Happy Scribe
[00:00:00]

Et si la conduite électrique était enfin libéré de ses contraintes et si l'excellence de la technologie allemande vous permettait de parcourir 330 km en une seule charge et de recharger votre batterie à 80% en 30 minutes jusqu'au 31 octobre, songez pour l'électrique avec l'Opel Corsa I à partir de 159 euros par mois. Innovation, performance, précision, design, offrez vous dès maintenant l'excellence allemande.

[00:00:21]

Corsa Edition à partir de 159 euros par mois, sous condition de reprise à bord de 2150 euros LLD 48 mois. Condition sur quels points faire? Portes ouvertes du 9 au 11 octobre.

[00:00:30]

Vous êtes sur RTL. Davantage à une bête traquée à chaque fois que votre gomme traduit avait besoin d'argent. Vous distinguez un nouveau faux pour en gagner un vote. Elle vivait très bien dessus pendant plusieurs mois. Bonsoir!

[00:00:52]

Des tableaux de maîtres plus vrais que des vrais. Au point même que l'épouse d'un artiste décédé dira qu'elle avait sous ses yeux la plus belle oeuvre peinte par son mari. Des experts? Abusez des dizaines de toiles vendues à des collectionneurs fortunés et à des musées pour des centaines de millions d'euros. Ce soir, dans l'heure du crime, nous allons remonter la piste de l'un des plus incroyables couples de faussaires à ce jour, la plus grande escroquerie du marché de l'art.

[00:01:18]

Ils s'étaient surnommés eux mêmes les Bonnie and Clyde de la peinture jusqu'en 2010, l'année de leur arrestation. Vol Gang et Hélène Beltracchi, un couple d'Allemands, ont ainsi amassé une fortune considérable en écoulant des tableaux qu'ils auraient miraculeusement retrouvés dans une collection perdue. Des oeuvres réalisées en fait par la main experte de Vol Gangs et présentés à la vente par l'astucieux Hélaine. Ces millionnaires du faux menaient grand train de vie dans des propriétés de nababs. Les Beltracchi, faussaires de génie, sans doute, mais surtout escrocs.

[00:01:52]

Ingénieux, ils avaient su s'attirer la confiance des spécialistes et des clients grâce à un scénario, on va le voir. Défiant l'imagination. Comment, pendant plus de vingt ans, ce couple a t il pu tromper autant de monde? Pourquoi une telle supercherie ou des sommes gigantesques était en jeu n'a été découverte que si tardivement? Pourquoi enfin une telle mansuétude judiciaire pour Vol. Fuglsang et Hélène Beltracchi? Nous essaierons de répondre à ces questions ce soir, en direct avec nos invités dans L'heure du crime.

[00:02:23]

L'affaire Beltracchi faussaires et escrocs. L'enquête de l'heure du crime, ce soir sur RTL. On se retrouve tout de suite décrit. Jean Richard jusqu'à 21 heures sur RTL. 21 heures. Richard Cirest. Et Gare du crime ce soir dans l'heure du crime. L'affaire Beltracchi, vol gang Hélène Beltracchi. Des faussaires qui, pendant vingt ans, ont eu pignon sur rue et leur entrée dans le monde de l'art jusqu'à ce que leur course folle s'arrête à l'été 2010.

[00:03:00]

Ce 27 août 2010, Wolf Gang et Hélène Beltracchi, 59 et 52 ans, sont de passage dans leur luxueuse villa qui domine la ville de Fribourg en Brisgau, au cœur de la Forêt-Noire. Ils viennent tout juste de rentrer de France, de Mèze, dans l'Hérault, où ils possèdent une autre splendide demeure dotée d'une piscine olympique et d'un jardin royal. Le domaine des Rivette, les Beltracchi sont rentrés en Allemagne un peu précipitamment. Ils savent qu'ils sont visés par une enquête fiscale sur leur activité de vente de tableaux et ont décidé de venir s'expliquer devant le procureur de Cologne.

[00:03:35]

Avant cela, ils veulent aller au restaurant avec leurs enfants, Francisca et Manuel. Le Land Rover familial ne va pas aller très loin. A peine arrivé au centre ville de Fribourg, il est entouré d'une dizaine de véhicules de police banalisés, toutes sirènes hurlantes. Des hommes cagoulés de la police judiciaire de Berlin, armés, tenant parfois des chiens en laisse, bondissent autour du Landreau vert. Les policiers ne savent pas qui sont ces Beltracchi, mari et femme aux vagues airs de hippies ou d'artistes fortunés.

[00:04:05]

Pour eux, c'est un couple de dangereux malfaiteurs. l'Ordre de mission précise qu'ils sont poursuivis pour une vaste escroquerie en bande organisée aux ramifications internationales.

[00:04:16]

Vol Gang et Hélène Beltracchi sont menottés et transférés à Cologne, en garde à vue dans les locaux de la PJ, puis devant le procureur de Cologne. Les Beltracchi ne sont pas surpris par les accusations. Ils ne se doutaient toutefois pas que l'enquête discrètement menée sur leur compte, sans éveiller leurs soupçons, était aussi conséquente. Leur dossier a fait presque 800 pages. Il égrène des faits de dissimulation fiscale, le fruit d'une escroquerie à grande échelle, la vente de faux tableaux de maîtres sur laquelle ils vont devoir s'expliquer.

[00:04:48]

Des centaines de millions d'euros en jeu quand l'arrestation va être connue. L'affaire révélée, c'est tout le marché de l'art qui n'avait pas détecté ces incroyables faussaires qui va trembler sur ses bases. Bonsoir Philippe Sprong. Bonsoir.

[00:05:02]

Vous êtes, vous avez été journaliste et auteur de très, très nombreuses enquêtes sur le milieu de l'art et notamment sur le pillage des nazis pendant l'occupation à propos des spoliations. Vous avez fait beaucoup d'enquêtes dans ce sens là. On va reparler des spoliations dans ce dossier parce qu'il y a une amorce, si je puis dire. Il y a un arrière petit.

[00:05:21]

Rien qu'on va éclairer très vite. Emmaus, tout d'abord Philippe Spronck sur ce couple Valls, Gang, Beltracchi, très jeune, doué par la peinture. Et d'ailleurs, ils s'appellent pas Wolf Gang, Beltracchi. Il s'appelle Featurette. Plus tard, il reprendra. Il prendra le nom de famille de son épouse et lui vit dans un milieu modeste du centre de l'Allemagne. Son père restaure des peintures dans les églises et fait aussi des copies de Rembrandt, de Picasso, de Cézanne, des pales copies des petites copies qu'il vend, comme ce qu'il faut dire.

[00:05:54]

Philippe Spronck sait que c'est un surdoué de la peinture. Il langue, il Volkan. Il ne fait pas de la musique, mais fait la peinture. Il voit son père qui fait ses trucs. Il s'imprègne de son travail. Effectivement, à 14 ans, il exécute un Picasso dans la journée de Picasso de très bonne facture. Ses parents sont ahuris et donc l'encouragent à poursuivre. Alors ensuite, il va avoir une vie dissolue, dirons nous. Il va, il va partir sur les routes et va faire la route bien peu dissolue.

[00:06:22]

Où il va, y va. Il va se balader à l'époque et il va continuer à grenouillage, si je puis dire, dans ce milieu de l'art, dans les antiquités, etc.

[00:06:32]

Oui, il va vendre, il va, il va faire des petites réparations. Il va commencer également petit à petit à petit. On sent qu'il a. Il sent qu'il a quelque chose, qu'il a un coup de pinceau hallucinant. Il sent qu'il a un coup de pinceau, mais il fait par exemple des oeuvres d'art. Il les fait en 78, à Munich. Il expose un petit succès. Pourtant, il persévère pas. Il veut faire autre chose.

[00:06:53]

Il veut faire autre chose. Et puis, ça ne sera pas n'importe quoi. On va le voir tout de suite. Bonsoir Carine Muller.

[00:07:00]

Vous êtes l'enorme.

[00:07:01]

Vous êtes en Normandie, mais vous vous êtes surtout en ligne dans l'heure du crime. Ce soir, au sujet du dossier Beltracchi, on va évidemment évoquer toute cette escroquerie gigantesque. Mais un mot tout de suite. Karine Muller sur Je rappelle que vous êtes quand même galeriste et auteur du livre Quand l'art est pris pour cible. Paru aux éditions Prisma.

[00:07:21]

C'est important. Un mot, tout de même. Karine Mullet sur cette arrestation.

[00:07:27]

Est ce qu'à l'époque, c'était un choc au sein des collectionneurs, des galeries, des musées ou les Beltracchi sont également connus comme le loup blanc?

[00:07:35]

Bien sûr, chaque absolument énorme il y avait inclus dans pratiquement toutes les grandes toutes les grandes collections et probablement même pas mal de musées. Donc ça a été une panique totale. Comme dans toutes les affaires prospèrent que tous les grands collectionneurs vantaient leurs oeuvres. Mais ne n'est pas Beltracchi. Une onde de choc est allée jusqu'aux Etats-Unis. Une onde de choc. L'enquête de police est effectivement suffisamment précise pour détailler la trajectoire de vol d'Ang Hélène Beltracchi. Elle révèle une fabrique de faux tableaux fondée non seulement sur le savoir faire de l'artiste, mais également sur un extraordinaire mensonge.

[00:08:21]

L'affaire Beltracchi, les Bonnie and Clyde du marché de l'art. C'est ce soir l'enquête de L'heure du crime, a tout de suite sur RTL. 21 21 vers une heure du crime, sur RTL. Vers 21 heures du crime sur RTL. L'heure du crime en direct, où nous évoquons ce soir l'affaire Beltracchi, le nom d'un couple de faussaires qui a fait une fortune colossale avec des tableaux de maîtres plus vrais que nature. L'enquête révèle une escroquerie réglée dans le moindre détail.

[00:08:56]

Les policiers berlinois, la brigade financière et leurs confrères du crime organisé ont travaillé pendant quatre ans Survols Gangs et Hélène Beltracchi, soupçonnée de gagner beaucoup d'argent en écoulant des œuvres contrefaites. Ils ont remonté presque toute leur histoire depuis 1992, la date effectivement de leur rencontre. Cette année là, c'est presque naturellement que le couple d'amoureux a fait équipe pour se lancer dans l'aventure du faux. Le gang a déjà une bonne expérience, des entourloupes et des petits trafics avec un parent.

[00:09:27]

Il a, dans sa jeunesse, écoulé de fausses antiquités, puis rapidement saisi que son coup de pinceau pouvait rapporter gros. Il a commencé à rajouter des patineurs sur des paysages d'hiver d'un obscur petit maître hollandais, de toiles qui se sont vendus une fortune, puis a eu une idée de génie. Les vrais faux, c'est à dire des œuvres qui n'ont jamais été peintes par un artiste de renom, mais qui auraient pu l'être. Une création plus vraie que nature.

[00:09:54]

Wolf Gang Beltracchi a ainsi commencé à se constituer un catalogue d'artistes français et allemands, pas très connus du grand public, mais rentables. Il devient ainsi le spécialiste des faux Johannès Mulsanne. Il en va de même pour 45 000 dollars à la veuve du peintre. Heureuse de découvrir un tableau qu'elle ne connaissait pas, son atelier tout aussi illégal que discret, prospère. Et Hélène va être surprise. Avec quelle facilité déconcertante! Wolf Gang a pu céder à une maison de vente aux enchères une toile signée du cubiste Georges Bannier.

[00:10:28]

Une toile qui n'a jamais existé. Wolf Gang Hélène Beltracchi imagine donc qu'ensemble, l'escroquerie du siècle, la voici, Hélène va raconter que son grand père avait acquis avant guerre de nombreuses toiles auprès de marchands d'art juifs fuyant le nazisme, mais ayant réellement existé. Alfred Feldstein sur le marché de l'art. Le nom de Fly Stein fait tilt. Une grande partie de sa collection dispersée, confisquée, n'a jamais été retrouvée. Hélène Beltracchi peut ainsi proposer des Georges Braque, Picasso, Duffield, Derain ou Van Dongen puisés dans sa cave.

[00:11:03]

Des toiles perdues qui refont surface. Un miracle et une aubaine pour les collectionneurs. Philippe sprinte. Je reviens vers vous, spécialiste des enquêtes sur le marché de l'art. Voici donc des tableaux jamais vus, qui circulent, tout juste peint en dépit de leur historique. Le stratagème fonctionne. Les Beltracchi vont même faire circuler une photo qui prouve cette histoire.

[00:11:28]

1. C'est à dire que pour montrer l'existence, quand ils vont voir des marchandises, voilà. Moi, j'ai récupéré ce stock de deux tableaux de mon grand père qui est mort, qui m'a laissé ça. Mais ça ne suffit pas. Elle montre des photos de ses œuvres avec sa grand mère. Ce n'est pas sa grand mère qui sont sur les photos. C'est elle qui s'est déguisée en sa grand mère, qui a mis des photos, des tableaux en question, qui a pris un appareil photo de ces années là.

[00:11:55]

C'est Valls qui va la photographie, Zaoui et Volkan ou leurs compères autour de leurs copains, et donc elle se mettent en situation avec un petit collier de perles, un chignon tiré, une lumière d'ambiance. Les tableaux ont été refusés et dire Voilà, regardez ma grand mère avec les tableaux, c'est ça. Elle dit aux collectionneurs Voyez, c'est bien la preuve. Regardez aux marchands et aux experts, c'est la preuve. Regardez. Et donc, du coup, j'ai un petit studio dans maison où ils sont à chaque fois qu'ils font des tableaux et refont chaque fois le coup.

[00:12:22]

Donc voilà, c'est une petite organisation, c'est bien.

[00:12:24]

C'est en tout cas, il y a une mise en scène formidable, une escroquerie. Voilà, c'est la deuxième lame. Il commence par dire à l'histoire. La preuve, la voilà. La preuve, la voilà Carine Muller, galeriste, et vous attend toujours avec nous dans l'heure du crime. Il y a quand même une question importante est centrale comment est ce qu'il fait? Valls, Gang, Beltracchi pour que ces toiles soient identiques? Pour retrouver tous ces matériaux, ses pigments de l'époque?

[00:12:50]

Tu vas chez les antiquaires et les brocanteurs. Ils achètent des toiles. Tout est dans les détails. En fait, le génie devait être acquis et il connaît parfaitement tout le travail des peintres, écrit la députée de Coquerées. Mais surtout, il ne laisse rien au hasard. Il prend les clous rouillés, il prend les toiles de l'époque et il pousse même la perfection jusqu'à faire expertiser certaines de ses toiles avec l'aide du voilage. J'ai une toile ancienne, mais je voulais avoir une toile du 17ème, du 18ème à.

[00:13:30]

Et comme il voit comment les laboratoires fonctionnent. Et il note toutes les remarques que font les laboratoires. Elles ne peuvent pas être de l'époque et donc absolument scientifique. Et il n'y a rien au hasard. Par exemple, si il était gaucher de la main gauche. Incroyable, absolument incroyable. C'est pour cela qu'il y a ce côté fascinant qui fait que certains même le considèrent comme le Robin des bois de la peinture. Après tout, c'est surtout des grosses fortunes qu'il a levé et c'est pour ça qu'il n'a pas été puni.

[00:14:04]

La preuve était quand même.

[00:14:06]

On verra, effectivement, puisque les Beltracchi finiront effectivement pas par être jugés. Donc il y a cette minutie dans l'exécution. Un savoir faire incroyable. Comment passe t on? En deux mots, comment passe t on d'un Picasso à un Braque? Comment passe t on d'un Picasso à un Braque?

[00:14:25]

Absolument génial? Il est absolument à 4h30, comme l'a dit votre invité à quatre enfants. Il peignait un cachot à la moindre erreur, mais un travail absolument colossal. Il avait toutes les monographies et les catalogues, reconnaît il. Il a réalisé le coup de pinceau. Vraiment, c'est un talent. Il a l'oeil et le coup de pinceau.

[00:14:50]

Pendant vingt ans, l'entreprise des faux Beltracchi va ainsi tourner à plein régime, les experts n'y voyant que du feu et les clients se dépensant des sommes de plus en plus folles. Un détail, un simple pigment, va toutefois dérégler le fonctionnement de cette machine parfaitement huilée. L'affaire Beltracchi, les faussaires du siècle. L'enquête de L'heure du crime a tout de suite sur RTL. 20 heures, 21 heures. L'heure du crime sur RTL, J'enfonce Richard. Inter vétérinaire et du crime, c'est resté enfoncé ce soir dans l'heure du crime.

[00:15:29]

Retour sur l'affaire Beltracchi. Faussaires tellement doués et ingénieux qu'ils vont inonder pendant vingt ans le marché de l'art de fausses toiles de maîtres jusqu'à leur chute en 2006. En ces années 90 et 2000, rien ne semble pouvoir interrompre la marche des Beltracchi. La créativité de Wall Gang est inépuisable. Ils imaginent jour après jour des tableaux qui auraient pu disparaître ou des oeuvres qu'on croyait à tort inachevés et qui ressortent soudain surface. Il peint ainsi un stupéfiant Max Ernst, intitulé Horde, qui sort de la forêt.

[00:16:04]

Le travail est tellement réussi que le meilleur expert de Max Ernst, Dernièrs Bize, se laisse avoir. La toile est vendue à une société de négoce pour près de 2 millions d'euros. Elle sera ensuite cédée par une galerie parisienne pour près de 7 millions d'euros à l'éditeur Daniel Filipacchi, qui accrochera dans son appartement new yorkais le 29 novembre. Une autre création de Wolf Gang Beltracchi, un peintre, donc un expressionniste allemand, tableau rouge avec chevaux, change de main pour deux millions d'euros.

[00:16:37]

Mais cette fois, contre toute attente, l'acheteur exige que la maison de vente fournisse un certificat d'authenticité. Une experte spécialiste du peintre est désignée par l'acquéreur. Elle décide de soumettre le tableau à l'analyse dans le laboratoire berlinois.

[00:16:51]

Les tests chimiques affirment que tout est conforme, sauf la présence d'un pigment 2 %2 blanc de titane dans cette peinture, un pigment qui n'a été commercialisé qu'à partir de 1938, alors que l'oeuvre est datée de 1914. Beltracchi, qui prenait soin pour chaque peinture de n'utiliser que des matériaux utilisés à l'époque, vient de commettre une erreur fatale. La police est alertée. Elle va recenser tous les tableaux portant Brdo, l'étiquette contrefaite de la collection Flesch thaing. Un travail minutieux, fastidieux.

[00:17:24]

Les enquêteurs vont également interroger les proches des Beltracchi. Ils ont confirmation que le trésor du grand père d'Hélène, tous ces tableaux qu'ils auraient acquis auprès du marchand d'art avant que la guerre n'éclate, qu'aucune de ces oeuvres n'a jamais existé. Il ne reste plus qu'à interpeller les Beltracchi. À l'époque, le profit de leur escroquerie est déjà estimé à 22 millions d'euros. On vous retrouve Karine Mullet au téléphone de l'heure du crime. Vous êtes galeriste, vous connaissez bien, parfaitement même le marché de l'art.

[00:17:56]

Une question toute simple. On se demande pourquoi les experts n'ont pas détecté plus tôt les faux de Beltracchi.

[00:18:03]

Parce qu'en fait, il n'y avait pas de raison qu'il n'y a pas un doute. Ils étaient suffisamment intelligents pour repérer des tableaux qui n'étaient pas reproduits. On y avait en fait très peu d'indications et les tableaux réapparaissent. Mais en ce moment, il y a également tout un tas de tableaux qui réapparaissent. Donc, on peut aussi rappeler que ce ne sont pas des photos, mais qu'il n'y a pas de solution tant qu'il n'y a pas quelqu'un qui fait bizarre de faire une enquête.

[00:18:35]

Je comprends bien, mais question de béotien. On ne demande pas de certificat d'authenticité quand on achète une toile à 4, 5, 6 millions d'euros aujourd'hui. Aujourd'hui, il est beaucoup plus populaire, mais quand même. Il y a déjà quelques années, donc, on était moins vigilant, on était moins vigilant et surtout, la collection était tellement plausible. L'histoire était tellement tellement bien racontée, tellement bien avec de fausses photos, avec des faux étiquettes. Tout était là, tout était là.

[00:19:09]

Donc il y avait en fait qu'il y avait dans l'avion le nom allemand. Mais heureusement, on n'avait pas du tout dans cette catégorie. D'ailleurs, je voulais vous dire nous sommes à la galerie avec un NDLR et elle vient de récupérer trois Derain qui avaient avec les commissaires. Vous ne l'avez pas? Bien sûr. Oui, puisqu'il a utilisé aussi le biais des spoliations pour expliquer sa collection. Philippe Sprong Je suppose que lorsqu'on découvre ce pot aux roses, c'est une gifle pour le marché de l'art.

[00:19:41]

Oui, parce que tout le monde se regarde comme si c'était un milieu qui est discret par sa nature. On ne sait pas, mais les gens savent qu'ils ont acheté un tel et un tel. Donc, tout le monde se demande qui a un mistigri, qui se cache quoi? Donc, tout est évalué. Regardez comme c'est quand même un métier qui est basé sur la confiance et sur la discrétion. Et ça devient extrêmement compliqué. Bon, ça secoue, ça secoue les bases du métal, ça secoue.

[00:20:06]

Et vous vous dites on ne sait pas qui a acheté, etc. Mais il y a des sommes considérables qui ont été dépensés. Je parlais de Daniel Filipacchi, qui va garder ce tableau?

[00:20:14]

Peut être encore. Oui, Daniel Filipacchi, qui émet le vœu que finalement, Beltracchi aille au bout. Et puis, si nous beltracchi le tableau. Après qu'il ait appris, après qu'il a appris qu'il a, qu'il a appris cette histoire. Oui, tout à fait. Donc là, c'est un tremblement de terre. On peut le dire dans le marché de l'art à ce moment là. Oui, parce que, comme je vous dis, c'est une question de confiance puisque les grands musées, en plus des grands experts, passent pas.

[00:20:37]

Et c'est une vedette absolue de Max Ernst, fameux explained et plein d'experts. Donc ça remet regretteras. D'ailleurs, il dira Je me suis fait avoir, mais tous le diront, lui, c'est fait. Bien sûr, c'est ça, les escrocs. Ils vous endorment. Fin de partie pour les Beltracchi, ils n'échapperont pas à un procès qui s'annonce spectaculaire, mais une nouvelle fois, ils vont plutôt bien se sortir de ce mauvais pas. L'affaire Beltracchi faussaires de génie face à la justice?

[00:21:03]

L'enquête de l'heure du crime, ce soir, a tout de suite sur RTL.

[00:21:06]

L'heure du crime racontée par Jon Richard. L'heure du crime présentée par Jean Richard Rachetez dans l'heure du crime ce soir l'affaire Beltracchi, faussaires allemand devenu richissime en écoulant des tableaux qui ont trompé le monde de l'art. Experts, collectionneurs, musées. Un an après leur arrestation, voici venue l'heure du procès.

[00:21:32]

Ce 5 septembre 2011, la foule se presse dans la salle du tribunal correctionnel de Cologne. Tout le monde est venu voir les Bonnie and Clyde du marché de l'art. Auteurs d'une arnaque qui a prospéré pendant des années, des œuvres d'art vendues à des prix astronomiques. Des faux parfaits. Wolf Gang Beltracchi, cheveux longs. Allure de rockstar, embrasse son épouse Hélène. Le faussaire est volubile. Il dénonce t il la cupidité, l'arrogance dans le marché, celui des oeuvres d'art qui a perdu la raison ou les spéculateurs sont prêts à tout pour réussir un bon coup?

[00:22:05]

Les Beltracchi n'auraient fait que se faufiler dans cette faille de plus en plus béante.

[00:22:11]

Le procès, prévu pour s'étaler sur six mois 160 témoins cités, promet d'être spectaculaire. Il pourrait être aussi l'occasion de révéler certains rouages mystérieux du marché de l'art placé sur la sellette. Des dizaines d'experts charmés par le couple Beltracchi qui n'ont rien vu. Des oeuvres qui ont passé sans la moindre anicroche. Tous les contrôles pourraient être cédés au prix fort. Mais ce procès là tourne court. Après un mois d'audience, le juge annonce que les Beltracchi ont signé un accord.

[00:22:39]

Il plaide coupable pour avoir contrefait seulement 14 tableaux. Les peines sont plus modérées 6 ans de prison pour Vol Gang, 4 pour Hélène. Qui plus est, aménageable. Même le chef d'enquête de la PJ berlinoise, le commissaire René Halong, sera surpris par cette mansuétude.

[00:22:58]

Le couple retrouve la liberté en 2015. Officiellement ruiné et obligé de vendre certaines propriétés pour rembourser quelques acheteurs qui en ont fait la demande. Histoire sans grande morale, puisque les Beltracchi, partis vivre en Suisse, continueront à exploiter à fond leur notoriété de roi de l'escroquerie. Livre, photos, show télé, Wolf Gang Beltracchi restaura, plutôt satisfait de son cours en déclarant qu'un jour, alors qu'il cherchait l'inspiration en visitant une rétrospective consacrée au peintre Derain à Lausanne, il était tombé sur l'un de ses tableaux à lui, Philippe Sprong.

[00:23:36]

Les Beltracchi reconnaissent quatorze tableaux qu'il aurait contrefait. C'est l'accord passé avec le tribunal. Il n'y en a plus que ça. Oui, le chiffre est beaucoup plus important. Des confrères allemands, ils ont. Ils ont calculé qu'il y en avait 70 en tout. Après, il y en a eu plus. Est ce qu'on sait où ils sont, ces tableaux? Il y en a qui? On ne sait pas, mais on sait qu'il y en a dans les musées.

[00:23:57]

On sait qu'il y en a un peu partout.

[00:23:59]

Après, tout le monde se regarde et dans des collections privées, énormément aussi. Pas mal quelques unes. Bien sûr, elles représentent le marché de l'art. En fin de compte, là où vont ces toiles normalement, c'est à dire les musées et les collections privées. Carine Muller, vous êtes en ligne dans L'heure du crime. Vous êtes galeriste et auteur du livre. Je le rappelle quand l'art est pris pour cible. Est ce qu'on peut expliquer cette mansuétude qui a été accordée aux Beltracchi lors du procès?

[00:24:26]

Parce que finalement, c'est pas très cher payé, si je puis dire. Une escroquerie de ce niveau là, ça n'est effectivement pas très moral, mais je pense que ce sont des gens qui avaient. Un tel argument était la mise en scène. Elle l'a rendu sympathique. Il y a toujours une fascination pour les Robins des bois, les Robin des bois à côté aussi. En fait, ce n'est pas très grave parce que les personnes qui ont été lésés sont des gens qui en avaient les moyens.

[00:24:57]

Il y avait par exemple l'acteur Makino, une des victimes, et les victimes qui ont opéré entre guillemets, ont osé reconnaître et en parler. Bien sûr, il y a beaucoup d'autres grands collectionneurs et même des millions de fans.

[00:25:15]

Et c'est d'autant plus intéressant. Ce que vous dites, c'est qu'il y a plein de personnes qui n'ont pas porté plainte contre les Beltracchi.

[00:25:20]

Mais bien sûr, parce que ça veut dire reconnaître d'avoir un faux. Parce qu'après, quand le verdict tombe, vous avez perdu une somme d'argent colossale. Alors là, alors que maintenant il va sortir, on va laisser le temps passer. Et d'Andijan, un temps oublier cette histoire et on n'a pas forcément passé mon tableau aux rayons X. Evidemment, ceux qui ont été interpellés, ce sont des lecteurs extrêmement coûteuse, bien sûr, et tout le monde ne le fait pas.

[00:25:43]

Et qui n'a pas non plus été libéré. Vous pensez bien que les médias ne vont pas s'amuser non plus à faire expertiser leur tableau? Et évidemment, Philippe Sprong, est ce que c'est faux?

[00:25:52]

Beltracchi Vrai faux. Je ne sais pas comment on doit les appeler. Est ce qu'ils ont une valeur aujourd'hui?

[00:25:56]

Ils ont le coût. Il y a plusieurs personnalités qui viennent. C'est le dernier chic. C'est de se faire faire tirer le portrait par Beltracchi. Je pense que ça va avoir une valeur, une valeur historique et donc du simple. C'est comme les anciens, les portraits de ceux que tu faisais, le gars, les fous. Comment il s'appelait l'expert de Göring? C'est possible. Hans van Megamind, qui a été un maire jeune qui venait à notre secours.

[00:26:29]

Carine Muller avec votre votre. Du marché de l'art, dont il a été aussi un grand succès, car annulaires, est ce que cette histoire qu'on vient de raconter, cette escroquerie hallucinante? Est ce que ce serait possible encore aujourd'hui? Vous avez un peu déflorer la question de talent, mais est ce que c'est encore possible?

[00:26:45]

Bien sûr. Bien sûr, il y en a certainement. Disons que là, ça fait un moment que j'ai pas travaillé sur le sujet. Mais vous savez, dans l'informatique, tout devient de plus en plus. Les antivirus sont de plus en plus forts, mais les hackers font de plus en plus fort chez les faussaires. C'est la même chose parce que chaque affaire. On apprend beaucoup de choses et français de plus en plus fort, de plus en plus astucieux.

[00:27:08]

Et là, le blanc de titane oxyde le fameux pigment qui va, le fameux pigment qui a tout déclenché. C'était effectivement quelque chose de pas idiot. Cela permettait d'éclaircir les couleurs. Il était très faible. La lumière, il l'a utilisé. On pensait qu'il avait 30 ans d'erreur, mais c'était une petite faiblesse au passage. Exactement. Karine Mullet. Encore une question est ce que ce genre d'escroquerie est tout de même massive? Il est rarissime d'avoir une escroquerie de telle ampleur sur le marché de l'art.

[00:27:42]

Est ce que ça a une incidence sur la cote, sur les ventes, sur la mode? Pour certains tableaux ou certains peintres?

[00:27:49]

Non, je ne pense pas parce que ça reste quand même, vu le nombre d'oeuvres qui circulent. Ça reste quand même un petit peu anecdotique. Donc, je ne pense pas, par contre, évidemment. Maintenant, toutes les oeuvres, les collectionneurs étaient beaucoup plus vigilants parce que ça laisse un précédent. Mais non. Et en plus, je me dis même que peut être donner de la valeur. Du coup, c'est une oeuvre qui a une vraie histoire.

[00:28:15]

C'est une oeuvre qui a une vraie histoire depuis depuis cette affaire. Est ce que les contrôles se sont affermis, si je puis dire, est ce que les experts sont beaucoup plus vigilants? Ça a servi de leçon.

[00:28:25]

Vous voyez? Oui, surtout toutes les oeuvres qui ont été peintes avant la Seconde Guerre mondiale. Là, il y a vraiment une vigilance extrême et nous ne sommes pas non plus des spécialistes de ces artistes parce que nous sommes plutôt au vingtième siècle. Mais pour les oeuvres, pour les oeuvres, vraiment, Rinchen, il y a des contrôles extrêmement fort et il faut beaucoup, beaucoup de certificats. Mais c'est plutôt en raison des spoliations qui présente des défauts.

[00:28:57]

Les leçons de l'affaire Beltracchi? Merci beaucoup Carline Muller d'avoir été au téléphone dans l'heure du crime ce soir. Merci beaucoup. Philippe Sprong, d'avoir vous été dans le studio de l'heure du crime avec nous dans L'heure du crime, consacrée ce soir à l'étonnante Islande Beltracchi, les Bonnie and Clyde du marché de l'art. Pour ceux et celles qui veulent aller plus loin, je signale la sortie d'un livre Les génies du foot de Cathy Robin et qui vient de paraître aux éditions Toper.

[00:29:21]

Merci à l'équipe de l'émission Justine Vignot, Marie Bosshard, lapréparation, Marc Bisser à la réalisation et un grand merci à vous toutes et tous d'avance partager cette heure du crime un petit peu raccourcie ce soir à cause du foot avec nous.