Happy Scribe Logo

Transcript

Proofread by 0 readers
Proofread
[00:00:01]

RFN est à la fois. 7 milliards de voisins. Compte à égoutté. Bonjour, je m'appelle Eloïse Oria. C'est raconter des histoires. Ti-Jean et la Diablesses, un conte d'Isabelle et Henri Cadoret, collection Contes des quatre vents, aux éditions L'Harmattan.

[00:00:42]

Il y a très longtemps, en Martinique, vivait un homme et une femme très pauvre. Quand leur troisième enfant naquit, il était si petit qu'il l'appelèrent Ti-Jean. Une dame très riche et sans enfant habitait dans la commune voisine. Elle vint les voir et leur dit Laissez moi être sa marraine. Il habitera une grande maison, il ne sera pas seul, car j'ai d'autres filleuls. Il portera de beaux vêtements et mangera du poisson et de la viande tous les jours.

[00:01:15]

Les parents de Ti-Jean l'aimaient et parce qu'il l'aimait, il le donnait à cette dame si riche. Il pensait que Ti-Jean serait heureux puisqu'il ne manquerait de rien. La marraine Mona Ti-Jean, elle, habitait une grande maison à étage, avec une belle véranda tout autour. Tous ces filleuls vivaient librement sur le domaine ils grimper aux arbres, cueillir des goyave, des mangues, des noix de coco.

[00:01:43]

Ils allaient à la pêche, relevaient les nasses remplis de poissons. Ils plongeaient et ramenaient des langoustes et des oursins blancs.

[00:01:52]

Ti-Jean rencontra un bébé requin.

[00:01:55]

Ils devinrent amis. Les enfants aimaient Ti-Jean, qui étaient généreux et courageux. Pourtant, aucune tendresse, aucun amour n'avait pu fleurir dans son cœur. Pour cette marraine si belle et si riche.

[00:02:16]

Le jour de leurs 12 ans, les enfants disparaissaient. Ce jour là, la marraine allait rendre visite à son mari, qui habitait dans un îlet, une petite île.

[00:02:26]

Un midi, elle revint de l'îlet avec le plat préféré des enfants du Matou, tout Crabbe. Ti-Jean Manger avec appétit. Il prit une pince de crabe et mordit dedans, il trouva bizarre, la regarda de plus près.

[00:02:42]

C'était un doigt d'enfant. Il sortit discrètement de table et courut vers la plage. Il enterra le doigt au pied d'un cocotier et posa dessus un coquillage, une belle conque de Londres. Une petite voix sortie de terre. Merci. Merci, Ti-Jean! Je suis Joset. Notre marraine est une diablesse. Son mari est un vieux diable. Il nous tue pour nous manger. Alors Jean se mit à surveiller sa marraine.

[00:03:22]

Un matin, elle sortit de la maison, emportant un sac sur le dos. Il l'a suivie. Ils arrivèrent près d'une plage lugubre. Sa marraine riait d'un rire féroce. Ni plantes, ni oiseaux, ni coquillages.

[00:03:37]

Juste un bateau de pêche. Une yole rouge comme le sang. Elle mit le sac dans la yole, releva sa grande robe blanche et se déchausser. Ti-Jean visser le pied droit était un pied humain, mais le pied gauche était un pied de bouc. Ti-Jean frissonnant. Sa marraine était une diablesse.

[00:04:02]

Elle poussa toute seule sa yole à la mer, sauta dedans. Elle ne prit pas de rames. Elle ne vit pas de voile, mais elle prit sous le banc un fouet.

[00:04:11]

Elle cingle à la yole en criant Thio, Quigley, Thio et la yole bondit sur les vagues comme un cheval fougueux. Ti-Jean plongea, puis appela son ami le requin. Il saisit son aileron et se laissa glisser dans le sillage de la yole, près de Lillet. Il se cachait derrière des rochers.

[00:04:33]

La marraine échoua à la yole sur le sable, jeta le fouet et éclata de rire.

[00:04:41]

Alors, un énorme diable tout blanc qui fumait une pipe en os a couru Ti-Jean et le requin en avait assez vu partir. Lorsque la marraine revint chez elle, elle s'endormit aussitôt. Chaque fois qu'elle revenait de l'îlet, elle dormait ainsi d'un sommeil de plomb.

[00:05:03]

Ti-Jean en profita pour réveiller ses compagnons endormis. Ils allaient de chambre en chambre en disant Debout, debout, partons, partons.

[00:05:11]

Notre marraine est une diablesse. Son mari est un vieux diable. Si nous restons, ils nous mangeront.

[00:05:19]

Tout se lever et quitter la maison sans bruit, Ti-Jean pris le fusil de la diablesse pour tuer le diable. Il mena ses compagnons à la plage lugubre. Le requin les attendait. Là, tout le monde s'embarqua dans la yole ensorcelée.

[00:05:35]

Ti-Jean saisit le fouet et cinglée à la yole en criant Thio, Quigley, Thio, Quigley et la yole bondit sur les vagues comme un cheval fougueux. Le requin ouvrait la route. L'air était doux et parfumé.

[00:05:50]

La lune brillait sur la mer. l'Île est avec sa plage, bordée de cocotiers apparus dans la clarté dorée de la Lune. Une silhouette arpentait la plage. C'était le vieux diable. Il reconnaissait la yole, mais ne reconnaissait pas sa femme. Pour mieux voir.

[00:06:08]

Il s'approcha de l'eau, Ti-Jean visa et tira le vieux diable, s'écroula dans la mer et se transforma en éclôt, balayée par le vent.

[00:06:20]

Au même moment, la marraine se réveillant en sursaut, elle se leva et se rendit dans les chambres des enfants. Toutes étaient vides. Elle courut à la plage lugubre. Plus de yoles. Elle poussa un tel cri de rage que la lune en tremblant dans le ciel. Elle se précipita sur la yole des enfants et hissa la voile. Elle était tellement en colère qu'elle ne pensa plus aux écueils qui gardait. Il est l'aïeule, se brisa en deux sur les rochers.

[00:06:52]

La diablesse qui ne savait pas nager, se noyen et se transforma en écume balayée par le vent.

[00:07:05]

Sur l'îlet, les enfants trouvèrent lors du vieux diable et de la diablesse. Ils ne partagèrent et retournèrent vivre chez leurs parents.