Happy Scribe Logo

Transcript

Proofread by 0 readers
[00:00:06]

Lundi 30 novembre. Aujourd'hui, je tente de découvrir ce qu'on mettra demain dans nos assiettes.

[00:00:13]

Plusieurs laboratoires tentent de créer de la viande in vitro. Peut être une piste pour répondre de manière plus écologique aux besoins alimentaires de la population. Mais cette viande de culture suscite quand même des inquiétudes. Je me plonge dans la guerre secrète entre l'Iran et Israël. L'un des responsables du programme nucléaire iranien a été tué vendredi à Téhéran. Les autorités iraniennes accusent le Mossad, les services secrets israéliens. Et puis, qui est Gilbert Azibert, l'ancien magistrat à la carrière impeccable et jugé aux côtés de Nicolas Sarkozy et de Thierry Herzog dans l'affaire Bismuth?

[00:00:49]

Portrait du troisième homme au cœur de cette affaire de corruption présumée. Bienvenue. Je suis Célina Selo et c'est parti pour le quart d'heure.

[00:01:09]

Celui dont la chaise est restée vide la semaine dernière à l'ouverture du procès, celui qui ne voulait pas venir. Celui qui a tenté d'invoquer des raisons médicales pour pouvoir rester chez lui, à Bordeaux. Loin, très loin de la cohue médiatique du tribunal des Batignolles, au nord de Paris. Lui, c'est Gilbert Azibert, le troisième homme, le troisième prévenu, dont le procès Bismuth aux côtés de Nicolas Sarkozy et de Thierry Herzog. Gilbert Azibert a 73 ans.

[00:01:41]

Sur les photos de lui parues dans La Presse, on le voit poser l'air très sérieux, assis à un grand bureau recouvert de dossiers. On devine derrière lui la colonne de la place Vendôme. Car à l'époque de cette photo, en 2008, il était secrétaire général de la ministre de la Justice, Rachida Dati. Quasiment un garde des Sceaux bis, disent les connaisseurs. Un magistrat assez peu apprécié, mais respecté, craint aussi, qui fut chef des prisons françaises, responsable de la formation des futurs magistrats.

[00:02:15]

Premier avocat général à la Cour de cassation et qui se voyait bien terminer à Monaco son parcours sans accroc.

[00:02:22]

Et c'est là qu'arrive le problème.

[00:02:24]

Il est soupçonné d'avoir tenu informé Nicolas Sarkozy du déroulement des travaux de la Cour de cassation sur les dossiers Bettencourt. Le haut magistrat Gilbert Azibert est entendu en ce moment au pôle financier.

[00:02:36]

En 2014, les policiers découvrent que Nicolas Sarkozy, alors mis en cause dans plusieurs affaires judiciaires, utilise un téléphone secret au nom de Paul Bismuth pour discuter avec son avocat Thierry Herzog, et dont ces conversations, un prénom revient plusieurs fois. Gilbert, je l'ai brûlé, moi, je le fais monter, dit Nicolas Sarkozy dans l'un de ses échanges. Et la justice aujourd'hui? S'interroge Gilbert Azibert a t il accepté d'aider Nicolas Sarkozy contre la promesse d'obtenir un poste à Monaco?

[00:03:12]

L'ancien président de la République s'inquiétait à l'époque de savoir si ses agendas saisis dans l'affaire Bettencourt allaient être utilisés contre lui. Alors, a t il proposé à Gilbert Azibert de se renseigner auprès de ses collègues de la Cour de cassation, voire de les influencer? En d'autres termes, y a t il eu tentative de corruption?

[00:03:32]

Monsieur Azibert n'a jamais un poste à Monaco. Le Palais à Monaco a rendu public un communiqué pour dire jamais Nicolas Sarkozy est intervenu et tous les magistrats interrogés ont dit jamais monsieur Azibert était intervenu.

[00:03:47]

Nicolas Sarkozy dénonce des familles et nie les faits qui lui sont reprochés. Certes, Gilbert Azibert n'a jamais eu le poste tant convoité à Monaco. Mais l'essentiel n'est pas là pour la justice. L'essentiel sera de déterminer si, oui ou non, le poste lui a été promis dans le cadre d'un pacte de corruption, dont les échanges téléphoniques. On entend en effet Thierry Herzog rappeler à Nicolas Sarkozy, qui doit se rendre à Monaco. 2. Dire un mot pour Gilbert s'il en a l'occasion.

[00:04:17]

Cet après midi, l'ancien magistrat a franchi la porte du tribunal des Batignolles, masques FFP2 sur le visage. Sa demande de renvoi pour raisons médicales n'a pas été acceptée. Le procès a donc repris aujourd'hui pour de bon, cette fois avec trois hommes désormais sur le banc des prévenus.

[00:04:43]

Ça pourrait être le début d'une série d'espionnage façon le Bureau des légendes.

[00:04:47]

Vendredi dernier, un scientifique iranien a été tué dans l'attaque de sa voiture à Téhéran. Les autorités iraniennes accusent le Mossad, les services secrets israéliens, et font de Merson Farid Adé un martyr à qui les plus grands hommages ont été rendus ce matin. Ça pourrait être une série d'espionnage, mais c'est le dernier épisode d'une guerre secrète sur fond de programme nucléaire, comme le raconte Christian Chesnot, de la rédaction internationale de Radio France.

[00:05:17]

Farid Adé, c'était, j'allais dire, le père du programme nucléaire iranien, dont quelqu'un de très important parce que l'Iran s'est engagé dans un programme nucléaire depuis de longues années et tué la tête de ce programme. Evidemment, c'est un coup sévère porté aux Iraniens, même si d'autres vont prendre la relève. l'Iran a beaucoup d'ingénieurs, mais encore une fois, il y a déjà eu quatre ingénieurs assassinés entre 2010 et 2012. Ça commence à faire beaucoup. Il y a une vraie guerre de l'ombre qui est engagée entre les Israéliens, les Américains et l'Iran.

[00:05:47]

Vahram Tchané, la nation iranienne est trop intelligente pour tomber dans le piège de la conspiration mise en place par les sionistes. Ils pensent à créer le chaos.

[00:05:58]

l'Iran d'ailleurs, dit nommément c'est Israël qui est derrière cet assassinat. Est ce que ça, c'est une hypothèse crédible?

[00:06:04]

Ah oui, c'est une hypothèse crédible. On sent que l'ombre du Mossad plane sur cette opération. Pour dire, c'est une opération spectaculaire parce que avec un commando, une voiture piégée en plein jour, les précédents assassinats, c'était plus simple et moins spectaculaire. C'était une voiture piégée, c'était une moto piégée. Là, il y a eu un commando qui a assassiné Mohsen Farid, une opération plus complexe. Et c'est vrai. Ça rappelle un petit peu les années 60, quand Israël liquidait les scientifiques allemands.

[00:06:37]

Les anciens nazis qui avaient rejoint le camp menacèrent et qui aidait Nasser dans ses programmes d'armement.

[00:06:43]

Nous pensons que si aucune réponse décisive n'est donnée, la suite des événements sera certainement pire que cela. Ces étudiants et nos amis qui sont ici s'attendent à une vengeance CVL. Ça va être notre sang est en ébullition et nous n'aurons pas de repos tant que nous n'aurons pas eu de revanche pour la mort de Mohsen Fakhry.

[00:07:07]

Est ce qu'il faut craindre une riposte de la part de l'Iran? Les Iraniens ont dit qu'ils allaient riposter en temps voulu pour faire preuve de patience. Il est clair que l'Iran ne ripostera pas à chaud.

[00:07:18]

Ce n'est pas le genre de la maison, j'allais dire. C'est à dire qu'on prend le temps. Et en plus, l'Iran, sans qu'il y ait un piège qui lui est tendu. On est en pleine transition à la Maison Blanche avec un nouveau président, Joe Biden, qui a envie de reprendre des négociations ou peut être de réintégrer l'accord de Vienne. Les Iraniens ne veulent pas aller faire monter la pression, mais il se peut que après le 20 janvier, après l'installation de Joe Biden à la Maison-Blanche, on peut avoir en 2021 l'assassinat d'un Israélien, d'un espion ou de quelqu'un d'autre.

[00:07:49]

Alors c'est un assassinat spectaculaire. Comment on en est arrivé là bas?

[00:07:54]

Il vous faut comprendre que pour Israël et pour les Américains, l'Iran est la bête noire. C'est vraiment presqu'une obsession. Et donc, depuis des années, les Israéliens essaient de saboter, de contrecarrer le programme nucléaire iranien par des assassinats ciblés, comme on dit par des cyberattaques via des virus informatiques. On se souvient de Stockes net en 2010, qui avait perturbé les centrifugeuses. Il y a aussi des actes comme on a vu cet été en juillet à Natanz, la centrale de Natanz, où il y a eu une explosion avec un incendie.

[00:08:26]

L'idée est venue, d'un point de vue israélien, de retarder, de saboter la marche à la bombe des Iraniens.

[00:08:33]

On est quasiment dans une série d'espionnage.

[00:08:35]

Là, on est dans le bureau des légendes, une guerre de l'ombre où tous les coups sont permis. En plus, cette opération signifie que les Israéliens ont des taupes sur place, ont des relais, peut être avec les Moudjahidine du peuple, les fameux opposants iraniens. Il faut savoir aussi que il y a une grande communauté israélo iranienne en Israël, pardon, des juifs d'origine iranienne, dont une connaissance du pays. Mais c'est vrai que pour Israël, c'est vraiment l'ennemi numéro un et il faut saboter par tous les moyens les capacités militaires atomiques iraniennes.

[00:09:10]

Merci beaucoup Christian Chesnot pour toutes les explications.

[00:09:13]

Aujourd'hui, dans le quart d'heure où il va approcher plus, elles seront nombreuses publicités pour nous convaincre de mettre sur la table des fêtes du saumon fumé, du foie gras, de la dinde et je me connais. Je vais sans doute me laisser convaincre.

[00:09:34]

Et pourtant, je le sais bien qu'on mange trop de viande en moyenne 86 kilos de viande par an et par habitant en France, ce qui n'est pas terrible pour la planète. Entre la consommation d'eau, l'occupation des terres et l'émission de gaz à effet de serre, impossible d'ailleurs de maintenir un tel niveau, disent les scientifiques, quand on sait qu'en 2050, on sera 9 milliards 700 millions sur cette planète. Alors par quoi pourra t on remplacer la viande à l'avenir?

[00:10:03]

Eh bien, c'est une question qui se pose dans de nombreux laboratoires.

[00:10:07]

Ce steak ressemble en tout point à un morceau de bœuf classique comme on l'aime. Sauf que le boeuf en question a grandi loin des pâturages, dans des tubes à essai de laboratoire. Mais comment est fabriqué cette viande?

[00:10:18]

À partir de cellules musculaires prélevées sur les animaux par biopsie de la viande in vitro.

[00:10:24]

Créée à partir de cellules.

[00:10:26]

Une cinquantaine de start up y travaillent dans le monde, aux Etats-Unis, en Israël ou encore aux Pays-Bas, où a été présenté en 2013 le premier Burberry à base de viande de culture et Samhita.

[00:10:41]

Le goût est bien prononcé et se rapproche de celui de la viande. Ce n'est pas aussi juteux que la viande, mais la consistance est parfaite, affecte ses coutures.

[00:10:51]

Mais c'est cher. Ce premier steak de 140 grammes a nécessité des mois de travail et 250 000 euros d'investissement.

[00:11:00]

Mais ça n'empêche pas certains entrepreneurs d'y croire, comme Nicolas Morin Forest. C'est l'un des cofondateurs de Gourmet, entreprise francilienne qui s'est lancé l'année dernière avec l'ambition de créer un foie gras de laboratoire.

[00:11:16]

Le foie gras, c'est d'abord un pavé dans la mare parce qu'on sait que c'est évidemment un pilier de notre gastronomie. Et donc, ça nous a amusés beaucoup de réinventer ce produit là comme premier produit. D'autant que c'est également un produit extrêmement controversé. On développe une technologie qui est complètement nouvelle. Ça fait vingt mille ans qu'on élève des animaux, mais cultiver directement des cellules, ça ne s'est encore jamais fait. C'est une technologie nouvelle, même si elle s'appuie sur des développements de ces dernières années.

[00:11:40]

Et évidemment, faire chuter les coûts de production, c'est l'enjeu principal. Comme toute technologie nouvelle, les premiers produits arriveront sur le marché. Ce seront des produits assez cher à petite échelle. On est à plusieurs milliers d'euros le kilo. Mais si vous voulez, vous pouvez prendre l'exemple du premier iPhone qui est au stade du prototype coûté plusieurs millions de dollars et aujourd'hui, quelques centaines d'euros. C'est vraiment notre obsession. C'est d'avoir un prix qui soit accessible et qu'on.

[00:12:04]

Avec la viande et les foies gras conventionnels, bien sûr, l'entreprise espère présenter ses premiers foies gras in vitro l'année prochaine. Mise vraiment la solution? La viande de culture. Jean-François Hoquette, chercheur à l'Ineris, l'Institut national de recherche pour l'agriculture et l'alimentation, a quelques doutes. Est elle si écolo que ça?

[00:12:25]

La viande de labo y a plusieurs études, dont une étude en 2011 qui a démontré par des approches de modélisation que la viande de culture aurait une empreinte carbone. En tout cas, une émission de gaz à effet de serre plus faible que celle de la production de viande conventionnelle. Or, deux études en 2015 et en 2019 n'ont pas confirmé ce premier résultat. Le problème de la solution viande de culture, c'est que cette solution n'existe pas encore sur le marché, qu'elle a encore besoin d'investissements, de recherche et donc d'investissements financiers, alors que les autres solutions réduire le gaspillage alimentaire, changer nos habitudes alimentaires ne nécessite pas d'efforts de recherche très important.

[00:13:10]

Techniquement, la solution existe. En revanche, il faut que les consommateurs que nous sommes acceptent de faire évoluer leurs habitudes alimentaires et leurs modes de consommation.

[00:13:22]

C'est lui nos modes de consommation. N'est ce pas aussi s'ouvrir à d'autres types de protéines? Dans ce restaurant parisien, Apply Inno, vite, on tente de convaincre les clients que la viande, ce n'est pas forcément du steak.

[00:13:37]

Il y avait deux sortes de pâtissiers j'ai des pâtes ou lentilles et ou criquets. Et ça, c'est des pâtes aux grillons au point et au basilic.

[00:13:50]

Les pâtes aux criquets, si, si, c'est très sérieux. C'est l'une des spécialités du chef Laurent, veillé à la tête du premier restaurant européen où l'on cuisine les insectes des insectes entiers ou sous forme de farine, une protéine très respectueuse du style de la planète.

[00:14:08]

C'est bon pour l'environnement. Il y a un impact neutre, donc c'est fabuleux. On peut les élever dans une bulle, dans un garage. Ce n'est pas beaucoup d'espace concentré. C'est très rapide et ça demande aucune ressource. J'ai envie de les préparer de la bonne manière et quand c'est une jolie préparation, que ça a du goût. Les gens oublient le visuel, ça devient secondaire. L'après, ce n'est pas mauvais non plus, donc il n'y a pas beaucoup d'efforts à faire pour aimer.

[00:14:38]

C'est juste dans la tête.

[00:14:39]

C'est dans la tête et c'est bien ça le problème. Comme moi, je ne suis pas super courageuse. Céline Dahchour, notre Reporterre qui s'est lancée dans la dégustation larga des vers de farine que vous venez de voir vivant.

[00:14:52]

Mais là, ils sont bien grillés. Vous les voyez pas bouger. Il y a un grillon et un vert et quelques petites épices.

[00:14:58]

Là, ça fait beaucoup. Non, non, non, nassérien. Il faut tout manger d'un coup.

[00:15:02]

C'est comme des chips. Alors ça va?

[00:15:07]

Ben oui, ça va bien. J'ai l'impression que c'est de la poudre d'amande.

[00:15:10]

Pas sucré, de la poudre d'amande. Tiens, j'aurais pas forcément pensé. En tout cas, j'ai découvert que la farine d'insectes est de plus en plus utilisée dans la nourriture pour animaux. Plusieurs usines ont ouvert leurs portes ces derniers mois en France, dans la Somme et dans le Puy de Dôme. Le groupe Nestlé aussi a annoncé le lancement d'une gamme de croquettes pour chiens à base de farine d'insectes. Élevages de grillons a donc de beaux jours devant lui.

[00:15:36]

Quant à moi, très franchement, je vais m'en tenir aux Kinois pour le moment. Allez à demain pour le quart d'heure.