, comme on dit en Ligue des champions, en sachant qu'ils ne. Se concentrer à proprement parler sur sa torpeur, je pense que c'est important de bénéficier de la vitrine Ligue des champions pour exposer les joueurs. Tu les expose exposants, ça peut suffire en phase de poule. On l'a vu lundi.

[00:05:11]

Sulfate au trop. Jamais, jamais. Le PSG était a aucune équipe. Keisha Point, donc obligé de tomber contre des grosses équipes. Mais je pense qu'après finir 3ème, c'est quand même. Ça doit être un objectif, quoi. Alors je te dis pas si tu peux passer, évidemment, tu passes et tu fais faire une belle épopée comme Lyon. Mais je pense que cela vous donner l'opportunité d'être second de ton groupe de Champion's League. Tu vas pas dire tiens, je l'ai fait pour la gagner.

[00:05:37]

C'est difficile de le dire, mais je pense que moi, je préférerais que des clubs comme Lyon et Marseille termine troisième de leur groupe et soient reversés dans une compétition qui est vraiment à leur mesure. Est ce que l'UEFA n'aurait pas un peu rééquilibré les dotations? Et j'allais venir. J'allais venir et je pense que la Ligue des champions. Alors on salue un petit peu le fait que ça se soit plus ouvert, plus de pays qui soit représenté. Mais je pense que les dotations par pays devraient peut être être un petit peu plus restreintes.

[00:06:00]

D'accord, mais peut être rééquilibrer un peu plus. Oui, l'Europa League, un peu moins d'accord. Mais tu crois que parce que tu vas rajouter je sais pas, moi, un million d'euros ou 2 millions d'euros. Les clubs français qui vont passer des tours à moi, ça, je le pense. Je ne dis pas qu'ils ne vont pas pas. Simplement, il y'a des clubs qui pourront décemment se fixer en début de saison. Ça veut dire nous, on veut remporter le repli.

[00:06:21]

Si tu dis ça, quel type de club? Ce que je comprends pas. Les clubs ont déjà joué l'Europa League dès le départ ou les clubs qui sont aussi 2es. Moi aussi, moi aussi je regarde, ça m'intéresse. Si on prend l'exemple de Rennes cette année pour être, Wings aura lieu dans la Ligue Europa League et le figurais, même si on peut sortir des poules et même doper son compteur. Parce qu'en fait, ça leur donne raison.

[00:06:40]

Ils vendent chaque Postiga en fin de saison. Si tu vends un post-it, pour faire quoi? Pour finir quatrième? Ouais, voilà toi, c'est là. La différence est là, donc j'espère. J'espère sincèrement que les Rennais vont montrer un très beau visage et qu'ils pourront au moins terminé troisième ou éventuellement second de leur phase de poules et qu'ils vont faire les investissements pour mieux la jouer. Il y a une chose que je vois une remarque très juste sur les équipes qui étaient reversés, qui doit d'abord la championne.

[00:07:05]

Je pense quand même que l'Europa League a la décharge des clubs français. Il y a peut être deux ou trois choses à faire pour la rendre un peu plus attrayante et un petit peu moins fastidieuse, surtout au début phase de poules, peut être un petit peu trop longue pour savoir si les matchs concentré. On s'est pris de passion pour l'Europa League, plus que si on a vu le format habituel. C'est sûr, ça bloque. Je vous rejoins. C'est que le format actuel de cette Europa League aller jusqu'au mois, jusqu'au mois de mars.

[00:07:31]

En fait, te souhaite plus qu'autre chose. Voilà, messieurs, pour nous accompagner, pour débriefer. Ils sont là, ils se sont pimps, ils sortent de la télé. Ce sont nos drôles de dames. Bienvenue au Latuquoise.

[00:07:44]

Il est sobre, il est heureux, non? Je suis super content. Parce que parce que l'an dernier, parce que l'an dernier, Jue petite anomalie, je ne sais pas. N'ai pas été très bon. Ce n'est pas parce que l'an dernier, je n'ai pas fait de finale. Il en fallait qu'il fallait qu'il fallait dire non Badgad et là, Madigan, Hispaniola et en plus en jouant un très beau football. Bonsoir et accrochaient amis de la dépression.

[00:08:04]

Bonsoir, je vais voir arriver une finale. Justement, justement, on va commencer avec toi pour purger justement cette dépression et on finira sur le sourire enchanteur de Fred Vermelles. On va parler de compter. Moi, je l'avais mis dans mes 3 points en disant que là, il a commencé la rencontre en faisant les bons choix tactiques et à partir de la mi temps, il s'est planté alors que Lopes était gai là dessus, a su lui changer quelque chose à la mi temps pour gêner Milan.

[00:08:34]

Et ça, on n'a pas su le contrecarrer. Alors Chouffe, qu'il est dans les mêmes plans depuis le début de l'Europa League, c'est à dire bloc bas, on attend, sauf sur les phases de 6 mètres où là, il fait penser son plus haut. Ils ont leur boulot exactement. Et une fois que la première ligne de passée se entre guillemets, tous en défense avec un bloc bas. Là où on en fait compter perd la bataille tactique, il y a deux points qui me semble assez essentiel.

[00:08:56]

Le premier, c'est que sévit est intelligent, mais en panique sur sur Bojovic dans les sorties de balle. C'est à dire qu'à aucun moment, les Centraux ont pu toucher Brockovich, qui est la première rampe de lancement sur les sorties de balle. Là où l'Inter est incapable de le faire, notamment avec un marquage individuel sur Banega, qui était libre d'aller où il voulait et se balader comme il voulait entre les lignes et même en allant sur les côtés gênés et faire des 2+1 des deux contrats, par contre, les adversaires directs.

[00:09:17]

Et puis, la deuxième chose, c'est qu'il n'a pas réussi à. Je trouve que Sévillia était intelligent en écartant au maximum les centraux de l'intérêt à chaque fois. De à aller sur le côté et il y avait un joueur qui prenait la profondeur pour être entre eux. Avant, c'était entre Godinne et entre deux Devries. Et là dessus, il n'a pas su trouver de réponse. Et troisième chose comme joueur, on ajoute une troisième. C'est ces changements qui sont très tardifs, notamment Gagliardi, qui fait un match à Freux, mais vraiment, à première vue, au tirage de maillot sur le 3.

[00:09:44]

Voilà ce qui devait sortir déjà depuis 20 minutes, 30 minutes, etc. Qui passent totalement à côté Barella et qui ont freiné toutes les sorties de balle le Giardini. Si vous prenez Sitemap entre guillemets deux passes sur la finale, elles sont toutes vers l'arrière. Ce qui fait qu'il y avait. Verticalité dans le jeu de qui pourtant, d'habitude, une force braids, c'est aussi le succès de Lopes était Guiche. Pas du duel tactique avant tout. Avant tout.

[00:10:07]

Et on connaît toute l'histoire. Et pour ceux qui découvrent le foot ce soir, c'est quand même un type qui pleurait à la fin. Et dans sa tête, c'était le Mondial où il est viré deux jours avant le début. C'est LOréal, où il est viré au bout de quatre mois seulement. C'est sa belle revanche, quand même. Sincèrement, parce que le PT Gui, qui est un grand entraîneur, on l'a pas dit assez, qui avait une petite réputation de 12 heures avec ce qui s'est passé.

[00:10:30]

Mais il a été chanceux. Puis surtout, il avait été assez maltraité là ce soir. Tactiquement, c'est très fort parce que plus. Sincèrement, il n'était pas titulaire et ce soir, il rentre parce qu'il pense que la tête peut faire quelque chose. Et il met 2 buts de la tête. C'est à dire que ça aussi, il y a une recherche d'entraîneur. On dit on dit oui. Contait a étudié le match, on en parle beaucoup, mais le PT GUID aussi.

[00:10:54]

Là, il a beaucoup étudié les matchs, donc c'est la revanche de Lopez Taghit qui démontre enfin qu'il est un immense entraineur pour aller, en tout cas un grand entraîneur dans le sens de Fred Luc de Jong, que j'ai beaucoup suivi des Pays-Bas, sa saison au PSV, ses 16 buts sur 32 de la tête compétitions confondues et sur son passage au PSV, c'est 50 buts sur 112 de la tête. Je vous laisse imaginer qu'avant d'être un, mais justement, et donc le petit gars a été très bon.

[00:11:18]

Ensuite parce qu'il a tout de suite ciblé que toute façon, sa solution allait passer par des centres, par les côtés. Et c'est vrai que quand d'un côté, la base de recruter Reload, c'est vrai que tu sais qu'il va avoir des belles idées. Qu'est ce qu'il occasionneront? C'est la passivité de l'Inter dans le domaine aérien et les coups de pieds arrêtés dans un sketch au bout d'un moment. Ce qui est encore le plus dur, c'est de se dire que ta limitèrent qui a encaissé 3 buts et depuis quand ca se produit?

[00:11:46]

En un seul mot, est ce que le football italien va se remettre en question? Nous, en France, quand on a personne comme ça qui gagne, on dit on est à chier et que la Ligue1 est nulle. Est ce que la série va se poser cette question? Non, parce qu'au final, tu fais comme une finale. Non, non, tu diras pas ça. Et puis, il y a un changement qui est amorcé. Comme on voit des entraîneurs émerger, comme Gasperini, comme Roberto Zerbib Sassuolo.

[00:12:05]

Donc, le changement est en marche depuis quelques années. Il va falloir attendre que ça prenne correctement, que les projets se mettent en place parce que changer de propriétaire sans arrêt aussi, c'est une autre donnée du foot italien. Et j'étais passé le mot la Juve, la Juve, qui est un petit peu la vitrine du football italien. De toute manière, cette saison, c'était une saison. Erreur de casting. Très bonne entraineur, mais pas adapté. Il y a eu une déception.

[00:12:27]

C'est la Juve cette saison, mais c'était couru d'avance un petit peu. Un mariage n'allait pas provoquer un petit peu Saint-Vivien. Y cacher la misère ou non? Tu peux pas dire c'est la misère. Non, non, non, non. Quand tu joues, quand tu joues ce football là, tu cache pas la misère. Je le disais dans un acheteur là, avant le début de cette année, la Ligue des champions, cette fois, c'est la Ligue des Champions League Europa.

[00:12:48]

Je pense sincèrement que le niveau de compétitivité du championnat ne se voit pas avec la Ligue des champions, mais avec la Ligue Europa. Parce que dans tous les clubs, t'as un ou deux gros clubs qui peut gagner avec les Pays-Bas? Un championnat mettant tout le championnat ou un ou deux gros clubs avec de l'argent? Qui peut gagner la Ligue des champions? Là, c'est le quatrième. C'est un statut. C'est une équipe qui, à mon sens, représente ce qu'on aime du football espagnol.

[00:13:12]

Une bonne formation. Et puis puis un jeu à un jeu quand on recrute. Extraordinaire. Le jeu de Séville. C'est quand même, en gros, ce qui est en Espagne sur un jeu équilibré. On ne fait pas n'importe quoi défensivement, comme en Allemagne, par exemple, mais on met beaucoup de buts. Merci beaucoup, Fred, d'avoir été Rocroi dorte libéré. Yoann, tu reste un petit peu plus pour débriefer ce match à la TV. C'est ça aux gens de mon camp, à la télé, comme ça, tu vas à la télé et je me suis bien fait d'hélicos, de nouveaux.

[00:13:48]

Chroniqueur de Bordeaux, Valadon est toujours à Cologne pour faire vivre la remise du trophée et tout le protocole des médailles vient d'être effectué. Merci beaucoup, Fred. Très vite, Arnaud statua et un protocole assez classique. Voilà où aller perdant. Très triste à recevoir, la médaille des mains de Aleksandar savérer le président de l'UEFA. Et ça y est, c'est lui qui brandit le trophée. Ils l'ont tous embrassé, les joueurs de Sévillia, après avoir reçu leur médaille.

[00:14:11]

C'est pas le capitaine qui brandit le trophée dans un stade vide, évidemment, à Cologne. Et ce beau champion vainqueur de l'Europa League 2020 qu'est le FC Séville. Bravo! Résous Navas qui soulève le trophée et on parlait tout à l'heure des l'ouzo. Un peu de la réputation de Lopes était d'un côté une terre qui est pas mal. C'est Christian Eriksen. Il y a un peu plus d'un an, il perd la finale de Ligue des champions et là, aujourd'hui, il perd la finale de l'Europa League.

[00:14:39]

Et voilà les Sévillans vraiment heureux. On voit le président du FC Séville avec Roublev. Lopes était. Les confettis, il y a tout sauf le public pour cette célébration, cette joie et ce trophée brandi par le vainqueur 2020 de l'Europa League, le FC Séville. Merci de nous avoir fait vivre. Cette rencontre va accueillir. Qui est supporteur du FC Séville? 32 16, ça lui va comment ça va? Déjà un habitué. Un habitué de la hauteur.

[00:15:10]

On imagine en immense joie regarder des images que tu peux voir sur RMC Sport. Le bonheur de t'avoir? Peut être pas parce que j'étais persuadé que ce n'est pas fait comme ça. Voilà une équipe qui avait prévu depuis le recrutement que tu ponctionnées pour avoir envie de ressortir dans cette finale.

[00:15:45]

Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha!

[00:15:54]

Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Évidemment, ça, c'est sa marque de fabrique d'arriver à imprimer le rythme à une rencontre. Mais j'ai trouvé que dans l'engagement, dans le volume de jeu, dans les replis défensifs, il a été surtout énorme. Plusieurs fois, je l'ai vu au niveau de sa défense centrale. Revenir pour assurer la première relance et à la fois sur la même action arrivait à quand même être dangereux aux abords de la surface adverse.

[00:16:15]

Pour un joueur qui a une réputation de ne pas avoir de coffre, il a montré que surfons dans le match. Il clôture de la meilleure des manières sa carrière en Europe. Qui aurait pu être mieux? Qui aurait pleine mer avec un peu plus de sérieux lors de ses premières années en Espagne? Mais c'est un joueur magnifique et ça fait plaisir de le voir à %100. Un symbole aussi de revoir les yeux cristallins de Navas, comme lever, lever cette coupe.

[00:16:38]

Et petit à nouveau, lui qui a tout connu avec ce club et qui est aujourd'hui capitaine, c'est plus que chouette. On a vu également De Jong être extrêmement heureux. Tout à l'heure, il dansait avec cette coupe, forcément marquer deux buts dans une finale. J'imagine que c'est difficile de rêver mieux. Et puis Ocampos, qui était Français, va être un des Marseillais les plus malheureux soir de la finale contre l'Atletico. Là, il arrive à gagner un trophée européen.

[00:17:01]

Chapeau! Marc, c'est de bonne augure pour la construction du FC Séville. On l'a dit avec, beaucoup de choses ont changé. Il y a des cadres qui étaient partis. Est ce qu'on peut déjà se projeter sur l'avenir? Est ce est? Est ce que finalement, cette coupe est celle d'un début de cycle?

[00:17:16]

A chaque fois qu'on gagne l'Europa League 3. Il ne faut pas oublier l'Europa League. Il faut maintenant portant et après le mercato pour trouver une équipe capable de lutter pour graver dans les mains de Monti.

[00:17:47]

Il va y avoir de la tentation de vendre. J'espère qu'il va vers maintenant, qu'il va conserver cette équipe, aller sur plusieurs années. C'est ça le problème. Mais si c'est un problème au bout d'un moment, toi comme la base pour faire un truc exceptionnel en Ligue des champions et même au même moment dans la Liga. Et oui, c'est vrai qu'il va faire des découvertes, gagner l'Europa League et on peut rien lui reprocher. Et au bout d'un moment, tu veux passer le côté sportif.

[00:18:16]

L'enjeu, bien sûr, mais je pense que quand tu regardes, les mercato sévillans et notre auditeur confirmeront, affirmera. Il y a quand même. En général, c'est un, voire deux joueurs maxi partent. Et puis, on a toujours une palanquée qui arrive dans la palanquée. On a toujours des très bons coups jusqu'à des matchs. On va commencer à commenter un peu les mots et l'émotion des joueurs. On voit Rigolons, qui est au sol, vraisemblablement en visio avec sa femme.

[00:18:40]

La famille, peu importe qui, est littéralement en larmes. On a vu Vankleek, qui est habituellement le gardien titulaire de cette formation, qui était resté assis sur le podium, qui laissait les autres fêter cette victoire, lui qui était donc remplaçant pour cette rencontre puisque en Europa League, c'est B&W qui a d'ailleurs été exceptionnel sur l'ensemble de cette compétition, qui était titulaire. Et on l'a vu en discussion pendant une bonne minute avec le PT Gui. Et finalement, il a retrouvé le sourire.

[00:19:06]

Il a accepté et il est pas resté boudeur. Y'a vraiment quelque chose qui est en train de se passer du côté de cette formation de Séville. En tout cas, ce qui ressort de ces images qu'on est en train de voir sur RMC Sport. Merci beaucoup, Marc, d'avoir été avec nous. On laisse fêter ça tranquillement. Le respect, la distanciation. Et surtout, n'oublie pas. T'as pas le droit de mettre le maillot du Paris Saint-Germain si t'es sur la Canebière chaque t'es pas là bas, t'es plutôt en Moselle de lever ça.

[00:19:34]

Ouais, mais fallait juste mettre un tacle parce qu'il y a quand même des idées. Merci Bookmark d'avoir été avec nous, Ioane, pour parler un peu de cette formation, de cette formation italienne. Antonio Konté Ça commence à ressembler doucement mais sûrement au but. Il faut le Lauzerte au perdant. Magnifique? Oui et non. Parce que quand même, entre 2012 et. Quatre championnats avec deux sélections, ce n'est pas anodin non plus. Après, oui, effectivement, ce match là, il y a un peu pour lui.

[00:20:07]

Globalement, néanmoins, il faut aussi regarder d'où vient l'Inter. Oui, le travail accompli depuis le début de la saison. Il faut quand même regarder dans cette équipe. Il y a des joueurs qui peuvent s'estimer heureux d'être en finale de la Ligue Europa. Je pense à des joueurs assez moyen comme Gaël Giardini, comme D'Ambrosio, comme Coating, qui ressort de nulle part et qui fait globalement pas une bonne phase finale de la saison tout court. Une bonne saison et pas une bonne phase finale de l'Europa League.

[00:20:33]

Donc, il y a encore pas mal de boulot sur l'effectif de l'Inter. On sait que c'est ce qu'il veut, ce qu'il demande à ses dirigeants. Là, ce soir, il y a les regrets. A partir de demain, il y a une première réunion avec le président de Zang de l'Inter pour voir suite à la sortie de fin de championnat où il avait critiqué ses dirigeants. Le manque de moyens, le manque d'ambition. On verra comment ça va évoluer.

[00:20:52]

Mais c'est difficile de critiquer Antonio Cranté quand on prend la saison dans son intégralité et qui l'a très justement dit quand il prend l'Inter. l'Inter, c'est un club qui est en train de sombrer dans les allées, pas dans les oubliettes, mais vraiment dans les clubs moyens du championnat italien, totalement dépassé, que ce soit par les Napoli et surtout par le Napoli ces dernières années. C'est plus du tout une place forte du football italien. Et là, quand même, tu te dis que ils ont lutté jusqu'au bout, jusqu'au bout.

[00:21:15]

Ils sont quand même très bons moments avec la Juve en championnat. Je pense que si on avait dit ça aux supporteurs de l'Inter à la fin de la saison dernière, jamais il l'aurait cru. Là, ils font une finale de Coupe pour la première saison. Je pense que c'est quand même très, très solide qu'il a fait un bon début de cycle. Moi, ma seule interrogation, c'est qu'on sait compter est très bon pour démarrer des cycles. Est ce qui peut amener beaucoup plus loin cette équipe là?

[00:21:36]

Giquel, alors deux. Moi, je pense que si tu me dis est ce que Conté est capable de mettre en place un très beau projet de jeu et que l'Inter devienne une équipe frisson en terme de jeu sur la scène européenne? Je dirais non. Le projet de jeu, là? Oui, mais c'est forcément exceptionnel. Pas dans les canons de beauté. Tu vois auquel on peut s'habituer. Par contre, en revanche, si tu me dis on me demande est ce que compter est capable de refaire de l'Inter l'année prochaine?

[00:21:58]

Champion d'Italie? Beau parcours en Ligue des champions. Je te signe ça demain. Y a juste un truc quand même pour revenir sur l'ensemble de la saison, c'est que cette phase finale. Faut pas qu'elle efface tout ce qui s'est passé avant, et notamment en terme de jeu. l'Inter, c'est comme une équipe qui met 111 buts toutes compétitions confondues cette saison. C'est une équipe qui a dominé le Barça au Camp Nou. C'est pas le grand Barça, mais sur une mi temps, ils les ont trimballé.

[00:22:20]

Ils ont trimballés Dortmund aussi sur une mi temps en Ligue des champions et au match retour. Donc effectivement, c'est pas encore un top club. Je suis d'accord que sur cette phase finale de d'Europa League, il y a eu clairement un projet qui a été défini et c'est d'ailleurs pour ça que Bodin's joue. C'est parce que ses bloc bas et il faut contrôler et jouer verticalement sur le kakou. OK, c'est pas hyper ambitieux en soi pour autant. Sur le reste de la saison, il y avait quand même des choses à voir compter.

[00:22:43]

C'est pas l'entraineur le plus incroyable en terme de d'esthétisme dans le football, encore que ça se discute. Mais c'est pas un entraineur qui a été inspiré par Cruyff. C'est un entraîneur qui a été inspiré par Trapattoni. Donc ca a été entraîné par Lippi qui a gagné avec Lippi. Donc ça vous donne un peu l'ADN de cet entraîneur là. Ça sera jamais un Guardiola. Ça sera jamais un Roberto deservice à jamais, un Gasperini qui va toujours s'adapter à l'opposition et à l'adversaire qu'il aura.

[00:23:08]

Enfin un entraineur qui fait progresser les joueurs. Prenez D'Ambrosio il y a deux ans et D'Ambrosio aujourd'hui prenait à l'exception de Chaz. Les derniers repreniez s'enchainent aujourd'hui. Prenez à coup les dernières. Prenez Lucas aujourd'hui, on est Galliard ordinis même n'est pas bon cette saison, mais il est encore Glickman meilleur que la saison d'avant. Y'a pas un jour Ashley Young qui est à la cave United. Il revit sous conté. Il y a plein de joueurs qui ont progressé, donc quelque part, c'est aussi la marque d'un entraîneur.

[00:23:30]

Mais il a réussi. Mais la frustration peut être là aussi, justement. Bien sûr que quand tu vois ce dont ils ont été capables lors de la phase de septembre en Ligue des champions, en Ligue des champions, je me souviens des buts. Je regardais les matchs de l'Inter uniquement pour voir le jeu offensif de balade contée dans les commentaires, alors que pour te dire que c'était était tellement attrayant à regarder. Et c'est vrai qu'il est retombé dans plus de pragmatisme encore une fois.

[00:23:58]

Après, c'est encore le match qui va gagner contre le Shakhtar. Master places tactiques. Il n'y y'a pas de problème là dessus et on est le premier à le reconnaître. Le 5 0 est très flatteur, mais le 5 0, oui, mais aussi parce les individualités pour exploiter les joueurs. Mais c'est vrai que je termine rapidement. Mais c'est vrai que avec les joueurs qu'ils avaient, on aurait tellement aimé voir des gars précisant que t'a donné le Barça, quelle équipe, quel jeu il a?

[00:24:26]

Il a produit Barça, Dortmund, c'était. C'était dur à regarder. Je pense vraiment freiné dans l'élaboration du jeu. C'est le milieu de terrain. La blessure de Sensee, qui a amené un joueur merveilleux quand il a ballon, vient rejoindre Andréas, qui nous a appelé au 30/2. Salut André!

[00:24:40]

Un supporteur de l'Inter Buanderies recommença de Lyon pour la première fois.

[00:24:51]

Elle est sur n'imaginerait beaucoup de lieux. Beaucoup, beaucoup déçu du flop trop bas, bloques pas en jouant sur les contres.

[00:25:10]

Comment tu montes? Comment tu la marque? Le but du jeu est très technique et comment tu vas marquer des buts.

[00:25:17]

Le penalty, juste avant de répondre Si tu peux juste baisser la radio qui est derrière toi va voir l'éteindre parce que ça te facilitera pourparler. Et puis on entendra mieux, du coup.

[00:25:28]

Du coup, la question de Damien sur les choix techniques de compter, je te disais les opportunités que tu que l'Inter a eu ce soir, aussi bien le pénalty concédé par Diego Carlo. Toi viennent aussi du fait. Ensuite, le face à face que culotte courte contre contre nous. Toi, c'est l'Inter qui est bloc bas et les meilleures opportunités de l'Inter. Et contre le Shakhtar, c'était la même chose. C'est du pragmatisme. Encore une fois, ça, ça nous embête.

[00:25:59]

C'est pas beau, mais c'est efficace. Normalement, la vraie déception, Andréane.

[00:26:03]

Je pensais surtout sur le but de prendre des buts à chaque fois sur le jeu aérien, et ça à des joueurs venant de Milan avec lesquels je n'ai pas trouvé la meilleure défense, que ce soit au dernier match avant le début du match. Un match très compliqué.

[00:26:41]

Merci beaucoup, Andria, d'avoir été avec nous. On respire. On a l'impression que l'Inter est au début d'un cycle qui devrait l'emmener vers peut être pas des sommets, mais en tout cas vers des belles saisons à venir et mettre fin aux années de disette. Merci beaucoup. Andrea a très bien tournant.

[00:27:00]

Tu reviens quand tu veux remporter la période? Oui, ben oui, on imagine que tu as supporte le Torino. J'espère remporter la série, mais ça n'arrivera pas. C'est comme ça.

[00:27:10]

Merci beaucoup Andriat. Rapidement, ça va se raconter. C'est facile de critiquer des choix tactiques à la fin du match. Oui, on a reconnu qu'il s'est pas adapté en cours de partie à ce qu'il pouvait proposer le petit guide. Mais les choix initiaux tactiques de compter sont dans la lignée de ce qu'ils proposent. Jusqu'à maintenant étaient les bons Memphré. Merci beaucoup Yann Crochet d'avoir été êtes une excellente soirée. Et puis ça tient le coup. Prochaine?