Happy Scribe Logo

Transcript

Proofread by 0 readers
Proofread
[00:00:00]

Vous êtes sur RTL. British, une méchante Madeleine Besse maken ici en Allemagne. Les enquêteurs sont donc persuadés que Maddie Macaigne n'est plus en vie, alors que leurs collègues britanniques parlent toujours, eux, de la disparition de la fillette fétichiste. Bonsoir et bienvenue dans l'heure du crime avec ce soir 13 ans de mystère, la disparition de la petite Anglaise Madeleine McCann Maddie McCann. Elle allait avoir 3 ans. C'était le 3 mai 2007 à Praia da Luz, une station balnéaire touristique de l'Algarve, au sud du Portugal.

[00:00:43]

Maddie est encore à ce jour l'une des plus grandes énigmes criminelles, et ce, en dépit des efforts déployés des centaines d'enquêteurs mobilisés au Portugal, en Angleterre et désormais en Allemagne. Des investigations qui ont déjà coûté 12 millions d'euros. Si l'on reparle ce soir de Maddie, c'est que début juin, l'affaire a connu un coup de théâtre. L'apparition de la première piste digne de ce nom un suspect, un visage, une identité. Christian Brückner, 43 ans, un Allemand déjà accusé d'agression sexuelle en prison pour une affaire de drogue.

[00:01:18]

Le procureur de Basse-Saxe le présente alors comme l'auteur présumé du rapt et affirme que Maddie est très probablement morte. Jamais la justice n'a été si proche de résoudre l'affaire. Tout le monde pense que le mystère Maddie va être levé. Les parents de la petite fille vont peut être enfin savoir. Sauf que deux mois et demi après cette annonce, l'accusation paraît aussi fragile qu'un château de sable. Lenthousiasme est retombé. L'espoir s'est dissipé. La justice allemande indique avoir des indices, mais rien de concret contre Christian Brückner.

[00:01:52]

Elle a cinq mois pour trouver Sansa. Cet homme sera libéré faute de preuves. Le dossier Madeleine McCann est aujourd'hui une course contre la montre. Comment en est on arrivé là?

[00:02:04]

Qui est ce suspect qui détient peut être la clé du mystère et entretient un insupportable suspense? Réponse ce soir avec nos invités.

[00:02:15]

L'affaire Maddie a un souffle de la vérité. C'est l'heure du crime! A tout de suite sur RTL.

[00:02:31]

Peur du crime, on en revient ce soir sur le dossier de la petite Maddie, disparue il y a 13 ans au Portugal. Un suspect désigné en Allemagne, mais une affaire qui, depuis la première heure, baigne dans un épais mystère.

[00:02:45]

Ce 3 mai 2007, cela fait cinq jours que Gerry et Kate McCann, un couple de médecins britanniques, sont en vacances au Portugal avec leurs enfants Madeleine Maddie, presque trois ans, et les jumeaux âgés de 2 ans, Sean et Amélie. Ils ont loué un appartement au rez de chaussée du complexe hôtelier Ocean Club, dans la station balnéaire de Praia da Luz. A 13 heures, on m'a dit Photographiez à la piscine de l'Ocean Club. Petite fille éclatante de bonheur portant chapeau.

[00:03:16]

Ce sera sa toute dernière image. Vers 19 heures, les trois enfants sont au lit. Ce soir, les McCann ont prévu d'aller dîner avec deux couples d'amis anglais dans un bar à tapas à une centaine de mètres de l'appartement.

[00:03:30]

Tout au long du dîner, les parents vont vérifier à tour de rôle que les enfants dorment bien l'appartement. C'est une habitude dans cette résidence tranquille, uniquement louée par des familles, n'est pas fermée à clé. Vers 21h15, Gerry McCann remarque juste que la porte de la chambre des enfants est entrouverte, mais aucun problème.

[00:03:50]

Maddie et les jumeaux dorment à poings fermés pendant trois quarts d'heure plus tard. 22H05 Kate McCann se rend à son tour dans l'appartement. Cette fois, la porte de la chambre des enfants est grande ouverte. Voilà ce qu'elle déclare aux enquêteurs. J'ai réalisé que Madeleine n'était pas dans son lit. J'ai alors pensé qu'elle s'était levé, qu'elle s'était recoucher dans le nôtre. Mais elle n'était pas non plus dans notre lit. J'ai soudain été envahi par la panique. Je me suis aperçue que les rideaux étaient ouverts et la fenêtre aussi.

[00:04:26]

Kate McCann revient en courant au restaurant avec cette exclamation qui va intriguer les policiers portugais. Ils l'ont enlevée, ils ont enlevé Maddie. A 22h30, trois agents du commissariat de Faro sont sur place à l'Ocean Club. Pas de traces de lutte dans l'appartement. Les jumeaux Sean et Amélie continuent d'ailleurs de dormir paisiblement, en dépit du brouhaha qui s'empare du lieu. La fenêtre de la chambre des enfants est effectivement ouverte, suffisamment large pour qu'un homme puisse enjamber le cauchemar de tous les parents.

[00:05:07]

Fenêtres qui donnent directement sur le parking de la résidence. Commence alors véritablement l'affaire Maddie. Bonsoir Me Carbonnel, bonsoir! Première invitée de L'heure du crime. Merci d'être dans ce studio de RTL. Vous êtes journaliste, grand reporter et vous étiez en 2007 l'envoyé spécial de RTL à Praillet Andalouse. Alors, parlez nous un petit peu déjà de ce fameux complexe hôtelier, l'Ocean Club, qu'affectionnent particulièrement les familles anglaises. Il y en a beaucoup dans ce lieu et c'est vraiment le dernier lieu où l'on n'imaginerait en crime cet endroit de vacances.

[00:05:48]

C'est vrai que c'est réputé pour être très calme, très sûr. Vous l'avez dit, on ferme pas la porte. Il y a un club pour enfants. Tous les appartements sont un peu des appart, un appart hôtel, un complexe d'appartements. Les appartements donnent sur la piscine qui elle même donne sur la mer. Quand on mange effectivement dans ce bar à tapas au bord de la piscine, on voit normalement l'appartement et cet appartement 5 qu'occupait la famille de Gerry McCann avec Maddie et les deux jumeaux.

[00:06:18]

C'est au rez de chaussée, donc, quand les parents vont manger là, ils se disent pas qu'ils prennent un grand risque en laissant les enfants paisiblement dormir. Ce qu'on peut dire aussi, c'est que cette résidence. Le fan club, elle, est un peu à l'image de cette station balnéaire de Andalouse près Dalou, ses plages de lumière. C'est en fait un fait divers qui débarque au paradis. On est tout au sud du Portugal et c'est du sable fin.

[00:06:42]

Une promenade de palmiers et 3.500 habitants et quasiment deux tiers de Britanniques. En fait, c'est un petit bout de Grande-Bretagne, en plein Portugal. Moi, j'ai été frappé en arrivant dans ce village, un ancien village de pêcheurs écrasés de soleil. On va à la supérette. Les journaux, ce sont les journaux anglais, le Sun, le Daily Mirror. On peut acheter du pinot de botteurs, du beurre de cacahuète. Et puis la messe le dimanche midi, il y a carrément un service en anglais.

[00:07:11]

Voilà où va la famille McCann. Régulièrement, ce sont des catholiques convaincus. Ce que vous me dites là, vous décrivez un paysage très amicale, ou presque. Tout le monde se connaît ou on a ses habitudes. Ce sont des familles qui reviennent quasiment chaque année sur place. Ça veut dire quoi? Ça veut dire que l'homme qui a enlevé la petite Maddie a pris énormément de risques. Pourtant, on ne l'a pas vu.

[00:07:35]

C'est ça qui est tout à fait étrange. C'est que dès les premiers moments de la disparition de Maddie, un peu comme un seul homme à la fois, les gens de l'hôtel, les vacanciers, les riverains, tout le monde se met à chercher Maddie et personne n'a rien vu. Et c'est très étonnant parce qu'il y a comme un espèce de mouvement de solidarité autour de cette petite fille. Et il y a vraiment dans les premières heures, les premiers jours, il n'y a pas de piste.

[00:08:04]

Donc, on comprend pas comment quelqu'un a pu gentiment, sans se faire voir, emporter cette petite fille. Si c'est le cas. Quel est le climat qui règne à ce moment là dans cette jolie station balnéaire? On soupçonne tout le monde. On se regarde un petit peu de travers.

[00:08:18]

Ce qui est assez étrange, c'est qu'il y a quand même tout de suite de la part de Gerry et Kate McCann, l'impression qu'ils sont seuls et que les Portugais ne les aide pas à chercher cette petite fille. C'est ce qu'ils ressentent et c'est ce qu'ils ressentent.

[00:08:30]

Et puis, c'est vrai que comme il n'y a aucune piste immédiate, on sait que c'est vraiment dans les premières heures qu'on peut facilement retrouver un enfant et que les premières heures comptent. Et comme il n'y a aucun indice, rien du tout, tout de suite, on se met à regarder son voisin, etc. C'est comme ça qu'on va assez vite partir sur des fausses pistes. Vous allez expliquer, j'imagine? Bien sûr, on va parler des pistes qui viennent en grand petit mot quand même.

[00:08:54]

Est ce que les parents se manifestent assez vite dans cette histoire? Ils se montrent, ils ne se cachent pas. En tout cas, ils ont l'impression de la presse anglaise qui est terrible.

[00:09:02]

On connaît les Anglais des dès les premières heures. Toute la presse anglaise est sur place. C'est d'abord les médias anglais et portugais qui sont là. Vraiment les tout premiers à y aller. Les correspondants, par exemple en anglais sur place, sont immédiatement appelés, notamment par le Sun, le Daily Mirror, pour être deux heures après. Mais je pense qu'avant que le soleil se lève, ils sont déjà là. Les Portugais, pareil. Et quelle était la question?

[00:09:29]

Jean Alphonse s'avoir.

[00:09:30]

Il y a une grosse pression. Effectivement, se montrer, ils n'ont pas peur de se montrer. Ils n'ont pas peur de se montrer assez vite ce qu'ils se montrent. Ils sont en larmes. Et moi, je me souviens de cette maman avec le doudou de sa fille et qui, immédiatement, improvise une conférence de presse dans la rue, en bas de l'ocean.

[00:09:47]

Ces visages vont bien sûr devenir symboliques. L'enquête sur la disparition de Maddie ne fait que commencer. A l'époque, personne ne s'intéresse à ce marginal allemand qui traîne dans le secteur depuis quelques années, un certain Christian Brückner. La justice portugaise en est très loin. Elle va concentrer toute son attention sur les parents de la petite fille. Le mystère Maddie. Un suspect. Une vérité toute proche a tout de suite sur RTL. Jean Alphonse Richard sur RTL et Chris.

[00:10:25]

L'heure du crime consacrée ce soir à l'affaire Maddie, un Allemand, Christian Brückner, aujourd'hui suspect numéro un dans cet enlèvement. Mais avant d'en arriver là, l'enquête a fait des tours et des détours. Le jeudi 6 septembre 2007, quatre mois après l'enlèvement de Maddie, retentissant coup de théâtre, Kate McCann, la maman, est entendue comme témoin.

[00:10:48]

Le procureur général de Faro considère comme suspect les parents de Maddie, pas forcément accusés ni inculpés, placés alors sous le statut d'Argouges d'eau.

[00:11:00]

Témoin assisté, en quelque sorte, car la police portugaise a depuis le début des doutes sur Gerry et Kate McCann. Les voilà soupçonnés d'homicide par négligence et d'occultation de cadavre. La thèse est la suivante la mère anesthésiste aurait administré accidentellement une surdose de sédatifs à Madeleine pour la faire dormir. Un mauvais dosage qui l'aurait tuée? Gerry McCann sont menacés de placement en détention provisoire juste avant de se retrouver dans le viseur de la justice. Ils ont accordé une interview exclusive à Paris Match sur les suspicions dont ils font l'objet.

[00:11:42]

Gerry McCann répond Pour nous, toutes ces rumeurs embrouille l'enquête. Ce ne sont que des rumeurs. Il n'y a pas de preuves. Nous étions des témoins et nous savions que nous allions être regardés à la loupe.

[00:11:54]

Kate ajoute On a dit tout ce qu'on savait et répondu à tout ce qu'on nous avait demandé. C'était la meilleure façon de retrouver Madeleine. Il faut tout essayer de ne rien regretter.

[00:12:07]

Il faut aller de l'avant malgré leur statut de suspect. Les McCann sont libres de leurs mouvements avant même d'être rattrapés par la justice portugaise. Ils avaient prévu de rentrer en Angleterre pour retrouver le calme. Le fait d'être suspecté précipite leur départ qui va se faire en trombe. Anne-Claire Banel, je reviens vers vous, vous étiez donc l'envoyé spécial de RTL Proyas Andalouse et on peut le dire aux premières loges lors de ce départ précipité presqu'à la cloche de bois, comme on le disait vrai au petit matin, au petit matin, on dort encore.

[00:12:45]

Et puis, j'ai l'information qu'effectivement, Gerry McCann sont sur le point de partir. On dit à la cloche de bois parce que à la sauvette, au petit matin, il essaye d'échapper au siège des journalistes parce qu'il y a vraiment un siège de journalistes devant leur maison. Moi, je suis en train de dormir, je saute dans un djinn et on se retrouve tous là, devant, devant la porte. Et effectivement, je crois que même il s'était. Entre temps, ils ont.

[00:13:09]

Ils ont d'ailleurs une agent qui est chargée de communiquer avec les journalistes, qui s'appelle Ghosting McGuinness, qui est un peu qui a été employée par le couple trouvé par un chasseur de tête. Un peu comme on mènerait une campagne électorale. Et elle est là pour nous, pour nous parler. Et c'est elle qui va tout gérer à la porte. Et elle même, elle s'est beaucoup disputée. On l'a su après la veille en disant Ma McCann, si vous partez, vous allez laisser entendre que vous avez des choses à vous reprocher.

[00:13:34]

Alors ça, c'est très important. Qu'est ce qu'on dit à ce moment là? On hésite. Finalement, c'est peut être pour qu'il parte aussi précipitamment.

[00:13:41]

Voilà. Ce qui est sûr, c'est qu'il y a une énorme pression de la presse devant chez eux et que ça doit être insupportable. Il y a vraiment les prompteur, les caméras, les trépieds. Vous imaginez, peuvent plus faire un pas et peuvent plus respirer. Ils sont prisonniers chez eux. Mais c'est un moment aussi où on entend de la part de la police portugaise qu'il y a un peu des incohérences dans le timing qu'il donne sur cette fameuse soirée.

[00:14:05]

Ils sont allés surveiller les enfants. Il y a aussi. Les allées et venues ne sont pas très claires. Les allées et venues ne sont pas très claires. A quelle heure y sont ils allé? Ont ils vraiment regardé dans la chambre? Les amis qui étaient autour de la table au dîner se contredisent. Et puis, il y a aussi des chiens britanniques qui ont retrouvé dans l'appartement et dans la voiture de location des McCann qui ont marqué des. Des chiens renifleurs qui ont marqué des traces de sang.

[00:14:30]

Ça jette aussi le doute. Et sur les entrefaites. Ils sont, entre guillemets, mis en examen à Rideau. C'est le système portugais et là et là, ils s'en vont. Et on les voit donc quitter. Ils arrivent à peine à se frayer un chemin. Et là, c'est un peu le délire. Parce que toute la presse les suit. Sur l'autoroute, il y a une sorte de course poursuite. Ils arrivent à monter dans le dernier Easy qui les ramène de Faro, en Angleterre.

[00:14:56]

Et dans l'avion, la moitié des passagers sont des journalistes qui, entre temps, ont réussi à prendre leur billet. Et je crois même que le commandant a failli a failli faire sortir une équipe tellement elle était oppressante. Il y a cette pression. Effectivement, au tour des parents est très compréhensible avec cette scène qui s'apparente presque à une fuite. Marie Billon Bonsoir, bonsoir. Vous êtes la correspondante de RTL à Londres. Alors, on dit parfois que la France a l'affaire Grégori.

[00:15:24]

l'Angleterre à l'affaire Maddie. Marie, expliquez nous comment sont vécue à l'époque les soupçons qui pèsent sur les parents et que vient soupçons que vient de rappeler Anne-Claire Banel?

[00:15:35]

Comme vous l'avez dit, c'est plutôt le Portugal, la presse portugaise, qui commence à avoir des doutes. Mais les Britanniques de évidemment reprennent, reprennent le fil. Des tabloïds, en particulier sont ceux qui tirent ce fils avec la virtuosité qu'on les connaît. Le Daily Express est celui qui se dit obsédé par cette affaire tellement il fait de une sur Maddie avec une vraiment accusatrice tuée par des somnifères. Il faut trouver le corps de Maddie, sinon les McCann vont échapper à la justice.

[00:16:09]

Les McCann sont certainement coupables. Tout ça, c'est des choses qui ont été dit par le Daily Express. En fait, cette culpabilité des parents et non seulement discutée dans les journaux, mais c'était aussi la naissance des réseaux sociaux. Twitter avait un an à l'époque et les gens commencent à spéculer ouvertement sur les réseaux sociaux. On parle de spécialistes de la communication. On parle alors désolé pour la traduction, mais du monstrueux irisations des McCann, on en fait des monstres.

[00:16:34]

Et surtout, surtout, la mère qui apparaît toujours après les premiers jours, mais toujours très propre sur elle, très distinguée, très retenue. Après, on apprend qu'effectivement, un conseiller en communication a dit de ne pas pleurer à la télévision parce que si sa fille a été enlevée, ça pourrait faire plaisir aux kidnappeurs, éventuellement, de voir la mère pleurer. C'est peut être pour cela qu'elle aurait toujours gardé son sang froid. En tout cas, vous l'avez dit, il avait cette communication très, très bien ficelée.

[00:16:58]

On va peut être en reparler, justement, mais c'est cette stratégie de communication et carrément envoyé complètement déraillé par ces spéculations. D'abord de la police et ensuite reprises et amplifiées par les journaux, bien sûr.

[00:17:12]

Est ce que ma rébellion, est ce que c'est ce climat médiatique écrasant? Est ce que cela gêne le début de l'enquête? Il faut le rappeler, a été aussi très vite mené en parallèle avec la police portugaise par Scotland Yard.

[00:17:27]

Oui, absolument. La police britannique est arrivée très, très. Il y a eu beaucoup de têtes de critiques de la part des Britanniques, ils pensaient qu'ils n'avaient pas exactement leur place ou qu'on leur faisait pas la place qu'ils auraient voulu avoir dans cette enquête, dans cette enquête. C'est effectivement quelque chose, quelque chose d'intéressant, surtout quand on sait où est ce qu'on en est aujourd'hui aujourd'hui de l'enquête? Est ce que les journalistes, en faisant leur propre enquête ou leurs propres accusations, comme le Daily Express, a gêné, gêné l'enquête, le couple?

[00:17:58]

Les parents étaient soupçonnés. De toute façon, les policiers menaient leur enquête en toute discrétion, même si on sait qu'un des policiers portugais qui a quitté l'enquête a ensuite ensuite écrit un livre en étant très accusateur des McCann. Mais qui, peut être, il aurait peut être plus suivi les théories des journalistes que les théories plus calmes de ces policiers.

[00:18:21]

Mais la place que prenaient les journalistes, les journaux, les spéculations sur les réseaux sociaux a certainement été très importante dans la manière dont on a vu et dont on voit encore l'affaire McCann aujourd'hui. Est ce qu'elle a eu un impact sur les enquêtes, sur les enquêtes? Ça, c'est quelque chose qu'on ne peut pas savoir.

[00:18:38]

Les McCann, donc, au centre d'une incroyable enquête. Ils vont reprendre leur travail et ne plus beaucoup sortir de leur maison à une cinquantaine de kilomètres de Londres. Ils restent des suspects. Au mois d'avril 2008, sur commission rogatoire, la police portugaise, bien les réinterroger, auditions à laquelle assiste la police, nous laisse trois mois après les soupçons, les soupçons, trois mois après les soupçons sont levés. Aucune charge retenue contre les parents. Retour au point de départ à la piste du ravisseur solitaire.

[00:19:11]

Le mystère Maddie, ce soir sur RTL. Un rapt au Portugal? Mais la vérité est telle ailleurs en Allemagne, a tout de suite dans l'heure du crime décrit. Jean Richard jusqu'à 21 heures sur RTL. l'Inter vétérinaire et l'heure du crime. Jean Richard. L'heure du crime consacrée à l'affaire Maddie. Treize ans de silence. Et puis, en juin, l'identification d'un suspect, un Allemand, premier espoir de vérité dans une enquête qui, pendant treize ans, n'a connu que des fausses pistes.

[00:19:54]

Les mois, les années vont s'écouler dans l'affaire Maddie. Une enquête dans toutes les directions, des fouilles pendant des jours et des jours au Portugal depuis une retenue d'eau vidée près de Riyad, jalouse des centaines de témoignages passés au crible. Cet homme vu en train de transporter dans ses bras une petite fille en pyjama. Cet autre individu la tenant par la main, un touriste britannique brièvement arrêté, présenté comme un possible auteur du rapt et relâché pas moins de six.

[00:20:24]

Portrait robot dressé par la police portugaise. De quoi dérouter davantage les enquêteurs que leur donner de véritables indices.

[00:20:34]

De son côté, la Metropolitan Police anglaise ne chôme pas. 37 policiers d'élite mobilisés sur le dossier en 2012. La diffusion sur toutes les chaînes télé dans une campagne d'affichage du nouveau visage numérique de Maddie McCann, une petite fille qui aurait désormais huit ans. Des milliers de documents étudiés factures, relevés d'écoutes téléphoniques, images de vidéosurveillance. La mère de ma, dit elle, ne désespère pas de retrouver sa fille vivante et veut continuer les recherches.

[00:21:06]

Mais normalement, les services, puis les ce qui nous inquiète le plus, c'est que les gens pensent que Madeleine est morte. Nous, nous savons qu'il n'y a aucune preuve qui suggère cela. Nous savons aussi que si les gens pensent qu'elle n'est plus en vie, ils vont arrêter de la chercher dans sa mort.

[00:21:24]

Mais certaines personnes ont peut être des informations, mais ils ne se rendent pas compte qu'elles sont liées à l'enlèvement de Madeleine. Ils se disent. Il paraît qu'elle est morte, donc pas besoin de transmettre cette information.

[00:21:37]

Vous savez, je crois que c'est notre devoir vis à vis de Madeleine de ne pas baisser les bras. Il y a 40 ans, à. Dès 2013, Scotland Yard dit avoir identifié 38, puis 41 personnes qualifiées de dignes d'intérêt. Un nom figure déjà dans cette liste. Celui de l'Allemand Christian Brückner, mais il ne retient pas l'attention jusqu'au 4 juin dernier, où l'affaire Maddie refait brutalement surface. Un tremblement de terre venus d'Allemagne. Ce jour là, Heyns Christiane Walters, procureur de Brunswick, en Basse-Saxe, révèle que Madeleine McCann a été enlevée, sans doute tuée par un suspect actuellement emprisonné dans un autre dossier, un trafic de stupéfiants.

[00:22:21]

Tout laisse croire que cet homme âgé de 43 ans. Christian B. La loi allemande interdit qu'on donne le nom de famille, que cet homme soit impliqué dans le rapt. Christian B. C'est Christian Brückner. Environ un mètre 80, cheveux blonds, visage tourmenté, abîmé par une vie aux frontières de l'errance, loin d'être un inconnu de la justice et de la police allemande. Son dossier compterait pas moins de 17 condamnations pour escroquerie, vol, port d'arme prohibée, viols et agressions sexuelles sur des enfants.

[00:22:54]

Ajoutez à cela qu'à partir de 1995, il a commencé à vivre au Portugal, dans la région de Praia da Luz, où il était parti avec sa petite amie de l'époque pour, semble t il, fuir alors une condamnation.

[00:23:11]

Bonsoir Delphine Beaulieu par Jean-Claude Delphine N'abolira, vous êtes l'une des correspondante de RTL en Allemagne. Comment Delphine? La justice tombe t elle sur Christian Brückner qui, encore une fois, n'est pas un inconnu dans l'affaire, m'a dit On a son nom depuis quelque temps.

[00:23:30]

Oui, en effet, les enquêteurs s'intéressent à lui depuis déjà un bon moment. Depuis 2000 exactement. A l'époque, les parents de Maddie avaient participé à une émission télévisée de télé ayant fui en Allemagne et ils avaient pris deux portraits robots de potentiels. Et le lendemain des élections? Un ancien collègue de travail des boîtes noires avait contacté la police pour signaler qu'il habitait bel et bien dans la région au moment de la disparition de la lutte et pour signaler qu'il ressemblait au portrait robot.

[00:24:00]

Alors à l'époque, aucune preuve concrète n'avait toutefois pu être retenue contre lui. Et puis, en 2008, rebelote les enquêteurs alertés par un ami du suspect. À l'occasion de la disparition de Maggie, Christian Breitner aurait confirmé à la nuit tout savoir sur Maggie. Il lui aurait aussi assuré que la police ne retrouverait jamais le corps. Il aurait ensuite montré des vidéos pédophiles en lien avec la fillette.

[00:24:27]

Cela dit, on va laisser un petit peu courir le cas de ce suspect. On ne voit pas. On ne va pas l'attraper tout de suite. Au fil de l'enquête, on va s'apercevoir qu'il est temps au Portugal au moment de la disparition de Maddie. Il y a d'ailleurs ce fameux coup de fil qui va le confondre.

[00:24:44]

Alors aujourd'hui, les enquêteurs fait en effet de savoir avec un Brückner à téléphoner le fameux soir de Maggie, un coup de fil d'une demi heure environ avec une personne qui utilisait une carte prépayée. Donc, impossible pour les enquêteurs de retrouver le propriétaire. La police a lancé en juin un appel à témoins, mais elle n'a pas encore communiqué sur le résultat qu'elle a retrouvé. Quatre personnes en contact avec Brückner? Le fameux enlèvement. Pour l'instant, on ne le fait pas.

[00:25:14]

Coup de fil, il faut le préciser. Delphine, qui est passée vraiment à Proyas Luz, tout à côté du complexe hôtelier où se trouvait ce soir là la petite fille?

[00:25:23]

Oui, exactement. Il faut savoir que Brakna, à l'époque, vivait à quelques kilomètres de ce fameux hôtel où habite la petite Maddie et dont elle a été enlevée. Il faut avoir vécu une douzaine d'années dans cette région du sud du Portugal. Il a vécu de petits boulots dans des bars, dans les restaurants. Il a aussi vécu deux vols de cambriolages dans les camps de vacances, parmi lesquels il a occupé à l'époque du trafic de drogue. Et cela lui a valu plusieurs condamnations par la justice portugaise.

[00:25:58]

Il était connu des autorités portugaises à l'époque pour ajouter à son mode de vie. Il était à l'époque mobile dans le sud du Portugal. Il possédait un bus Combi Volkswagen Jaguar. Et au moment de la disparition de Maggie, je vous le disais, il habitait vraiment à proximité de la maison Marie Billon.

[00:26:18]

Je reviens vers vous. Vous êtes à Londres. Apparemment, le nom de Christian Brückner a déjà beaucoup circulé à l'époque. La Metropolitan Police Scotland Yard a raté ce Christian Brückner ne l'a pas vu dans ces fichiers.

[00:26:32]

Ecoutez, c'est une des grandes questions aujourd'hui de l'enquête de voir comment est ce que la police, qui était justement sur cette enquête, ont pu passer à côté. C'est vrai que Madeleine McCann, sans parler de lui en particulier, regrette depuis très longtemps le fait que les autorités et les enquêteurs, quels qu'ils soient, ne soient pas à s'intéresser au potentiel pédophile qui auraient pu déjà être dans la région. Elle l'a dit dans le livre qu'elle a écrit sur la disparition de sa fille pour donner sa version des faits en 2011.

[00:27:02]

Et elle a effectivement redit ça, je crois, si je me trompe pas assez récemment. Et c'est vrai qu'il y a aussi un ancien détective qui n'était pas sur cette affaire là, mais qui est aujourd'hui un journaliste d'investigation et qui a beaucoup parlé sur l'affaire cet été. Quand, justement, on s'est posé la question Mais comment est ce qu'on a pu voir cet individu alors qu'il était dans tous les radars de la police?

[00:27:23]

Exactement.

[00:27:24]

Et alors? On demande alors est ce que c'est quelque chose qui est notre faute? Est ce que les enquêteurs britanniques, qui ont peut être fait quelque chose de qui monté en eux, se disent que ce que dit ce détective, cet ancien détective, sait que finalement, c'était les Portugais qui étaient sur place en premier, c'est eux qui menaient l'enquête. Si c'était les Britanniques qui avaient mené l'enquête, ils auraient fonctionné différemment parce qu'ils avaient l'habitude de ce genre d'enquête.

[00:27:45]

D'abord, il saurait si c'était puisque c'était un enfant si jeune qui n'aurait pas pu finalement s'en aller tout seul. Il serait parti finalement directement de la pire des possibilités. C'est à dire effectivement, un pédophile peut être enlevé cet enfant dont il aurait, il serait renseigné sur tous les pédophiles qu'il aurait eu dans la région. Et c'est quelque chose qui peut se faire assez rapidement, apparemment, puisque ça a déjà été fait justement en Angleterre et donc dans ce cas là, il aurait pu trouver.

[00:28:11]

Est ce qu'il aurait pu, dans ces cas là, tirer le bon? C'est ça le truc. On connaissait déjà son nom. Son nom était déjà dans les dossiers. Simplement, il n'a pas été assez assez investigué. Est ce que les Britanniques en charge auraient fait différemment? Grange, comme vous le disiez, existe depuis 2011, mais ils n'ont jamais tiré ce film non plus.

[00:28:28]

Les polices, mais c'est de bonne guerre qui vont se renvoyer la balle dans ce dossier. Difficile de savoir quel secret cache Christian Brückner, qui semble avoir compartimenter sa vie. Vie marginale sur laquelle on a très peu de prise. Brückner! Garde d'ailleurs le silence sur le dossier, m'a dit cet homme habitué à la violence et à la cavale permanente. Est il le ravisseur de la petite Maddie? La justice allemande y croit. Mais après avoir eu la sensation de toucher au but, elle se heurte à l'absence de preuves, de traces d'indices.

[00:28:57]

Il va falloir désormais faire vite pour essayer de confondre Brückner. Pas de droit à l'erreur. En fait, un compte à rebours est lancé cinq mois pour parvenir à l'accusé. Après, il risque d'être trop tard. Le suspect numéro 1 de l'affaire Maddie pourrait être libéré et disparaître. L'affaire Maddie, une course contre la montre pour la vérité? Vous êtes bien sur RTL a tout de suite dans l'heure du crime. N'intervint l'heure du crime sur RTL. Claire Dicrim rejoint France Richard, c'est l'heure du crime consacrée ce soir à l'affaire Maddie, le suspect numéro 1 en Allemagne.

[00:29:43]

De lourdes présomptions, mais des preuves qui ont du mal à se dessiner, cet homme de 43 ans que pourtant, tout accable. Va t il échapper à la justice?

[00:29:55]

Derrière les murs de la vieille prison de Quile, Christian Brückner est détenu, discret et silencieux dès lors qu'il s'agit de répondre aux questions des juges ou des policiers. Son passé de délinquant l'a sans doute formé à l'art du silence. Il ne s'exprime pas sur le dossier de la disparition de la petite Maddie. Son avocat, maître Friederich plus cher, explique que cela ne signifie pas qu'il est coupable. Il le décrit aussi comme une personne très calme et sympathique avec qui il dialogue dans une atmosphère toujours agréable.

[00:30:28]

L'avocat ajoute que le parquet de Brunswick serait allé trop vite en besogne. Le parquet semble avoir jeté son dévolu sur mon client et tente maintenant de rattraper l'absence de preuve par tous les moyens possibles et imaginables. Les enquêteurs allemands, en lien avec leurs collègues portugais et britanniques, font désormais le forcing pour reconstituer le puzzle. Christian Brückner de nouvelles fouilles entreprises au Portugal autour de la petite ferme que Brückner louait dans les environs de Proyas Dollhouse. Sur les lieux. Un coin de plage où il est stationné avec son camping car, un combi Volkswagen et des recherches en Allemagne, où la police découvre le profil inquiétant d'un homme qui vivait dans une quasi clandestinité, dans des lieux délabrés où personne ne serait venu le chercher.

[00:31:26]

Delphine Beaulieu, Je reviens vers vous. Correspondante RTL en Allemagne. Quelles recherches ont été entreprises par les enquêteurs allemands? Parlez nous de ces fouilles dans un entrepôt délabré, une espèce de friche industrielle ou Brückner avait ses habitudes.

[00:31:40]

En effet, la police a fouillé durant trois jours un entrepôt dans les environs de Hanovre, un entrepôt qui lui appartient. Il lui aurait vécu un certain temps après son retour du Portugal, qui est un bâtiment en anglais au milieu du aurait. La police a aussi fouillé un jardin ouvrier dans une autre région. Un jardin ouvrier qu'il a aussi occupé les voisins l'aurait vu à plusieurs reprises. Le sol de la maison. Les enquêteurs envoyés sur les lieux dans le but de trouver évidemment un lien avec Maggie, une étudiante.

[00:32:21]

Des preuves concluantes, en tout cas en allemand. Alors, de quoi s'agit t il encore?

[00:32:27]

Aucun détail n'a été donné, alors on sait que la justice allemande est très hermétique. Elle ne donne très peu de détails, mais des preuves concluantes. Ça veut dire quoi? Qu'on a trouvé peut être des affaires de la petite fille ou bien des indices qui mènent à ce crime de la part du procureur.

[00:32:44]

Il n'y a eu aucune information. Les médias britanniques suivent de très près l'enquête et l'affaire n'est pas d'objets appartenant à des enfants, par exemple. Une petite fille lui aurait joué un morceau de père. Il aurait appris en effet que Britney aurait fouillé la terre à l'intérieur du bâtiment. Plus de détails.

[00:33:13]

Malheureusement, je n'arrive pas à me faire, Daniel, je reviens vers vous. Vous avez entendu des fouilles en Allemagne? J'ai parlé aussi des fouilles au Portugal. C'est difficile dans cette région de Dalou. C'est une région qui est assez étendue, avec des habitations loin de nous les unes des autres dans la campagne.

[00:33:31]

C'est vrai qu'assez vite, on se retrouve dans l'attente de la totale campagne. Je crois qu'à l'époque, au début de l'enquête en tout cas, il y a eu. Il y a eu des équipes de la Garde nationale républicaine portugaise avec des chiens lancés à travers la campagne. Il y a eu des espèces de battues solidaires de quasiment toute la ville. C'est vrai qu'il y a eu vraiment, dans ce paysage là, l'impression aussi de chercher une aiguille dans une botte de foin et que c'était très facile de partir assez vite sans que personne, vous.

[00:34:01]

Parce que l'Algarve, il y a une partie qui est quand même assez sauvage. Une fois qu'on est sorti, c'est cette station balnéaire très courue.

[00:34:08]

Et puis, le suspect numéro 1 vivait effectivement dans une petite maison, une fermette qu'il louait et qui était assez isolée. En tout cas, les voisins n'avaient pas entendu parler de lui. Marie Billon, vous êtes à Londres. Évidemment, on se met à la place des parents de la petite Maddie. Est ce qu'on sait comment ils ont réagi quand cette histoire Brückner est sortie?

[00:34:30]

Alors que je vous disais tout à l'heure, ils ont toujours dit que l'on n'a pas assez chercher du côté des pédophiles potentiellement dans la région, qu'il y avait un petit peu cette déception là, mais en tout cas content d'être arrivé là. Mais en même temps, le porte parole de la famille a dit Il y a eu tellement d'allers et retours d'espoir qui ont été montés. Et puis finalement, on a été complètement démonté. Donc, pour l'instant, ils disent que c'est un temps assez frustrant pour eux.

[00:34:57]

C'est difficile pour eux, mais ils ont de l'espoir, mais qu'ils ne mettent pas non plus tout leur, tous leurs espoirs là dedans. Surtout que, évidemment, la manière dont la police Breydel allemande a géré ça pour eux était assez, assez traumatisant.

[00:35:15]

C'est brutal, assez brutal, parce que le procureur a plus ou moins excusé d'ailleurs d'avoir transmis des informations, peut être à La Presse avant de les transmettre aux intéressés. Comment a réagi Scotland Yard dans cette affaire, de la même façon que la famille? Avec des doutes, des suspicions.

[00:35:33]

Alors tout est pris évidemment avec suspicion par Scotland Yard. Après la coopération, si je comprends bien, a été là autant que possible. L'opération Grange est toujours et toujours la grange. C'est vraiment. Cellule d'investigation qui a été ouverte en 2011, qui est devenue vraiment une enquête en 2015, qui a passé au peigne fin de nombreuses, de nombreuses déclarations de témoins, qui a vu beaucoup d'indices, etc. Et qui a repris un petit peu les choses en main et qui n'arrivent pas à la conclusion que la police allemande, par contre, parce que la police britannique pense toujours que c'est un cas de personnes disparues, tandis que la police allemande pense que tout est un cas de bas d'enfants qui est décédé.

[00:36:19]

Et la manière dont scorant d'Iyad gère, ça est très différent de la manière dont les Allemands gèrent ça. Et les parents, en l'occurrence, eux, ont beaucoup plus de difficultés avec l'Allemagne à gérer ça. Parce que l'Allemagne aurait passe, aurait parlé à travers aux parents, à travers Scotland Yard, notamment, quand les enquêteurs allemands auraient fait savoir qu'ils estimaient que pour eux, la petite fille était décédée. Ils disent les Allemands disent avoir envoyé une lettre aux parents en passant par Scotland Yard, les informant de ces conclusions.

[00:36:47]

Les parents ont ensuite très rapidement pris la parole en disant non. La lettre qu'il a reçue, il y en a eu qu'une.

[00:36:52]

Déjà, il n'y a pas eu deux à ne mentionner sur les pas cette affaire, donc discordance entre les polices anglaises et allemandes. Quoiqu'il en soit, c'est désormais Christian Brückner qui, dans sa cellule, qu'il a les cartes en main. Dans l'affaire Maddie, le temps joue en sa faveur. Si aucun indice capital n'est découvert au Portugal ou en Allemagne, il pourrait tout simplement quitter sa cellule une fois sa peine pour trafic de stupéfiants purgée et disparaître. Le suspect numéro 1 échapperait ainsi en toute légalité aux enquêteurs.

[00:37:20]

Et vu ses aptitudes à se fondre dans la nature, on pourrait bien ne plus jamais le revoir.

[00:37:26]

L'affaire m'a dit quand la vérité ne tient qu'à un fil. Vous écoutez RTL? C'est l'heure du crime. On se retrouve tout de suite. Jean Alphonse Richard sur RTL. Nous sommes toujours dans l'heure du crime. France Richard jusqu'à 21 heures sur RTL ce soir, l'affaire Maddie après treize ans d'enquête, ce mystère criminel va t il être résolu? Le suspect numéro 1, un marginal allemand nommé Christian Brückner, sera t il désigné comme coupable? Tout va se jouer dans les cinq mois qui viennent.

[00:38:02]

Et voici pourquoi. Christian Brückner garde le silence sur l'affaire Maddie, un dossier qui lui est totalement étranger malgré l'accumulation des soupçons, le premier étant ce fameux coup de fil. Une demi heure de conversation avec un interlocuteur non identifié sur le lieu de l'enlèvement de la petite Maddie, tout près du complexe hôtelier de Proyas, à Loos, au Portugal. Les autres soupçons ont trait au profil du personnage délinquant bien connu des tribunaux, accusé d'agressions sexuelles sur des mineures.

[00:38:33]

Cet entrepôt désolée de Hanovre, où l'on retrouve des objets ayant pu appartenir à des enfants. Bruckner, par ailleurs accusé de viol d'une Américaine de 72 ans au Portugal. L'accusation qu'il conteste. Tout comme il conteste devant la justice européenne son extradition depuis l'Italie vers l'Allemagne.

[00:38:50]

Bref, autant de recours juridiques qui pourraient lui éviter un séjour prolongé en prison et lui permettre de retrouver l'air libre et ne jamais répondre à aucune question sur Maddie. Destiné à Beaulieu, ce que la justice allemande a réellement, cette crainte de voir s'envoler Christian Brückner, de ne plus être juridiquement en mesure de le garder en prison est donc de voir s'effondrer finalement l'accusation.

[00:39:20]

Oui, alors bien sûr, même si, évidemment, personne ne le dit officiellement. Il y a d'un côté la crainte que Christian Vingtenaires soit libéré le 7 janvier prochain et qu'il puisse disparaître dans la nature. Pourquoi il serait libéré le 7 janvier prochain? Parce qu'il aura à cette date purgé sa peine de 21 mois de prison pour trafic de stupéfiants. Et comme il conteste par ailleurs sa condamnation pour le viol de cette femme américaine de 72 ans, il pourrait ne pas enchaîner les deux peines de prison.

[00:39:52]

Il pourrait donc peut être sortir le livre et disparaître. Il serait évidemment un coup pour les enquêteurs. Il y a aussi le danger pour la justice allemande de ne pas trouver de preuves suffisantes pour l'inculper. Ou tout simplement, il y a le danger de faire fausse route. Peut être, mais pas du tout impliqué dans cette affaire. Cela explique la grande prudence et l'absence de communication des enquêteurs sur ce dossier très sensible. Un suspect qui glisse pour le moment entre les doigts des enquêteurs dans une affaire où toutes les pistes ont fini jusque là dans des impasses, comme si finalement, depuis 13 ans, ce dossier était maudit, impossible à résoudre, et ce, malgré les efforts déployés et l'écho mondial unique donné à cette affaire.

[00:40:41]

Le visage de Mahdi étant devenu l'un des plus emblématiques des disparitions d'enfants.

[00:40:49]

Anne-Claire Danel, vous êtes ce soir dans le studio de l'heure du crime. Vous étiez au Portugal pour RTL pour cet enlèvement. Les policiers locaux ont ils raté l'enquête sur cette disparition en se focalisant peut être un peu trop tout de suite sur les parents de Maddie et peut être en ignorant d'autres pistes annexes? A l'époque, le chef de cette enquête, c'est un policier, Gonçalo Amaral, qui lui va croire dur comme fer à la culpabilité, notamment de la mère de ma vie.

[00:41:19]

Je vous propose, il va sortir un livre sur le sujet. Je vous propose d'ailleurs de l'écouter.

[00:41:24]

Ma conviction, c'est que Madeleine est morte dans cet appartement de Proyas Dalou. Je l'explique grâce aux indices donnés par deux chiens très souvent utilisés en Angleterre et aux Etats-Unis, ils ont repéré une odeur de cadavre et des traces de sang dans l'appartement et dans la voiture qu'ils ont loué après la disparition de ma. Alors, Gonçalo Amaral?

[00:41:42]

On l'entend? Il est affirmatif. Ça va pas très bien finir pour lui d'ailleurs, puisque il sera limogé de son poste de policier. Est ce que non après? Est ce que les policiers portugais sont focalisés sur les parents de Bindi?

[00:41:57]

C'est vrai qu'ils sont assez vite focalisés sur plusieurs choses. Bon, déjà, il y a même de la part de l'opinion publique portugaise. Cette grande question pourquoi on laisse seuls ces enfants dormir dans un appartement et compare dîner au restaurant même si ce n'est pas loin? Ça, c'est assez mal vu et il y a une pression. Après, comme je me disais, il y a effectivement des incohérences dans les témoignages. Le timing précis. Le soir du dîner, des différents convives sur qui est allé voir les enfants, à quelle heure, etc.

[00:42:28]

Aussi la seule. Finalement, la seule empreinte digitale qu'on relèvera dans cet appartement, notamment sur la fenêtre, serait une empreinte digitale de cake, la maman qui ouvre la fenêtre. Et puis, il y a ces fameux chiens qui trouvent des traces de sang dans l'appartement et dans dans la voiture, dans l'eau, dans le véhicule.

[00:42:51]

Voilà ma McCann. Et assez vite. Les chiens sont des chiens britanniques. Je crois que les analyses sont faites aussi en Angleterre et les résultats sont très vite donnés à la Presse de la part de Gonçalo Amaral, alors qu'il s'agit des tout premiers résultats ADN non confirmés. Et là, je pense que ce Gonçalo Amaral, il a aussi cédé à la pression des journalistes. Il était extrêmement critiqué côté presse anglaise. Lui, il a eu droit aussi aux gros titres.

[00:43:21]

Il était gros. Il était élu.

[00:43:24]

Le tabloïd ne lui avait pas remis sur le dos le pauvre. Toute sa vie privée est passée à la une du Sun et du Daily Mirror. Il était aussi dans cette pression. Et puis moi, je me souviens, il y avait autre chose. C'est que là où étaient interrogés Qualité de Gerry, c'était le commissariat à Portis Mahaux. Une devanture en carrelage, une espèce de porte en bois dans un mur. C'était assez glauque, franchement, et on les voyait arriver la dedans et repartaient des dizaines d'heures après.

[00:43:54]

On avait l'impression que ça se passait comme au Moyen-Age. Donc il y a eu aussi une espèce de guéguerre entre Diplomatic, presque entre Portugal, et il était sous le feu des Britanniques, des Portugais. Puis nous, on l'a dit, des gens. Une guerre, des polices, mais qui est vraiment classique dans ce genre de dossier médiatiquement très exposé. Marie Billon. Je reviens vers vous. Vous êtes à Londres, le correspondant de RTL dans la capitale anglaise.

[00:44:19]

Est ce que Scantland, dire je crois, considère toujours que Maddie est vivante? Le Yardeni, la Métropolitaine Police continue d'enquêter. Dites nous, est ce qu'il y a véritablement un espoir d'aboutir dans ce dossier?

[00:44:34]

En tout cas, ils continuent leur travail comme si, effectivement, ils avaient un espoir. Et puis, ils ont toujours les financements qui vont avec. Déjà, quand il y a eu sept fils de Christian Brückner qui arrivaient squatteur, dire là dessus.

[00:44:45]

Lancer un appel aux Britanniques et au delà. Et 900 920 personnes ont envoyé un mail. Ou on a Scotland Yard pour dire pour donner des informations qui pourraient peut être être utiles à l'enquête. C'est encore en train d'être étudié, apparemment, les policiers britanniques. Si j'ai bien compris, on aussi interrogé. Peut être une ancienne petite amie de Brückner qui est britannique, qui vit dans, qui est originaire d'à côté de Londres, mais qui vivrait toujours au Portugal.

[00:45:13]

Ils sont toujours activement Brückner étaient partis d'ailleurs avec elle s'installer au Portugal à l'époque, je crois. C'est ça? A priori, c'est la même personne, même si pour l'instant, les et les Britanniques. Les policiers ne donnent pas énormément d'informations, mais a priori, on parle effectivement de la même personne. Pour l'instant, en tout cas, Grange a toujours bénéficie toujours de financements de la part du ministère de l'Intérieur. On sait que en 2018, l'opération Grange avait bénéficié de plus de 12 millions d'euros, l'équivalent de 12 millions d'euros d'argent public.

[00:45:44]

Le financement était assuré jusqu'en mars 2020. En 2019 2020, ils ont eu encore 300 000 euros. Alors, évidemment, il y a le coronavirus, dont on ne sait pas vraiment ce qui s'est passé en mars 2020, mais en tout cas sur le site de la police métropolitaine. Dit toujours que le ministère de l'Intérieur continue à financer l'opération Grange. Donc, s'il y a les financements, c'est qu'il y a toujours un espoir.

[00:46:05]

Donc il y aura toujours cette ténacité britannique et cette envie, effectivement, de faire émerger cette vérité dans cette affaire qui n'en finit pas. Ou effectivement, avec ce superbe, on a peut être la chance d'avoir la personne qui connaît cette vérité. Merci beaucoup. Marie Billon à Londres. Anne-Claire Danel dans ce studio de l'heure du crime. Delphine l'Herbaudière, vous étiez en Allemagne? Merci beaucoup. Toutes les trois d'avoir été les invités de l'heure du crime. Merci à Justine Vignaux et Marie Bosshard d'avoir préparé cette émission, à Marc Bisser de l'avoir réalisé.

[00:46:37]

Merci à toutes et tous pour votre écoute et votre fidélité.