Transcribe your podcast
[00:00:00]

20 heures 21 heures. Jean Richard, directeur du. Ce soir, c'est Jean Alfonse Richard, ravi de vous retrouver dans l'heure du crime pour une semaine exceptionnelle entièrement consacrée au grand rap. Chaque soir jusqu'à jeudi et dès 20 heures sur RTL, je vais revenir sur ces enlèvements célèbres qui ont marqué l'histoire du crime. Une industrie qui peut rapporter gros dès lors que la cible est bien choisi. Des opérations préméditée, minutée, nécessitant de nombreuses complicités et une logistique quasi militaire.

[00:00:38]

Même si parfois, on le verra au cours de cette semaine, l'artisanat et l'improvisation ne sont jamais très loin et réduits à néant. Le plus spectaculaire des projets cette semaine dans l'heure du crime? Je vais donc vous raconter quatre grands rapts qui sont entrés aujourd'hui dans la chronique judiciaire et nous commençons ce soir par une affaire qui a tenu en haleine l'Espagne, mais aussi le monde entier. À l'automne 1987, cet enlèvement sur la Costa del Sol, au sud de l'Espagne, c'est celui d'une petite fille de 5 ans, la petite Mélody Naccache.

[00:01:17]

Chiants, pas n'importe qui. Elle est la fille d'un couple célèbre, celle d'un millionnaire libanais qui mène grand train de vie et surtout celle de la chanteuse et princesse coréenne qui Mérah à l'époque, avec ses airs d'opéra pop revisités et ses maquillages outranciers, qui Mérah connaît un succès planétaire. Elle figure dans tous les hit parades et gagne des centaines de milliers de dollars.

[00:01:43]

Le rapt de Mélodie va entraîner une opération policière d'une envergure inédite, mobilisant les services espagnols et français. Car l'affaire Mélodie va permettre de mettre au jour un étonnant réseau de malfaiteurs, la plupart français, qui ont fait de l'Espagne en ces années 80 une terre bénie pour négocier les affaires les plus sombres et organiser des trafics en tous genres. Nous allons voir pourquoi l'enlèvement de la petite mélodie a failli être un coup de maître. Et comment le pire des scénarios a été évité grâce à un incroyable coup de chance.

[00:02:17]

À la fin de l'émission, je recevrai l'un des meilleurs spécialistes du crime organisé, Éric Pelletier, journaliste au Parisien Aujourd'hui en France. Grand reporter. Bonsoir Éric. Bonsoir! En deux mots, Eric. Pourquoi l'affaire Mélodie reste encore aujourd'hui spectaculaire et exemplaire pour la police. D'abord, c'est un marqueur de l'histoire criminelle. Vous l'avez rappelé, c'est l'enlèvement d'une petite fille sous l'oeil des caméras du monde entier. Et puis, c'est un basculement. C'est un point de bascule dans la mesure où on passe finalement d'un banditisme assez traditionnel, celui du rapt, de l'enlèvement à un banditisme qui va s'orienter peu à peu vers une industrie du crime à grande échelle qui est celle du trafic de stups, de stupéfiants, de drogue.

[00:03:00]

Haschich prioritairement, puis cocaïne. Avec ce décor qui est celui de la Costa del Sol, le grand Sud espagnol. On va donc changer d'époque avec. Avec cette histoire, vous restez bien sûr avec nous, Éric Pelletier.

[00:03:13]

On vous retrouve en fin d'émission ce lundi 9 novembre 1987, vers 9h15. La petite mélodie Naccache Sciences, 5 ans, quitte la maison familiale D'esters Bonasse, sur la Costa del Sol espagnole. La demeure, entourée de hauts murs de pierre de taille, ne passe pas inaperçue une fois ouvert le lourd portail de fer forgé. Les visiteurs font face à un parc grand comme huit terrains de football, un petit lac artificiel où nagent des carpes chinoises. Une piste pour l'atterrissage, des hélicoptères, du marbre blanc partout.

[00:03:55]

La fille de l'affairiste Raymond Aka Chiants et de Kim Jong il, bien plus connue sous le nom de Kimura, authentique princesse coréenne et chanteuse à succès au visage maquillé de, sont fantasmagorique. Cartable sur le dos, Mélodie monte donc à l'arrière d'une BMW conduite par Raymond Naccache Chiants Junior, l'un des enfants issus du premier mariage du millionnaire. Direction la luxueuse école bilingue Aloha, à Marbella. L'établissement de la jet set locale où Mélody est inscrite. Le petit frère de Mélodie, Amir, aurait du être à bord, mais il a fait un caprice.

[00:04:35]

Il a refusé ce jour là d'aller en classe. Sa soeur est donc la seule passagère 30 minutes de trajet par la route du bord de mer. La petite fille ne reverra ses parents et la villa qui porte son nom, la Villa Mélodie, que dans 11 jours. La BMW emprunte la petite route qui descend vers la colline dans un virage. Une voiture de couleur rouge vient soudain se mettre en travers de la route et bloque la BMW, obligée de freiner en urgence.

[00:05:07]

Au même moment, une camionnette blanche vient se coller à l'arrière de la BMW. Trois hommes cagoulés sortent des véhicules. Ils sont tous armés et portent des vestes militaires. L'un d'eux tient en joue Raymond Akashi junior, figé derrière son volant. Un deuxième se précipite à l'arrière et empoigne Mélodie, tirée par le bras vers l'extérieur, empoigné puis déposé sans ménagement à l'arrière de la camionnette blanche. Le troisième homme tire alors plusieurs coups de feu au fusil à canon scié.

[00:05:40]

Dans les pneus de la BMW. Le véhicule des ravisseurs disparaissent aussitôt. Il est 9h30. Mélodie, la fille d'un richissime entrepreneur et d'une reine de la pop, bien en quelques secondes d'être enlevée. Personne dans le coin, les villas aux alentours sont toutes fermées. Pas de téléphone portable à l'époque. C'est donc en courant que Naccache Shihan junior remonte vers la villa familiale. Il est terrifié et à bout de souffle, il donne l'alerte. Mélodie a été kidnappée.

[00:06:16]

Je n'ai rien pu faire. Ils avaient des fusils de chasse. Si j'avais tenté quoi que ce soit, ils nous auraient tous liquidés, raconte t il aussitôt.

[00:06:28]

Commence alors pour Raymond Naccache Chiants et son épouse, qui Mérah la plus longue des attentes, vu la nature de l'affaire et des protagonistes. Le commissariat local a prévenu la direction de la police judiciaire à Madrid dans la soirée. Le chef du Groupe international du crime organisé, le commissaire Raviers finlandaise, débarque donc à la Villa Mélodie. La mission a été compliquée. Aucune idée de ce qui avait pu se passer. Il nous fallait chercher une aiguille dans une botte de foin, indique t il.

[00:06:57]

Le téléphone est pour l'instant resté muet et la presse n'a pas encore été prévenue. Si le commissaire Fernandez a été choisi pour cette mission, c'est qu'il dispose d'un renseignement recueilli quelques jours plus tôt par son service. La police française a prévenu les Espagnols qu'un condamné français en cavale s'apprêterait à faire un gros coup dans le sud du pays, sur la Costa del Sol. Aucune autre précision, si ce n'est que les Français ont transmis le nom et la photo d'identité du truand recherché, un certain Jean-Louis Camerini, un pro fiché au grand banditisme, membre du gang des Lyonnais il y a quelques mois.

[00:07:32]

Il s'est fait la belle lors d'une permission à la centrale de Muret, près de Toulouse. Plus personne ne l'a jamais revu, mais la PJ parisienne sait qu'il s'est récemment manifesté depuis l'Espagne et qu'il cherchait du monde pour monter un chantier, comme on dit dans le milieu.

[00:07:48]

Impossible de savoir à ce stade quel est ce gros coup que pourrait préparer une équipe de truands dans le secteur. Seul le trafic de drogue attire essentiellement les criminels, y compris bon nombre d'étrangers Français, britanniques et même sud américains. Dans ce décor, un rapt paraît quelque peu incongru, d'autant plus qu'en cette fin des années 80, le grand banditisme n'exploite plus beaucoup le filon des enlèvements, trop risqué et au rendement aléatoire. Une attaque de fourgons, par exemple, est bien plus payante.

[00:08:19]

Mais peu importe qui se cache derrière la disparition de Mélodie, le commissaire Fernandel. C'est qu'en matière d'enlèvement, les premières heures sont cruciales. Il faut donc retrouver la petite fille au plus vite et en vie. L'opération policière nom de code Gabby est déclenchée. 24 heures après l'enlèvement de la petite mélodie, le téléphone de la famille Naccache Shihan reste obstinément muet. Les parents, l'homme d'affaires Raymond Akashi et la star de l'opéra pop, la chanteuse coréenne Kimura, sont cloîtrés dans l'immense salon de la villa.

[00:08:58]

Ils n'ont pas dormi de la nuit et un médecin leur a rendu visite en contrebas, devant la grille de cet immense hacienda blanche. Les journalistes sont arrivés en masse, des Espagnols, mais aussi des Britanniques, des Français et même une télé coréenne. C'est le premier enlèvement de la télé en direct. Il va être suivi quasiment minute par minute par les caméras.

[00:09:23]

Le commissaire Xavier, Néerlandaise, est lui aussi resté dans la villa. Il veut être présent quand les ravisseurs décideront de se manifester pour l'instant avec son équipe. Il fait le tour des hypothèses. La plus plausible est la piste de l'enlèvement crapuleux avec demande de rançon. Les policiers s'intéressent aux renseignements fournis par leurs collègues français du quai des Orfèvres, à Paris. Il est fait état sur la Costa del Sol de la présence récente de truands français, et notamment d'un repris de justice en cavale.

[00:09:57]

Jean-Louis Camerini. Des hommes qui préparaient un gros coup. La photo de Camerini a été distribuée, affichée dans les commissariats. Des équipes d'enquêteurs ont commencé à visiter les hôtels, les bars, les appartements, les maisons abandonnées et quelques lotissements tranquilles. Même les yachts et les voiliers amarrés à Puerto Bagnoud seront 1 à visiter. Mais la police espagnole n'a pas uniquement les yeux sur le grand banditisme. Elle s'interroge aussi sur les parents de la petite fille. Ils ont été questionnés sur les menaces qu'ils auraient pu recevoir sur des ennemis qu'ils pourraient avoir.

[00:10:35]

Côté caméra, rien de suspect, hormis les démêlés qu'elle a pu avoir par le passé avec ses parents. Ils ne voulaient pas qu'elle devienne chanteuse. Elle s'est mariée en cachette avec Raymonde à Kashan. Rien qui puisse susciter l'interrogation. Du côté du père de Mélodie, en revanche, les choses sont en apparence un peu plus complexes.

[00:10:57]

Le Libanais Raymond Akashi, 55 ans, de son vrai nom Raymond H.

[00:11:02]

A déjà eu maille à partir avec la justice après avoir régné à Londres sur une boîte de nuit.

[00:11:09]

Associer pour cela un financier britannique douteux. Il a été expulsé de Grande-Bretagne. Il s'est exilé au Japon. Là bas, Naccache Shihan, reconverti en patron de salle de sport, avait monté un trafic ingénieux de lingots et de pièces d'or. Il importé clandestinement l'or depuis Londres en le dissimulant dans des ceintures de kimono aux coutures spéciales. Autant de faux pas qui ne l'ont pas empêché de faire fortune. Même si aujourd'hui, l'affairiste semble avoir de nouveaux soucis avec ses derniers partenaires en Arabie saoudite, le père de Mélodie a donc un profil suffisamment compliqué pour se faire des adversaires et des ennemis.

[00:11:53]

Cerise sur le gâteau, Naccache Shihan est un habitué des rapts. Deux de ses enfants, nés d'un précédent mariage, avaient déjà été enlevés contre une remise de rançon.

[00:12:04]

Le rapt de Mélody serait il lié à la personnalité sulfureuse de son père? Un jour et demi après la disparition de la petite fille, la camionnette blanche qui a servi à la transporter est retrouvée abandonnée dans le secteur de Marbella. Le véhicule, qui porte des plaques de Gibraltar, avait été volé. Il ne livre aucun indice probant. Mais surtout, à ce même moment, le téléphone sonne dans la villa des Naccache chiants. Le milliardaire décroche au bout du fil, une voix d'homme qui se fait appeler Oscar exige le versement de 16 millions de dollars en espèces pour que Mélodie soit rendue à sa famille.

[00:12:50]

Raymonde, à Kashan, a quatre jours pour rassembler la somme qui doit être livrée en coupures peseta espagnole, mark, allemand, franc français et suisse. Une chambre de la maison va peu à peu se transformer en coffre fort géant rempli de billets de banque. Le contact est établi et désormais, c'est le commissaire finlandaise qui se fait passer pour l'avocat de la famille qui négocie au coup de fil suivant. Il fait savoir que rassembler une telle somme est quasiment mission impossible.

[00:13:21]

Il sens, car le ravisseur, de plus en plus pressé de toucher l'argent, quitte à revoir ses prétentions à la baisse. La nouvelle rançon est ainsi fixée à 13 millions de dollars. Le policier a cependant un sombre pressentiment. Il est persuadé que Melodie, une fois l'argent versé, sera en danger de mort. Il l'aurait tué. Mélodie est une fille vive, intelligente. Elle devenait un témoin dangereux pour ceux qui l'ont enlevée, déclare le chef enquêteur, qui demande aux parents de ne pas payer.

[00:13:50]

Peine perdue. Dans les heures qui suivent, la mère de Mélodie, la chanteuse qui meira, apparaît en pleurs sur toutes les télés du monde entier. Elle lance en plusieurs langues un appel déchirant aux ravisseurs de sa fille, y compris en français, langue qu'elle parle pour avoir fréquenté l'Université de la Sorbonne lors de ses études à Paris.

[00:14:10]

Emma Massi vole la vedette et pour être sûr que Mélodie va bien, sa mère demande aux ravisseurs une preuve de vie. Une mèche de cheveux et une photo de son enfant. Le mystérieux Oscar s'exécute. Quelques cheveux et une photo sont déposés dans les boîtes aux lettres d'un journal local. Mélodie pose en présentant l'édition du jour du quotidien Diario 16. La photo de cette petite fille au regard triste et qui porte des couettes fait le tour du monde. Le lendemain, les ravisseurs font parvenir un autre cliché quasi identique de Mélodie, cette fois avec le journal ABC et accompagné d'une cassette audio de très mauvaise qualité dans laquelle le bébé otage s'adresse d'une voix affolée à son père.

[00:15:07]

Je t'aime, papa, si tu ne paie pas, je serai bientôt morte, exhorte Mélodie sur ordre de ses geôliers. Raymond Bachand est fou de colère. Il sort de la maison, se dirige vers les 150 journalistes qui campent devant la grille pour donner une conférence de presse improvisée.

[00:15:24]

Ces gens là bas, des mains, du jamais vu. C'est pas fini maintenant. Ils vont être punis au delà parce qu'il y a une injustice quelque part. Moi, je veux bien que ces gens s'attaquent à moi. Moi, je veux me changer pour quelqu'un vous demande de donner Brazilian de dollars presque pour le faire. Il n'y a pas de solution Brazilian, ça fait? Oui, mais pas les amener avec eux pour leur donner.

[00:15:56]

Mais les ravisseurs n'ont aucune intention d'échanger Mélodie. Ils veulent de l'argent et vite. 4 millions de dollars suffiront sans savoir que les c'est déjà refermé sur eux. La police vient d'obtenir un renseignement tombé du ciel au 8e jour de détention. Ils vont s'approcher tout près de la petite Mélody. L'heure du crime avec le premier épisode de cette semaine consacrée au grand rap. Ce soir, je vous raconte l'enlèvement, le 9 novembre 1987 en Espagne, de Mélodie, 5 ans, fille du millionnaire Raymond Kashan, et de la chanteuse pop qui Mérah demande de rançon.

[00:16:35]

Photos de la petite fille. Sa voix qui supplie son père de venir la libérer. Le rapt, suivi en direct par les télés, les radios, les journaux, est en train de tourner au drame. Mais est ce que la chance va revenir aux enquêteurs? L'équipe de policiers du commissaire néerlandaise s'est bien gardée de tenir au courant les parents de mélodies la Kashan de l'avancée réelle des investigations, car les enquêteurs sont en possession d'un renseignement quasi miraculeux. L'adresse où pourrait être séquestrée la petite otage une fois l'affaire terminée.

[00:17:17]

L'origine de ce tuyau plaqué or sera ainsi raconté à La Presse. Cinq heures après avoir reçu la dernière photo et l'appel au secours de Mélodie, une femme a apporté au commissariat de Torremolinos, une ville balnéaire de la Costa del Sol. Un portefeuille contenant 6.000 francs français et surtout une lettre, ou plutôt l'ébauche d'une demande de rançon. Mot pour mot, la dernière revendications exprimées par le mystérieux Oscar, le chef des ravisseurs. Ce portefeuille aurait été perdu par le truand français Jean-Louis Camerini, signalé dès le début comme un possible acteur et peut être même le meneur du rapt par la police française.

[00:18:12]

Même si l'histoire du portefeuille est trop belle pour être vraie, La main de Dieu sexclame aura la mère de la petite fille. Le renseignement sur la localisation des ravisseurs sans doute donné, on le sait aujourd'hui par un indic. En France, ce tuyau est bon, la police se rapproche et la police brule au 8ème jour. Les enquêteurs cernent donc un appartement de la cité balnéaire de Toray Guadet, Harrow. Avant d'entrer, il dispose des micros et sonde les cloisons avec un stéthoscope.

[00:18:48]

Pas un bruit à l'intérieur.

[00:18:51]

Il pénètre donc dans le logement. Celui ci, trois pièces, était occupé il y a peu. Sur une table trône une machine à écrire de marque Olivetti, utilisée par les ravisseurs pour rédiger leurs messages. Les chambres sont vides.

[00:19:09]

Les geôliers et leur otage se sont envolés. Les policiers apprendront plus tard que Mélodie avait en fait été laissée seule dans un placard dans cet appartement, à l'intérieur d'un sac de sport. Mais comme ces gardiens lui avaient dit que si elle cria, n'attendant le moindre bruit dans la maison, il a tuerai.

[00:19:31]

Alors Mélodie avait ce jour là gardé le silence. Les policiers restent en planque autour du lotissement de Toray Gwadar DIRO. Ils ont identifié une voiture noire, une Opel Kadett qui fait d'étranges allers et venues. Le chauffeur est un certain Angel Garcia Mondays, marié à une Française connu pour de petits trafics dans la région de Madrid, mais aussi pour un séjour en prison en France. L'enquête démontrera qu'il a été recruté dans cette prison pour jouer Oscar au téléphone. Oscar, c'est lui dialoguer avec la famille pour faire croire que le rapt était l'oeuvre des malfrats espagnols.

[00:20:16]

Au dixième jour, Menthes circule toujours dans le secteur, mais cette fois avec un autre homme à bord. Formellement identifié comme le truand français en cavale Jean-Louis Camerini. Mais celui ci a de l'expérience. Il se sent, suivit la filature et déjoué. Les truands sont désormais sur leurs gardes et peut être même aux abois. La rançon ne vient pas. La pression policière n'a jamais été aussi forte. La tension est extrême. La vie de Mélody est clairement en danger.

[00:20:53]

Au petit matin du 20 novembre, 11 jours après l'enlèvement, les enquêteurs décide donc de jouer leur va tout inspecter, un petit immeuble où les entrées et sorties se multiplient et où un appartement au troisième étage reste toutes les nuits éclairées à 5 heures du matin. La brigade criminelle et une unité d'assaut, les G.O. Font exploser la porte d'entrée du logement. Deux hommes armés de Français sont à l'intérieur. Le premier est aussitôt plaqué au sol. Le deuxième, allongé sur un lit à côté de mélodies, a bondi et s'est emparé de la petite fille pour se protéger.

[00:21:34]

Un policier tire tout de même et touche le geôlier à l'épaule qui chute sur le sol.

[00:21:48]

Mélodie était leur cible, Mélodie et leur bouclier. Mais Mélodie Nakashima n'a pas été blessée. Devant les télés du monde entier, son père Raymond, à Cachan, vient en pleine nuit la chercher au commissariat de Epona. Il était temps. Versement d'une rançon ou pas? Les ravisseurs avaient décidé de tuer la petite fille. Une fosse avait même été creusée dans le jardin d'une villa aujourd'hui.

[00:22:31]

Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha!

[00:23:06]

Le truand Jean-Louis Camerini, qui est alors considéré comme le cerveau de l'opération, a pu déguerpir juste avant l'assaut de la police dans sa cavale. Il a tout de même pris le temps d'appeler au téléphone le commissariat DEST Epona pour dire aux policiers qu'on ne le retrouverait pas. Karine commettraient désormais plus aucune erreur. Il sera tout de même arrêté neuf mois plus tard sur les rangs Blass de Barcelone, en compagnie d'un autre gangster français qui fera un jour de la Costa Brava, son royaume.

[00:23:39]

Le Nantais Alain Collier. C'est qu'entre qu'entretemps, les policiers de la Baeri à Paris ont fait tomber les uns après les autres tous les protagonistes de l'affaire Mélodie, parmi lesquels Antoine Spain Alonzo, surnommé Amigo caïd de la banlieue sud, Jean-Pierre Grand Bœuf, dit Cristo Gang des Lyonnais, Jean-Marc Brousse Dix grosses têtes ou encore un homme qui a joué un rôle capital. Jean-Pierre sans Toole avec cette étonnante révélation. L'enquête démontre effectivement que la fille de Jean-Pierre Santos, Mélanie, 5 ans, était la meilleure copine de mélodies Naccache Chiants.

[00:24:25]

Mélanie vit alors avec sa mère, Nadine Etienne, surnommé Enma, dans une villa toute proche de celle des Naccache, ayant une demeure appelée Mélanie Landes et dans laquelle la fille du millionnaire et de la chanteuse est fréquemment invitée. Et c'est au cours de ces fêtes que le couple s'en Toole va tout connaître ou va tout essayer de connaître des habitudes de la famille Naccache Shihan encore plus incroyable dans cette histoire. Le truand Jean-Louis Camerini, le cerveau de l'opération, aura l'occasion d'approcher les Naccache Shihan lors de ces fêtes pour enfants.

[00:25:06]

Il sera alors déguisé en clown pour ne pas attirer l'attention et discuter sans gêne avec la petite fille et surtout avec ses parents. L'argent de Mélodie, on le sait aujourd'hui, devait servir à acheter de la drogue transportée sur un voilier, le Gwenn 1, qui venait de d'appareiller depuis la Bretagne et n'attendait que la rançon pour aller s'approvisionner et charger ses cale en stupéfiants. 18 personnes au total seront condamnés en Espagne, mais aussi en France par le tribunal de Créteil à des peines allant d'un an à 21 ans de prison pour Camerini.

[00:25:48]

L'affaire laissera des traces, comme le pressentir, a très vite Raymond. La souffrance des parents, des gens qui ont été kidnappés, c'est pire que presque la mort. Ma femme et moi. Si on n'avait pas une maladie aujourd'hui ou demain, je pense au moins ma femme serait devenue folle. L'affaire Mélodie apportera la poisse à la famille Nakashima Raymonde à Kashan multipliera dès lors les mauvaises affaires et il mourra ruiné en 2014. La Villa Mélodie sera un jour saisie par les huissiers.

[00:26:31]

En dépit de ce qu'espérait qui Meira après la libération de sa fille, aussitôt que les choses allaient bon ménage, il est clair plus jamais vivre, c'est maintenant.

[00:26:42]

J'ai beaucoup confiance en police et je respecte beaucoup, beaucoup. Ils ont fait un travail sévère et je vais rester là et je vivrai. Le deuxième essai s'est pointé la vie comme avant. Normalement, elle est à l'école normalement et est très grande, mais plus rien ne sera normal.

[00:27:03]

L'affaire fera disparaître complètement la pop star qui mérah de la circulation. Elle ne chantera plus et ne connaîtra plus jamais le succès. Mélodie Naccache, Shihan, parti aux États-Unis pour ses études, fera tout pour redevenir anonyme. Devenu psychologue pour enfants, elle ne racontera jamais son aventure et les seules photos d'elle seront celles de son enfance brisée. Et on se retrouve donc dans L'heure du crime avec notre invité Eric Pelletier. Je rappelle que vous êtes journaliste à Aujourd'hui en France, Le Parisien.

[00:27:39]

On parle ce soir des grands rapts et de l'affaire Mélodie en Espagne, l'enlèvement de cette petite fille qui, finalement, s'est bien terminée. Vous connaissez bien Eric Pelletier, le milieu français qui, on l'a vu dans cette histoire, était bien à l'origine de l'enlèvement de la petite mélodie Naccache Chant. Une opération, on peut le lire, de grande envergure. Beaucoup de truands de haut vol impliqués. Après Mélodie, l'industrie du rapt va se tarir. Est ce que les enlèvements font ils aujourd'hui toujours partie de l'industrie criminelle?

[00:28:10]

Ils existent, mais ils sont maintenant relégués au second rang et on voit bien ce qui se passe en Espagne ou en France. Aujourd'hui, l'industrie criminelle est déjà marquée, est prioritairement marquée par le trafic de stupéfiants, par le trafic de drogue et évidemment, beaucoup. En Espagne, on parlait tout à l'heure de point de bascule de cette affaire. Les protagonistes sont français. Ils sont braqueurs. Ils réalisent un enlèvement. Mais à quoi doit servir cette rançon?

[00:28:37]

Ça doit servir précisément à monnayés, à avoir une mise de fonds pour un trafic de stupéfiants. Et finalement, aujourd'hui, on voit bien que de nombreux truands français sont installés là bas. Ce n'est pas nouveau, mais le phénomène s'est densifié, c'est massifier. Et la police judiciaire estime à environ une bonne centaine de truands français installés sur la Costa del Sol. Alors, une bonne centaine de Français, c'est quand même beaucoup. Une centaine de personnes qui sont fichées par les autorités policières.

[00:29:06]

Pourquoi Eric Pelletier? Cet enracinement du milieu français en Espagne? On a l'impression que c'est un tropisme et que tout le monde va là bas pour faire des affaires. Oui, il y a des raisons historiques. Ça ne date pas d'hier. Même sous Franco, on avait déjà les premiers truands français qui s'installaient là bas d'ailleurs, avec des liens pour certains avec non seulement le milieu criminel, mais aussi la politique. Certains ont fait partie des GAL, ces fameux groupes qui étaient missionnés par Madrid pour aller assassiner des militants de l'ETA en France.

[00:29:35]

Et puis, le phénomène s'est accéléré, je dirais dans les années 80, avec le gang des Lyonnais qui s'est installé là bas, et aujourd'hui avec la proximité du Maroc, avec la proximité du Rif et l'arrivée du cannabis. Finalement, c'est la porte à côté et il y a beaucoup de jeunes Français qui ont monté de véritables empires criminels depuis les banlieues françaises et qui se sont installés eux mêmes, qui ont des représentants ou ce que certains membres de la police judiciaire appellent des comptoirs pour prendre et être présents à l'arrivée de la drogue venue du Maroc, puis faire remonter la drogue, notamment par ces fameux go fast, vers les cités d'Ile de France, de Lyon ou de Marseille.

[00:30:17]

Los Bandidos française, c'était le titre d'un de vos papiers dans une autre revue. Qui est LExpress, l'hebdomadaire L'Express. Alors, vous vous dites qu'effectivement, on va rechercher de l'argent. Alors c'est plus aujourd'hui les rapts. On va revenir quand même sur cette affaire. Mélodie. On a cité plusieurs noms des protagonistes, qui seront d'ailleurs condamnés parfois à des lourdes peines. Et parmi eux, il y a un personnage. C'est le n'augmenter. Alain Collier qui lui va faire, si je puis dire, toute sa carrière sur la Costa del Sol.

[00:30:49]

Oui, c'est ça, c'est un hantaient. C'est pas un nom qui est très connu du grand public, évidemment, mais connard des policiers, pas très connu des policiers puisqu'il a un parcours depuis les années 80. Son premier fait d'armes, c'est un braquage en 1980 à Genève, c'est Rolex. Et puis il va faire. Ensuite, il va monter et il va s'installer, comme vous l'avez dit, en Espagne. Ce qui le rend célèbre, c'est.

[00:31:13]

Kassian devait être arrêté un an plus tard et condamné à une dizaine d'années de prison, mais pour autant, il va repartir dans les affaires. Il faut savoir que c'est quelqu'un qui est passionné de voile, de voilier. Et il va comme ça régulièrement traverser l'Atlantique. Et puis, en 2006, il est arrêté, arraisonné par les autorités espagnoles, et il transporte à ce moment là trois tonnes de cocaïne entre le Venezuela et l'Espagne. Donc, il va être poursuivi.

[00:31:41]

Évidemment, il l'assure, il va retomber et ça va aller très loin puisqu'il va payer de sa vie pour son entreprise criminelle. Probablement un lien. Il fait quelques années de détention provisoire. Puis il ressort. Et quelques semaines après. Pour la petite histoire, on est en 2010 et c'est précisément le 12 juillet 2010, le jour de la finale de la Coupe du monde de football, qui, évidemment, verra la victoire de l'équipe nationale espagnole. Et donc, il est tué.

[00:32:06]

Il est tué dans le sud de l'Espagne, chez lui, dans des conditions qui restent à éclaircir. C'était l'une effectivement caulier, l'une des mémoires de cette affaire de Mélodie Naccache, chiants à l'époque. On le sait aujourd'hui, quand on quand on lit les procès verbaux d'enquête et puisqu'il commence à sortir aujourd'hui. À l'époque, on sait que pour Mélodie, plusieurs truands avaient refusé de participer à ce cours. En dix ans, je les cite on ne touche pas aux enfants royaux quelques affaires en France, notamment le rapt du petit Eric Peugeot.

[00:32:37]

Mais c'est vieux en 1960. Et c'est vrai qu'en lever un enfant, c'est rare parce que passer, c'est trop risqué. Ça va trop loin. C'est d'abord le cas aujourd'hui.

[00:32:46]

On peut considérer que c'est un tabou. Même dans le milieu du banditisme ont franchi un cap. Et puis, on sait évidemment qu'on s'expose là à une riposte policière très, très, très importante. Et finalement, on voit bien qu'en quelques jours, une dizaine de jours, les policiers espagnols bénéficiant de renseignements français ont réussi à remonter et, fort heureusement, à libérer la petite mélodie. Donc, oui, il y a assez peu, fort heureusement, d'enlèvements d'enfants.

[00:33:11]

En tout cas, je parle de l'Europe. Là, on parle de l'Europe, évidemment, puisque l'industrie du rapt, elle, est sans doute encore. Vous dites qu'aujourd'hui, en Europe, chez nous, en France, en Espagne, c'est un peu moins couru, mais elle est beaucoup plus présente. En Amérique du Sud, par exemple, du sud au Liban aussi, bien sûr, où il y a des familles entières qui sont fréquemment enlevées contre contre rançon.

[00:33:31]

Alors, on a raconté dans ce secteur du crime spécial enlèvements, la première du genre pour cette semaine. Le premier acte. On a raconté les négociations entre policiers et ravisseurs. C'est toujours un moment très, très compliqué. Comment ça se déroule? Vous qui connaissez bien ça? Éric Pelletier? Ces négociations de la vie d'un otage est en jeu. Quels sont les services spécifiques de police qui s'occupent de cela? D'abord, il y a un dogme, c'est à dire qu'on ne paie pas pour des enlèvements.

[00:34:00]

Là encore, je parle d'enlèvement purement crapuleux. On n'est pas dans l'enlèvement terroriste du type qu'on a pu connaître. Dans les années 2014, 2015, 2016, en Syrie et en Irak. On est là sur le territoire européen, et le dogme, c'est de ne pas payer. On voit bien que les ravisseurs de la petite Mélodie Nakashima, d'ailleurs, avaient prévu sans doute de la faire disparaître. Il avait creusé sa tombe. Finalement, quand bien même la rançon aurait été payée, alors les services qui sont spécialisés, ce sont des services de police judiciaire en général et qui essaient de maintenir un contact avec le ravisseurs ès qualités en se présentant comme policier ou bien en se présentant comme représentant de la famille.

[00:34:39]

Là, ils se sont fait passer les Espagnols pour des avocats. En tout cas, il faut essayer de maintenir ce lien. Et encore une fois, le dogme, c'est de ne jamais, jamais payer une rançon. Mais c'est un très gros risque. C'est engagé parce que les familles veulent toujours qu'on paye les rançons. On le verra d'ailleurs dans d'autres affaires qu'on va raconter cette semaine. D'où la nécessité, quand on est enquêteur sur ce type d'affaires, de garder un lien, un lien très, très fort.

[00:35:00]

Jour et nuit, c'est dur d'être physiquement aux côtés de la famille. D'abord pour les soutenir, évidemment, et pour éviter qu'il y ait une tentative ou une tentation. En tout cas, de régler la rançon par soi même. Selon vous, les enlèvements? Vous disiez bombasse. En gros, on peut dire ça un peu. Trivialement, ça ne paye plus aujourd'hui comme ça. Mais il y a eu peu. Il y a eu payé, mais ça ne paye plus.

[00:35:20]

Pour reprendre Les Tontons flingueurs. Mais est ce que vous pensez qu'il y a encore des personnes qui cherchent à faire ce genre de coup aujourd'hui? Il y a eu récemment des histoires. Je pense à un homme d'affaires français n'a même pas beaucoup parlé. Il y a eu un procès qui y est passé un peu inaperçu, mais à Toulouse, qui avait été effectivement enlevé. C'est un homme d'affaires très discret. Son nom, d'ailleurs, n'est pas sorti et il a été retenu en otage en Espagne, justement, pendant plusieurs mois.

[00:35:47]

Il y a trois, quatre ans de cela. C'est dire qu'il y a toujours cette tentation Carn'Ama, l'appât du gain et elle existe. Et puis, il y a autre chose. Là, vous rappeliez la manière dont les malfaiteurs français se sont rapprochés de la famille, c'est à dire en se déguisant en clown et en allant dans les goûters d'anniversaire de la petite Mélody. Aujourd'hui, il y a quand même des manières plus aisées et en se positionnant de manière un peu plus.

[00:36:13]

C'est les réseaux sociaux. Il y a aussi évidemment de l'espionnage de ces familles qui sont censées avoir de l'argent à distance pour autant. Encore une fois, je pense que le rapt est aujourd'hui relégué au second plan. Merci beaucoup Eric Pelletier d'avoir été l'invité de L'heure du crime. C'était passionnant pour cet épisode sur les grands rapts. Merci à l'équipe de l'émission, Justine Vignot, Amandine Lemaire et Sébastien Vengeron à la réalisation. Alors, ne ratez pas demain soir, 20 heures.

[00:36:43]

Je compte sur vous l'épisode numéro 2 des grands rapts. On parlera du petit doigt du baron Empain. Excellente soirée à toutes et à tous. Et je vous propose d'écouter un petit morceau de caméra. Vous savez, la maman de Mélody, justement, voilà ce qu'elle chantait dans ces années là.