Happy Scribe Logo

Transcript

Proofread by 0 readers
[00:00:00]

Cet hiver, on a beau être des super woman, on n'a pas toujours l'énergie d'aller faire les courses, ni même de réfléchir à réenchanter ses repas. Heureusement pour ça, il y a les box à cuisiner l eau fraîche qui soutiennent quoi de neuf? On peut choisir et personnaliser ses menus de la semaine. Familial, végétarien, rapide, avec plusieurs options. Puis elle offrait Je vous livre tous les ingrédients chez vous, où que vous soyez. Cette semaine, par exemple.

[00:00:21]

J'ai testé une pizza au chèvre et en boîte de nouilles sautées, de recettes sympa et faciles à réaliser en moins de 30 minutes. Et je les garde en tête pour le prochain dîner. En plus, elle offrait Je travaille en circuit court et compense les émissions de CO2 de ses livraisons par des initiatives écologiques. Faites vous plaisir! Vous avez 25 euros de réduction sur vos deux premières box avec le code. Quoi de neuf? Tout attaché sur l'eau fraîche?

[00:00:43]

Ne me remercier pas. Vous écoutez quoi de neuf? Le podcast féministe L'intersectionnalité qui parle pop culture, c'est une discussion à deux chaque semaine, accompagné de l'une de mes acolytes. On parle aussi bien de société que de politique, de patriarcat, de chats, de tofu et de Rihanna. Je suis Clémentine Gallot et moi, Pauline Verdu. C'est parti. L'heure est venue de déballer les cadeaux.

[00:01:11]

C'est aussi l'heure du grand déballage puisque consumérisme, patriarcat et blanchiment d festoient. Comme chaque année au pied du sapin. Alors, on va se mémorisée cette semaine. Salut Clémentine! On va se demander si le féminisme est soluble dans les films de Noël. Noël n'est pas une donnée universelle, rappelle, quoiqu'en dise notre cher premier ministre.

[00:01:32]

D'ailleurs, dans la série Newport Beach, les personnages fêtent ce qui s'appelle Chrisme Loukas, c'est à dire un mélange de Noël et de Hanoucca Christmas dans mon livre Paris Match Face aux centaines de grands. Kruismans a toujours tenu en échec, en tout cas, la fête de Noël reste un motif dans la culture. Oui, c'est pour ça que cette semaine, on a décidé de vous parler de films de saison comme les fruits de saison, à savoir les films de Noël.

[00:02:08]

Donc, fait moi, j'ai jamais été une grande amatrice du genre. Mais bon, on a décidé d'en parler parce que c'est quand même une sorte d'institution qui va charrier et même construire un certain nombre de représentations du genre, du couple, de la famille, par exemple. Donc, on a jugé que c'était intéressant. Et avec Clémentine, on vous a concocté une petite liste de films en essayant d'apporter un regard critique sur cette tradition cinématographique. Oui, tu d'Aldi.

[00:02:31]

Ces fictions sont souvent un reflet de la société, mais ce sont aussi des représentations qui, à l'inverse, contribuent à forger ces normes sociales. Donc, on va se pencher un peu dessus. On va commencer par un film qui est dans l'actualité et qui vient de sortir. C'est Happy Season, qui est disponible en France en DVD, qui s'appelle en VF. Ma belle famille, Noël et moi, tous en progrès, titre très ennuyeux par rapport à l'autre.

[00:02:55]

Comment tu peux ne pas aimer les lumières et les décorations? C'est magnifique avec moi, chez mes parents, pour la fête de Noël.

[00:03:03]

C'est pour l'instant le film qui a été le plus vu sur la plateforme Vosloo, où il est diffusé aux États-Unis. Il est réalisé par la comédienne et cinéaste Cléa Duval et on y retrouve Kristen Stewart et Mackenzie dévissent. Ce film appartient au genre qu'on appelle le mythe de père en anglais. C'est à dire rencontre avec les parents, par exemple, comme mon beau père et moi. Sauf que là, le film adopte le point de vue de la pièce rapportée.

[00:03:27]

Qui est donc Abby, une jeune femme qui veut demander en mariage sa copine Harper? Celle ci l'invite en vacances dans sa famille pour fêter Noël. Mais il s'avère qu'elle n'a pas fait son coming out auprès de sa famille ni prévenu sa copine. Cet épineux problème, tout va bien.

[00:03:43]

Oui, il y a juste un petit soucis.

[00:03:46]

Ses parents savent pas qu'on est ensemble ou même quelqu'un, alors que ses parents pensent vraiment que leur fille hétéro a ramené à la maison son amie lesbienne. Il pense aussi que je suis pas gay. Est ce qu'ils ont déjà rencontré une lesbienne?

[00:03:58]

Voilà. Donc c'est assez horrible. En fait, le comique de situation qui se met en place autour de la pauvre Abby, qui s'empêtre dans les mensonges et qui doit se dissimuler littéralement dans le placard. Ça interroge également le l'atavisme familial, la reproduction de classe, puisque le film prend aussi à rebours les stéréotypes qu'on voit d'habitude. La personne qui rentre dans sa petite ville retrouver sa famille et qui retrouve lauthenticité et l'amour. Là, c'est l'inverse. Elle retrouve une petite ville homophobe et étriquée.

[00:04:28]

L'oppression, c'est ça. Bon, on apprécie quand même de voir qu'il n'y a pas qu'un seul personnage queer, mais plusieurs personnages qui développent aussi des amitiés, comme le meilleur ami gay de Haby, qui va se retrouver à devoir faire semblant d'être son copain à vie. Qui va sororité avec une ex de Harper. Qui est Aubrey Plaza? Voilà, c'est quoi un des meilleurs passages de cette comédie de Noël? Je ne sais pas si c'est vraiment une comédie romantique.

[00:04:52]

Ben écoute. En dehors du fait que ce soit bienvenu d'avoir enfin une romance de Noël lesbienne grand public et que le paysage cinéphile français en manque cruellement. Et outre que j'aime évidemment toujours d'amour à Kristen Stewart, je n'ai personnellement pas du tout aimé le film. En fait, j'ai eu l'impression que la Réal s'était convaincue que le simple fait de montrer des lesbiennes à l'écran l'autorisait à manquer de subtilité sur les autres parties du film. Mais sur tout le reste, en fait, et j'ai l'impression qu'elles tombent vraiment dans les travers classiques du film de Noël mainstream.

[00:05:20]

J'ai trouvé qu'il y avait des gros clichés, mais qui vraiment frisait le sexisme, avec notamment les portraits ultra stéréotypés des soeurs de Harper, qui sont très monolithiques. La vieille fille mal aimée, persécutée par la famille qui passe pour une écervelée. La sœur maniérée, mariée et mégère en compétition permanente avec Harper en mode 4 fight. Et en plus, qui a ajouté voilà, mais surtout qui a fait une reconversion manuelle dans les paniers cadeaux pots pourris, mais franchement gros trigger warning, lesbophobie.

[00:05:51]

Dans ce film, même si ça se veut être ambiance Noël, mais quand même. Enfin, vraiment, c'est une addition de commentaires oppressifs. Et donc, sans parler de la mère qui est vraiment la caricature de la rigidité et la froideur à la mère austère.

[00:06:05]

C'est le petit ami du secondaire de Harper. Est ce que tu as petite amie? En fait, tu viens tout juste de reprendre avec. Elle s'était imposée et il posait, déportent.

[00:06:16]

Bref, tous ces portraits de meuf problématiques, sans aucune nuance, qui m'ont presque mis en colère en vrai. Et donc, heureusement. La conclusion est mignonne. Les choses finissent par s'apaiser. Tout le monde se réconcilie. C'est quand même Noël. Il y a effectivement une scène où on explique pourquoi c'est OK de ne pas faire de coming out, qu'il y a une scène assez belle et qui est nécessaire. Mais en dehors de ça, je trouve qu'il y a peu de choses à sauver et je trouve qu'on mérite vraiment mieux en terme de film queer de Noël.

[00:06:41]

Et en plus, ça pourrait être cool. Déjà, par exemple, de représenter des histoires où ça se passe bien ou simplement où l'orientation sexuelle n'est pas le sujet du film. Toi, tu en penses quoi? Oui, pour récapituler. Quelques petits points. Je pense qu'on peut donner un point à toutes les vestes qu'elles portent. Kristen Stewart lors de toutes les soirées de Noël. Un point également pour Aubry fout la merde Plazza, à savoir l'ex de Harper.

[00:07:07]

Voilà un point également pour la super chanson de Noël de Tiguan.

[00:07:26]

Moi, personnellement, j'ai bien aimé la soeur Janine, célibataire qui fait du dewitte yourself, moi je suis plutôt t'imagine, mais je la trouve touchante, mais je trouve juste qu'on dirait qu'elle a qu'un seul trait personnel. Oui, c'est vrai. Un bonus aussi pour le meilleur pote de Abis, qui est joué par Dan Levy de Child Squeak, qui la voix de la sagesse et qui explique que le comic out est en fait très différent pour chacun et chacune, et qu'on peut aussi souhaiter ne pas en faire ou ne pas le faire tout de suite.

[00:07:51]

Mais alors, bon, gros bémol, tu l'as dit encore une histoire de coming out. Pitié, donnez d'autres récits aux personnages LGBT, plus tout leur dire, après tout.

[00:08:02]

Tu sais à quel point c'est douloureux dans la personne que j'aime choisir, cacher. Je n'étais pas du tout, c'est moi qui se casse. Gros bémol aussi pour le casting majoritairement blanc, puisqu'ils ont simplement castés le beau fils qui est noir et les enfants métisses qui sont complètement fétichisation. Au secours! Voilà donc. Pour résumer, le score Esprit de Noël n'est pas très cosy, notamment en raison des micro agressions, lesbophobie. Alors, on passe à la suite.

[00:08:27]

Quelle déception pour rappeler qu'aux Etats-Unis, il n'y a pas moins de deux chaînes spécialisées dans le sous genre le téléfilm Un tantinet BULAND de Noël. Si les chaînes Wallmart, Life Time et même ces network qui sont assez conservateurs, commencent à s'intéresser à leur public assez varié et à diffuser des romances gays, par exemple, cette année, on peut citer Christmas House et de Chrisme salope. Evidemment, ce sont des films très chastes, sans nudité, et je vous invite à vous référer à l'article d'Aline Maillart qui en parle?

[00:08:57]

Chick. On peut aussi rendre hommage ou filmage à notre consœur Hélène Grenue, qui est une grande spécialiste émérite du téléfilm de Noël et qui a même conçu un bingo. Quand on regarde la télé, on peut cocher les cases. L'héroïne rentre à la maison. Une scène de patinoire. Le père Noël a ailleurs fait symptomatique, parce que tout ça se retrouve dans la pièce. Sylvain et moi, le film m'a fait penser à un film que j'ai vu il y a quelques années.

[00:09:22]

Qui est bad? M'amusent de la suite de Bad Mom? Le film du réalisateur Scott mort de John Lokace, avec trois mères qui se débattent avec l'injonction à organiser de belles fêtes de Noël. Entre la charge mentale des cadeaux, la déco et la cuisine, les enfants. Et on y suit les personnages joués par Mila Kunis, Kristen Bell et Kathryn Hahn, qu'on voit aux prises avec leur mère, qui sont elle même des caricatures.

[00:09:45]

J'ai toujours adoré Noël, mais quand on est maman, c'est beaucoup de travail. Entre les courses, les paquets, la cuisine, la décoration, tout ça, on ne voit pas du tout des images qui. C'est en cela que la pièce Sézanne m'a fait penser à Batman. C'est le côté galerie de portraits féminins, mais qui sont tous plus problématiques les uns que les autres avec la mère méchante qui critique tout, celle qui se prend pour la meilleure amie de sa fille hyper gênante, la hippie qui néglige la sienne d'une manière scandaleuse.

[00:10:14]

Voilà, après, j'avais bien aimé le côté girls band de ce film de Noël et le casting était bien sûr super. Mais bon, c'était encore un peu trop conventionnel à mon goût. De préférence. Où sont les hommes? Pendant que le sapin de Noël est déclaré, sont au turbin. Et oui, voilà, sur le canapé, gratte. Moi, je pense à deux fictions la série Home Christmas et le film Holiday, qui parle chacun de l'injonction à se maquiller.

[00:10:42]

C'est ce que la psychologue étasunienne Baila de Paulo appelle le maître simonisme, qui va de pair avec une dépréciation de la femme. Seule la série. Christmas est une série norvégienne qui suit une jeune infirmière à qui sa famille met la pression pour se maquiller absolument et surtout emmener Olmèque au repas de Noël. La série subvertit assez bien dans ce schéma là. D'ailleurs, la saison 2 vient de sortir. On va la regarder.

[00:11:07]

Ma mère m'a plaster en bout de table entre les jumeaux de mon frère. Depuis, j'élabore une stratégie. Bientôt, je dirai une phrase qui aura un gros impact sur moi et sur quelques autres personnes.

[00:11:19]

Écoutez, j'ai rencontré quelqu'un. Quoi? Il faut que tu nous le présente bientôt? Amélie à Noël, c'est donc comme ça que je me suis mise dans la merde.

[00:11:29]

Il y a également l'idée d'un film de Noël assez médiocre, assez convenu, dans lequel une jeune femme va devoir emprunter un mec parce qu'elle ne veut plus aller seule aux fêtes de famille, où on lui met la pression, où elle se retrouve toujours à dîner à la table des enfants. C'est encore un exemple de la manière dont Netflix a investi le créneau de Noël avec des productions assez niaise et au rabais comme Christmas Spring, Let It Snow, voilà qu'on peut se passer.

[00:11:54]

C'est clair et c'est aussi clair que le film de Noël, c'est le Festival des normes familiales et conjugales 6 hétéros. C'est peu de le dire. On repense aussi aux classiques Love Actually de Richard Curtis avec Liam Lisogne Grounds, Colin Firth Nestlé et Matt Ensign, qui vient de ressortir sur Netflix. Oh mon Dieu!

[00:12:14]

Jusqu'à quand? Oui, et moi, j'ai vu et revu pendant des années avec mes parents et mes frères et sœurs, la fête de l'hétérosexisme à tous les étages et j'ai découvert tardivement les aspects problématiques. Donc, c'est terrible parce que c'est vraiment un des films qui a modelé ma perception des normes romantiques, justement. Après, il y a des choses qui sont mignonnes, mais encore une fois, la majorité des histoires mises en scène sont perçues à travers les yeux d'un homme.

[00:12:37]

Et apparemment, il ne passe absolument pas le test de Bechdel. On ne naît pas surprise, c'est à dire qu'on ne voit jamais de femmes parler entre elles d'autre chose que de grande originalité. Donc, il y a le mec qui se tape sa secrétaire, l'autre qui se par sa femme de ménage. En plus, il parle même pas la même langue, mais d'ailleurs, il est quand même amoureux d'elle. Il me semble qu'elle est portugaise et qu'elle parle mal anglais.

[00:12:57]

Exorcisé aussi. Il y a un vieux rapport de pouvoir, c'est ça. Je me souviens qu'à un moment, il y a les feuilles du roman, que le mec est en train d'écrire, qui vole dans les airs et qu'elle va les chercher dans le lac et qu'elles se déshabillent. Et qu'il y a un vieux plan qui remonte le long de ses jambes et de ses fesses. C'est magnifique. Grand exemple d'homélies. Gallice du cinéma de Noël. Pas de robot.

[00:13:20]

C'est un peu Maildir aussi. Les hommes sont présentés comme des petites choses qui se consume d'amour. Mais bon, on n'est pas dupe. Il y a quasiment zéro femelle grise, comme je l'ai dit. Et sinon, dans les classiques des années 2000, je voulais citer Family Man, dont je regardais la VHS tous les ans. Ça donne envie de faire un film dans lequel Nicolas Cage joue un businessman célibataire endurci qui se retrouve téléporté à Noël dans la vie de famille, plus modeste mais remplie d'amour qu'il aurait eue s'il était resté avec sa petite amie de la fac.

[00:13:48]

Bon, je ne sais pas si ça serait aussi bien si je leur voyais aujourd'hui. Mais c'était mon péché mignon. Quand j'étais ado, moi, c'était plutôt la vieille belle de Frank Capra. Mais c'est finalement un film pas hyper respectueux du consentement quand on le revoit. Moi, j'aurais plutôt tendance à recommander Carole de Darlings, qui est mon film de Noël lesbien préféré. En même temps, le choix est assez limité. Sinclair, qui accueille Blanchett et Rooney Mara, y joue la rencontre d'une ingénue, Thérèse, employée d'un grand magasin et d'une cliente, Carol, femme de la bonne société new yorkaise.

[00:14:19]

Assez énigmatique. Le film est tout ton apparence et en réflexion, il est à la fois tendre et assez cruel. C'est un de mes films préférés, ma chérie.

[00:14:30]

Il n'y a pas de hasard. Je n'ai aucune explication satisfaisante à t'offrir. C'est vraiment un film magnifique qui se passe effectivement dans le contexte de Noël. Mais bon, c'est juste le décor. Finalement, je crois que si je me souviens bien qu'elles vont partir toutes les deux dans une sorte de road trip pour explorer leur attirance qui, au début, est plus dans la retenue et la séduction et qui va petit à petit laisser place à une forme de passion.

[00:14:55]

Mais ça va aussi raconter les obstacles faits à leur amour dans le contexte des années 50 aux Etats-Unis, avec la nécessité, évidemment, de se cacher à cause des normes sociales. Et dans un contexte aussi où Carole est prisonnière d'un mariage, où le mari la menace de la priver de voir sa fille, notamment. C'est intéressant. Oui, c'est un bon exemple de filmer le gaz. Combien? Même le film est réalisé par un homme. C'est vrai que c'est pas forcément antithétique.

[00:15:18]

Mais surtout, comment cet homme today's en alternative indé aux films pourris? On voulait aussi vous suggérer un conte de Noël d'Arnaud Desplechin, sorti en 2008. Chaude ambiance. Voilà donc un film qui raconte la réunion d'une famille à Noël autour d'une mère malade Catherine Deneuve avec un très beau casting, donc, Clara Mastroianni, Mathieu Amalric, Melvil Poupaud, Emmanuelle Devos. Un beau casting d'acteurs et actrices françaises et françaises était une très bonne.

[00:15:45]

J'ai aimé un peu tes frères et soeurs, mais moins que ton père des années. Vous êtes bizarrement tétanie.

[00:15:50]

Évidemment, ça tourne à l'affrontement entre les conflits larvés entre frères et sœurs qui éclatent, le ressentiment envers les parents, les problèmes conjugaux. Ce n'est pas tout à fait feelgood, mais au moins, c'est un film qui questionne les aspérités de la famille et de ses représentations. Moi, j'adore. Je ne sais pas s'il approuve cette recommandation spéciale pugilat familial. Sachez également que Sofia Coppola a commis un petit film de Noël qui s'appelle Very Merry Christmas. C'est ce qu'on appelle un Vanity Project, un projet un peu pour se faire plaisir à un bouquet assez complaisant, mais quand même assez délectable, puisque ce cabotin invétéré de Bill Murray susurre des standards de jazz au micro de De Vu au Wizzgo.

[00:16:43]

Le score esprit de Noël du film n'est pas top puisque l'acteur est quand même accusé de violences conjugales par son ex-femme. Voilà, battraient Noël, tout ça, mais quand même, on donne une boule de Noël pour être gentil au caméo de Miley Cyrus en Mère Noël, salle de bain improbable. Et on parlait en début d'épisode de La Blanchy étaient des personnages dans les films de Noël. Bizarrement, tout le monde est blanc dans tous les films. Bon, y a quelques exceptions.

[00:17:10]

Rare là, en ce moment, il y a Jingle Jingle A Christmas Journée, c'est une comédie musicale pour enfants avec Forest Whitaker et une petite fille qui est jouée par Madeleine Milcent, qui veut devenir inventrice.

[00:17:21]

Il était une fois un homme qui était le plus grand inventeur du monde Chéronée. Il y a aussi le docu Casse noisette revisité.

[00:17:35]

C'est un documentaire qui retrace en fait la production d'une comédie musicale produite par la Debbie Allen Dance Académie à Los Angeles, et qui suit en fait la figure de Debbie Allen.

[00:17:45]

C'est cette femme noire, pionnière de la danse aux Etats-Unis, qui a notamment joué dans le film Romanesco ou bien encore Night Shyamalan.

[00:18:02]

Et sinon, il y a quelques essais avec des personnages non-blancs en personnages principaux. Aux Etats-Unis, donc, avec les films comme La Solidays, Le relais des Calendar ou Maïwen Christmas Witch. Mais ça se compte sur les doigts d'une main. J'ai l'impression oui, moi, c'est vrai qu'à titre personnel, je vous recommanderais le premier. Si vous avez des enfants autour de vous, puisqu'il a quand même le mérite d'exister, c'est un mélange des genres. C'est curieux.

[00:18:28]

Moi, j'ai bien aimé le documentaire sur la danse que j'ai trouvé chouette, alors que le sujet me parlait pas spécialement. Mais c'est vrai que je ne connaissais pas très bien le parcours de billets. J'ai trouvé ça chouette. Je recommanderais aussi un film qui s'appelle Happy Christmas, de Glosent Sandberg. Sandberg, c'est un peu la figure de proue d'un mouvement indé qu'on appelle le même corps. Aux Etats-Unis, c'est un film de 2014 avec Anna Kendrick Elena Denham qui raconte cette période.

[00:18:57]

Un peu de flottement, de régression quand on rentre chez soi et qu'on zône pendant les vacances de Noël et qu'on essaie un peu de remettre sa vie à plat avant la nouvelle année. Plus sémillant, il y a aussi la série Et Lily sur Netflix, qui est adaptée d'un livre Yanga adulte, d'un livre pour jeunes adultes. C'est une série où le personnage principal féminin est un peu en décalage et un peu à l'ouest, sans être pour autant un monstre, et où, heureusement, personne ne lui demande de faire de make over pour plaire au prince charmant.

[00:19:27]

Voilà, c'est l'histoire d'une fille qui va laisser un carnet dans une librairie. Avec des indications adressées à quelqu'un qui tombera sur ce carnet et évidemment, un garçon va tomber sur ce carnet. Une relation épistolaire se met en place entre ces deux personnages.

[00:19:42]

A New York, pendant Noël, imagine que tu es à New York et que c'est bientôt Noël. La librairie préférée, là, tu tombes sur un carnet rouge.

[00:19:57]

Voilà, c'est très joli. Et en plus, bonus. Les hétéros sont un peu l'exception dans cette série, donc ça nous change. Tu m'étonnes. Et alors? Parmi les classiques problématiques de notre enfance qu'on peut aujourd'hui revisiter avec notre traitable de Grimm ou de Scrooge, je pense qu'on peut citer Maman. J'ai raté l'avion parce que là où était papa, si on vous demande eh, il y a aussi l'indéboulonnable Le père Noël est une ordure. Je pense qu'on va peut être nous le rediffuser à Noël.

[00:20:23]

Moi, je attribuerait un point au chandail troué de Thierry Lhermitte. Indémodable.

[00:20:28]

C'est formidable. Je suis ravie. Côté Non, Pierre, c'est un gilet. Oui, bien sûr. Bien sûr, il y a des trous plus grands pour les bras, mais moins un point pour le personnage tragique de prostituée travesti joué par Christian Clavier. Aujourd'hui, on dirait plutôt une travailleuse du sexe trance, mais en tout cas rien dans ce personnage plus ancien. Il y a aussi le moyen métrage Le père Noël a les yeux bleus de Jean Eustache avec Jean-Pierre Léaud, notre Antoine Benelli préféré qu'il revêt le costume de père Noël, mais s'en sert pour draguer les filles.

[00:21:07]

Mais c'est le Festival des choses étranges Telematics. Alors moi, j'ai exhumé Holliday, de Nancy-Metz, qui fait partie du Panthéon des films doudous de Noël. Il est sorti en 2006. Cameron Diaz et Kate Winslet dedans. Mais moi, j'adore Nancy. Mais franchement, je fais partie de la Nancy-Metz, plus jeune society. En fait, elles sont toutes les deux dégoûtés des mecs. Elle décide d'échanger leur maison pendant les vacances de Noël pour prendre l'air et échapper aux hommes.

[00:21:37]

C'était donc avant la pandémie. Elle goûte enfin à la liberté et au luxe de la solitude. Ça, c'est hyper intéressant. Mais bon, les mecs vont quand même resurgir dans l'équation, car l'une va se taper le collègue de l'autre et l'autre le frère de sa copine d'échange de maison.

[00:21:52]

Riches et Amanda sont confrontés aux mêmes problèmes. Je me retrouve seul, déprimé à l'approche. Une solution s'impose à 9000 kilomètres de distance.

[00:22:01]

On pourrait changer nos maisons et nos voitures. J'ai besoin de savoir combien il y a dans ta vie de dignes représentants du sexe masculin.

[00:22:10]

Il y a des choses très cool. Franchement, c'est un des vieux films de Noël des années que je préfère. On sent une tentative d'émancipation de ces femmes. Il y a quelques punchline qui sont cool où elles arrivent à se défaire, justement, de l'emprise du regard masculin. Mais bon, il y a des choses qui ont un peu mal vieilli. Les deux personnages sont quand même très lisses. Kate Winslet, que j'adore pourtant, joue une fille très candide qui se morfond sur son amour à sens unique qui dure depuis trois ans pour un homme qui est insipide.

[00:22:39]

Après, c'est bien sûr pas de sa faute, mais son personnage, je le trouve assez triste. Et de son côté, Cameron Diaz va vivre une passion torride avec Jude Law. Là, c'est très sexy. Lui, il est dépeint en veuf séduisant, intéressant en terme de représentation. Mais bon, après, c'est pas encore ça. Côté test de Bechdel, encore une fois et surtout, il a une méga punchline problématique sur les préliminaires où Jude Law demande à Cameron Diaz Qu'est ce que tu penses des préliminaires?

[00:23:04]

Et elle dit J'ai toujours pensé que c'était oversized. On a du coup le mec lui dit Ah, t'es vraiment une fille très intéressante. Genre comme si c'était super sexy. Je sais pas, c'est une pénétration. J'en profite pour te pénétrer ACEC et j'ai pris une Hoyle.

[00:23:21]

En fait, je me suis dit Mais mon Dieu! Mais si j'avais vu ça à 16 ans? Qu'est ce que j'aurais pensé? Quoi? En tout cas, quand même. Grosse pression. Petit cocktail de Gengler de Noël. Mais la neige, ça, on adore. Dans ce film. Mais c'est vrai que dans mon souvenir. Kate Winslet est harcelée par son ex. C'est pas du tout romantique. Creepy. Le mec traverse l'Atlantique pour aller la voir sur son lieu de vacances alors qu'il a connu l'enfer alors qu'il a épousé une autre femme.

[00:23:45]

Mais par contre, le truc cool, c'est qu'elle arrive à le repousser et à lui dire dégage! En fait, je suis libre, je me libère de toi et ça, c'est cool.

[00:23:51]

Et alors, qu'est ce qu'on a comme autre alternative? Oui, on peut aussi prendre le parti de regarder du bon cinéma à Noël. Ce n'est pas une fatalité et on peut aller voir du côté de scénario un peu plus inventif. Mais je vais d'abord parler du dernier épisode spécial Noël de la série teen trash Euphoria de Sam Levinsohn avant la saison 2, où on va retrouver le personnage de Lou, qui est toxico et qui est joué par Anne Daya et qui va être discuté pendant presque une heure dans un diner avec son ami et entre guillemets, parlant de sobriété, Ali, jouée par Colman Domingo.

[00:24:23]

Et ils vont parler d'addiction, de violence, de ce que ça a créé chez eux, dans leur famille, de sevrage, etc. C'est assez beau, c'est assez lent et statique, mais c'est une très belle discussion.

[00:24:34]

C'est un bel épisode, donc on peut regarder ça aussi bien par les sujets abordés sont vraiment intéressant.

[00:24:50]

Était C'est assez subtil et c'est assez complexe. Ce n'était pas juste des histoires qu'on voit tout le temps. En fait, c'est une belle discussion et une histoire d'amitié aussi. Donc, ça fait du bien. J'avais quelques réserves sur le film, mais on peut quand même recommander pour Noël de regarder l'adaptation des Quatre filles du docteur March de Greta Gerwig, qui peut être une bonne alternative. Et d'ailleurs, vous pouvez aller écouter l'épisode de Quad meuf qu'on lui a consacré et donc moi, au global, je me suis rendu compte que la plupart des classiques de Noël étaient réalisés par des hommes.

[00:25:17]

En préparant cet épisode et aussi que certains films avaient profondément et insidieusement impacté mes croyances et représentations de la famille ou de ce que devrait être Noël. Et du coup, j'aimerais vraiment voir plus de films désopilants sur la famille. Pas forcément des. Drame du feelgood inclusif et un peu plus piquant. Moi, c'est mon choix pour 2021, le Noël prochain. Et toi? Est ce que tu as un rapport particulier au film de Noël?

[00:25:43]

Oui, j'ai les boules. Quand j'ai dit si on regarde beaucoup de péplum à Noël, ce qui était diffusé, donc moi je me souviens plutôt des gens qui marchent sur la mer Rouge. Et tout ça. Mais oui, oui, je suis vieille, mais de manière générale, c'est vrai que c'est souvent des films assez oppressifs et normatif, alors que ça devrait être plutôt réconfortant et régressif, surtout en prévision de la période qui s'annonce, le début d'année qui est un peu le ventre mou de l'année.

[00:26:10]

Voilà une période assez morne, avec pas grand chose à l'horizon. La Chandeleur ou la Saint-Valentin? Mais sinon, en général, je regarde souvent les mêmes choses à Noël, comme des adaptations de Jane Austen, par exemple, que je trouve assez chouette, sinon fun fact. Sachez également que le classique Baby Skoda Outside, qui est composé par Franck Glossaires en 1944.

[00:26:36]

Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha!

[00:26:43]

Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha!

[00:26:47]

Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha!

[00:26:59]

C'est un titre, un standard qui a été à la fois banni des radios à l'époque, en même temps choyé par les féministes comme étant un hymne féminin et qui, depuis quelques années, est vraiment pas en odeur de sainteté. Justement, toujours chez les féministes parce qu'on fait la chanson, parle quand même d'un forceurs qui insiste pour rester chez une femme en disant Il fait froid dehors, squatter chez toi, donc? Non merci. Décidément, Noël n'est pas toujours pas très inclusif et non les foules.

[00:27:32]

C'est un festival. Bref, on espère que vous passez de bonnes fêtes. Et attention au micro agressions des repas de famille et aux gouttelette. Quant à nous, on se retrouvera la semaine prochaine avec un épisode collectif spécial qui a été enregistré au Paris Podcast Festival. Vous pouvez également retrouver toutes les références dans le descriptif de l'épisode. Nous envoyer des messages sur les réseaux sociaux. Quoi de neuf? Et nous laisser des étoiles sur Apple Podcast? Merci!

[00:27:58]

Salut, salut! Quad m'a fait une émission de nouvelles écoutes. Cet épisode est conçu par Clémentine Gallot et présenté avec Pauline vers du mixage L'origami Gani générique réalisé par Aurore Meilleur Mailleux. Prise de montage et coordination Ashley Thomas.