Happy Scribe Logo

Transcript

Proofread by 0 readers
Proofread
[00:00:00]

Vous écoutez RMC? C'est à ce moment la vie est un sport d'adresse qui est un sport de d'agilité, de souplesse et d'intuition. Ce n'est pas un sport de contact football jusqu'à minuit, c'est l'affaire foot. Si on ne veut pas de contact, on va jouer au Haussler ou à jouer à la pétanque. C'est 11 mètres contre 11 mètres et ça devient aussi une question de centimètres. C'est un de fou sportif. Ils sont là jusqu'à minuit. Daniel Riolo, Jérôme Rothen, Eric Di Meco ou Samoussas IETF, bien sûr, avec le nouveau compte Instagram de l'inventeur.

[00:00:37]

Et ils l'ont rejoint. Un habitué. L'agent le plus influent de la planète football, juste après Georges Mandel. Ha! Ha! Ha! Ha! C'est rare de l'avoir au mois d'août. Normalement, il est sur les routes. Il a le matériel à l'arrière. Bruno atteint aujourd'hui Bruno Bruno. C'est vrai qu'il est venu. La montre a changé déjà. En général, il y a une montée. Il y a eu un bon transfert que la date du transfert veut dire qu'en période de vaches maigres, il n'a pas fait de grosses ventes.

[00:01:12]

Bruno Bernard a parlé mercato avec toi, évidemment. Du reste de choses à dire. Sinon, en France, c'est calme. Mais Bruno Satin, qui vit en France, c'est comme si il se limitait à la France. Mais bon, c'est ce qui intéresse Carrelé international. Et maintenant?

[00:01:29]

Oui, sur le coup, Messi, oui, mais ne le dis à personne, ne dis pas que t'as ou pas au moins deux moitiés d'infos sur Messi. Comme tout le monde, j'ai un ou deux ans ou deux trucs, un ou deux ego, mais un ou deux tuyaux. Très sincèrement, si je devais parier sur ce futur club, tu pleures, tu dois parier la mallette en Recos City.

[00:01:51]

Reste à voir ça plutôt sur le Barça. Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha, tu viens tumi! Il reste à voir comment il peut partir. C'est tellement énorme si tu veux. Effectivement, City, dont la surface n'est plus les problèmes juridiques que ça va poser. Mais parce que même si en face, c'est le Barça bis, là bas, parce qu'il y a Guardiola, Grichting et Faireun Soriano, le chef exécutif, c'est le patron exécutif du club.

[00:02:23]

C'est tous des anciens du Barça. Mais ça me parait quand même compliqué.

[00:02:29]

Alors, je vais vous donner les infos du jour. Une expression ils ont la surface. Bien sûr, j'ai noté sur la surface. C'est du langage d'agents, ça, on va comprendre un peu comme Jérôme pour les vacances à Monaco à la surface de la surface. Quand je l'ai vu à Lisbonne, la surface ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha! Les barré par nos correspondants. Loïc, Brélès était chaud avec Deschamps. Tout à.

[00:02:55]

Et puis on a Julien Landry à Montpellier. Yep, bien décodée. Je lui ai bien posé des questions. Un peu qu'on peut voir. Il y avait le Der Zakarian en conférence de presse avec Der Zakarian en conférence de presse. La totale éclate t il? Dégage une joie de vivre permanente. Et la question de Julien Landry MSIE à Montpellier? Michel, c'est possible. Réponse de Der Zakarian n'est pas fini.

[00:03:19]

On a pas les moyens de le faire.

[00:03:28]

Pas beaucoup au premier degré. Non, on n'a pas les moyens. Désolé, Moscato Show. Il a passé la grande partie de l'interview Mitic à Illimythics. Une punition pour lui? Ha! Ha!

[00:03:47]

Brest! Les infos du jour le concernant tout de même, il se passe toujours les trucs. Là, ça vient surtout de Barthomeuf. Où donc il y a aujourd'hui des éléments qui font dire que Barthomeuf ou pourrait mettre sa démission dans la balance en disant Si je démissionne, est ce qu'il reste? Je suis peut être prêt à démissionner pour qu'il reste.

[00:04:06]

Voilà donc ça peut être élément à voir. Si, si, ça suit ou pas. Berthomieu qui demande quand même à Messi qui dit bon, moi, j'aimerais quand même qu'il s'explique publiquement, dit Berthomet. Ou encore on peut le comprendre, mais peut être pas le moment, non.

[00:04:25]

Lui, il veut activer sa clause en expliquant que le report de la fin de saison ne pouvait pas l'activer au mois de la fin de la saison dernière parce qu'il n'y avait gordo mois et notamment pour finir et donc lui va activer sa clause. Et il dit juste qu'il demande au club de le laisser libre. S'il y a un conflit, il s'expliquera juste. Je pense que c'est speaker à un moment donné, soit obligé. Mais là, pour le moment, il veut juste activer sa clause qui lui passe, que c'est légitime de l'action dès maintenant, c'est tout comme il aurait pu le faire au mois de janvier puisqu'il avait la possibilité de le faire pour le Barça.

[00:05:02]

Maintenant, c'est pas possible, c'est trop tard, donc je pense que ça se défend. Par ailleurs, sachez qu'en Argentine, vous savez, le club où Messi était avant de venir au Barça, c'est le club de Rosario. Newell's de Bruno bloqua. Mobilisation totale dans la ville, banderole revient à la maison, on t'attend. Ils vont organiser un convoi dans la ville pour persuader Messi de revenir à la maison. On parle de lui dans toute l'Europe.

[00:05:30]

Alors au Bayern aussi, on en a parlé. Thomas Müller est intervenu. J'ai vu, le directeur financier n'était pas là. Donc, on en parle de partout et on peut écouter maintenant Eric Aulas pour être complet. Tu ne parles pas de Messi, pas plus de Brisbane. C'était tout à l'heure dans la magnifique l'émission Top of the Foot de Jean-Louis Triaud. Voici, et il dit Nicolas, vous allez voir que oui, Griezmann a pensé à partir.

[00:05:57]

Par rapport à la situation, Messi et tout le reste, on écoute le Bayern. Bien entendu, il a envie que ça ne pouvait pas continuer comme ça. Et il étudie sérieusement autrement. Entre l'humiliation de 2008 contre l'Atletico Madrid en titulaire et ballon qui arrive. Le comportement du coach, qui était bon pour les moyens à il était de voilà ce que disait Fred depuis longtemps.

[00:06:38]

Mais c'est pas un mystère que Benzema n'était pas heureux, que Messi voulait pas de lui et qu'il n'ait jamais eu d'entente entre les deux. Mais en tout cas, c'est Aulas. C'était même CTB. C'était le mal était même plus profond que ça. Parce que là, il te dit et il avait raison. C'est plus qu'avec Messi, c'est avec l'entraîneur et c'est intéressant que ça soit confirmé par un proche de Griezmann, donc en tout cas en Espagne. Maintenant, le problème, c'est qu'avec ce qui vient d'être dit là, Bruno, par rapport à ce que tu dis tout à l'heure, est ton sentiment sur l'affaire.

[00:07:08]

Le problème, c'est que si Messi reste. Ne peut pas rester et le coach va changer, Daniel, et si le coach change? Ben oui, le coach a changé Déjazet. Comment ça va changer quoi pour Griezmann? Le mal être. Il était sous tension parce que le reste disparaît. Oui, le malaise, il était déjà avant barrage. Ils ne sont pas. Ils n'étaient pas à se taper dessus, comme aimait Milan. Mais Messi, qui reste avec le nouvel entraîneur Christian Suarès.

[00:07:35]

N'oublie pas ça, c'est important. Mais justement, lui, il n'aime pas son poste. Donc, tu sais pas. C'est bizarre que tu aies ce sentiment. Breno Bruno Comme tu le dis, c'est pour des problèmes d'Auzay. Eric voulait poser une question actuelle qu'est ce qu'il peut faire sans ça? C'était la même question. Parce qu'en réalité, je pense que Coman, c'est le mistigri. Mais si pour lui, je crois même qu'il serait content comme il s'en aille.

[00:07:56]

Moi, je pense que c'est possible. M'enfin bon, globalement, si tu veux le Messi, il incarne tellement ce club et les succès du club que les gens, les gens ne comprennent pas. Il faut quand même comprendre que le club n'est pas dirigé. La direction, c'est une faiblesse. Ainsi, ils n'ont pas de gens compétents, mais elle va changer la direction. Oui, elle va changer quoi? Y aura des élections? C'est lorsqu'il y a un timing.

[00:08:21]

Et en attendant, il faut jouer. Il faut constituer un effectif. Donc c'est ça la difficile. Et pour démissionner? Si, si. S'il y a la motion? Non. Oui. Mais même si Messi part, il est pas obligé. A mon avis, oui. De toute façon, glauque, ça avance.

[00:08:35]

Donc, changement de gouvernance va arriver tout de suite parce que je ne comprends pas. Tu dis, tu dis, il va rester, mais tu as le sentiment. Oui, non, mais justement, le respect des être, tu utilises, tu sais plus de choses que nous. Et c'est surement toi qui a raison. Mais tu active une clause Odo qui est passée en expliquant que vu le report du championnat, elle doit être valable et tout. Et tu veux te battre pour faire reconnaître cette clause là et derrière tu vois pas trainer, c'est pas, mais ça force quand même quand tu peux dire.

[00:09:07]

Apparemment, il va s'entraîner. Ouais, apparemment, ça, ça, c'est réglé. Après tout, à l'heure, on parlait Griezmann, mais je dire Christmann quand il sort d'une saison comme ça, au regard de ce qui coûte ou ce qu'il a couté en transfert et ce qui coûtent en salaire. Les clients ne se bousculent pas non plus. Vous avez vu l'année dernière, je vais dire, trois gros transferts que le Barça a fait, qu'on n'a pas été des succès retentissant entre Coutinho, Dembélé et Griezmann cette année.

[00:09:34]

C'est très gros, gros investissement pour le club et on ne peut pas dire que ça a bien fonctionné et donc écoutilles. Il a eu la chance de trouver le Bayern, mais malheureusement, il ne s'est pas imposé au Bayern et il était plus souvent remplaçant que titulaire. Donc c'est dur de trouver des clubs après 7 mois en raison là dessus et il a partir le sentiment du joueur et ça, ça se respecte. Mais bon, c'est pour ça qu'il faut dissocier entre Messi et Griezmann.

[00:10:04]

Je pense que Messi, dans tous les cas, même si t'as peut être raison. Un Bruno, mais non, je pense que Messi, quand il a annoncé ça, je vois pas. Avec tout ce qu'il a fait, on en a parlé. De toute façon, ça fait l'affaire comme ça pour au final dire moi, je verrais cela juste. Si je voulais aller à Barcelone pour parler du rendement veut dire ça. Je pense que déjà, avec la clause, c'est même pas un service rendu.

[00:10:28]

C'est qu'au bout d'un moment, il peut se dire bon, on va pas aller au clash avec cet homme là qui a fait Barcelone sur les dernières années. OK, après Griezmann, c'est complètement différent, en effet. Et là, t'as raison dire le transfert, le salaire. Mais aujourd'hui, il va aller où? Il va aller nulle part. Oui. Et puis, l'année dernière ne vous aura pas échappé que effectivement, quand il avait pris la décision de quitter l'Atlético, tout ce qui était destinations en Angleterre ne voulait parler parce qu'il excitait et encore moins sa femme.

[00:10:56]

Et les Anglaises? On oublie maintenant alors que tu parlais de la surface de City. On a quelques chiffres, selon la presse anglaise, qui dit ça coûterait 500 millions d'euros à City. Alors, ils ont fait leurs calculs puisqu'ils ne parlent pas de la fameuse fameuse clause ils. Forcément, ce sera au dessus du prix de Neymar. Pour eux, ce serait 500 millions et ils disent un contrat de 110 millions d'euros par an. Ça, c'est le calcul de la presse anglaise.

[00:11:19]

Ouais, c'est ce qui coûte 500 millions environ. C'est astronomique. Ça n'a aucun sens sur le plan économique parce que effectivement, vu l'âge là bas, on ne peut pas amortir. On en parlait, on disait l'autre soir sur le business qui génère peut être que finalement, ça peut être rentable, lui, non, pas son business. Un an seulement. Oui, j'ai un business quand tu veux, quand tu fais un plan pareil, tu l'étale sur 3 à 4 ans en business.

[00:11:44]

Là, non. Là aussi, je veux dire. Il a pas un charisme débordant. Il représente commercialement beaucoup moins que Cristiano ou Neymar, même. Donc, pour amortir, il faudra lui faire faire beaucoup de choses tant que City a la surface.

[00:12:01]

Est ce que le PSG a la surface? Il faut savoir comment ils s'accrochent encore avec les autorités du fair play financier, puisque Bonds était dans le collimateur Laineuse City avec ce qu'ils viennent de traverser comme surface après un coup. C'est pour ça que ça me paraît extrêmement quand tu te demandes qui, qui peut se le payer et de quelle façon et pour combien de temps? C'est peut être ça qui va régler le problème. On lui dit pour ça que Bruno a le sentiment qu'il va rester parce qu'on ne le voit pas de son ancienne vie.

[00:12:28]

Restaurer par défaut, faute de pouvoir aller où il veut. C'est pour ça, encore une fois, que opened, au bout d'un moment, en voyant l'investissement, s'il demande un transfert, que la seule possibilité que ça se fasse dans un autre club et en plus sur un an. Parce qu'apparemment, dans un an, il ne veut pas, il veut se barrer aux Etats-Unis. Tu peux pas être même 50 millions sans ça dans un an, si tu mets pas de transfert, tu donnes le salaire.

[00:12:51]

Moi, je vois un club. En effet, être capable de le faire, c'est possible. Et pas un club qui va mettre 200 millions de transferts ou 300 ou 400 et lui donner le salaire. Lui dire au bout d'un an Merci hein, mais moi, je vais signer chez David Beckham à Miami. Ça, c'est pas possible, non? Parce que la MLS, les Américains, ils font les choses cohérentes. D'ailleurs, là, le modèle économique qu'il est.

[00:13:14]

Il est tel qu'il est aujourd'hui. Il y a de très petits droits télé et donc là bas, le propriétaire, je veux dire même s'ils peuvent investir et que ça fait un coup de projecteur énorme. Ils balancent pas le pognon par les temps.

[00:13:27]

Quelques instants est de retour pour parler d'un tout autre sujet. Christian Gourcuff n'est pas content, lui. Les nouvelles règles, les 5 changements et compagnie, ça me saoule. Il explique pourquoi et on verra si on est d'accord avec lui.

[00:13:38]

On se retrouve toute l'affaire après avoir été mis au jour en Bretagne Daniel Riolo et Bruno Satin ce soir, le deuxième agent le plus influent du monde, juste devant une oreille. Aulas qu'a Gilbert parce qu'il y en a qui qui pense. Quand tu racontes ça à la radio, il y en a 10. J'ai entendu que tu étais bien placé pour l'Unesco. Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha!

[00:14:08]

Oui, c'est déjà fait. C'est quand tu sors d'un une fois, c'est vers la TVA, une fois c'est perso, une fois ces sociétés, une fois c'est l'Urssaf. Donc tu sais d'où on est, on est dans le collimateur.

[00:14:21]

C'est pour ça. Il y a quelques années, tu étais toujours dans le plus grand chose. C'est ça. Il fallait pas que tu dises. En fait, c'est comme ça que les joueurs de poker auraient fait 2 ou 3 bricoles à l'antenne. Il faut pas dire contrôle derrière toi, t'as écouté la première heure de lofteur avec des gens au programme?

[00:14:39]

Bruno.

[00:14:40]

Oui, j'ai écouté, j'ai vu, j'ai vu la liste, j'ai vu la conférence de discussion. Alors là, tu positionne comment? Oui, effectivement, je suis surpris qu'il ait pu rappeler Rabiot, bon, il aurait fait une saison stratosphérique et ce n'était pas le cas pendant 6 mois. Il n'a pas joué. Après, c'est vrai que dans les derniers matchs et au moment où la Juve était au bout du rouleau, lui apporter un petit peu de souffle qui leur a permis de finir la saison, il a bien terminé.

[00:15:09]

Après, il y a une hécatombe au milieu de terrain et à Matuidi qui est parti, il y a Pogba qui est pas venu, Yenne Dembélé. Vide, donc. Proposé? Ouais, donc, il fallait bien. Je suis allé bien le rappeler. Peut être qu'il envoie un signal pour montrer qu'il il a une forme d'ouverture. Cela étant, c'est vrai que la façon dont il avait décliné était était fort peu élégante, fort peu respectueuse de l'institution et aussi fort peu respectueux des joueurs qui avaient été sélectionnés à sa place.

[00:15:46]

Bon, malgré tout, il est là. On va voir comment ça se passe. Semaine prochaine, Christian Gourcuff n'est pas content parce que je rappelle ce qui se passe pendant le confinement, pendant la reprise par confinement, l'UEFA, puis la FIFA, l'International Board s'est emparé du sujet, a dit OK. Dans un premier temps, on a dit temporairement on autorise 5 changements par balle de façon très cadrée et trois séquences tout ça. Et puis, assez rapidement, le temporaire se transforme en temporaire long.

[00:16:14]

Et puis, on voit venir gros comme une maison. Le définitif, ça veut dire que là, les 5 changements, ça reste dans certains championnats, notamment en France. Les Anglais, eux, après réflexion, ont dit pas chez nous. Nous, on reste à 3. Christian Gourcuff réagit. Pour lui, c'est pas possible, ça ne va pas.

[00:16:30]

Moi, je suis, je suis contre, dans la mesure où je pense qu'un match, c'est une. C'est une guerre d'usure, c'est à dire que c'est le jeu aussi qui permet, après un moment donné, de créer des brèches. C'est souvent comme ça que j'ai considéré, c'est à dire qu'on est. Travail d'équipe. Et puis, à un moment donné, les ouvertures se présentent en fin de match, donc là, ça change encore la donne. Les discours en disant que ça permet aux entraîneurs d'avoir des possibilités de changer les aspects tactiques.

[00:17:05]

Là, on se place dans un contexte de football américain incomparable. Pour moi, c'est pas comme ça que je conçois le foot.

[00:17:12]

Il a tout bon, sauf la fin. Ce n'est pas un football américain. C'est, comme je le dis souvent, un pas de plus. En tout cas, cette décision vers la mobilisation du football, c'est à dire une dimension principalement athlétique qui fait qu'il doit toujours y avoir des hommes frais, du mouvement, de la vitesse pour ne pas perdre le client qui a du mal à consommer 90 minutes de foot et qui préfère les résumer quand ça va vite.

[00:17:37]

Et cette fameuse guerre d'usure. Et qu'un match puisse se jouer sur la fatigue, sur un ralentissement du jeu parce que tu n'as pas assez de changement avec le mec fatigue dans la vision moderne du foot, on n'en veut pas. Il faut que ça continue à aller vite et c'est toujours plus de puissance, de vitesse. Et l'utilisation, c'est une vision moderne du foot qui ressemble de plus en plus au sport américain ou aux USA. Sauf que si, si, tu, puisque ce que dit Gourcuff, c'est la dimension physique du foot, va être un petit peu gaumer.

[00:18:14]

Et qu'as tu autour d'un adversaire? Y'a plus d'espace. Ça permet aussi, sur des faits de matchs, à avoir plus de spectacles alors que ce les d'Amérique moderation si ses coups et que et que les rentrent soit en pleine bourre. Tu vas avoir des matchs, peut être peine de matchs qui sont aussi fermés qu'en début de match. Physiquement, je parle, mais je ne suis pas sûr. Je pense que je passe plutôt le qu'auteurs par rapport à ce que tu dis.

[00:18:37]

Je suppose que l'usure fait que Brandone, il y a plus d'espace en deuxième mi temps, par exemple. Et puis, attention, on parle de deux changements en plus dans les mêmes temps, c'est à dire trois en trois temps. Vous trouvez ça bien 625? Non, pas du tout pour moi, mais franchement, pour lui. Avoir la comme Eric fait aux commentaires, ça me choque pas fait parce que de toute façon, j'étais perdu. C'était le bordel.

[00:19:02]

Je n'ai jamais été dexiger et j'ai pas vu. Alors autant je vais te dire, je n'ai pas vu de grande différence. C'est vrai que sur l'ascendant d'une équipe, sauf une fois le Bayern Munich contre Lyon où j'avais l'impression en effet que les Lyonnais résistaient et faisaient mieux que résister contre le Bayern. Et physiquement, j'ai l'impression aussi que les Allemands y piocher un peu et que les changements du Bayern. Quand tu vois le genre, c'est le banc du Bayern qui avait à la Redynamisée.

[00:19:29]

Ils ont fini le match en boulet de canon et Lyon sortait pus. Et ça, c'est la vérité. Mais c'est le seul match où j'ai senti ça. Il y a eu, il y a eu un match aussi. L'hommage à Paris ou Rappelle toi Babet Navas est blessé. On se demande y'a un gros bug entre joueurs. Mais moi, quand on le commente parce que je ne comprends pas pourquoi ils ne sont pas n'inverse tout de suite. Moi, je dis bien il doit pas être blessé.

[00:19:51]

Et en réalité, je reçois un texto de Christophe Galtier qui regarde le match. Il me dit Tatsuo, Eric, il est en train de calculer. C'est son dernier changement. Il a droit de faire entrer deux mecs. Il est en train de calculer avec Ricco qui fait rentrer. C'est pour ça que ça risque de sauter. Il y a eu, c'est là où j'ai grandi. Et il me semble que tu as raison. C'est à dire que si change tout de suite et qui fera tout pour faire le jeu de rôle Repin.

[00:20:16]

Si Narváez se blesse. Bon, après, ça change tout de suite. Minutes exactement. Moi, ce qui me gêne dans les échanges, il y a la dimension physique qui pousse alors à réfléchir. Il y a là, il y a la dimension physique qui peut être une notion. Il y a un truc qui me gène, c'est que les 5 changements ne peuvent gommer une erreur tactique ou de composition de l'équipe de coach. Et moi, je pars du principe que le coach se trompe, mais il faut qu'il se trompe.

[00:20:42]

Et c'est con que ce soit rectifié. Parce que quelque chose sais que mec, tu changes la moitié de ton équipe, il y a encore autre chose. Je suis d'accord avec toi. Mais encore une fois, il faut aussi y aller mollo là dessus. On dit les 5 changements quand tu regardes et 5 changements en général. Les deux derniers changements du mois, le dernier temps de changement, c'est sur les 10 dernières minutes. Les 5 dernières minutes, c'est très rare.

[00:21:04]

Moi, j'ai pas vu depuis le début ce que tu dis, Eric, c'était un entraineur qui se trompe en première mi temps. Peut il peut être, dit il, faire ça avec les Stéphant? Moi, j'étais au match samedi à Lille, quand il a fait rentrer les 3 joueurs en même temps. Ça a changé un peu le match, par exemple. Oui, ça a impacté, oui, mais il faut se souvenir. Justement, la génèse de ces 5 changements.

[00:21:27]

C'est encore les Italiens qui sont souvent en pointe là dessus. Les premiers ont évoqué la possibilité de faire 5 changements. C'est les Italiens. Pourquoi? Parce que ils savaient qu'ils allaient devoir jouer beaucoup de matchs dans un temps très rapproché et surtout à une période où ils allaient faire chaud. Donc ça. Pour pas que ça pète partout et donc ça, c'était légitime. J'ai envie de dire, mais maintenant que ça soit maintenu, si on revient à un rythme plus normal, même si on sait que le calendrier est trop serré.

[00:21:56]

Alors est ce que ça, la durée ou pas? Je ne sais pas, mais rien à redire, rien à redire. C'est à mon avis, ça venait à durer. Aucune raison, comme tu l'as dit la semaine dernière contre les puissants. L'argument le plus grands et des effectifs encore plus importants peut faire tourner les mecs forts sur le banc. Et bien sûr, évidemment. Après le PSG, dix jours ou dix jours après le PSG version la croissance, je m'en vais, vous voyez.

[00:22:26]

Mais encore une fois, sur l'histoire des changements, alors des fois, ça change la physionomie des matchs. On est d'accord. Les mecs qui rentrent, qui se révèlent, qui dynamisent l'équipe. Des fois, ça fait l'effet inverse. Je vous le dis et souvent, le mec qui tire la gueule parce qu'il est 2. Et ça a toujours rien. Mais la règle, c'est quand même que si t'as si t'as des grosses cartouches sur le banc que tu as déjà un ratio 0, tu peux pas nier ça comme toi, même si on te donne le choix demain sur le banc, tu veux 5 tocard ou cinq bons joueurs?

[00:22:55]

Je suis pas en 39 déjà. Déjà, tu me réponds d'une façon. Moi, je défends absolument ces 5 changements. Non, je ne défends pas. Je n'ai pas dit que je défendais si tu m'as tu bargaining. Tu cherches des exceptions dont je cherche la. C'est mieux d'avoir des grands joueurs sur le banc, mais ok, on peut. On peut tirer tous les plans qu'on veut écouter. Christian Gourcuff va ouvrir la bouche et puis dire il a raison sur toute la ligne.

[00:23:17]

Moi, je ne sais pas, je ne reviens pas. À travers son intérêt, à travers son interview, j'ai appris que les équipes de Christian Gourcuff attendaient les 20 dernières minutes pour faire la différence. Mais je pas toujours vu, moi. Moi, j'ai regardé un Bordeaux Nantes à 5 changements et je me suis fait chier comme jamais. Mais il y a eu un tir cadré parce que lui, il a pas la profondeur de banc alors qu'il n'a pas la même profondeur d'équipe.

[00:23:39]

Il l'a pas. Non, mais non. Tu vois donc après? Et on est tous d'accord. Est ce que ça va durer? Si c'est reparti en France, malheureusement, je pense que ça va durer. Mais les Italiens, ils ont eu raison sur le contexte. Là, le confinement, ça, ce que tu as, l'accumulation des matchs, la chaleur peut le comprendre. Aujourd'hui, c'est vrai qu'on a du mal. Rappelle toi, à l'époque, ça sort.

[00:24:00]

On le dit puisque vous, vous, je vous entendu le dire, c'est du provisoire qui risque de rester. Et pour les grosses équipes aussi. Et pour les coach, c'est un élément de management parce que ça va permettre de donner un peu de temps de jeu pour garder un minimum d'harmonie avec les mecs qui ne sont pas forcément titulaires. Oui, parce que ça aille vite, mais que ça rigole. Merde, vous connaissez tous l'histoire du foot, le foot.

[00:24:25]

Pendant des années, il a très peu changé. Je me souviens quand il y a eu l'introduction de la règle où le gardien pouvait plus prendre le ballon à la main. Ça a été un truc pareil que c'était la révolution et tout est là ces dernières années, on change tout, tout le temps, alors il y a plus de prolongation. Maintenant, en fait, on fait 5 changements, mais quand il y a plus de prolongation, c'est juste.

[00:24:44]

C'était juste en Coupe de la Ligue, Coupe de France, Coupe de France, Coupe de France à plus de prolong, maintenant plus prolong hier, planerait qui ont changé cette année le coup d'envoi les 6 mai en l'espace de 4 5 ans. Ex énormément, ils ont changé, mais quand il y a des petits trucs. Est ce que c'est un jeu? Donc améliorer la fluidité du jeu? Voir le spectacle? Parce qu'avant personne, il n'y avait aucune fédération qui a osé défier le Board l'INSAS l'International Board.

[00:25:11]

Le saint n'avait pas consulté, d'ailleurs. Bon, maintenant, ça a évolué après ça, l'IFAB. Mais il y a des fédérations qui sont un petit peu exonérées de tout ça. Les Anglais ont décidé d'introduire le Var en anticipation, donc maintenant, chacun fait un petit peu à sa sauce. Et puis, il y a la concurrence avec d'autres sports. Absolument. Pour les télés Telindus. Horreur de la pétanque. Bientôt, ils essaient de faire un truc pour que ce soit plus spectaculaire.

[00:25:35]

Le rugby, c'était les premiers et je veux dire, avec les fameux impact player. Quand il faut rentrer, les mecs, je veux dire, il n'y a jamais un pilier qui finit le match. Son travail travailler, remplacer les mecs en première ligne. Toujours toujours comme ça. Ça peut être la tendance vers laquelle va le football à passer. Comme disait une balle ou tu fais tous les changements que tu veux pendant le match, tu fais rentrer un mec pour un coup franc, tu le fais ressortir, par exemple.

[00:25:54]

Des fois, il joue sans regarder. Non, mais celle là, tu ne sais plus, tu n'as pas. De quoi parle le modèle en debarge gratos. Tu sors, tu rentres, tu sors. Ouais, mais je pense que déjà là, regarde, on parle des 5 changements. Ça fait, ça fait jaser quand même que ça reste. Je pense que là, il y a Christian Gourcuff qui en a parlé, mais je pense que d'autres vont en simuler aussi.

[00:26:16]

Aurait lui que c'est très bien vu l'effectif qu'il a évidemment pas de temps. Et puis bon, après, pour revenir là dessus encore, arrête de citer Dijon comme exemple. Je dois encore citer Dijon PG à Rennes. Je ne sais pas ce que t'as contre la Bourgogne, mais ils vont te prendre en grippe A. Vraiment? Moi, je défends Dijon il y a 0 0 avec les trois changements. C'est énorme et ils peuvent tenir le coup. Arrête de parler d'eux alors que tu fais rentrer, mais tu vas voir, ça va gueuler si une équipe veut, par exemple.

[00:26:44]

Entre Paris et trois becs comme le dernier, tu vois comme ça, c'est exactement l'exemple que je voulais sur Dijon. Bon, voilà, on verra ce que ça donne. En tout cas, je voulais qu'on parle de ça parce que évidemment, les règles du foot, souvent, ça passe un peu à l'as au débat. Plus des transferts, des décla, des trucs, ça passe à l'as encore autorisé ou pas au 21ème siècle. Mais nous, ça ne se fait pas ça basher pas.

[00:27:09]

Je regarde les joueurs avec des pancartes, j'utilise cette expression, j'aimerais comprendre. Ça n'a pas sa place à la base.

[00:27:15]

Quand tu joues au poker Tunda, ça peut passer, ça passe à l'as. Et toi, tu dis pas ça, ça, j'en fais gaffe. Oui, c'est pas ça, là, ça veut dire Taku. Mais ça coûte cher. Quand tu perd le truc, que tu penses plus avec un as, tu perd pas, c'est ça. Le problème se laisse réfléchir là dessus pendant sur moyens, tant qu'on vienne chercher si cette expression est valable. Jean-Michel Aulas veut quatre clubs en Ligue des champions, avec quatre clubs qualifiés d'office, comme les Espagnols, comme les Anglais.

[00:27:47]

Là, c'est comme les autres acteurs Foot et Amerigo. Jusqu'à là, avec Jérôme Menten, Daniel Riolo, Eric Di Meco, qui sera avec tout Staley tous les jeudis quand tu n'as pas de match a certains jeudis où Éric est sur le terrain, il va commenter les matchs. Il bouge l'Europe, quoi. Il commente pas l'Europa League, mais des fois, il rentre le jeudi dans Wiki descendre de l'avion et il y aura des matchs. Même si on ne commente pas, il y aura des matchs sur eux.

[00:28:23]

Ben oui, d'autant qu'il y a des clubs français d'Europa League. Des fois, ça s'est vite fini cette année d'annees. Rincée Lille? Bon ben déjà, il va falloir qu'il soit pacifie. Donc, ils ont deux tours à passer. Ça n'aide pas. Abilio Diniz, Lyon, Lille, Christophe, il va falloir faire les bons choix de Nice. Lille doivent pouvoir passer la phase de groupe. L'année dernière, Saint-Etienne et Rennes devaient également la passer.

[00:28:49]

Parce que vu le groupe de PIB dans lequel il était alors à avoir plus PIB que les pays parce que je les ai commenté les matchs après moi, je ne sais pas. Mourad Boudjellal a dit que ça ne comptait pas l'Europa League. C'était nul parce que Mourad Boudjellal, c'est quelqu'un qu'il faut écouter dans le football. La pub des coupures champenois lève les oreilles de Mourad Boudjellal pourrait passer à l'AS. Elle passe à l'AS. Son avis passe à l'AS et c'est là qu'elle explique la signification de l'expression.

[00:29:13]

Sais, dans les jeux de dés où l'as nos vaut 15 points et c'est donc une quantité négligeable. Voilà Hexagones. Gilbert nous sort l'expression, mais il ne savait pas ce que ça voulait dire. L'expression tous les jours, c'est bien. C'est bien d'aller voir parce que ça nous fait progresser. Mais oui, mais on a dit les expressions ici, c'est interdit. Daniel. Oui, c'est le jour où j'ai mis les pieds ici. Tu m'as dit tu as un peu vieillot, toi, c'est quand on parle survival, c'est l'expression du foot.

[00:29:41]

Les expressions, Thierry Roland sa, ça l'a vu. Tournures de phrases, ça passe à l'AS. Ça passe encore. Yazidi à l'époque où bon, il fallait mettre une pièce dans le noir. Quoi? Les radios? Comment faire un petit quart d'heure? Instance si vous le voulez bien? Oui. Ben oui, parce qu'il ne se passe pas mal de choses à me faire. Préséances? Oui. Instances, instances league. Quoi. Des spécialistes, des spécialistes pensent juste avant, mais juste avant.

[00:30:10]

Petites, les instances comme ça, sans passer un coup de fil. Ardo, c'est compliqué à gérer. Le seul élu qui s'occupait des instances juste avant de poser la question sur Instagram? Oui, puisqu'on parlait de Boudjellal, je peux vous dire que l'une des premières chansons de Julien Cazarre. Se rassure Mourad Boudjellal. Je crois que Mourad Boudjellal inspire beaucoup Julien. Ouais, ouais, je pense. Je ne sais pas ce qu'il va faire faire une belle année.

[00:30:42]

L'ex futur président. Mais vu qu'il a rebaptisé Mourad Boudjellal, Mourad bouge de là. Ça me donne une idée de ce que ça.

[00:30:51]

Morceaux semble assez évident. On verra. Alors oui, car leurs instances. Pourquoi? Parce que quand même. J'aimerais profiter de la présence Beric de Bruno pour parler de ce qui va se passer à la ligue à bientôt le 10 septembre, parce qu'on commence à parler. On apprend des trucs sur les candidats. Qui va être président alors? Je rappelle qu'ils sont cinq désormais Denisot, Guérini, le patron de Panini, les petites vignettes à collectionner quand j'étais gamin.

[00:31:21]

Je ne crois pas trop à la possibilité pour lui, en effet, mais c'est très proche de lui. C'est très proche. C'est quand même grâce à grâce à ses amis, les amis de Jérôme Pilla, Castellitto, Guérini à sa place. Là, déjà, Stofflet, c'est les amis de Pierre Ducrocq n'est plus là. On l'embrasse comme ils ont fait le business des vignettes à prendre Losail sur le dos des joueurs. C'est toujours le cas. D'ailleurs, c'est toujours le cas.

[00:31:51]

C'est quoi cette histoire? Les joueurs comme toi, catégorisées chaque 220 à 280 euros pour les joueurs de L1. C'est braquage, donc c'est un bras cassé. C'est une des plus belles affaires du monde. De très, très bonnes affaires à télé. Comment le remercier? Ils l'ont foutu. Au conseil de la ligue, le patron de Panini Panini vient prendre des photos des joueurs tous les ans pour l'album. Et donc, chaque joueur touche 280. Non, mais c'est pas que pour les figurines Panini, c'est aussi pour lester Sean Lennon.

[00:32:19]

L'utilisation collective? Pas pour les joueurs de D1. Mais dans Ragréage, lénorme espère voir le même prix que Bruno Le Train joueur. Mais quand je vois ce que je viens foutre dans cette histoire, c'est à dire qui doit exister entre là dedans. Si c'est le cas, Philippe Piat, son idée, ça a été justement de négocier avec Panini en disant en disant à tous les joueurs C'est moi qui vous inquiétez pas, je vais gérer au niveau international.

[00:32:47]

Pareil au niveau de la m'acharner du génie trop fort. Pierre, c'est un grand moment de à la remise de chèque. Il avait déjà hâte à une convocation, donc ils te disent bon la semaine prochaine, je viens le mercredi, alors on vient, donc ils viennent en petit comité. Là viendront les plus nombreux compter les joueurs. Même chose à Monaco et à Bastia. Ils venaient plus nombreux que j'étais à Paris. C'est bizarre, mais Bréhalais, il me semblait qu'il prenait deux nuits d'hôtel.

[00:33:17]

C'est bizarre, mais il est resté pour une nuit, là où sang froid et arrivaient arrivait. Premièrement, il venait. Il venait à la sortie de l'entrainement, les gars, pour aller venir, on va manger. Donc là, il torben dans un Harasta pour inviter à bouffer. Mais là, je comprends pas. C'est lui, NFP qui organise Gribouille. Retour le repas pour remettre la grammaire grecque, d'accord. Et ils font une note de resto de quatre fois la somme ou 4 fois épient ou répits.

[00:33:48]

Là, tu passes l'après midi avec eux, on passe un bon moment, une remise de chèque. Et puis voilà. Et puis, ils font ça dans tous les clubs. Ils se font plaisir. Bon, c'est peut être pas d'ailleurs celui NSP. J'ai eu un jour qu'abritera l'année dans le business rigole et Bruno est bien placé pour le savoir aussi. Et nous, les joueurs, n'est pas trop con. Quand tu passes un cap, c'est sûr que les Oper est fais, tu peux en faire.

[00:34:14]

Et quand tu vois que là, ça représente 280 balles pour l'image qu'ils utilisent, c'est à dire dans les jeux vidéo, les agents du foutage de gueule et du contingent d'un joueur ne peut pas mettre son nez là dedans. C'est quoi cette arnaque? S'ils veulent utiliser de façon individuelle les joueurs à la négociation, je veux dire pour la jaquette de FIFA de les voir sur la jaquette de autrement. Ils avoir fait un malaise collectif de bien diagonale des équipes.

[00:34:41]

Et tout ça, on est pas carré. Qui sait combien tu t'en souviens?

[00:34:44]

Oh non, mais oui, je sais, je crois que c'est une poignée de main d'oeuvre. D'ailleurs, vous vous souvenez de la déclaration quand même de Philippiens disant on verra qui sait comment la faire? Ha!

[00:34:56]

Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Vous avez des gens qui ne viennent pas nous expliquer que c'est l'écho du coup des déjà qui nous explique tellement de choses sur les placements financiers LNFP un patrimoine, le patrimoine global. On sait comment ils ont conservé certains joueurs. Vous n'arrêtez pas. Les conseillers financiers taillaient l'Unef, puis, à la première occasion, il va redevenir tu. Tu le fais pas venir. Gilbert J'aimerais bien dire Castaneda, tu nous parlera de tout le monde dans l'organigramme de.

[00:35:29]

J'invite tous les gens à aller voir et vous tapez NFP et vous regardez l'organigramme, allez voir le nombre de gens qui bossent, de secrétaires, de sous secrétaire rien que de regarder un syndicat. Guarnieri, ils font bosser des gens pour mieux l'envoyer là où c'est dérangeant. Par exemple, si on compare un petit peu la distribution des droits télé, je veux dire y'a les clubs de L1, les clubs de L2, mais par exemple, le National, c'est le parent pauvre.

[00:35:53]

Jusqu'à cette année, il touchait zéro alors que lui nfp pour une quote part de 10 millions d'euros. A quel titre? J'ai une belle occasion de but non lucratif pour aider les joueurs, les assistés. Je ne pense pas qu'il ait payé le salaire à la place des clubs. Il a été vendu 10 millions. Et puis après, quand ils ont monté leur toute leur conseil en assurance et tout va demander à Coutadeur et la poignée de joueurs qui ont des ils ont fait ruiner par les conseils régionaux qui tercios de février, c'est juste un peu gênant de les mitrailler en permanence en février, ce qui est bien sur la survie.

[00:36:28]

Jallet, elle est belle, elle est belle. Février 2019. Je crois pas me tromper. Interview dans l'équipe de Philippe Piat, où il y a une interview d'un joueur qui a donc été et qui a perdu une tonne avec les mauvais conseils de la fameuse boîte parallèle qu'il avait créé. La réponse de Philippe Piat? Les joueurs de foot n'aiment pas perdre. Mais qui a dit qu'il n'aime pas perdre? Il a quand même dit la vérité de l'investissement.

[00:36:55]

On peut perdre. Il a quand même dit est. Eux, soit juste.

[00:37:01]

Il a quand même dit de cette interview Il est vrai qu'il avait un dysfonctionnement et on va y remédier. C'est pas normal. Il le dit aux IZA, le joueur et disfonctionnements, c'est un honneur vu le tollé, vu le tollé que ça a créé en interne et pour étouffer un peu le truc. Ils ont proposé un arrangement à l'ensemble des joueurs, même les moins connus, parce qu'au début, j'avais proposé surtout à ceux qui étaient connus, donc.

[00:37:22]

Mais finalement, il oppose syndicats dont on est là pour tout le monde, surtout pour les petits et les grands. Ils n'ont pas besoin de toi. Bon, évidemment, pas un arrangement, Bruno, tu bien, il fallait sauver la face. Parce que là, ça prenait une ampleur. C'était, ça devenait insupportable. Quand vous avez monté une agence de joueurs aussi. Oui, mais ça, ils vont arrêter ça. C'est bizarre. Ils ont raté le virage nord, ils l'avaient fait pas.

[00:37:48]

C'était un peu compliqué au début. Au début, c'était pour soutenir les joueurs qui n'étaient pas forcément représentés, puis qui avaient du mal à trouver un club de la même manière qu'ils font les stages en début d'année. Il y a un truc qui fonctionne bien, effectivement, mais. Mais. Mais après, c'était un truc qu'ils avaient autorisé au niveau international, que le syndicat des joueurs dans chaque pays puisse, le cas échéant, représenter les joueurs. Mais bon, passons quand il avait un problème, c'est à dire que la structure était déficitaire.

[00:38:16]

Si jamais une année on perd de l'argent, il n'y a personne qui va nous éponger les pertes. Donc, il y avait une forme de concurrence déloyale à l'arrivée. Après, on savait quand là dessus, je suis d'accord sur les joueurs. Autant tu peux adhérer, mais tu sais aussi très bien parce qu'on a des exemples. Et j'ai eu des exemples toute ma carrière et moi et moi, personnellement, que quand t'as des gros soucis avec le club, avec ton club.

[00:38:38]

Bon bah, si c'est très médiatisé, je pense qu'ils se mouillent pas. Tu le sais très bien. Excusez moi, c'était important dans un secteur d'activité qui a un syndicat. Ça sert aussi de contrepoids quand il y a des grosses négociations boba qui représentent les joueurs. Parfois, il y a des branches. On ne peut pas s'organiser. Je n'avais pas forcément les départements des syndicats représentant les joueurs. Oui, jusqu'à une certaine limite. Je le dis et on peut se poser la question, Gilbert, dans l'épisode Kovy et halopeau qu'ils ont mis pour reprendre Le Chapelle-Heulin.

[00:39:07]

Est ce que c'était l'intérêt des joueurs de ne pas reprendre le championnat? Ce qui est sûr, c'est qu'il est vrai que les joueurs, ce qui veut dire que tu mets les clubs en difficulté chômage partiel, prêts garantis par l'Etat, ce qui veut dire que tu mets les clubs en difficulté. Ce qui veut dire que peut être la saison d'après les clubs de recruter un peu moins de joueurs parce que l'économie va être pas mal. Donc, pour moi, la décision prise, c'est à l'encontre des joueurs.

[00:39:29]

Ce n'est pas lui qui a pris la décision, mais ils ont pris position. Ils ont besoin, sont juste après son interview dans le monde où il avait quand on est sorti de l'anonymat parce que Castaneda. Franchement, personne ne m'en avait complètement oublié qu'il était limite dans le milieu du foot. Oui, il va partir un moment. Il donne l'interview dans le monde réel. Il sort d'un anonyme. Ces gens, syndicat des joueurs, je représente tout le monde alors qu'il représente personne.

[00:39:54]

On arrête. On se dit que les dirigeants du monde pareil, mais tu sais très bien et tu le sais. Le gouvernement, ils ont pas attendu que ce donne censeurs a fait partie des choses importantes. Mais je pense qu'il il y avait une différence d'appréciation. Je pense, entre Philippiens et Castaignède pense déjà en trop. Je pense qu'il n'est au départ. Il ne. Pas bien. Il avait levé la notion d'autres choses au point de départ. Il y a un truc et ça, c'est forcément lui NFP qu'il bloque.

[00:40:22]

Il doit y avoir une remise à plat totale de la charte du football professionnel ou je veux dire, il est temps de mettre les mains dans le cambouis maintenant parce qu'il y a un nombre de conneries. Maintenant, c'est totalement obsolète. Mais comme Philippe Piat a une force de lobbying incroyable jusqu'à maintenant, ils ont réussi à bloquer ce truc en rappelant qu'il est aussi président du syndicat international des footballeurs FIFPro il y a en ans. C'est ce qui détermine les grilles de contrat.

[00:40:48]

C'est la convention collective des métiers du football qui lui est coutumière. Aujourd'hui, elle est obsolète. Elle n'est plus adaptée. 2020 à 2020. Il y a un nombre de conneries là dedans. Je veux dire, il faut remettre, ça ne va pas trop, mais ça du à préparer, bien préparé, en particulier lors des périodes de l'année. Ça, on a la charte et un peignoir. Donc en plus, dans la rue, on a souvent tu vu.

[00:41:13]

Tu avais des pélardon. Nous, on avait juste un tee shirt. Une telle couleur fait noir. Oui, ça variait. En fait, j'ai toutes les couleurs rose. Je voulais ramèneraient demain si on parlait des 10 millions qu'il prenaient à l'année sur les droits télé, quand même, ils traversent quand même ça, même quand on est noir. Non, mais il faudrait quand même la Cotys, ce qui est normal quand tu veux adhérer dans un syndicat.

[00:41:39]

Je sais pas combien ça coûte de 200 balles, 250 balles, 300. Il y a le pécule, la feuille, tous les m'incliner. Pécule, tu peux. Assez subtil, c'est que d'un côté, il faut attirer les jeunes joueurs, les stagiaires, les aspirants pour créer justement une forme de réflexe pour adhérer au syndicat des joueurs et ça coûte 20 euros par saison et ils intègrent une petite assurance perte de licence au cas où le gamin se blesse.

[00:42:07]

Puis il peut encore jouer au football professionnel et donc, ça ne représente qu'une petite somme. Si jamais bien ça. Oui, ça, ça n'a jamais été. Et ne jamais oublier quand on parle de lui NFP que audébut lui ne fait que ça a été créé et ils ont fait faire des progrès énormes en contrats de partenariat, tant aux statuts et aux statuts, exactement aux statuts, à la famille. Bien sûr, je veux dire qu'il y a eu des effets pervers derrière les poteaux.

[00:42:34]

On peut peut être discuter parce que je sais pas ce que vous vu, l'émission et les débats que vous faites. Quand je pense que carrément le jour, il faut crever l'abcès, il faut les faire venir et qu'il faut faire un métier plusieurs fois. On va le refaire parce qu'il y a des. Oui, c'est trop tard pour la faire.

[00:42:50]

Quoi qu'il en fasse, tant on voit les réinviter. On voit la réalité. Je m'y engage, alors je reviens. Au départ, ce n'est pas la discussion. J'ai cité le nom de Guérini. Et là, j'ai dit juste le mot NFP est un quadrillaient les parties au quart de tour. Toi qui l'a fait exprès? Et Lalaurie, que c'était l'ami avec Panini, Robert Roncey. Il y a des idées entre personnes. Il ne faut pas le féliciter sans d'hindous, dit Italiani.

[00:43:14]

Je ne sais pas si ça marche aussi bien en 2020 que ça ne marche pas dans les années 80 90, voire franchement, quand j'étais petit, c'était la folie des aujourd'hui. Les gamins, ils achètent plus de Panini dans la cour de l'école, tu luttèrent et il y avait des mecs, des mecs qui jouaient dans des clubs. On les connaissait pas, mais on les connaissait parce que les transports n'allaient pas finir. Labeaume à cause? Ha ha!

[00:43:33]

Ha! Ha! Ha! C'est vrai, mais c'est comme aujourd'hui, quand les enfants de 3 ans, je vois qu'il faille y voir plus France Musique à Rennes. Je n'ai jamais vu. Moi, je veux te dire même moi, quand je suis là, que j'étais super fort Afutt. J'ai découvert des joueurs qui se sont révélés plus tard, quand j'ai commencé avec ma petite équipe minable kampung à la. Ouais, je l'ai lu dans ma première équipe et c'est comme ça que je l'avais connu.

[00:43:52]

Il est bon. Donc maintenant, c'est un inconnu qui jouait là bas. Il y a même des clubs qui recrutent sur Football Manager, donc tu vois pas mal comme ça que je reviens. Mais Ver.di? Denizot? Guérini, donc, le patron de de France, poussé par le Twix, poussé par le gras de Deschamps Twix au Soleil, Vincent Labrune. Alors, il est poussé par qui?

[00:44:15]

Ami de longue date de la fait du business.

[00:44:19]

Caïazzo, notamment, et d'autres, son ami Loïc Féry, président de la business orange, résume Michel Denisot, soutenu par la fédé, Guérini soutenu par la LFP, Labrune soutenu Dudi Caïazzo et par certains pas mal de présidents, pas cancalaise. Le syndicat des présidents peut être la première ligue à venir, grosso modo. Gervais Martel pas grand monde par l'autre syndicat, l'UCPF, le petit club Gringo et les Cendant et François Morinière, l'ancien patron de l'équipe dans les médias, les médias et les médias votent pas.

[00:44:56]

Alors le truc, c'est que quand t'as plein de mecs qui sont soutenus, pas des fois, ça peut justement être celui qui est soutenu par personne qui a placé derrière moi. Parce que, justement, elle en fait plus que se dire qui est favori. Moi, j'aimerais en fait nouvelle recrue. C'est Denisot le favori. Nous, on voudrait qui? Quel est le mec qui ferait du bien au foot français? Reprofilage. On voit pareil qui fait avancer le dossier par Gilbert.

[00:45:20]

Je pense que l'erreur, c'est de se focaliser sur le candidat président. Ce qui est important, c'est de il arriver un rôle, c'est à dire qu'on la tendance est la tendance, c'est d'avoir un super, un chef exécutif comme il peut y avoir dans toutes les ligues les bases si fortes en Allemagne. C'est un boss du football professionnel dans le pays qui est capable, justement, de ne pas être inféodé à Pierre Paul, Jacques, CCIHSM, Marcus.

[00:45:45]

Il n'y a pas un boss de cette envergure, lui. Non, il n'y a pas de rupture actuellement. La ligue rend ça impossible.

[00:45:53]

Effectivement, bon. C'est le fonctionnement même de savoir comment on peut émaner. Je veux dire sortir de ça un top managers. Il faut changer les statuts, créer une société différente pour pouvoir avoir un Super Saiyan. Essayons plutôt de réfléchir à ce que ce serait le lobbying de la fédé qui serait le plus intéressant des joueurs du syndicat, des joueurs ou des présidents de clubs. Ce serait quoi le plus intéressant pour faire avancer le schmilblick? C'est à dire dans le tas?

[00:46:22]

Le sens peut être réduire la ligueur puisque de plus en plus de matchs, il y a des décisions importantes à prendre pour faire avancer le football français. Qui pourrait le faire.

[00:46:32]

Ça parler de personnes régionalisées aujourd'hui à la Coupe de la Ligue, la Coupe de la Ligue. Et alors? Je suppose que tu veux une ligue à 18 quand même, sans prolongations, avec 5 changements comme ça. Je pense que je pense que réduire le championnat vers le haut. Maintenant, je peux me tromper, mais je pense que c'est pas que ça pour le tirer vers le haut, c'est bien. Pour répondre à ta question, je vois. Je vois pas franchement.

[00:46:59]

Parce que les profils, c'est bien, mais il y a du crédit partout. Le problème, c'est qu'on a l'impression que ce sont des mecs déjà à chercher du métier dans la même ligue. Ils vont chercher leur travail ultime. Ils vont chercher le job ultime à la fin de carrière. Brillante Augusto D'originaux, 75 ans, horrifique après ça. Ca reste honorifique. Ils vont chercher la loge et les petits anéantirait. C'est ça le problème, c'est que t'as pas de mec réellement correspond pas avec un projet, une idée de dire je vais être le patron de la ligue que tu décris comme ce que t'as décrit en Espagne, en Allemagne ou en Angleterre.

[00:47:31]

Là, t'as le gars, c'est bon. Bah, j'ai fait ma carrière. Et maintenant, je vais aller prendre le beau fauteuil, le beau salaire, la ligue, le resto, pas loin de son salaire de dingue, j'inviterais, j'inviterais les à bouffer là, là, tout ira bien. Mais j'essaierai de pas faire de vagues, mais j'essaierai de ne pas fâcher les présidents et chaque fin de carrière pépère. Et on est d'accord, Daniel, mais c'est le mode de fonctionnement.

[00:47:57]

On observe la blague. Oui, c'est un problème. Donc comment tu fais? Et c'est ce que Bruno disait et comment tu fais pour changer les statuts. Dans ces cas là, et pour arriver à mettre à la tête de la ligue quelqu'un qui est déjà pas dans le fameux copinage parce que tous les gens après je connais pas Guérini et l'autre des médias, Morini, régnèrent Philippe Piat figure donc Sellami. Donc, en fait, il y a du copinage partout.

[00:48:21]

Et moi, ça, ça me dérange. Parce que en effet, tu. Mais Michel Denisot, tu mets Labrune?

[00:48:30]

Non, mais je pense que Didier Quillot, lui, essaye certainement de se maintenir à pour cause de grève générale. Mais on ne sait pas si le DG va encore avoir ce rôle là ou si le président voudra l'étouffer. Reprendre le rôle qu'avait Thiriez avant moi, il peut pas dire ces présidents, ils ont tous que la France du foot. Vas y, Daniel. Le problème, c'est que je n'aime pas par la façon dont on ne sait pas gérer FB.

[00:48:53]

A priori, ça va avoir du mal pour la fédé. Là, je pense pas non plus. Quand on était président du syndicat, la présidence, ils me reçoivent un quart d'heure chacun. Je pense que je peux leur retourner le cerveau indépendante. Tu peux peut être te présenter.

[00:49:09]

Il faut regarder ça aussi, mais il faut quand même juste un truc de niveau ineffaçable 15 ans alors qu'à 75 ans, on est out further. Enfin bon, j'ai vers encore pendant un moment, le foot ne l'intéressait plus. Et là, comme par hasard, à deux mois de partir des années 70, comme ça, faire des tweets liés au foot et commence à faire des trucs. Mais c'est tellement énorme. C'était tellement gros avec du travail quand même, pas des sabots de cheval.

[00:49:36]

Et on peut parler d'âge, en effet. Mais c'est vrai qu'à se montrer plus, t'as besoin d'avoir quelqu'un qui va dynamiser tout ça et d'avoir des meilleures idées. Et essayer de Vincent Labrune. Jugerez tu crois que Vincent Labrune déplacera la ligue à Orléans? C'est un mec qui aime rester dans l'ombre, qui veut parler à aucun média. Chaque fois, il te parle en off, mais il veut résideraient. Oui, je comprends pas. Il ne veut pas être indépendant, mais je pense qu'il n'est pas candidat à la présidence.

[00:50:05]

Il sera candidat. Je pense qu'il a envie un peu de lumière là. Gilbert, y'a Julien de trop dans l'ombre et je reviens sur le thème qui le dit. Hourglass prépare sa sortie avec Jauniaux, peut être plus le bon candidat sans trop de lard. Aulas s'étaient succédé à la fédé, à l'aigrette.

[00:50:23]

Bon, du coup, je vous ai pas parlé de l'autre sujet. Ben justement, Jean-Michel Aulas, de ces quatre clubs, on en reparle juste après 23h. Eric Merci beaucoup. Tu voulais faire des mises sur la glace ici et tu reviendras quand je vois que beaucoup aimé parler d'audace. Oui, mais on aura l'occasion. Je ferai mercredi soir aussi avec Whippet. Mercredi prochain, il sera magnifique et on a mis les vignettes Panini. On dira que c'est le tour de Moscato et.

[00:50:49]

Vous avez mis les Panini un peu trop de temps. Il y en a un paquet. Ah oui, il n'y a même pas qu'à lui depuis les années à venir. C'est clair, les gens aimant miser sur Instagram, on a INIS de Roten Courbis dimanche. Gérard, tu t'en sors bien avec toi, t'es un ancien est aussi un Hensies. Ça va quand il joue ailier gauche? Encore exactement. J'ai joué. J'ai même joué avant centre à jouer à Nancy.

[00:51:14]

Mais même à l'ouest, j'ai joué 4 4 de Cahuzac et pire, Cahuzac. Le grand père du petit Yannick arrive à l'OM puisqu'il vient à l'OM. Il fait six bon moment de donner 4 Thoronet de remonter à 84 85 en Ligue 2. Les premiers matchs qui m'a fait faire? Je joue à Tours. Vincent localisable. T'emmener Bastia en finale, exactement. 78. Lucas Il est arrivé, il m'a fait jouer André avant. Tu gapeau enfermé dans les toilettes.

[00:51:40]

Tu connais l'histoire Camisa, qui s'est formé par des joueurs du Sporting Bastia une fois fait dans ça? Il était pas passé en quelle année? On parle plus 78, l'année où ils ont finalement un grand monsieur du football jouera qu'autorisent anecdote, anecdotes ordinaires renfermés aux chiottes. Je pensais que ça allait déclencher le paiement de. Les dirigeants africains ont salué mercredi prochain dans quelques instants Jean-Michel Aulas le mercato et Thiago Silva reprogramme de la star RMC Info.