Happy Scribe Logo

Transcript

Proofread by 0 readers
Proofread
[00:00:00]

Vous écoutez RMC? En réalité, il fallait compter. J'aurais souhaité la bienvenue à Bruno Ben Videau. Ça va bientôt. Bonjour ma maison! Patinés l'After foot spécial. Bonsoir à tous, l'affaire est là jusqu'à une heure du matin. Exceptionnellement ce soir à 21 heures, en direct. Bien sûr, après la finale de la Ligue des champions et la défaite du Paris Saint-Germain 1 0, la star, l'émission qui dit tout ce que le monde du football pense tout bas.

[00:00:36]

Avec Parce que c'est la Ligue des champions. Un casting exceptionnel ce soir. Daniel Riolo là, évidemment. Daniel, bonsoir, bonsoir les amis. Lionel Charbonnier, là également. Salut Lionel, bonsoir a tous les messieurs ce soir, à l'instar de bénéficier d'un prêt sans option d'achat pour une soirée. Il est là et on est heureux de retrouver Louisfert landaise dans la jouissance de vous rejoindre. Content de participer à cette fabuleuse émission que vous aimez tous les deux?

[00:01:03]

Quand j'entends, il me semble que je vous capte. J'entends la voix du mois de juillet et Gilbert qui s'attaque à Daniel. Il y a du répondant, c'est de la qualité et de la connaissance. D'ailleurs, c'est pas mal pour moi. On m'a dit que t'écouter lofteur pour savoir ce qu'il fallait que tu utilises le lendemain sur beIN Sports? Non, quand même pas. On n'ira pas jusqu'à là. A chacun son savoir et sa connaissance et son expérience.

[00:01:29]

Mon cher emphatiques rejoindra un peu plus tard. Polomat espère également, bien sûr, pour donner la version allemande de cette soirée. On attend les réactions deja et les images prestiges. Alors essayez toujours avec tous les envois, notamment des joueurs qui étaient en pleurs sur le banc de touche Jallow et qui été immédiatement réconforté par Icardi qui, lui, n'a pas participé à cette rencontre. Il y a également un marketings prostrés à la zone technique à côté du coach Thomas Astrales, qui, lui, n'a pas bougé sur sa glacière.

[00:02:02]

Et pour cause, avec ses béquilles, Choupo-Moting, qui aura cru dans les dernières minutes pouvoir réaliser le coup du quart de finale. Voilà des joueurs qui ont du mal à digérer ce qui s'est passé. Ils ont du mal à digérer le fait de passer si près Ciprès. Battus 1 0 par le Bayern Munich, CCAVM réalise un parcours extraordinaire 11 matchs en Ligue des champions, 11 victoires, c'est tout simplement un record. Le Paris Saint-Germain, qui pourra espérer décrocher cette Ligue des champions et ils vont la voir passer devant eux puisque ce sont les joueurs du Bayern Munich qui vont la recevoir pour la sixième fois pour ce club.

[00:02:42]

Et on va attendre, bien évidemment, que tout se mette en place pour la remise du trophée. Mais beaucoup de déception, beaucoup de regrets de la part des joueurs et notamment de l'OM. Neymar, qui a peut être beaucoup de choses à se reprocher ce soir. Les trois points, c'est la tradition dans la trois points de débat. Bien, surtout que c'est parti. L'important, l'important, c'est les trois points, soit l'essentiel. Daniel, qu'est ce que tu retiens principalement ce soir?

[00:03:08]

La supériorité du Bayern. Déjà, pour commencer, parce qu'il n'y a pas grand chose à dire sur le résultat final de ce match, il faut reconnaître que cette équipe est bien plus au point. Le deuxième point après, on a parlé des individualités. Le Bayern est plus fort tactiquement, physiquement et même les individualités. Moi, je disais ils étaient meilleurs, à peu près à tous les postes. On m'a répliqué les individualités du PSG, ne serait ce qu'un Hayeur dans les buts, est un monstre, avait démontré en dans toutes les lignes et les points concernant le PSG.

[00:03:39]

C'est une énorme déception, mais une déception qu'il faut relativiser parce que quand tu fais pas ce qu'il faut, quand tactiquement t'es pas au point, quand on est entraîneur, on ne met pas en place un schéma tactique et te fait jouer comme une petite équipe. Et enfin, les individualités. Quand ton seul schéma tactique, c'est de jouer sur Neymar Bapès, tu ne vas pas bien loin. Surtout que les deux stars qui sont quand même venus au PSG pour ça, c'est peut être dur ce que je vais dire, mais elles n'ont pas le droit de rater une finale.

[00:04:02]

Elles n'ont pas le droit de rater une finale. C'est des joueurs qui sont des transferts colossaux, des salaires astronomiques. T'as pas le droit de rater ta finale, tu n'as pas le rang, on va y revenir. Bien sûr, dans FireEye, aussi individuel des deux stars Lionel 3 points, toi, écoute moi. Mon premier point, ça sera la peau. Pour moi, la meilleure équipe l'a emporté ce soir dans tous les dans tous les sens du terme sur son championnat.

[00:04:24]

Sur tout ce qu'elle a fait toute la saison et en plus, sur ce match était maîtrisé de A à Z. Mon deuxième point, c'est un peu un peu comme Daniel, les individualités. Ce soir, j'avais adoré les individualités du PSG qui s'étaient mis au service de l'équipe et notamment lors de cette demi finale. J'ai trouvé encore plus rayonnante comme ça ce soir. Ce n'était pas le cas et mon troisième point, c'est un petit peu Balleux. L'expérience?

[00:04:53]

Comment? Comment faire sortir Neymar de son match? Comment le traitement qu'ils lui ont réservé, c'était jamais les mêmes qui faisaient la faute sur lui. Ils ont commencé à le titiller. Il lui veut répondre en montrant leur porte, mettant des coups, mais en gardant la balle, en faisant son trou. Son sont son truc individuel en dit Regarde, regarde ce que je vais te mettre derrière le petit pont, le grand pont, le truc et les matchs.

[00:05:14]

Et là, il sort de son match parce qu il joue pour l'équipe et joue pour lui. Et c'est fini. Individualités, on va y revenir, on va parler de l'avenir de Thouret Silva. Voir les réactions. Louise, tu es d'accord avec Lionel et Daniel sur le banc. L'équipe la plus forte a gagné ce soir. La plus forte a gagné parce qu'elle a su, dès le départ d'entrée, faire une bonne lecture. Tu sais en lecture sur son adversaire, son adversaire.

[00:05:43]

Comment doit on empêcher que l'on puisse répondre aux deux individus? Été consistait. Daniel avec Lionel NBP Néma. Ils ont su mettre en place dans un 4-4-2 remarquable, avec un jeu de qualité sur les côtés qui misch ni abri d'un côté, droit de l'autre côté. On avait le duo dévissent avec les Coman, le buteur formé. Assez incroyable, façon extraordinaire, extraordinaire, beaucoup de bonheur, un peu de tristesse pour Paris. Enfin, un parcours extraordinaire.

[00:06:23]

J'ai dit au début du match mon coeur avait 100% barrières professionnelles, mais ce n'est pas vraiment clair quand ça fait mal au coeur. Mais aujourd'hui, c'est pas gagné, mais il faut respecter ce qu'on veut, ce que Paris a fait. On a senti que le Bayern avait toute la maîtrise de. Tout se passe. On avez la Ferrari piochées marquer. Je pense que ça a été très bien dommage de donner beaucoup de pression. Après, on quand même des comptes.

[00:06:51]

On savait que ça allait être dangereux, mais voilà, on a gagné. On n'a pas pris de but aujourd'hui, mais c'est plus important. On a senti aussi un peu plus d'expérience du Bayern avec la manière avec des joueurs aussi expérimentés. Le camp français, ça a pu faire la différence dans cette rencontre. C'est un petit détail qui peut jouer après. Il n'y a pas que ça dans la rencontre. Paris a fait un super match. On a fait un super match.

[00:07:15]

C'était une belle finale.

[00:07:16]

On est vraiment des héros de la soirée. C'est déjà là dessus. Homme du match, tu te fais planter en plus par un mec. T'informer, c'est terrible. C'est quelqu'un que tu as fourni. Quelqu'un que tu as laissé partir libre. Ça veut dire que y'a rien eu sur ce garçon. On y a pas cru. On n'a pas insisté pour peut être le prêter pour le récupérer. C'est un garçon qui a démontré les qualités que l'on sait qu'il a et on est content aussi pour lui.

[00:07:51]

Parce qu'il faut aussi savoir que Kinsley est quand même passé par des moments difficiles, très délicats, difficiles, par des blessures qu'il a eues et ce mental. Pour revenir et marquer, ce but aurait pu faire gagner son équipe, mais on ne va pas lui reprocher ce qu'il avait à faire avec le Bayern.

[00:08:12]

Tiens, Nicolas Paul aussi est avec nous à Lisbonne, avec les supporteurs déçus. Mais malgré tout, tu vont aller sur les joueurs à leur hôtel à Lisbonne. Nicolas, bonsoir. Bien sûr. Bien sûr, tu imagines que tous les bars de Lisbonne se sont un petit peu vidés. Énormément de tristesse. Je suis avec Nicolas. Bon, on a eu des larmes dans les yeux de certains supporteurs parisiens. Il est dur à encaisser. C'est là, mais le PSG est tombé sur FIFA, tombé sur plus fort.

[00:08:34]

Alors je suis d'accord, en tout cas au niveau de l'expérience, parce que ça s'est joué vraiment ce soir de l'expérience. Ils ont été plus réalistes. Ils ont eu 2 3 occaz, ils ont été nawfal. Là où le PSG, ce soir avait cinq ou six occasions, vraiment très franche et n'a pas su mettre au fond. C'est ce qui fait la différence et l'expérience à un moment en finale. Ligue des champions sont deux, très, très grands clubs.

[00:08:52]

Y'a pas à rougir du parcours cette saison. On gagne 4 trophées en Ligue des champions. Y'a rien à plus. Oui, une victoire en finale Ligue des champions, je suis d'accord avec vous, mais c'est la première. L'expérience, ça s'acquiert. Bah, ce soir, ça va servir à tout un groupe d'expérience commune pour tout le monde. Si on prolonge Mbacké et Neymar, tout le monde sera content. Est ce que Nicolas, vous allez quand même accueillir les joueurs à leur retour?

[00:09:11]

Vous allez les les les attendre pour les féliciter de ce parcours où la déception est trop grande. Mais c'est la moindre des choses. C'est moins les choses qu'ils ont fait. Une saison exceptionnelle. Personne en début de saison n'aurait parié sur une finale Ligue des champions. Je sais qu'à Paris, et certainement à travers le monde, il y a plein de supporters qui sont mécontents. Ils sont en larmes, qui veulent brûler le maillot. Et tout, je peux le comprendre, bien sûr, mais qu'on a un peu de recul.

[00:09:33]

Rendez vous compte du parcours qu'on fait cette saison, c'est exceptionnel. On va ranger les larmes. On va aller vers ce soir, mais dès demain, on repart au diapason. On est au boulot. Le club, son meilleur salaire, cette expérience de fou ce soir. L'année prochaine, ça sera encore mieux. Il y a beaucoup de déception, mais en tout cas, les supporteurs parisiens seront là pour accueillir les joueurs à leur hôtel et on pense quand même qu'il y aura un très, très fort soutien des supporteurs du PSG qui seront présents quand votre soirée va très vite.

[00:10:02]

Nicola Sirkis décerne la palme de la tournée des bars à Lisbonne puisque il l'a fait pendant plusieurs jours avec brio. Turcomans, Daniel Yodel voulait rajouter un truc.

[00:10:14]

Il fait un très bon match. Son lien avec le PSG n'a rien à voir. Voilà, ce genre de choses arrive au moment où il part. Oui, il est pas au niveau pour intégrer l'équipe, puis il met du temps à arriver à cet apogée parce que d'abord, il y a eu la IEW. Oui, c'est pas imposé non plus. Et au Bayern, il a pris le temps et n'a pas tout de suite été titulaire. Ça fait longtemps cette histoire.

[00:10:33]

C'est vieux, c'est vieux, c'est vieux. Alors ok, là, ce soir, on en parle. Oui, c'est symbolique tout de même. Était quand même producteur. Flick? Oui, mais au moment où, au moment où il est mort, y'a pas, y'a pas de place. C'était aujourd'hui. T'es sanctionné par qui? En tant que supporteur, en tant que joueur du Paris-Saint-Germain, ce n'est pas un de tes anciens que tu aurais pu avoir avec toi.

[00:10:52]

Tu peux le garder parce que j'ai eu des commentaires des gens qui m'ont parlé. Ils m'ont raconté un peu l'histoire de Commana. Après, c'est un oui, c'est pas, c'est pas la clé du matin, c'est parti, mais c'est plus que quelques temps. De son côté, mais ça, oui, c'est anecdotique, c'est nier. C'est une histoire non loin. C'est une histoire dans une histoire. Mais c'est là, je ne sais même pas s'il est dans l'équipe.

[00:11:11]

Le plus important, c'est l'identité de Gerets. Il n'y a pas parce que la vérité, c'est que dans le 4-3-3 caline, tout est là. Ce soir, il n'est même pas titulaire. On a un vrai problème dans leur match. On se disait que la Ville pourrait être aussi éclairée parce qu'il avec lui. Mais on sait que Questel, il n'a pas non plus titulaire dans les matchs précédents avec le Bayern. Il est remplaçant, mais il a choisi de jouer là où elle est là, la clé du match.

[00:11:36]

Je pense que c'est fini, il faut reconnaitre. A plus d'avoir d'avoir titularisé ce soir Kingsley Coman sur le côté droit, il l'a pas titularisé par hasard. Il a aussi analysé l'adversaire. Et s'il y avait un point faible quand même du côté du PSG, important qui était à souligner depuis le début, c'était clair. Et en mettant Coman à la place de Perisic quand même, tu pouvais t'attendent à ce que Kéré reprenne un bouillon alors que les Parisiens s'en ont récupéré Lorber Derrien, invaincu dans cette histoire.

[00:12:08]

Maintenant, il faut parler du match. Il faut se demander pourquoi tu es dominé à ce point tactiquement, physiquement et tu te retrouves à faire un match ou tu te comporte comme un petit. Et finalement, si tu veux faire un match comme ça, comme un petit, parce que l'autre est plus fort, plus costaud, plus en place et bien en fait, et obligé de marquer tes premières occaz si tu marques pas tes premières occaz pour en gros mené 1 0.

[00:12:33]

Un peu comme a fait Lyon l'autre soir. Tu sais quel genre 8 11, 15, c'est le Bayern. C'est le Bayern qui domine le Bayern d'entrer dans les 15 premières minutes. Ils sont sur toi, mais il t'empêche de ton Windows. Le jeu, oui, mais eux, ils arrivent avec une idée claire qu'ils ont un plan de jeu. Ils ont eu deux après récupérer. Eux, ils font, ils font leur match. Et quand ils ressortent le ballon, eux, de derrière, ça ressort proprement et ça trouve gagné.

[00:12:55]

Si tu veux gagner contre une équipe qui impose plus de 60 de possession, qui fait 2 fois plus de passes que toi, ça veut dire que tu a très peu de place et ce, très peu de place. C'était pas efficace. T'es mort sur ce genre de G. La grosse différence, Daniel attentionnel. Mais est ce que quand tu t'appelles le PSG, que t'as tous ces joueurs là, tu dois disputer une finale en te comportant de cette façon?

[00:13:16]

Non, la question. Mais c'était la même contre contre, contre l'Atalanta. Un peu mieux contre Leipzig. Mais elle est où ton identité? Qu'est ce que tu veux faire? En fait, tu veux aller. En fait, tu voulais. Tu veux aller faire un match. Je sais pas, moi, France-Belgique de l'année de la Coupe du monde, OK. Mais dans ces cas là, mets toi qu'on fait comme Lyon, mais toi à 5 derrière et Bitan.

[00:13:35]

Et puis on tente le coup, tente le braquage. Mais là, ça a déboulé. C'est pas ça qu'il voulait gagner, alors je sais que c'est facile. Je ne sais pas ce qu'il veut. Le problème, c'est qu'il a le cul entre deux chaises. C'est faire quelque chose. Est ce que l'on peux pas faire? Est ce que j'essaye d'attendre Escudé qu'ils ont voulu? Furyo, ils ont voulu jouer au PSG. Le problème, le problème, c'est qu'au ou ils ont voulu les organiser, mais ne peuvent pas jouer avec trois milieux de terrain qui sont sur la même voie.

[00:14:01]

Entre vouloir le faire et puis le faire mal, c'est quand même différent. Mais ils ont essayé. Mais c'est la grosse différence entre le PSG ce soir et le Bayern de Munich qui, lui, le fait. Tout le temps se bloque. Oh oui, tu vois que le Bloc, il est vraiment pareil. Les Lyonnais le font quand il est là. Le souci, le souci, c'est qu'à Paris, dans le championnat, on les voit pas souvent, très souvent jouer au et a contrario, quand on pas qu'ils veulent faire leur identité, aller ailleurs.

[00:14:30]

En tout cas, là, ils ont voulu changer un petit peu leur identité parce que c'est pas l'identité de Paris de jouer deux précédents comme en championnat. Je parle de presser haut, comme l'a fait aujourd'hui. Tu vois àl'organisation, tu vois les automatismes, le pressing. Paris a essayé de le faire, mais c'était fait les uns après les autres. Les joueurs venaient, espèrons, enquillé comme ça. Ils arrivee avait 3 mètres de retard. Du côté du Bayern, c'est bien organisé.

[00:14:54]

Le Bloc est très organisé dans la largument. Comment la largeur des enlaçant? À leurs yeux, il y avait un espace entre les milieux et les attaquants. Que ta ta ta ta jamais cessé. L'expérience, en fait, ne faisait que défendre. Oui, mais c'est pas expérience aussi. Un championnat qui n'a pas fait mieux. Mais il n'y a pas de milieu réellement relayeur. l'OM qui pouvait faire des passes et qui en a fait d'ailleurs comme d'habitude.

[00:15:14]

Il a été bon, c'est pareil. Mais Farès, à la limite, c'est lui qui devrait jouer presque devant la défense. Les remises dans le jeu, les. Sur l'ensemble de ces verrines, le président de l'UEFA, qui vient de récupérer la coupe et qui va la remettre à Manuel Niary, voilà donc le trophée dans les mains d'Emmanuel Mikoyan en Ligue des champions. La sixième, le club du Bayern 2e. Pour le gardien de but, oui, après 2013.

[00:15:45]

Et bien voilà, ce sont tout simplement les meilleurs qui se sont imposés ce soir avec beaucoup plus d'expérience et encore une fois, avec une saison remarquable. Un triplé historique comme en 2013 avec 11 victoires en 11 matches de Ligue des champions, ça n'avait jamais été réalisé dans l'histoire de la Ligue des champions. Certes, la formule modifiée avec un seul quart de finale, une seule demi finale pour aller jusqu'à la finale. Bien évidemment. Formule inédite. Mais voilà, le Bayern Munich s'impose, triomphant face au Paris Saint-Germain grâce à un but du Titi parisien Kingsley Coman.

[00:16:18]

Le PSG restera donc la 41ème équipe à découvrir une finale de la Coupe d'Europe, des clubs champions de la Ligue des champions et les sept dernières équipes ayant atteint la finale. Les novices n'ont malheureusement jamais gagné. Ça a été le cas pour Tottenham la saison passée. Donc voilà, l'histoire se répète. Et le PSG, espérons se servir de ce paradis. C'était la première fois. Il avait gagné Dortmund depuis Dortmund 97,6. Dernier à dire très bien. Depuis, c'était effectivement les novices qui tombaient en finale.

[00:16:49]

Un petit mot sur un public qui a complètement modifié cette équipe entraînée par Kovac quand il a pris cette formation pour réaliser une saison simplement extraordinaire avec une série d'invincibilité de 29 matches. Et il devient la sixième personne à disputer une finale comme joueur et comme entraîneur puisqu'il avait participé à la finale de 87 avec le Bayern, tout surpris par le quart d'heure en direct.

[00:17:15]

Mandla. On doit réfléchir, on a fait quelque chose très, très important. On a construit quelque chose d'important pour le club, pour le club, pour nos vrais supporteurs. Maintenant, il y a pas des paroles pour personne, mais moi, je pense qu'on va Peltzer. C'est qui en on appelle les gros. On a construit l'échange qui en a fait un sablé. Pour moi, c'est difficile ce soir. C'est difficile de dormir. C'est difficile de parler.

[00:18:10]

Jusqu'à demain, on va. On va essayer de revenir ici. On a fait quelque chose, résume Jordane. On va faire. La se sent bien au combat. Qu'est ce qu'il a manqué ce soir? Techniquement, qu'est ce qu'il a manqué à Paris? On a créé beaucoup d'occasions. On a créé plus d'occasions qu'eux. Je pense. Cette masse tout laisse finale si deux marques pas. La réserve vocoder. On l'a créé il y a trois, quatre ans, samedi à peine parce que Pascal Magdalénien, ça manqué un entassée très, très important.

[00:19:04]

On a créé 5 6. C'est une marque de qualité et encore une, on a construit quelque chose, c'est important. On ne peut pas mettre à la poubelle. On doit rester ensemble et on doit commencer samedi au Relais pour la prochaine. Merci beaucoup. Merci à tous.

[00:19:31]

Oui, le retour sur Terre pour le PSG, ce sera dix jours en lien. lUQAM prochain? Oui, tout de suite, c'est plus pareil. Sacré retour sur terre! Oui, c'est comme ça, c'est la vie. Beaucoup de réactions. Toller de départ, Pappé. On me dit c'est Olivier qui me dit ça sur le soleil, dit Mapper. Les mœurs n'ont plus marqué. Depuis quand? Aucun but encaissé, aucun but en demie et aucun but en finale.

[00:19:53]

On reviendra sur leur offrir des Paradisio. Viorel, il a réussi les matchs et mapper quand il rentre contre l'Atalanta. Il est très important là, sur la finale. Les deux sont pas en redemande. Même pas. Tu vois briller du début à la fin, mais battait à une opératif. Tu veux dire? Babès a une vraie occase, il doit faire figure, mais il aurait été meilleur en première mi temps les 2 qu'en deuxième mi temps et en première mi temps.

[00:20:17]

Ils ont eu des situations. Ablaye Amette, ça fera passer le ballon. Elle est écrasée. C'est faiblard. Je dois être décisif. Après Neymar, c'est un peu, c'est un peu perdu. Alors on peut toujours me dire où il n'est pas aidé. Oui. Et après, il faut trouver. Faut il va falloir trouver un schéma tactique à cette équipe. A un moment, on a cru que c'était 4-4-2. C'était 4 devant une pointe Mapper, Di Maria, Neymar et deux milieux.

[00:20:41]

Sauf qu'on ne savait pas quelles étaient les deux milieux parce qu'on savait jamais quoi faire de Verratti. Bon, après son arrivée, les gros matchs et les gros matchs, un peu plus de sécurité, tu mets un milieu de plus. T'enlève l'avant centre Icardi. T'en profites parce que comme il ne mettait pas de but. Tu dis bon au moi, ça se verra pas trop, toi. En fait, impose pas. Tu subis un peu, tout rale.

[00:20:58]

C'est un petit peu, ça s'en défend un peu. Carthy, il finit pas le match, il rentre pas parce que tu mets Choupo-Moting. Parce que comme il a été sauveur une fois, tu joues un peu sur la confiance. Oui, mais bon, c'est comme une Icardi, t'étais cherché qui gardie pour remplacer? Carénées. Et alors? Qu'est ce que tu fais l'année prochaine? J'en démarre à 3 devant. Donc regarder tu ne fais jamais jouer n'avait pas joué.

[00:21:17]

Il y'a un problème. Va falloir trouver qqchose. La dernière journée de championnat de France. Toi, tu vas faire, tais toi, mais t'es cardia. Après, on est pas en Ligue des champions. C'est quoi la derniere occase de Choupo-Moting Displays de côté pour aller chercher son talon? Excusez moi, j'aurais bien aimé voir écœurer dans la même situation, mais c'est shopbot. Peut être, mais il l'aurait fait une fois. C'est déjà énorme. Il ne va pas se transformer.

[00:21:39]

Il va pas se transformer en joueur fantastique d'un coup. Il l'a fait une fois le truc, c'est bon. Je ne suis pas chez moi. Je suis pas un grand fan de 10 Picardie. J'espère que ça va durer. Il va durer toute cette année. Comment? Ouais, j'espère me tromper. Bien sûr, heureusement. Mais dur sur démarrer. Papé, t'es d'accord avec lui? Oui, oui, oui. Bien sûr que dans des matchs comme ça, on attend de ces stars là qu'elles soient déterminantes.

[00:22:08]

Alors elles peuvent passer. Que ce soit l'un ou l'autre, ils peuvent passer à côté du match, mais t'attends sur la moindre occasion en finale ou demi finale ou la moindre occasion. Tu dois la mettre et c'est là que le mec, il est important. C'est là qu'il passe dans une autre dimension. Je dirais presque planétaire quand ici, il fait rien du match et il en a une ou une moitié d'une épitopes. Marquer un but et il sauve le match.

[00:22:32]

Il sauve l'équipe et tout ça, ça, c'est assez. C'est une autre dimension. Mais je pense qu'ils vont aussi se nourrir. En tout cas, IBP va se nourrir de ça. Ce que disait Evra, il avait raison. Tout n'est pas foutu à la poubelle. Tout n'est pas remettre en question. Ils ont fait quand même quelque chose de bien, recourrait là quand même. Voilà exactement. Mais ils doivent se servir de ça. Mais est ce que tu vas continuer avec cet entraîneur là?

[00:22:56]

C'est une vraie question. Toi, tu as l'entraîneur qui, depuis l'arrivée des Qataris, c'est celui qui a le mieux réussi. Aujourd'hui, on peut dire que oui, mais moi, je me trompe. Je me méfie de tout changer. Daniel, si tu changes tout, ça veut dire tu passes à une autre ère. Ça arrive à un moment, c'est un moment, un moment. Va falloir quand même qu'il décide ce qu'il veut faire faire à cette équipe, quand même.

[00:23:17]

On comprend pas ce qu'il fait faire à l'équipe. Ouais. Et là, il est risqué. Dans le cas où quand tu pars, il l'a dit. Mais tu vois, tu vas en finale, ok, mais d'abord, tu t'en sors une fois avec Meerab. Donc on dit que l'état d'esprit est bon. OK, à recréer l'état d'esprit. Ça, c'est très bien, mais en fait, on ne sait pas vraiment facilement. L'équipe et le schéma tactique, c'est quand même beaucoup donnent le ballon à Neymar et on voit ce qui se passe.

[00:23:36]

Je pense que ça ne peut pas être là. Ça ne peut pas tout le temps être comme ça. Je pense que tout Raul a voulu s'identifier. Je le disais il y a pas longtemps en voyant son match face à Leipzig. Quand tu prends ses trois garçons que sont Di Maria, qui est un excellent passeur, c'est plus un passeur qu'un buteur. Tannées, marque et peut être aussi un passeur qui peut être aussi un. Plus efficacement, je crois que ce soir, il a encore recommencé avec son système, avec ses trois milieux et ses trois attaquants.

[00:24:00]

Il considère comme étant Di Maria MBP et Démat les trois sur la même ligne. Il veut faire un peu comme Jörgen Klopp avec ses trois attaquants, que sont Firmino avec Sadio Mané et Sala toi, ses 3 et son milieu qui travaille beaucoup. Tu sais, le milieu de terrain de Liverpool assure le milieu de terrain qui travaille, qui récupère un pas dans la qualité technique, mais. Mais l'ancien de Monaco Fabinho Qaîda et plus tard, les deux autres qui compensent les montées les moins bien.

[00:24:25]

Il faut que ce soit complètement organisé comme ça. Mais attends, on travaillait depuis Lomba. Le jeu de transition rapide, il faut donner les ballons et c'est pour cela qu'il faut peut être le laisser qu'il aille dans cette direction là. Peut être qu'il a trouvé son système. Peut être, tu as raison. Peut être une sentinelle qui soit autre que Marquinhos. Parce que Marquinhos, on, c'est que Tiago va partir. Il faut faire renouveler Marquinhos qui recule et qui ne devienne pas trop dans cette dépendance.

[00:24:48]

Après trouver cette sentinelle alors que le pressing est à mon avis, va falloir qu'il court plus mal copié les Ordurières ce soir, quand ton équipe du Bayern pour ressortir, tu cherches. Thiago Alcantara est à trouver parce qu'ils ont joué avec un 4-4-2 et ils ont que deux milieux de terrain, le Bayern le laisser un peu trop jouer. Oui, mais ils ont été loin de lui. Ils ne l'ont pas su faire le même pressing que eux. Ils ont fait plus habito de ton équipe, de ton milieu et d'échauffer.

[00:25:12]

Et voilà, tu Ludik Touran. Il a raté son match, il n'a pas raté. Il est en train de penser avec un système avec lequel il peut éventuellement dans un futur hamraoui au bistrot. Un procès, c'est pas préparé. Tu prends si tu prends un Marquinhos sont sans Kuban, tu peux une fois de temps en temps pour compenser. Garder un garçon qui a cette qualité dans l'intelligence, en placement et dans la récupération. Et toi, dans les question athlétique.

[00:25:37]

Mais après, pour relancer, c'est peut être pas de face au jeu, ça peut le faire, mais au jeu, peut être un peu plus en difficulté maquignon. Après, il faut régler la stagnation athlétique. Les Lyonnais ont ensuite la dimension athlétique dans le football d'aujourd'hui. Attention, parce que Liverpool, champion d'Europe l'année dernière, a l'impression d'être au delà de la tactique. La technique, c'était c'était monstrueux. Ce jour là, le Bayern 2e et maintenant le Bayern dans tous les sens.

[00:26:00]

Moi, on peut me dire je joue super bien et c'est vrai, c'est huilé. Il y a des mecs techniques qui savent tout l'hiver. Physiquement, ils savent tout. Physiquement, il écrase. Je suis surpris que tu sais par qui. Alors les autres? Moi, c'est Muller qui me surprend dans le registre Denso avec les vendeuses que les deux Müller le voir courir, compenser et revenir travailler. Excuse moi, tu sais, quand tu vois le but du Bayern sur le centre, c'est quand même toujours du Bayern dans la surface de réparation des 4 à chaque fois, orientla une action sur 4/5.

[00:26:28]

Quand ils ont envie de se projeter, les voit aujourd'hui. Aujourd'hui, on dirait seulement 5. Non seulement ils sont 4/5 dans la surface de réparation, mais en plus, ils sont 20 mètres. C'est à dire que si l'action est avortée, ils sont tout de suite le 2ème rideau qui est là pour gagner le ballon. Ça, c'est la grosse aussi. La grosse différence que l'on appelle le Bloc. La grosse différence avec le PSG quand les 3 ont perdu la balle derrière le milieu.

[00:26:53]

Et il est beaucoup trop loin après. Ce que je voulais dire à Daniel, c'est que qu'est ce qu'on aurait dit si jamais? Parce qu'à la base, Touré était parti pour jouer dans un 4-4-2. Ensuite, il s'est aperçu avec les blessures, les matchs truqués. Il était obligé de faire un 4-3-3. Et ce 4-3-3, il marche ce soir si jamais, avec le retour de tout le monde, il remet un 4-4-2. On dit mais putain, et tu perd le match pareil parce que de toute façon, tu aurais pu faire tout pareil avec un 4-4-2.

[00:27:21]

On aurait dit mais comment ça se fait? Qui change? Il y avait un 4-3-3 qui marchait bien, remet 4-4-2. Qu'est ce qu'il fait? On comprend rien. La Grèce, tout le monde Dortmund sont en 4-4-2 après y rechanges. C'est ça, c'est pas. Mais là, il y a des choses qui marchaient vers des certitudes. Le problème, le problème qui a aussi canta, quand tu n'as pas d'expérience, c'est que tu vas faire une finale de Coupe d'Europe.

[00:27:45]

Il faut que les joueurs aient des certitudes et la seule certitude qu'ils avaient, c'était à jouer avec cette même équipe. Oui, parce que tu m'as en sécurité quand tu mets la paire par rapport à ça que quand on accueille Dimítrios 32 16. Bien sûr, vous êtes tous les bienvenus au 30 de saison jusqu'à une heure du matin, NDLR dans d'After ce soir. Dimitry, bonsoir, bonsoir Dimitri. Bonsoir, je te pose la même question qu'à. C'est ce que tout Rennes a raté son match.

[00:28:12]

Justement, je voulais venir. Je ne comprends pas qu'il fasse sortir par Édesse. Je ne comprends pas qu'il fasse rentrer Choupo-Moting autant Icardi et ça va bien, je comprendre. Comment passer ses journées de coaching? On a l'impression qu'il mise un peu sur le surnaturel. Tiens, Choupo-Moting, il a été mon héros. Je vais le remettre. Oui, c'est des trucs un peu comme ça, un coic. En fait, mes tripes imitatrice, plus grand chose, c'est un peu comme si c'était dit.

[00:28:42]

Un peu comme nous, tu vois comme nous, mais nous, on est pas un peu bon, mais ça va peut être tourner. C'est peut être pour nous, c'était évident. Toi, tu ne dois pas être comme ça. Qui va changer votre Choupo-Moting en demi finale et c'est Choupo-Moting qui te fait passer. Et là, tu dis putain, je n'ai pas compris comment il a fait, mais c'est passé et on dit oui, mais on dit bravo tout rol une fois à chaque match, pas chaque match.

[00:29:07]

C'est pas possible.

[00:29:08]

On ne peut pas jouer avec le bluff au poker. C'est en fait trop. Tu plantin exactement comment tu peux pas jouer la finale?

[00:29:15]

Tu finis par perdre beaucoup de sous après le poker.

[00:29:23]

Mais il y a plein de trucs dont il peut se servir. Oui, c'est positif dans l'ensemble, oui. Et aller en finale, oui, a cassé un peu ce fameux plafond de verre, là où tu avais toujours l'impression que tu cassé la tête dessus. Mais moi, je joue trop Fria. Il n'y a pas eu assez quoi. Tu peux la perdre la finale, mais en ayant comme ça aussi peut tenter peut faire. Alors OK, y'a des occasions.

[00:29:46]

C'est vrai qu'il y a des occasions, tu peux pas y songer, mais les occaz, elles viennent, elles viennent pas au terme d'un processus de jeu ou quoi? Tu vois, je ne sais pas si le PSG son. Son rôle, c'est de jouer comme ça. La contre attaque de cette façon, si tu veux, si tu le fais façon Klopp. Liverpool, c'est arrivé à Paris. Il n'y pas pas Thierry. C'est travailler, travailler, travailler plus longtemps.

[00:30:10]

Et il y a des joueurs exprès pour ça. Tu vas arriver là, n'arrivaient pas dans le milieu. Il n'y avait pas de liant dans le milieu. Bricoler ton milieu parce que parce que tu as l'état d'esprit. Marquinhos, c'est redevenaient 6 alors que dans le fameux match contre Dortmund, il avait reculé. Et puis là, tu le remets. Et puis, en fait, on a l'impression que ce sont les événements qui dictent un peu ta compo et que toi, tu n'agit pas.

[00:30:32]

C'est que quand on regarde un peu Lloris, quand tu regardes la profondeur de banc des joueurs.

[00:30:44]

Mais pourquoi vous dites ça? Parce que tu ne sais pas ce que c'est que par rapport à ce cas de Marquinhos. Depuis que tout Raul est arrivé assez souvent, il passait pas toujours, mais de là, il a une impression de m'étant là qui donne une sécurité pour que les autres puissent s'exprimer devant un peu plus, tu sais. Allez y avec Marquinhos et c'est comme si tu jouais 1 3. Mais tant pis. Ta sentinelle, c'est Marquinhos. C'est un défenseur central qui joue dans ce milieu de terrain.

[00:31:15]

Il peut reculer un peu, tu peux le mettre, mais après, c'est de trouver la bonne solution. Alors la bonne solution? Tu as été chercher Gueye chez lui par Édesse. T'as recruté dans le milieu de terrain plus Verratti qui est là. Tu sais en plus les éléments et après, il faut essayer de trouver de plus, je le rappelle, mais c'est vrai. Mais au final, au final, on n'a jamais compris comment était le milieu du PSG.

[00:31:39]

2 Quel joueur? C'est quoi la hiérarchie au milieu aujourd'hui? C'est quoi la hierarchie? Pas parce que les deux, les 2 qui viennent tout le temps, c'est particulier. C'est Verratti. Mais non, non. On en a eu la preuve de ce que je dis depuis des mois que Verratti n'est plus titulaire dans ce que là, il n'avait pas envie de jouer. Pourtant, il pouvait jouer. Si vraiment il est titulaire. Exactement, quand même.

[00:32:01]

Papé joue exactement comme il jouait. Moi, je vous dis depuis des mois, il a perdu sa place de titulaire avec lui en écoutant en direct.

[00:32:12]

Crise ou pas? On avait beaucoup de choses dans cette saison. On avait finale. On a perdu 1 0, 2 3 buts de cette finale très serrée. Sur match, on a Bordeaux. La Vénales à s'élancer, c'est pas facile, mais bon, on est très fier, très fier de mes joueurs quand même. On a fait une grande saison, on a fait grand, on essaie Berson de Banzet, on voit le phénol, on a fait vénales, on interpréterait, bronchent, mais on gagnait.

[00:32:47]

On avait tout gagné. Mais c'est la faute, Volvo excepté. On va travailler la saison prochaine. La Ligue des champions français, si notre objectif est très, très proche de gagner aujourd'hui, ce soir, on croit plus. Avant, on va gagner, mais on veut gagner la Ligue des champions. Vous avez conscience que cet effectif, quand même a créé quelque chose ensemble, quelque chose de grand? Le maintenant, je veux t'en sortir la tête haute parce que vraiment à qui le joueur est vraiment quelque chose ensemble, ensemble?

[00:33:29]

Pas facile. On a joué comme Graham O'Brien. Respect, très bon dossier, brillant, mais on a pas joué contre l'équipe. Pas forte. Par ailleurs, c'est un des meilleures équipes du monde. On a joué, on a perdu un seul but. C'est 0, mais faute. Comment faire pour être meilleur? Comment faire pour l'année prochaine, par exemple? La gagner? On a besoin de petits détails. Je pense qu'on aura à rêver là bas.

[00:34:02]

On a la première fois, on a la vénales 11 fois la finale de bronze. On est vraiment très, très beau. On a besoin de détails. On va rêver, on veut gagner. Vous avez un mot pour Thomas Sorano, votre entraîneur qui a amené votre équipe en finale? Qui est qui a un grand entraîneur? Il vous a plu cette saison, surtout au vu de ce match. On a fait vraiment. On avait cette saison quand j'étais grande saison.

[00:34:30]

On a rêvé une finale. On a gagné quatre trophées. C'est pas mal, je pense, mais c'est normal. On est triste et déçu. Tout le monde est déçu. Mais on n'oublie pas aussi comme on a fait beaucoup de choses positives. Un mot sur les supporteurs? Un dernier mot sur les supporters à Paris? Notre rêve? J'ai des élèves vraiment très pauvres, autant à Paris, mais je te promets, on va retourner avec les copains un jour.

[00:35:02]

On va travailler ensemble, j'espère. Vous êtes très fiers de nous voir. Pas facile à rêver, ça fait rêver. Si on vous fait tout pour gagner ce trophée, c'est beaucoup. Il n'a pas répondu pour tout du coup, la question demeure donc avoir longuement parlé du cas Touraine dans quelques instants. L'acteur est là jusqu'à une heure du matin. Ce soir, exceptionnellement évidemment, avec Daniel Riolo avec les Charbonniers. Avec lui, c'est encore pendant quelques minutes qui a clôturé son prêt, sans option d'achat.

[00:35:39]

Quelques quelques instants avec de la tension. Oui, pourquoi pas comme ça? D'accord, pas tout de suite. Le PSG a perdu la finale de la Ligue des champions face au Bayern victoire 1 0 des Allemands, comme l'after foot spécial finale de la Ligue des champions. Grégoire. Jusqu'à hier matin, d'After bien sur avait gagné Orieux avec Louisfert Drèze. Ce soir, il nous a gentiment prêté pour les remercier encore et avec Lionel Charbonnier, alors qu'on revoit l'action du but Luiss.

[00:36:13]

Et là, on revient encore. Pas du placement. Ça aussi, c'est sur un centre des défenseurs, Crans-Montana, qui reste un peu plus d'ailleurs, qui couvre tout le monde, qui couvre tout le monde. Et puis les battures. Logiquement, c'est une première mi temps, tu te souviens? Il avait remis cette équipe, a pris de l'autre côté, eu. Il l'avait remis en jeu. Il ne s'était jamais aligné avec les trois autres défenseurs.

[00:36:34]

Lacen, déjà un duel? Tu sais rien. Tu sais, on dit qu'il est mieux. Il a été battu et battu et surpris par dans son dos. Regarde à Paris, il court même pas 100 km. À la fin, le stade de la distance parcourue, c'est pas quand même pas énorme. OK, mais ça suffit parce qu'ils ont pas parce qu'ils s'adaptent. C'est eux qui mettent la pression et c'est eux qui font jeu. Quand on est quand même assez surprenante.

[00:37:01]

La possession quand même 61% du du pays avec une animation de toute la pelouse. Ils courent plus, ils ont la possession qui font plus de participants. Tu imagines qu'au milieu de terrain, ils sont en supériorité numérique. Les Parisiens sont trois milieux entre deux milieux cumulés. C'est pas ça, un joueur qui aime bien beaucoup défendre. Reparlons plus un joueur offensif qui est beaucoup plus proche de les bandeaux, ce qui ne fait pas les trois milieux. Je sais que Tiago, qui te casse des lignes par des passes avec son compère au milieu de terrain que j'adore ça.

[00:37:35]

Comment tu dis Goretti? Ca aurait Eska n'arrivera pas. Ils sont 4/5 dans une surface, dans un ballon, c'est pour te dire. C'est que la supériorité numérique, normalement, le là au milieu de terrain. Mais ils n'ont pas su comment aller chercher, comment les presser, comment les faire douter et qui alerte sur le but quand même très, très, très, très, très mal placé. Il fait un pas en avant, il met tout mon argent, Thomas instaurant alors divorçait en direct.

[00:38:00]

Ça fait rimer cette aventure, même si. C'était un match, c'était un combat vraiment à côté. Je ne sais pas si on peut tout ça observer au télé, mais à côté de cette terrains là, on doit dire qu'on a donné tout ce qu'on a. On a laissé. Notre coeur est vraiment tous sur le terrain et on peut attendre ça dans une finale, pas plus. On ne peut pas craindre les résultats. J'ai eu l'impression que le premier but va péter des idées cette match là.

[00:38:38]

C'était comme ça, c'était en but. Différence entre deux équipes super fort et je suis fier parce que les manières, la mentalité, comment on a joué ou comment on a joué les derniers matchs, les dernières semaines. Ça, c'est tout ce qu'on peut demander, demander comment un entraîneur? Oui, je suis déçu. C'est clair, mais pas trop. Pas trop. C'est un super super approche dans quelques moments comme ça. Thomas. Qu'est ce qu'il a manqué à Paris sur le terrain ce soir face au Bayern?

[00:39:14]

Pour moi, le premier but, on a eu des occasions. Ils ont fait le premier but. Pour moi, je suis convaincu. Si on fait, les premiers buts ont gagné en cero le même match. On a été surpris par la faiblesse offensive. On n'a pas reconnu. On n'a pas reconnu Papé. Comment vous expliquez le manque d'efficacité ou plusieurs actions pour le PSG? Le PSG a fait douter le Bayern, pourtant. Oui, on a eu des phases où ils ont douté.

[00:39:39]

On a eu des phases très, très fort. On a eu des phases où c'était nécessaire de souffler, de souffler. Oui, c'était clair avant. On a manqué l'efficacité, efficacité. C'est tout ce qu'on peut quand on peut. Oui, on veut qu'ils aient un aîné. Ils marquent toujours, mais on ne peut pas demander à tous. Je dois dire que je suis née là. Elle a fait encore un match avec une capacité incroyable. Elle a vraiment vraiment démontré sa capacité et son mentalité.

[00:40:18]

Et beaucoup, c'est difficile, a eu une blessures en un grand. Elle a manqué beaucoup, beaucoup d'entraînements. C'était, c'était un miracle. Elle est avec nous. Maintenant, comme j'ai dit, descendez de petit petit détail. Pour moi, le même match, c'était le boulot. Absolument posible. On sent que le PSG a touché au but. Thomas, on sent que ça approche. Qu'est ce qui manque? Le dernier détail? Comment l'améliorer? Comment le travailler selon vous?

[00:40:49]

Maintenant? Comment? Comment? On sent que le PSG est tout proche de toucher cette chapelle. Si oui, qu'est ce qui manque comme détails? Vous parlez de détails. Qu'est ce qui manque à Paris? Non. Aujourd'hui, je dois dire les les derniers aisément. Les dernières semaines, les dernières semaines, on a. On a montré tous ce qui est nécessaire pour gagner tous les titres. Pour moi, on doit accepter dans le foot en jouant un match où la chance joue un grand rôle.

[00:41:17]

Et c'est comme ça. C'est seulement répéter, répéter. C'est sans des phases. On gagne plus de confiance avec un premier but et son exemple semble beaucoup la chance dans les derniers matchs. Ce n'était pas nécessaire pour tourner un match avec un 0 0. Et voilà, ça, c'était le défi pour nous. Je lui ai donné cette question à eux. On a eu des occasions, on a pas manqué, mais on ne peut pas dire maintenant, c'est les Photokina, c'est s'entêtait.

[00:41:48]

Ce sont des petits petits détails. C'était un finale avec un résultat 0 contre des équipes de clubs plus plus forts en Europe, peut être le plus fort parce qu'elles sont les plus grandes équipes. Et on doit avoir si on veut continuer cette joute là. Si on veut garder cette qualité, on doit aussi encore avoir un grand, un gros cadre pour proposer des joueurs pour combattre le meilleur encore. Vous serez l'entraîneur du PSG la saison prochaine? Thomas Houches Ce contrat, je ne sais pas d'autres choses.

[00:42:25]

Merci beaucoup. Thomas Martial.

[00:42:29]

J'ai été surpris d'avoir doivent être bons. Pourtant, c'est assez logique de lui poser juste deux, trois choses avant qu'on revienne sur des faits d'arbitrage rapides. Il y a eu de la chance. On n'a pas eu juge que tu recollent le match. Je suis Diabo, c'est ça. On a la chance ce soir des détails. Est ce que c'est vraiment des détails qui ont fait tourner le match ce soir? Je ne suis pas convaincu. Et vie sur Mars, ce premier but, on gagne ça.

[00:42:52]

Ça peut éventuellement se dire oui, mais il faut quand même rendre hommage à son adversaire. Il y a eu des situations pour une mi temps face au Bayern. Deux ou trois situations intéressantes. Intervalle à l'année quand même adossé à la meilleure des années, on peut quand même ne reconnaît pas la chance qui fait gagner Bayar et on peut reconnaître que l'adversaire était le Bayern ce soir, a su mettre tous les ingrédients, tous les éléments pour aller chercher cette victoire.

[00:43:16]

Pressing, récupération, intensité n'a rien volé. On ne peut pas cotoie le but, mais ils sont pas. Il y'en en a pas un seul dans la surface de réparation. Ils sont 3 4 pour essayer de mettre un but.

[00:43:26]

Après, voilà, c'est un point mi temps que je pense qu'ils ont peut être laissé passer après le fait qu'on dise probablement que hier, et dans le top 3 des joueurs du soir pour le Bayern, ça montre aussi qu'il a eu besoin de s'illustrer, qu'il a eu besoin d'être bon et que donc, les Parisiens? Il faut aussi le dire. Parce que moi, ce que je sais, ce dont je parle quand je critique les Parisiens, c'est sur le plan de jeu, de façon plus globale.

[00:43:52]

Mais après, effectivement, les occaz, elles ont existé. Quand on regarde un peu calmement les occasions de résumer les matchs. Oui, oui, oui, c'est vrai qu'il a fait un arrêt. Il a fait 2 3 arrêts qui sont en fait, ils l'ont fait en début de match décisif sous les bombes de Iasnaïa. Si tu ne sais pas si tu dis les trois meilleurs joueurs du Bayern, tu vas citer Nayar. Donc, ça veut dire que Paris a existé malgré tout.

[00:44:17]

Mais je pense qu'il y avait matière à exister. Plus c'est autrement et pas comme ça. Parakou, alors on va continuer le jeu. Ça, ça me chagrine un peu plus. On a le temps et on a le temps de vous accueillir tous. 32 16. J'aimerais juste qu'on revienne sur 2 3 faits de jeu avec Bruno Derrien, notre arbitre qui est là. Bonsoir, bonsoir Gibert. Bonsoir à tous! Bruno a souvent arbitré les équipes de Lewis.

[00:44:42]

Tu n'as pas arbitré les joueurs? Non? Non, parce que moi, j'ai quand j'arrivais. Oui, il m'a arbitré, moi. Mais les équipes dirigées par Lewis a arbitré parce que cela a été entraîneur du PSG. Etant Parisien, j'ai arbitré jamais le PSG. Il a entrainé en Espagne. Oui, c'est pour ça que je me suis retrouvé à Cannes. À Cannes. Peut être Taken et peut être Aqaba. Nakano gagner tous nos matchs. Par contre, je ne vois pas le rapport avec l'arbitrage.

[00:45:10]

Le problème n'est pas là, mais ça n'a pas besoin du coup de main d'aller voir la barre. Il existait pas un grand arbitrées de variété, alors voilà, c'est pas mal dans un match comme les vétérans dans ce cas. Quant à la nature, c'est changé. Quand je vois ce que je vois une fois, on s'est retrouvé sur le terrain et tu passes faire l'été. Et je jouais et m'a dit C'est pas possible. J'ai jamais vu quelqu'un parler autant que toi, on dirait Jean-Michel Larqué.

[00:45:44]

Alors attendez un peu que je vois Verratti aller en perdre parce qu'il a encore fait sans Verratti voir l'arbitre. Même quand ça ne concerne pas lui. Je viens de voir Louise joueur. Cet avis a parler aux arbitres. Alors oui, des joueurs comme j'avais des problèmes avec les pieds. Je parle avec la bouche, alors ça embête pas lui. C'était très au dessus de Verratti, mais bon. Tu parles de mémoire, tu parles du joueur. Il a eu un peu plus de technique que moi, comme il n'empêche que globalement, après, c'est globalement comme Schweinfurt, entre l'apport de l'apport de l'autre dans une équipe.

[00:46:15]

Pardonne moi, je me trompe pas, j'accepte, malheureusement. Malheureusement, acceptes encore quand on se fait des compliments. C'est vrai que ça devrait aider Bruno Bon. Il y a eu deux actions mitigées. La première, est ce qu'il y a pénalty pour le Bayern en fin de première mi temps? C'est quand il est retenu le caractère Ayari et Homan et retenu par récurant littéraire. C'est Coman qui est retenu par Carin. Oui, il le tient par l'épaule droite.

[00:46:39]

Alors le fait qu'il exhalant ça, je suis peut être pas tant que ça, non? Un petit peu, l'Amaytois qui exagère, tu crois? Mais j'ai quand j'y vois qui siffle. Pas parce qu'il exagère, mais à vitesse réelle. Je me suis dit il va siffler pénalty quand c'est la réflexion que je me suis fait. Et notamment après, je me suis inférences entre le haut du corps et le bas du corps. C'est la même chose, c'est la même chose.

[00:46:59]

On est d'accord, s'il faut. Il faut dire qu'il n'a pas le choix qui touche le bas du corps et commence à parler dans la surface de réparation, il doit siffler. Oui, pour moi, il y a pénalty après ce temps là, il y a un problème. C'est Clue, l'arbitre central. Il dit Y'a pas péno, mais là, l'évêque de l'avoir. Et ils font quoi? Parce que ça veut dire que le mec de l'avoir devant l'écran eadie avec l'image Cappello.

[00:47:19]

Ben là, il est incompétent, le type devant l'écran. Je sais pas si voir parce qu'il faut qu'il arrête jeu, mais arrêter le match à tout moment, des arbitres se trompent. Ce qui laisse donc une nouvelle fois la barre. Sauf qu'il est d'accord avec l'arbitre, son collègue, en disant qu'on a pris la décision, lui qui partage la décision de son collègue malgré tout simplement. Et après, il y a la même situation en seconde mi temps.

[00:47:42]

On à vitesse réelle. C'est difficile de voir la faute de Kimi sur MBP, mais quand on revoit Liste à cent pour cent, quand on revoit les ralentis qui marche sur le pied sans aucun contact sur le talon, je crois mapper. Il y a donc un contact dans la surface de réparation et là aussi, j'aurais pu avoir un péno des deux côtés. Voilà tout à fait ton dernier truc. Là où le roi est comme ça, le ballon touche son bras et son record d'un jour de paille.

[00:48:11]

On a sifflé péno pour la même chose. Suis je suis d'accord. Que de paille, peut être. Et peut être un petit mouvement du bras vers l'extérieur. Ouais, mais là, je ne suis pas d'accord d'avoir entièrement raison. Pour moi, c'est pas pénalty. Il y a une jurisprudence. Non, y'a pas de jurisprudence. Il n'a pas été une interprétation. Plusieurs arbitres italiens qui sifflent dès que ça touche là bas, c'est pas comme ça.

[00:48:36]

Pour la petite histoire, les amis italiens sont bien persuadés. Fastnet, le quatrième arbitre tellement le patron des joueurs habitués des arbitres face à l'Italie. Rosetti. C'est le quatrième arbitre à diriger. Le Frolinat, qui dirigeait Yvan Colonna est parti à la FIFA. C'est Rosetti maintenant le patron et c'était le quatrième arbitre. Ce soir, il dirigeait la filiale. Mardi, la nouvelle formule de 92 93 et vous avez du piquant. Un derby français dans une finale?

[00:49:00]

On se demande @Mr Darien 1986 et comment Spithill Spithill Dino Gautreau sous l'ancienne formule C'était Barcelone, Mattarella, victoire Oribe. Cette finale se termine assurément qu'abritera avec Homme qui a étaient tous les peineraient 1986 sous l'ancienne formule yodel. Tu disais non. Je voulais demander à Bruno. Pourquoi? Parce que c'est un fait, ça? Oui, il n'y a pas de souci. Mais pourquoi laisse soir temps? J'ai l'impression que c'est avec l'argent, le foot français. Là, ils sont pour rien.

[00:49:30]

Ce soir, il y avait une équipe française en finale. Il ne devait pas y être, mais ils n'avaient pas la même pas au final. Fadell Haite, il y en avait en Europe. Il y avait Turpange. Gervais Turpin a dû arbitrer un match de Ligue 1 cocardiers. Un quart de finale, ça aurait été bon. Bah voilà. Ou alors, c'est pas du lobbying aussi. Comme c'est l'historien qui dirige l'arbitrage de la FIFA, c'est plus facile à voir dans les instances, probablement.

[00:49:53]

En tout cas, il y a bien des raisons. On peut aussi se dire qu'on est pas assez bons et que ça se voit en championnat tous les week end et pas suffisamment dans les instances. J'ai déjà entendu ce discours avec un encerclait. Louise va se charger, je sais pas. Moi, je pensais. Je pensais qu'on pesais avec de Noël dans la province. On était fort dans le projet et les arbitres aussi. Dans le projet de loi, sans nul doute.

[00:50:14]

On a un président de la Licra énormément dans le football français, mais à l'international. Et pourtant, dans La Tribune qui donne Noël en là, à Noël, etc. C'était les jours à Est pour savoir si Bruno dépassait de rien aux instant de retour, avec encore un petit quart d'heure de Louise et ensuite on continuera. Fred Piquionne nous rejoindra tout à l'heure. 32 ans, supporteur du PSG, évidemment, pour continuer l'analyse de ce match. Se poser la question de la suite pour le Paris Saint-Germain, qui perd ce soir en finale.

[00:50:51]

Vu le. Le fait que les joueurs soient les meilleurs joueurs des trois meilleures années dans le groupe. Trois joueurs importants sont partis. Ils avaient besoin d'entraîner une nouvelle équipe. Oui, mais bon, je ne veux pas revenir sur ce qui s'est passé avant minuit la Starfox Superboy. Redirigent archidiocèse avec Weibel dans le sacrifice, dans cette complicité, dans cette solidarité sur le terrain, comme on a fait depuis le début de la saison. Maintenant, c'est le moment de revenir dans nos habitudes à Paris, on sait déjà la prochaine saison.

[00:51:43]

Qu'est ce qu'on peut faire de mieux faire dans les prochaines années, dans les prochains objectifs? Pour ma part, de ne pas retrouver le PSG en deuxième période. On a vu un bon PSG plutôt correct en première et en deuxième période. Le Bayern qui avait totalement la maîtrise. Comment vous expliquer cette différence de visage de Paris? C'est une finale et il y a beaucoup de tension. Je pense qu'il y aura des enjeux avec leurs armes. Nous, on a joué avec nos armes.

[00:52:11]

C'est une équipe qui a la possession. C'est une équipe qui aime bien contrôler le match. C'est une équipe qui attaque et joue vraiment très, très haut. Nous, on essaye de prendre ce ballon, de découper le ballon et jouer avec nos armes. Nos attaquants ont essayé de trouver nos attaquants le plus vite possible pour faire mal à cette équipe de Bavière. On arrive aussi. On n'a pas réussi à concrétiser ça en but. On a eu des occasions dans une finale.

[00:52:38]

On a très peu des occasions. Il faut les concrétiser. On a parlé aussi. Je pense que l'équipe de Bavière va créer aussi sur le voit. Ils ont peut être le contrôle du match, mais ils ont clairement su garder Fawn, mais ils ont marqué le but et ça a été différente de son match quand on a fait de la compétition du PSG avec des buts à tous les matchs. Quand on a Di Maria Pappé Neymar dans son équipe, ça doit être extrêmement frustrant et rageant de ne pas mettre un but ce soir.

[00:53:11]

Moi, je pense qu'il ne faut pas, il ne faut pas te mettre dans la d'Aucy, non en équipe. On sait que tout le monde a de faire de son mieux. Je pense que tout le monde va revenir à la maison et penser qu'est ce qu'on peut faire de mieux? C'est difficile parce que à chaque fois, on odjick et après le match, il ne faut pas avoir de regrets. Il faut tout donner et c'est ça qu'on essaie de faire.

[00:53:34]

Mais je pense que tout le monde peut faire un peu mieux. Mais ce n'est pas la faute de nos attaquants parce qu'ils ont pas marqué en équipe. Tout le monde a des responsabilités. Merci beaucoup. Merci d'avenues après cette défaite.

[00:53:48]

C'est beaucoup plus direct de Lisbonne, tiens. Qui sont avec nous, comment s'appelle Michael? Michael, qui porte depuis un petit moment, qui patiente, qui nous écoute avec attention? Michael, bonsoir et merci d'avoir patienté visuel avec plaisir à écouter.

[00:54:10]

Par où commencer? Je suis dévasté, comme beaucoup de supporteurs parisiens, vous pouvez l'imaginer, en matière de chiffres de l'équipe, fier de ce qu'il a montré pendant toute cette épopée européenne. Maintenant, j'ai quelques petits, quelques petites critiques. Peut être que Louis pourra certainement répondre. Moi, je ne comprends pas. Avec tout l'amour que je porte quand même pour ton aide. Je ne comprends pas la gestion du cas Icardi. Premièrement, quand on remplace la tête, le remplacement et le remplacement de Choupo-Moting, je pense que Icardi aurait quand même pu faire beaucoup mieux que Choupo-Moting ces dernières minutes après, juste pour revenir sur les critiques que vous avez envers Kéré.

[00:54:56]

Moi, je pense que ce n'est pas l'unique fautif. Je pense que Tiago Silva est fautif sur son but et sur le but.

[00:55:02]

Je pense qu'il est incriminants, pas parce qu'ils sont là. Et puis, il reste au centre un peu. Qui les aurait mis? Il aurait mis comme un ange.

[00:55:13]

Ouais, mais je pense qu'au départ, au départ de l'action, pour l'avoir bien bien revu, je pense que Tiago Silva est mal placé au départ de l'action. Au départ du centre, il couvre personne, il est loin, il est trop loin par rapport à l'avant. Je crois qu'il Corretja qui est derrière, il couvre personne. Et on trouve Péreire qui se retrouve avec deux joueurs à prendre enfin après des faits de jeu. Et bon, voilà, ça fait mal.

[00:55:34]

Mais bon, encore une fois, c'est une finale. Les joueurs ont un club jeune. Il faut qu'on capitalise sur surses sur cette finale. Il faut qu'on revienne l'année prochaine avec, j'espère, un rejet latéral droit aussi. Un vrai latéral droit professionnel du poste, parce que ça a montré une chose, c'est que c'est qu'on est faible quand même sur ce poste depuis très longtemps et qu'aujourd'hui, on paye cash. Je pense quand on voit Kimi, quand on voit la qualité des défenseurs latéraux, quoi.

[00:56:01]

C'est ce qui fait la différence aujourd'hui. Mais bon, je suis fier, je suis fier et je pense que tous les supporters parisiens aujourd'hui doivent être fiers de ce qu'on a montré aujourd'hui et de ce qu'on a montré pendant cette épopée européenne. Mais bon, ça fait mal, ça fait mal quand même. Bon, puisque c'est toujours les zones dans lesquelles sont gardie ceux qui ont dit c'est Kindi.

[00:56:23]

Je pense que ce n'était pas seulement à souhaiter. On a voulu Kindi signe au Paris Saint-Germain et en le faisant essayer de lui expliquer pourquoi pas entre ces deux matchs. On a mis 61 millions de reçus, soit maintenant qu'il est question.

[00:56:41]

Si tu continue à jouer en 4-3-3 en remplaçant 510.000, c'est juste bien. C'est vrai qu'il doit y avoir certainement une déception du côté des Karni parce qu'on pensait rentrer. Tu vas pas comme Icardi, tâtonné, testé sur ce numéro. Maintenant, c'est le choix du l'entraineur qui décide.

[00:56:57]

Moi, je sais pas, mais toi, tu peux comment tu peux te dire que tu vas devoir gérer l'année prochaine, voir les prochains jours. 1 in 1 Icardi quand même. Qui va être? Ha ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Long! Mais je n'arrive pas à comprendre qu'on puisse faire confiance. Choupo-Moting, pas merveilleux. Bravo! Mais on ne va pas m'enlever quand même que la qualité de ce que tu t'en remets au truc de la confiance est gagnée.

[00:57:28]

Alors, il te l'a dit dans le championnat, il n'y aura pas de problème pour remettre un 4-4-2. Tu sais remettre les 4, alterner sans arrêt comme ça dans tout le monde de la gestion. Comment tu sais comment on aurait pu aussi gérer le Cathcart unis? Une fois Cavaillé, il faut Icardi, Toine, turn over. 3 Turn over. Chacun son tour et chacun pense, chacun envie. Chacun fait les efforts sais pour jouer. Et puis, quand tu reviens en championnat, tu vas remettre tes 4 4 devant, tu mettras avec NBP, Di Maria et Unimat.

[00:57:59]

Après, tu mets ton milieu de terrain Verratti ou avec Parrainez écrira. Il faudra le faire parce que c'est pense qu'ils sont suffisamment talentueux.

[00:58:07]

N'importe quand tu te balades, ça va aider. Égo, mais celui est attaqué par. Tu dis je pense qu'effectivement, après la l'incertain, ça, c'est un truc bon, je pense qu'il faut en dégoutée que vivre ce soir. Ouais, ecoutez, je suis dégoûté.

[00:58:26]

Il a envie d'avoir envie.

[00:58:29]

J'ai envie de tout déchirer. Je suis d'accord avec vous. On a envie de se tuer quand on est bien.

[00:58:38]

Aujourd'hui, le Bayern investit. Je ne vais pas remuer le couteau dans la plaie. Bonsin Là, j'ai quelques tweets sous les yeux. Je vous en livre deux. Dimitri Payet. Une histoire, un club. Une ville à jamais. Les premiers. Sa chambre, évidemment. Pardon, mais tout de rose. Le chambrage, c'est Brandao qui vient de Twitter. Ah bon? C'est quand même l'acteur qui a popularisé le fameux J'ai pas touché. C'est un peu 12 Vendargues qui tweete.

[00:59:03]

Ouais, ils ont pas touché le premier, dit Brandao.

[00:59:09]

Il faut quand même montrer un truc qui fout les boules, c'est que j'arrête la malédiction de l'ancien Parisien qui marque le Paris contre Paris. Incroyable. Incroyable que Paris-Saint-Germain quand même. Coman est un joueur formé au club à qui on a pas eu tellement de fois. Tellement tellement de choix qu'entre deux hommes avec tellement de joueurs qu'on allait partir. C'est toujours la malédiction du Barça.

[00:59:33]

Ça retient toujours quand c'est contre son club arrive tout le monde en fait. C'est vrai, non? Mais la demande des handicapés, quand on doit avoir un mandat?

[00:59:42]

Bah oui, je doute en tant. Juste parce que je dois intervenir dans le milieu. J'espère que vous allez bien quand les gens du milieu arrivent, tu pourras intervenir tranquillement. Écoute toi, tu vois, je suis là aussi. Donc tout va bien. Parfait. Allo, Michael, c'est bien toi? Bonne soirée.

[01:00:06]

Il nous reste deux petites minutes de Louis. Après, Louise s'en va. En tout cas, c'est bien le tweet de monsieur. Comme il va jouer la Ligue des champions l'année prochaine, on sera très intéressé de voir sa performance dans une compétition de ce niveau et jusqu'où il pourra emmener Marseille en Ligue des champions. C'est intéressant. Ce sera intéressant à suivre exactement là aussi. Vous voyez aussi André-Pierre Gignac qui a chambré Bon après ça, c'est de bonne guerre.

[01:00:26]

C'est le foot, il faut l'accepter. Le placarde le pouvoir conclure là dessus Incarnat t'accorde le PSG été sur le banc à la finale de Coupe des coupes des clubs et là, je ne sont pas plus de succès.

[01:00:43]

Je ne me sens pas touché parce que tu es quand tu regardes le match. Tu peux rendre hommage à ton adversaire. Faut être lucide aussi. Il faut être sensible. Était trop fort. Analyse C'est quand même le PSG a eu des occasions. Il a eu des situations pour marquer. Peut être de marquer même des points, mais c'était dans des situations de contre. C'est pas dans des situations où, dans la domination et la possession, la récupération, le pressing un peu au banc.

[01:01:10]

Après, tu tombes pas cette équipe du Bayern. Je dis chapeau. Pourquoi? Parce que pour moi, le Bayern représente quelque chose. C'est une réussite. Depuis X années et en terme de travail dans l'organisation sportive, ce club encore minijeux encore Oliver Kahn, qui sera président? Ce sont des anciens et pour moi, c'est tout. Ne cherchons pas plus loin. On voit que ce club, même à la formation, même chez les grands, ça marche et ça travaille.

[01:01:35]

C'est un exemple à tous ces présidents, car ils veulent tous ces fonds d'investissement qui veulent des clubs. Voilà le bon exemple. Il sait comment gagner dans le football. Ben voilà, c'est le Bayern. Il était un collier. C'était la comète qui sort. Sixième, sixième. Mais ce n'est pas rien. Il y a du travail derrière tout ça. Ça fait six ans qu'il faudra être dans ce schéma là, non? Avec à la tête ces hommes qui travaillent et qui font du bon travail de sportif, il est réglé à temps.

[01:02:03]

Si c'est le top? Oui, merci d'être venu. Merci de m'avoir. Oui, tu étais bien avec un mince espoir. Oui, ça, ça demande du travail. Demain encore, quand on va former celui là, vous l'avez formé? Tu sais pas, toi qui va former ces dernières années? Non, tu passes un bon jour. Bonjour. Elle a grandi depuis mort de 50 enfants. Qui verra bien.

[01:02:28]

Merci Louise, donc tu nous fais 50 textos par Arthur mardi à ta gueule qui arrête de dire cette conneries à 25 trucs. Quand tu commences à s'attaquer un peu à l'information, là, j'interviens. Je veux pas ce que j'ai vécu, quoi. J'aurais table avec toi. Tu sais, je vais passer petit bourgeois du côté de Saint-Denis pour des petits tournois de 5 5. Ils sont magnifiques et ces enfants ière que j'ai eu l'occasion de côtoyer, de passer des journées passées une heure.

[01:03:00]

J'ai passé 3 heures parce qu'ils ont l'amour. Et puis, en plus, c'est des supporteurs pas déjà dans les clubs, les traitres qui vient de passer un petit moment avec toi. Tu n'as pas compris qu'en fait c'était l'éclate, que la façon dont ils ont fait la tisons font la promotion et la façon dont il les transforme en marche. Exactement, c'est de la marchandise. Aujourd'hui, c'est un combat. C'est maintenant que tu comptes. Incroyable. Ce soir, tu parles de l'information et je te dis assez souvent pour avoir une politique de formation qui est défaillante.

[01:03:35]

Déjà, la réglementation, tu sais une réglementation pour que les instances travaillent toujours quelques instants juste après le journal de minuit pour parler de rejoint. Il est le grand gagnant de la soirée, comme on l'avait dit dès le début. Dès le début, on avait dit c'est l'année du Bayern. C'est vrai que dès le début, on avait senti que Cabaye était favori. Allez dans quelques instants. Bien sûr, on revient. Évaluations à suivre d'autres réactions. Supporteurs parisiens, vous êtes €32, 16 ans.

[01:04:07]

Jusqu'à une heure du matin, exceptionnellement ce soir, 20 h, heure RMC Info. Cette finale de la Ligue des champions.