Happy Scribe
[00:00:00]

Vous êtes sur RTL. Il était heureux d'y aller, c'était le bout du tunnel. Pour moi, il y a un souci quelque part. Moi, je pense que j'aurais dû arriver quelque chose. Bonsoir, dans l'heure du crime, nous allons partir ce soir sur les traces d'un fantôme, une ombre. Un homme qui était promis à un destin d'acteur, à une grande carrière au cinéma et qui a été rattrapé par la chronique criminelle. Accusé du meurtre sauvage d'une postière dans un village de l'Ain, cet homme, c'est Gérald Thomassin, révélé en 1990 par le film Le petit criminel de Jacques Doillon, César du meilleur espoir l'année suivante.

[00:00:41]

Il aurait aujourd'hui 46 ans. Jeudi? Aurait, car depuis un peu plus d'un an, c'était le 28 août 2019. Gérald Thomassin a disparu. Il s'est volatilisé. Plus aucune trace. Personne ne sait si l'acteur est vivant ou mort. Il était depuis longtemps tombé dans la marginalité, la drogue, l'alcool, les expédients. Hanté depuis six ans par sa mise en examen. Curieuse disparition survenue le jour où Gérald Thomassin allait voir se lever contre lui les poursuites pour le meurtre de la postière, à la veille d'un rendez vous pour une ultime confrontation dans le cabinet d'un juge lyonnais.

[00:01:18]

Sa trace se perd lors de son voyage en train à la fin juin. Gérald Thomassin obtenait la décision qui l'attendait si fébrilement un non-lieu. C'est un autre homme qui sera donc renvoyé devant la cour d'assises pour le meurtre de la postière. Où est Gérald Thomassin? A t il organisé sa disparition? Et pourquoi avait t il été suspecté de meurtre? Nous répondrons à ces questions avec nos invités, Gérald Thomassin.

[00:01:47]

Le coupable était il sur mesure? C'est l'enquête de l'heure du crime, ce soir sur RTL, a tout de suite j'enfonce Richard sur RTL.

[00:01:58]

Mardi, Chris. Je richard resté. Gare du crime du crime, où nous revenons ce soir sur l'énigme Gérald Thomassin, un acteur prometteur qui sera un jour accusé de meurtre, le meurtre d'une mère de famille dans un village tranquille de l'Ain. Ce 19 décembre 2008, à 6h45, Catherine Burgot quitte son domicile accompagnée de sa petite fille pour se rendre à son travail à quelques kilomètres de là, au bureau de poste de Montréal La Cluse, 3500 habitants, un bourg posé sur les rives du lac de Nantua.

[00:02:42]

Catherine Burgo tient le guichet depuis quinze ans. Cette jolie femme âgée de 41 ans est une fille du coin. Fille du secrétaire du maire, elle a deux enfants et divorcée, un nouveau compagnon dont elle est enceinte de cinq mois, vers 8h30.

[00:02:58]

Elle confie sa fille au chauffeur de car scolaire, puis retourne dans le bureau de poste. L'alarme est alors verrouillée et le coffre, comme d'habitude, est ouvert à 9 heures 03. Le menuisier de Montréal La Cluse, pousse la porte du bureau de poste. Personne derrière le guichet.

[00:03:15]

Seul le petit chien de Catherine Burgot, un bichon blanc, vient à sa rencontre. Le menuisier le suit. La postière est allongée sur le sol, près du coffre. Elle gît dans une grande flaque de sang. Elle est morte.

[00:03:27]

On vient de la tuer dans les heures qui suivent le meurtre. Les gendarmes effectuent les premières constatations une enquête criminelle classique photo, relevés d'empreintes digitales, de traces ADN. Le légiste indique que la victime a été poignardée à plusieurs reprises. Vingt huit coups de couteau, dont au moins trois mortels, sont dénombrés sur le corps. On s'est acharné sur la postière, sans doute pour lui dérober de l'argent. Son sac à main n'a pas été emporté, mais l'argent liquide que contenait le coffre 2000 à 3000 euros.

[00:03:57]

Oui, la scène ressemble à un hold up qui aurait mal tourné. L'arme du crime a disparu et aucun témoin n'a vu ou entendu quoi que ce soit, bien que le bureau de poste soit situé dans une rue passante et commerçante. Qui a tué Catherine Burgo, une femme que tout le monde connaissait à Montréal la Cluse.

[00:04:15]

Les hypothèses vont bon train. Les gendarmes vont étudier plusieurs pistes. La première est familiale, celle de l'ancien mari de la victime, présentée comme un homme jaloux et qui n'aurait pas supporté que son ex refasse sa vie. Hypothèse qui s'appuie sur le fait que la postière s'est défendue contre son agresseur, a même essayé de le frapper alors qu'elle avait toujours dit qu'elle respecterait à la lettre les consignes en cas de hold up. Face à un inconnu ne jamais tenté de résister.

[00:04:43]

L'ex mari sera très rapidement mis hors de cause. C'est donc dans une autre direction qu'il va falloir aller chercher.

[00:04:52]

Bonsoir Frédéric Boudeau RESC Bonsoir. Sur le fond, vous êtes journaliste au Progrès. Merci d'être ce soir dans l'heure du crime. Vous connaissez parfaitement cette affaire sur laquelle vous avez enquêté. Alors il y a tout de même un petit point qui est gênant dès le départ sur cette scène de crime, c'est qu'il n'y a vraiment aucun témoin. Personne n'a rien vu, rien entendu.

[00:05:14]

Oui, c'est un peu étonnant. Pendant la demi heure, entre l'arrivée de Catherine Burgaud à la pause et puis le moment où son corps est découvert, effectivement, personne n'a rien vu. Personne n'a vu la voiture garée devant la poste ou quelqu'un romprait de sortir. Donc oui, voilà, dans le village, c'est peut être un peu le hasard. En tout cas, il n'y a aucun témoin, aucun témoin à ce meurtre. Aucun témoin.

[00:05:40]

Personne n'a rien vu, rien entendu. On le répète parce que c'est important et on le verra par la suite. On a un peu l'impression. Frédéric Boudeau Reste que le ou les agresseurs connaissaient. En tout cas les lieux connaissaient les habitudes de ce petit bureau de poste. Ce n'est pas impossible, alors c'était un tout petit bureau de poste, une agence postale communale tellement petite qu'il n'y avait pas vraiment de sécurité, car il n'y a pas de vidéosurveillance, contrairement à la plupart des agences bancaires.

[00:06:08]

Il n'y a pas non plus de vitres sécurisées qui interdisait l'accès entre l'endroit où se trouvaient les clients et puis l'arrière et le coffre. Mais on peut en déduire quoi que ce soit. Peut être aussi un crime d'opportunité, un braquage, l'opportunité d'opportunités ou quelqu'un qui passerait à ce moment là et qui profiterait de cette occasion pour essayer de prendre l'argent dans le coffre. Et qui aurait tué la postière, alors? Il y a un événement important. C'est juste un mois après le crime et vous allez nous nous le raconter.

[00:06:40]

Frédéric Goudou RESC C'est le 16 janvier, vers 15 heures, les sœurs de Catherine Burgo, de la victime, vont apercevoir un homme assis sur la tombe de la postière. C'est bien ça? Gérald TopAchat? Gérald TopAchat? Vous l'avez, vous l'avez présenté, cet acteur? C'est arrivé. Qui était venu se mettre au vert à Montréal? Lécluse était toxicomane. Il est venu arrêter l'héroïne, même s'il continuait à boire. Il était venu un peu se mettre en sevrage.

[00:07:13]

C'est un peu on va dire ça. Effectivement, il était bien. Il connaissait la postière qu'effectivement, il allait retirer de petites sommes. On sait que les semaines précédentes. Pour le RSA, le RSA, le RSA. Il avait même laissé accédés bon à Mötley Crüe, personne ne voulait croire que c'était un lecteur. On gardien un petit peu en souriant. Il nous raconte ce qu'il veut. Va être tranquille, avait déjà séduit avec son premier film, son dernier film à l'attention de la seconde postière.

[00:07:44]

Il l'avait laissé à Catherine Gourgaud, qui il connaissait les lieux. Il y allait régulièrement. Il habitait à une dizaine de mètres. On va dire dans la même rue qu'il connaissait les lieux. Lui même s'est dit très, très touché par ce décès. Il a été à l'enterrement. Il n'a pas pu arrêter parce qu'il souffrait du dos à cause de son traitement à la méthadone et donc bon, selon lui, à aller se recueillir sur la tombe pour lui.

[00:08:12]

Voilà pour lui parler, pour lui dire qu'il était très touché par cette mort. Se recueillir sur la tombe.

[00:08:17]

Car c'est effectivement Gérald Thomassin, acteur toxicomane, que les soeurs de la postière ont croisé ce jour là. Il est ivre. Il vit avec d'autres marginaux dans un appartement social de Montréal La Cluse, pratiquement, on l'a dit en face du bureau de poste.

[00:08:32]

Son signalement va vite retenir l'attention des enquêteurs sur l'affaire Gérald Thomassin, un acteur rattrapé par la justice. C'est l'enquête de l'heure du crime, a tout de suite sur RTL. Intervient l'heure du crime sur RTL. 21 21 heures, l'heure du crime sur RTL. Ce soir, dans L'heure du crime, l'affaire Gérald Thomassin, acteur prometteur tombé dans la marginalité et la drogue. Il vit tout près de la poste de Montréal. La cluse ou la guichetière a été tué à coups de couteau.

[00:09:11]

Les enquêteurs vont s'intéresser à lui. Les soeurs de la postière, tués à coups de couteau, ont été intrigués par ce Gérald Thomassin croisé sur la tombe de leur sœur dans le cimetière de Montréal la Cluse. À cette époque, Thomassin est âgé de 34 ans. Vingt ans auparavant, alors adolescent, il avait eu son heure de gloire révélée par le film de Jacques Boyon, Le petit criminel César du meilleur espoir masculin, en 1991. La Presse s'était alors extasier sur le jeu de cet acteur débutant qui, malgré sa jeune vie, avait déjà un passé chaotique, une famille quasiment absente et le passage dans des foyers de la DDASS.

[00:09:50]

Au fil des années, alternance, tournage, disparitions et drogues, Thomassin allait ainsi devenir l'électron libre du cinéma français. Il a atterri à Montréal la Cluse il y a un an et loge montée du pavé, juste en face de la poste. Un studio partagé avec deux autres marginaux. Gérald Thomassin connaissait la victime, Catherine Burgot.

[00:10:11]

Tous les six mois, il allait percevoir au bureau de poste son allocation du RSA dès le matin du crime.

[00:10:19]

Les gendarmes ont rendu visite à ce marginal. C'était environ une heure après la découverte du corps dans le cadre de l'enquête de voisinage. Un policier municipal et un gendarme l'ont rencontré. Dans leur rapport, ils décrivent Gérald Thomassin comme un homme qui était dans son lit et buvait son café. La visite des studios n'apporte rien. Le gendarme demande même à examiner les mains du locataire. Mais là aussi, aucune trace suspecte. Gérald Thomassin n'a rien vu, rien entendu.

[00:10:50]

L'enquête de voisinage s'arrête là. Les investigations, dès lors, ne vont plus beaucoup progresser.

[00:10:57]

Les empreintes, les traces ADN ne correspondent pas au profil des éventuels suspects. Elles ne marchent pas avec les marginaux qui logent face à la poste. Gérald Thomassin compris, ne mâche pas non plus avec celles de l'ex mari de la postière. Les gendarmes ne disposent d'aucun témoignage digne de ce nom. Le meurtre de Catherine Burgaud reste donc une énigme, même si la piste Gérald Thomassin va continuer à prospérer. Le père de la postière a ainsi la conviction solidement ancrée que l'acteur est l'homme qui aurait pu poignarder sa fille.

[00:11:35]

Frédéric Boudeau reste journaliste au Progrès. On vous retrouve au téléphone ce soir de l'heure du crime.

[00:11:41]

Je viens de citer le père de la victime de la postière, Raymond Burgaud, qui va envoyer une lettre de dénonciation, mais une lettre un petit peu curieuse aux gendarmes.

[00:11:54]

Qu'est ce qu'on peut en dire? Lui, il lui parle d'une rencontre avec Gérald Thomassin. C'est bien ça?

[00:11:59]

Oui, il parle d'une rencontre fortuite dans les rues. On va dire à peu près six mois après le crime. Et Gérald Thomassin, qui se savait un peu suspecté finalement et est venu voir le père en Irlande. J'y suis pour rien. Je n'aurais jamais pu faire une chose pareille. Un peu intrigué, le père qui lui a sorti le couteau dans la poche en disant Moi, je me pas pris comme ça. Il a une attitude qui a pu paraître étrange au père, mais qui peut aussi être interprété à travers ce qu'on dit.

[00:12:26]

On peut le dire aussi comme un meurtrier. Ça lui aurait peut être pu aller voir le père de la victime. Vous voyez une attitude étrange? Le père de la victime, effectivement, a signalé aux gendarmes. Il faut dire aussi qu'il a eu un accident avec l'ancien mari.

[00:12:41]

Je voulais vous poser la question là dessus parce qu'effectivement, Thomassin, à ce moment là dans ce village, vous l'appelez comme ça. Évidemment, tout le monde le regarde de travers. Ça fait partie des suspects plausibles, en tout cas tellement évident. Vu sa dégaine, on a l'impression qu'effectivement, il aurait pu tuer ou agresser quelqu'un. Et effectivement, il va lui mettre Ival. Il va lui même être agressé par l'ex mari de Catherine Burgaud.

[00:13:07]

Racontez nous qui va s'en prendre à lui dans la rue. C'est une agression physique. On va dire qu'il vaudra une plainte de la part de Tabatha et surtout, Thomasset décidera de quitter le village. Donc il préviendra les gendarmes en disant Je m'en vais, je vous dis où je vais, je me trouvais à Rochefort, à Palabra, etc. Et donc, qui quitte le village? De toute façon, ils étaient morts. Oui, ils étaient suspectés. Tomatina.

[00:13:33]

Moi, je l'avais interviewé pour le progrès au mois d'octobre 2015. Il m'avait dit Bon, vous comprenez le délit de sale gueule. J'étais toxico, je prenais 7 milligrammes de Subutex par jour. J'ai toujours une canette à la main. Je travaillais pas. Les gens ont avorté. Ils ne voyaient que mes balafres 40 en cuir, mes bottes. Donc ils se sont dit Voilà un gars qui peut faire quelque chose comme ça. Voilà, selon lui, c'est un délit de sale gueule.

[00:13:58]

Je crois qu'il avait bien résumé la situation. C'est comme ça qu'il le prétend. Dans tous les cas, comment vous l'aviez ressenti?

[00:14:04]

Ça, c'était intéressant. Vous êtes une des rares personnes qu'il a vu côtoyer pendant cette enquête et qu'il a interviewé. Qu'est ce que vous avez ressenti face à lui? Est ce que c'était quelqu'un de perdu? Oui, il est à la fois perdu, en colère. Il était très affaibli par sa sortie de prison après trois mois de prison et surtout, j'ai ressenti personnellement la paranoïa de Thomas, fakirs que tout le monde attendait dans son entourage. C'était quelqu'un de paranoïaque, c'est vrai.

[00:14:28]

Quand je l'ai appelé, il ne savait pas comment je l'avais retrouvé et comment je l'avais qui j'étais. Etc. Il y a eu un échange de coups de fil comme ça, qui avait été assez compliqué parce qu'il se méfiait vraiment beaucoup. Donc voilà, c'est ce que j'avais dit sur ce que j'en avais dit. Il m'avait raconté son séjour en prison où il avait perdu une vingtaine de kilos, qui était très, très dur. Il vivait très mal.

[00:14:47]

Le fait d'être d'être accusé, ça ne se passait pas pour lui.

[00:14:53]

Un mot? Frédéric Boudou reste encore sur cet étrange trio qui habite dans cette espèce de studio face à La Poste. Ce sont trois marginaux qui se sont retrouvés à Stand Bourgeois.

[00:15:04]

J'habitais pas tous les trois dans le studio, désormais tout petit studio, simplement bâteau machin ou gris. On va dire de ces sorties nocturnes de beuverie. Il est arrivé qu'il héberge un ou deux de ses copains ou que lui dorment ailleurs d'ailleurs. Mais il n'est hébergé pas vraiment tout seul dans ce studio.

[00:15:18]

Gérald Thomassin quitte effectivement Montréal la Cluse pour aller vivre sa Kodo à Rochefort, en Charente-Maritime, tout près de La Rochelle. Il a signalé son départ aux gendarmes. Il paraît hanté par cette histoire de crime, persuadé qu'on lui en veut quand on veut faire de lui un meurtrier. Il va donc reprendre sa vie d'errance, où la drogue est omniprésente.

[00:15:42]

L'affaire Thomas Thomassin, un espoir du cinéma devenu le coupable idéal. C'est l'heure du crime, a tout de suite sur RTL mardi soir Cyril. N'intervint Tesnière et l'heure du sont restés. Retour ce soir sur l'affaire Thomassin Gérald Thomassin, espoir du cinéma français, qui, peu à peu, se retrouve au centre d'une enquête pour meurtre, cinq ans après la mort de la postière Catherine Burgot. Les gendarmes ont la conviction que c'est lui qui a tué. En ce début d'année 2013, les enquêteurs de la section de recherches de Lyon sont persuadés que la piste Thomassin est la bonne dans le dossier d'homicide de la postière.

[00:16:33]

Ils n'ont pas d'éléments concrets pouvant incriminer formellement l'acteur. Traces ADN, témoin direct ou déclarations, mais il dispose de ce qu'on appelle communément un faisceau d'éléments. Selon les gendarmes, les soupçons ne saurait être éludé. Le père de la victime n'a cessé de faire part de ses doutes. Il a même aiguillé les enquêteurs vers un ouvrier qui aurait recueilli les aveux de Thomassin. L'ouvrier dément, mais le doute s'installe. L'un des marginaux, qui vivait avec Thomassin près de La Poste, a aussi cette phrase Je pense que Thomassin n'est pas l'auteur, mais je peux imaginer qu'il sait quelque chose.

[00:17:11]

Les enquêteurs scrutent la filmographie de l'intéressé, dénombre les scènes macabres ou celles qui approchent le paranormal. Il est indiqué que cet acteur a pu tenir ce rôle de meurtrier et s'en extraire en se persuadant que ce n'est pas lui qui a agi. Au mois de juin 2013, Gérald Thomassin, qui vit désormais dans un logement social à Rochefort, en Charente-Maritime, reçoit une nouvelle convocation de la gendarmerie. Il est alors en proie à l'incrédulité, au désespoir et à la colère.

[00:17:45]

La veille de partir pour Lyon, où doit se dérouler l'audition, il boit deux bouteilles d'alcool et prend des médicaments. Il téléphone à son frère dans un état pour le moins comateux. Il lui tarde de sa convocation. Manifestement embrumé, il déclare Je vais aller les voir pour leur dire que c'est moi. Je ne suis pas coupable, mais comme ça, je saurai la vraie histoire. Son frère tente de le raisonner.

[00:18:09]

Gérald Thomassin ajoute Si c'est moi, je me suis pris mille dollars dans les poches. Je désavouées Je suis un bonhomme, ça s'appelle être un bonhomme. La conversation est enregistrée.

[00:18:22]

Thomassin était sur écoute le 12 juillet 2013, cinq ans après le meurtre de la postière Gérald Thomassin et mise en examen pour vol avec arme et meurtre sur personne chargée d'une mission de service public. Il était écroué pour le père de Catherine Burgaud. C'est une délivrance, un énorme soulagement.

[00:18:42]

Ça a été long. J'ai essayé quatre ans et demi de douleur, d'angoisse. J'avais l'impression qu'on n'aboutirait jamais. Il m'arrive de faire des cauchemars, en fait très souvent. Et ma fille me dit dans mes cauchemars, papa, avoir collaboré avec la police. J'ai fait ce qu'il fallait pour.

[00:19:01]

Chaque début de la justice, c'est le début de la justice, dit le père de la victime, maître Camille Rado. Bonsoir, bonsoir. Vous êtes avec nous ou en ligne sur l'heure du crime. Je vous remercie d'avoir accepté notre invitation. Vous êtes avec maître Antoine V.S. L'avocat de Gérald Thomassin, maître Rado. Que penser de ces aveux qui l'ont conduit en prison jeudi? Aveux. Entre guillemets, puisque ce sont des aveux lors d'une conversation téléphonique.

[00:19:28]

Oui, je vous remercie de mettre des guillemets à ce terme d'aveux et je crois que vous avez très bien résumé ce qui s'est passé, ce qui a été dit à l'occasion de cette conversation téléphonique. Il faut bien comprendre l'état d'esprit de Gérald Thomassin à cette époque là. C'est quelqu'un qui est hanté par ce dossier depuis presque depuis presque cinq ans, qui a déjà été entendu comme témoin, puis qui a été entendu comme suspect dans le cadre d'une garde à vue précédente et qui l'a rattrapé.

[00:19:55]

Si je puis dire, par cette affaire puisqu'il reçoit une convocation pour une nouvelle garde à vue. Vous l'avez dit, il est très alcoolisé et sous médicaments. Il est. Il n'est pas clair. Et il suffit de lire les retranscriptions d'écoutes téléphoniques et de les écouter pour se rendre compte qu'en réalité, les aveux qui n'en sont pas à qui vous voulez, vous l'avez dit, il dit faites moi, je vais dire que c'est moi, mais pas moi.

[00:20:23]

Mais tout ça était très confus. Si vous voulez. Mais en fait, on ne peut pas parler d'aveux circonstanciés, clairs et précis.

[00:20:30]

Et pourtant, je vous enterrons. Et pourtant, ça va être la pièce centrale du dossier. Cette conversation téléphonique? Oui, mais parce qu'ils n'ont que ça.

[00:20:39]

Il n'y a rien d'autre dans le dossier contre Gérald Thomassin. Il n'y a pas un élément matériel. Il n'y a pas un seul témoignage direct ou indirect de sa participation à été fait. Et vous savez, et vous avez des conversations téléphoniques enregistrées dans le contexte et à un moment très particulier, puisqu'il sait qu'il est de nouveau convoqué pour une garde à vue. Il sait qu'il va refaire une garde à vue dans le cadre de dossiers et donc appelle son père pour partager mon état d'esprit à ce moment là.

[00:21:04]

Complètement embrumées qu'Oliver pour dire c'est pas lui. Mais je veux dire que pour moi, ce n'est pas moi. Mais je lui dirais même que c'est moi parce que je vais en finir avec Petit-Port.

[00:21:12]

Frédéric Boudou reste journaliste au Progrès. Vous êtes également en ligne ce soir dans L'heure du crime avec nous. Est ce que la pression, si je puis dire, là aussi entre guillemets? La pression du père de la victime a joué dans cette affaire, notamment avec cette espèce d'enquête parallèle qui mène un petit peu le père de cette postière et on le comprend.

[00:21:30]

D'ailleurs, on ne croit pas qu'on puisse parler de pression ou simplement quelqu'un vraiment ravagé par la douleur d'avoir perdu sa fille. On peut comprendre que il ait voulu aider les gendarmes autant que faire se peut, mais au bas mot. Et moi, nous savons que les enquêteurs, dans ce genre d'enquête, ne se laissent pas guider par quelqu'un d'autre. Ils entendent tout le monde, mais en tout cas, ils gardent quand même une ligne. Bon, ils avaient de toute façon dans le collimateur parce que Thomas Forbes il habitait à côté était un marginal et faute de mieux, ils se sont focalisés sur lui.

[00:22:05]

Ils sont également focalisés sur lui parce que c'est celle de ses deux copains, plus ou moins évolués dans leurs déclarations. Finalement, quelques années après, il ne se souvenait plus trop. Peut être que dans le studio, quand ils sont venus ce jour là, il y avait une odeur de brûlé. Il y a eu des choses et il y avait. Il n'y avait aucune piste, donc finalement, en désespoir de cause, on va dire pour clôturer le dossier.

[00:22:27]

Ils se sont focalisés sur le bâtiment en le mettant sur écoute. Et d'ailleurs, Frédéric, c'est un dossier qui est très vite dans le désordre parce que tout le monde dit tout et son contraire dans cette histoire, il y a des aveux, puis on revient sur les aveux, etc. Et tout le monde d'aveux qui ne sont pas comme ça. Auradou. Effectivement, il n'y avait que ça. Il n'y avait que c'était assez ténu. Il n'y avait qu'une impression générale.

[00:22:48]

Bon, ben c'est vrai que TopAchat, il a un peu le profil du coupable idéal le marginal.

[00:22:53]

Bon maître Rado, je reviens vers vous. Donc, Gérald Thomassin est mis en examen. Il va être écroué. Que va t il se passer pour lui désormais? Je crois que vous, avocats, vous allez vraiment ferrailler pour essayer de le sortir au plus vite de la prison alors qu'on pourrait tout à fait précis.

[00:23:13]

Moi, j'étais le collaborateur Eric Dupond-Moretti, qui suivait le dossier exactement à compter de 2017. Avant moi, c'était Benoît Hamon, ancien collaborateur du d'Eric Dupond-Moretti, qui a, avec Eric Dupond-Moretti, ferraillé et bataillé pour le sortir de détention. Il restera quand même à peu près trois ans de détention. Il ne partira qu'en 2013, après l'affirmation de l'ordonnance de mise en accusation par la chambre de l'instruction de Lyon.

[00:23:42]

Et à ce moment là, lorsqu'il est en prison, le dossier ne va pas évoluer, c'est à dire qu'il n'y a pas de fils. Les investigations sont au point mort. On en reste sur ces informations concernant Gérald Thomassin.

[00:23:55]

Il n'y a strictement aucun élément supplémentaire, en plus de pseudo lors de conversations téléphoniques, la garde à vue qui ne rentre pas dans le dossier, aucun élément.

[00:24:06]

C'est donc quand on est au point mort. On est d'accord. La procédure ne va pas évoluer et on se retrouve. On se retrouve avec quelqu'un qui, désormais, ne revient pas sur. C'est encore une fois sur ses premières déclarations et qui nie farouchement toute implication dans ce crime. On est d'accord, bien sûr.

[00:24:26]

Il faudra donc attendre deux ans, le 26 mai 2015, pour que Gérald Thomassin soit remis en liberté sous contrôle judiciaire. Mesure qui ne met pas pour autant un terme aux poursuites. Il demeure le meurtrier présumé de Catherine Burgaud. Il risque un jour ou l'autre d'être renvoyé devant une cour d'assises, sauf fait nouveau. Et c'est ce qui va se passer avec l'apparition de nouveaux suspects.

[00:24:55]

L'affaire Thomassin, l'histoire d'un coupable sur mesure? C'est l'enquête de l'heure du crime ce soir, a tout de suite sur RTL, décrit Jean Richard. Jusqu'à 21 heures sur RTL. L'heure du crime présentée par J'enfonce Richard. Aire du crime consacrée ce soir à l'affaire Thomassin, du nom de l'acteur Gérald Thomassin, mise en examen pour meurtre en 2013, en liberté provisoire depuis deux ans, l'enquête semble bouclée, mais va connaître d'étonnants rebondissements.

[00:25:33]

Gérald Thomassin a été remis en liberté sous contrôle judiciaire en raison d'un état de santé physique et psychologique des plus fragiles. Il a très mal vécu son incarcération à la prison de Lyon-Corbas. Régulièrement hospitalisé lors de sa détention après avoir avoué le meurtre de la postière lors d'une conversation téléphonique captée par les enquêteurs, il n'a cessé de répéter qu'il n'était pour rien dans le crime. Le dossier souffre de vices de procédure. En 2016, la Cour d'appel retoque le renvoi de Thomassin devant la cour d'assises.

[00:26:07]

De juges de Lyon sont désignés pour reprendre le dossier. Après un an d'investigations, ces magistrats ordonnent l'arrestation d'un autre homme. Un certain Antoni Vait, alors âgé de 31 ans, un marginal qui connaît Thomassin. Antoni V. N'est pas considéré comme auteur principal du meurtre, mais complice du comédien. Il est mis en examen et écroué. Un an plus tard, septembre 2018. Nouveau coup de théâtre dans l'affaire Thomassin. Les enquêteurs interpellent un troisième homme, Mamadou Diallo.

[00:26:44]

Il avait 19 ans au moment des faits. Son ADN matche avec certaines traces découvertes sur le lieu du crime. Le bureau de poste de Montréal La Cluse, mais pas sur le corps. Mamadou Diallo figurait depuis une date récente au FNAEG, le fichier national des empreintes génétiques, après avoir commis une infraction.

[00:27:03]

Il nie les faits. Il reconnaît être entré dans le bureau de poste, mais n'a pas tué. Il a vu le corps et s'est emparé d'une liasse de billets. Il est mis en examen pour meurtre aggravé et vol avec arme. Lui aussi est écroué.

[00:27:19]

Trois suspects pour l'affaire du meurtre de Catherine Burgaud? Manifestement, cela s'est beaucoup trop de monde. Les juges de Lyon vont s'accorder encore quelques mois d'instruction pour essayer de voir précisément qui a fait quoi dans cette affaire. Et si le premier mis en cause, l'acteur Gérald Thomassin, doit être renvoyé devant une cour d'assises, Frédéric Boudeau reste journaliste au Progrès en ligne avec nous ce soir dans l'heure du crime.

[00:27:47]

Alors, qui sont ces suspects, si je puis dire de la dernière heure? On va parler tout de suite. On Antonie avait d'abord le premier qui a été arrêté, qui est ils?

[00:27:57]

Ont entonné le 4 juin 2016, lit dans Le Progrès que Thomas travails libéré le lendemain. Il va voir les gendarmes. Il leur dit n'importe quoi. C'est un fou dangereux. Moi, je le connais. Vous venez de libérer un criminel. Il tient des propos assez confus et il dit qu'il y a des choses, des choses à dire. Finalement, il ne répond pas au rendez vous des gendarmes. Ils sont obligés de profiter d'une garde à vue. Quelques mois plus tard, c'est un toxicomane qui commet quelques petits délits d'outrage.

[00:28:24]

Ce genre de choses, et donc il en profite pour effectivement lui parler entre deux portes. Lui dire alors il y a quelques mois, j'avais des révélations à faire de quoi il s'agit et il envoie ce qu'on appelle un renseignement judiciaire, ont ils dit. Voilà, le dénommé Antonie nous a dit que c'était Thomassin et que lui même sur Antonie, aurait été dans la rue. Il aurait fait le guet avec un troisième mort, un troisième homme qui est mort entre temps.

[00:28:45]

Enfin, bon, c'est très, très confus, mais c'est quelque chose qui est hors procédure. Ça n'empêche pas le juge d'instruction de le mettre en examen pour complicité. Il fera un petit peu de détention provisoire, mais finalement assez peu parce qu'il purge des peines de peine à purger. Et finalement, au bout de quelques mois, il sortira du dossier parce qu'il n'y avait rien contre lui. C'est à dire que ses propos qu'il a tenus, on va dire entre deux portes, n'ont jamais, jamais été tenus dans le cas d'une garde à vue filmée enregistrée.

[00:29:13]

Vous voyez, alors ça, c'est la procédure.

[00:29:15]

C'est étonnant parce que là, on est totalement hors hors les clous, si je puis dire. Maître Camille Rado, c'est bien ça?

[00:29:20]

Non, la procédure est un peu bizarre à ce moment là bas, la procédure est bizarre. En tout cas, je suis ravi de tes propos recueillis dans les conditions pour après soir une mise en examen d'Antoni et conforter la thèse d'une complicité avec Gérald Thomassin. Moi, je ne vais pas me prononcer sur la régularité de la procédure. Ce que je peux dire, c'est que ces déclarations d'Antoine Yver, effectivement, ont été recueillies dans des conditions assez étranges sur lesquelles je n'étais pas, mais qui sont tout aussi décousues.

[00:29:53]

Ce qui est d'autant plus étonnant que Tony Yver et Gérald Thomassin, à l'époque du meurtre de la postière, ne se connaissent pas. Donc, asseoir une complicité dans ces conditions était un peu compliqué. C'est pour ça d'ailleurs, qu'il a été libéré rapidement et mis hors de cause.

[00:30:08]

Rapidement, il se connaitrons évidemment par la suite. Frédéric et bien sûr Frédéric Boudeau restent Je reviens vers vous. On parlait d'Antoni. Vous avez dressé son portrait, alors qui est l'autre finalement mis en examen? Le dernier a apparu dans la liste. Mamadou Diallo.

[00:30:27]

Diallo. On peut dire qu'il n'a rien à voir avec les deux autres. Ils se connaissent, ils se connaissent pas. Gérald sont des marginaux, des toxicomanes. Mamadou Diallo A priori, ils ne se connaissent pas. Du moins, aucune connexion n'a été trouvée. Lui, c'est un gamin a priori sans histoire, qui joue dans un club de foot, qui suit une formation en apprentissage dans une entreprise du coin et qui, ensuite, est embauché par une société d'ambulances.

[00:30:52]

Il est ambulancier. Il est très apprécié de ses collègues, de son patron. Des personnes qui transportent bon. Tout le monde tombe des nues quand il est arrêté. C'est vraiment pas quelqu'un qui a le profil entre guillemets. Ceci dit, bon, il rentre quand même dans le fait que dans le fichier des empreintes génétiques, parce que sa copine l'accuse de lui avoir dérobé sa carte bleue pour faire quelques achats. Mais c'est un fait de petite délinquance. Il n'a pas été poursuivi ni condamné pour des violences, etc.

[00:31:24]

Jusqu'à présent, Mamadou Dia fait un don, donc il rely toutefois. Toutefois, on retrouve son ADN et, je le répète, ADN. Non pas sur le corps, mais je crois sur le sac à main de la Poste, deux endroits de l'auteur d'un crime vont directement sur un monnayeur et également sur un club de sport qui a été abandonné sur place, qui n'appartenait pas à la victime ni à ses collègues de travail dont on a supposé que ce sac de sport avait été amené sur place par le ou les meurtriers.

[00:31:53]

Maître Camille Rado, vous êtes l'avocat de Gérald Thomassin. Est ce qu'on peut dire que c'est à ce moment là que le dossier bascule véritablement avec ces deux nouvelles mises en examen?

[00:32:02]

Evidemment, c'est un coup de théâtre incroyable pour Gérald Thomassin. C'était évidemment une délivrance puisque, à cette époque là, se bat depuis presque dix ans pour prouver son innocence. Et forcément, cette arrestation est un soulagement pour Gérald Thomassin.

[00:32:22]

Vous vous pensez que là, ça y est, c'est bon cette fois, vous? Gérald Thomassin va être exonéré, si je puis dire, de sa mise en examen.

[00:32:31]

Oui, sauf à échafauder l'hypothèse d'une complicité d'Antoni V, Gérald Thomassin et Mamadou Diallo, alors que vous avez, vous l'avez rappelé, des profils qui sont complètement différents, des gens qui ne se connaissent pas, qui ne se sont jamais rencontrés, qui ne se sont jamais vus. C'est difficile de faire tenir les trois hommes dans le même dossier. Un scénario effectivement improbable.

[00:32:56]

Trois hommes qui vont être confrontés les uns aux autres. Une dernière étape judiciaire pour approcher de la vérité et pourquoi pas la faire éclater?

[00:33:06]

L'affaire Thomassin, un acteur devenu meurtrier ou un coupable idéal? L'enquête de L'heure du crime a tout de suite sur RTL du crime. C'est peut ce qui se Richard Sirasco. Crime? Jean Richard jusqu'à 21 heures sur RTL ce soir, retour dans l'heure du crime sur l'affaire Thomassin. Six ans après sa mise en examen pour le meurtre d'une postière, voici l'heure du dénouement. Gérald Thomassin clame depuis des mois son innocence. L'occasion va lui être donnée d'en faire la démonstration.

[00:33:48]

2019 est prévu pour être un grand jour dans le cabinet du juge d'instruction lyonnais Michel Noyez. C'est le jour de la confrontation de tous les acteurs du dossier Catherine Burgaud, cette postière assassinée en 2008. Trois hommes sont mis en examen dans cette affaire. Les deux premiers commencent à prendre place en demi cercle face au bureau du juge Antonin Yver, soupçonné de complicité de meurtre. 33 ans, il a été libéré sous contrôle judiciaire à l'automne 2017, après 8 mois de détention provisoire.

[00:34:22]

Egalement présent, Mamadou Diallo, 29 ans, seul détenu dans cette procédure, mise en examen pour meurtre. Son avocate, Sylvie Nwankwo Which, dément cette accusation. C'est elle qui a souhaité cette confrontation. Manque le troisième homme, le comédien Gérald Thomassin. On va l'attendre, mais Thomas, ça ne viendra pas. Il a disparu. Maître Sylvie nous a Kovy.

[00:34:46]

Merci de nous rejoindre dans l'heure du crime. Vous êtes au téléphone avec nous ce soir. Votre voix nous intéresse parce que vous êtes l'avocate de Mamadou Diallo, l'homme désormais accusé du meurtre de la postière. Est ce que vous êtes déçu que cette confrontation n'ait pas eu lieu?

[00:35:02]

Je suis extrêmement déçu. Cette confrontation, c'est moi qui l'ai réclamée et fécondation est restée extrêmement importante parce que, comme vous le savez, mon client clame son innocence et on arrive toujours à toujours espérer cette rencontre avec effectivement monsieur Thermaltake, qui aurait pu à nouveau avouer qu'il l'a fait à plusieurs reprises sans les faits. Parce que je suis absolument convaincu que mon client qui alors un petit mot encore?

[00:35:29]

Pourquoi selon vous? Gérald Thomassin ne s'est pas présenté dans le cabinet ce jour là du juge Noyez et je suis convaincu qu'il s'est enfui comme il l'a déjà fait, voire même peut être qu'il lui arrivait quelque chose. Mais dans tous les cas, de façon certaine, il a avoué les faits. A plusieurs reprises, il a l'enregistrement téléphonique et le démontre. On a plusieurs éléments qui ont fait qu'il a été renvoyé devant la cour d'assises avant même qu'on ait trouvé l'ADN de mon client.

[00:36:02]

Pourquoi aujourd'hui, il n'aurait pas été renvoyé? D'ailleurs, je vous précise quand même que monsieur le procureur de la République avait demandé le renvoi de monsieur Diallo devant la cour d'assises, mais également à la veille de la confrontation.

[00:36:17]

Gérald Thomassin était pourtant bien décidé à témoigner devant le juge et à être confronté aux deux autres mises en examen. C'est ce que vont affirmer ses proches. Il se serait montré soulagé qu'un suspect était arrêté. Grâce à l'ADN, il n'aurait eu aucune raison de se dérober à ce rendez vous qui allait lui donner une chance d'établir son innocence.

[00:36:41]

Ce 28 août 2019, Thomassin se rend donc à la gare locale pour prendre le train pour Lyon. Un ami qui l'héberge l'accompagne sur le quai. Thomassin embarque sur le trajet. Il a affaire à un contrôleur à 10 heures 18. Puis on perd sa trace à la hauteur de Nantes, ville de correspondance pour son TGV. Son téléphone borne pour la dernière fois dans le secteur. Gérald Thomassin disparaît dans la nature. Disparition incompréhensible. Le parquet de Nantes finira par ouvrir une enquête pour enlèvement et séquestration en juin dernier.

[00:37:18]

Gérald Thomassin obtient un non-lieu dans l'affaire du meurtre. Blanchi comme Antoni V, seul Mamadou Diallo sera renvoyé devant une cour d'assises. L'histoire ne dit pas si Gérald Thomassin a su un jour qu'il n'était plus accusé de meurtre qui le poursuivait depuis douze ans.

[00:37:38]

Maître Camille Rado, vous êtes l'avocat de Gérald Thomassin et l'un de nos invités ce soir dans l'heure du crime. Est ce que tout simplement? Est ce que vous avez des nouvelles de votre client?

[00:37:48]

Non, évidemment, non. Et je ne peux pas laisser dire mon confrère. Il était ensuite humaine. C'était l'interview de deux nous a Covidien, exactement.

[00:37:59]

Je ne veux pas lui fait dire qu'il était en fuite. Gérald, il n'y a rien qui permet de le dire. Et il faut quand même souligner que alors qu'il était en liberté, Gérald Thomassin et que Mamadou Diallo n'était pas encore dans le dossier, il a toujours répondu à toutes les convocations de l'instruction. Il s'est rendu aux interrogatoires auxquels il a été convoqué par le juge d'instruction. Il a respecté son contrôle judiciaire. Il n'y a aucune raison. Il n'y a aucun élément qui permet de dire qu'il est en fuite s'agissant d'un profil ancien, toxicomane, extrêmement fragile, qui n'a évidemment aucun les moyens ou pas les moyens d'une cabale.

[00:38:35]

Vous l'avez dit, il y a quand même une procédure qui a été ouverte pour enlèvement et séquestration.

[00:38:40]

Pas un mot là dessus, parce que je ne comprends pas tous cette histoire. Enlèvement et séquestration, ça veut dire. Les mains de quelqu'un, cela veut dire qu'un appartement ou une personne disparaît. On peut soupçonner effectivement qu'il était écrit quelque part.

[00:38:56]

Le parquet de Nantes a ouvert cette enquête qui se poursuit actuellement, je crois. Oui, c'est une enquête qui n'est qui n'est pas Ansermet, mais qui n'a pas donné ses fruits il y a peu. Il n'y a pas de trace de lui. On ne sait pas du tout où il est passé. Non, aucune. Aucune trace.

[00:39:12]

Est ce que, selon vous, il y a un espoir, même infime, de le retrouver? Je sais que parmi ses proches, il y a des personnes qui disent que non. On s'en doute, il est illisible. Il est mort. En tout cas, c'est ce que disent souvent ses proches.

[00:39:27]

Il faut toujours. Il faut toujours espérer ne pas baisser les bras et continuer à chercher maman. C'est vrai que les enquêteurs le disent eux mêmes au bout d'un certain temps. Si une personne a été retrouvée dans ces conditions, Pokémons limite la probabilité d'une issue tragique fait grand jour.

[00:39:44]

Je vous pose une autre question Maître Maitre Rado, pourquoi, finalement, il n'y a plus de charges qui sont retenues contre Gérald Thomassin?

[00:39:53]

Tout s'est écroulé brutalement, ne s'est pas écroulé brutalement. Si vous voulez, moi, je persiste à dire que c'est pas moi qui le dit. D'ailleurs, c'est le juge d'instruction qui est mis la mise en accusation. Il n'y a aucun élément dans ce dossier qui permettait le renvoi ou la mise en accusation de Gérald Thomassin devant une cour d'assises. Bon, c'est un dossier qui le concernant. On a évité les erreurs judiciaires et la réputation de Mamadou Diallo permet d'écarter évidemment l'implication de Gérald Thomassin parce que, de toute évidence, un scénario à trois n'avait aucun sens.

[00:40:34]

Mamadou Diallo, qui continue à démentir les accusations dont il est l'objet. Mettre nos Kovy l'a rappelé. Effectivement, il est toujours sur cette ligne de défense. Frédéric Boudeau reste journaliste au Progrès en ligne, toujours avec nous, depuis le début de cette heure du crime consacrée à Gérald Thomassin. Qu'est ce qui va se passer maintenant? C'est la voie ouverte pour un procès en cour d'assises.

[00:40:57]

C'est ça maintenant? Oui, mais notre comique a formé un pourvoi en cassation dont je ne connais pas l'issue. Mais c'est vrai que juridiquement, il y a encore cette possibilité avant qu'un procès en assises ne soit effectivement organisé. Il y a cette possibilité que le dossier soit soit qu'attaquer de cassation et qu'effectivement, le dossier soit réouvert. Cette ultime possibilité, mais sinon, effectivement, pour la Fantômette, fin et sortie du dossier. Moi, ce que je voudrais ajouter, c'est que bon, allez y.

[00:41:28]

Qui est étonnant dans cette affaire, c'est quand même que ce meurtre a eu lieu sans que personne ne voit quoi que ce soit. Mais ce qui peut paraître normal dans un petit village. Mais la disparition de Thomas Ailette se déroule en gare de Nantes. En on le nombre de gens qui doivent passer en gare de Nantes. Personne n'a rien vu. Personne ne sait qu'il est devenu bon maître. Notre guide a parlé d'une fuite. Moi, je pense que ça parle un peu curieux.

[00:41:55]

Bon bah, ça fait pas Yvan Colonna. On ne sait pas si ces truands, ces beaux mecs qui vont se planquer en Espagne sa vie est parfaitement transparente d'enquêteurs depuis des années, connait la moindre de ses connaissances. Il y a moins de point de chute. Quelqu'un qui peut organiser une cavale pareille, cela nous parait très quand même extraordinaire. Comme tout le monde, moi, je pense que TopAchat a certainement été victime effectivement d'une mauvaise rencontre ou d'une rencontre organisée, prévue, préméditée.

[00:42:25]

Mais bon, l'avenir le dira. Le jour où l'enquête sera bouclée, une mauvaise rencontre ou peut être une dérive suicidaire puisque qu'amène dans un état pas très positif au moment de l'attaque, a passé sa vie à commettre des tentatives de suicide.

[00:42:44]

Il s'est même défenestré à deux reprises. Elle a gardé des séquelles. Et d'ailleurs, le même jour, le jour du meurtre, le 19 décembre 2008, deux copains qui arrivaient dans la rue Boyer, les pompiers, etc. La première chose qu'ils se sont dit et Automator encore fait une tentative de suicide, c'est ça? Merci beaucoup.

[00:43:03]

Frédéric Boudeau RESC, journaliste au Progrès. Maître Sylvie Covisint chez maître Camille Rado, qui était en ligne à l'heure du crime d'avoir été l'invité de cette émission consacrée ce soir à l'affaire Gérald Thomassin. Plus aucune charge contre lui n'est toujours porté disparu. Merci à l'équipe de l'émission Justine Vignau, Marie Bosshard, lapréparation, Marc Bisser à la réalisation. Un grand merci à vous toutes et tous pour votre conscience et votre écoute et votre partage dans cette terre du crime. Je suis toujours ravi de vous retrouver du lundi au jeudi, de 20 heures à 21 heures.