Happy Scribe Logo

Transcript

Proofread by 0 readers
Proofread
[00:00:01]

Blowing fait le show sur piste qui, en plein soleil, est nommé Fairways Wingate, grandement le transformant ring. Il doit arriver un groupe de jeunes Montbron une fois arrive, même Unio Lomami sert une quinzaine de fois. Oui, aussitôt, les Wafd font une brute de PalmOne se tordant et vous écoutez RMC?

[00:00:26]

C'est à peu près tous les soirs à 18h30. L'actu de vos clubs préférés? On sera à Nîmes dans un instant avec le nouveau gardien de but Baptiste. Mais avant ça, l'événement, c'est la victoire des Lyonnaises, hier, en finale de la Ligue des champions victoire 2 1 face à Libourne, septième victoire dans cette compétition et la cinquième consécutive. On est avec Wendie Renard, la capitaine de l'OL. Salut Wendy! Bonsoir tout le monde, Wendy's. Qu'on s'habitue à ce genre de victoire ou est ce que l'émotion est toujours la même?

[00:00:57]

L'idéal n'est pas de gagner, mais corriger cela et ça habituent en tout cas. C'est toujours un bonheur et un honneur de remporter ce trophée. C'est pour cela qu'on se bat chaque saison parce que c'est beau à voir. C'était une soirée exceptionnelle, donc sur tous les plans du terme, en termes d'émotions. Sur le match, c'est bon, on a jamais. Oui, j'imagine qu'on s'en lasse jamais ce genre de victoire.

[00:01:30]

Est ce que vous avez hier spécialement pris conscience que vous étiez rentré dans l'histoire avec? On l'a souvent cité, mais c'est cinq victoires de suite. Du réal dans les années 50. Vous êtes l'égal de cette équipe là? Emmanuel Macron, le président de la République. Le premier ministre a également tweeté Tout ça, ça aide à sentir que c'est vraiment spécial.

[00:01:51]

Oui, ça aide encore une fois une mise à l'honneur supplémentaire. Maintenant, quand on est sur le terrain, en touchant avant tout à gagner. Et puis plutôt le lendemain où le nombre de messages qu'on reçoit, on se rend compte qu'on fait quelque chose d'extraordinaire. Et voilà, on a égalé. Non, on n'a pas battu. Si on veut le battre, il va falloir faire une bonne saison. Encore cette année et l'année va être présente pour la Ligue des champions, tout simplement Windy.

[00:02:21]

On dit souvent que le plus compliqué, ce n'est pas d'atteindre les sommets, c'est de perdurer dans cette équipe. Elle est si forte.

[00:02:26]

Pourquoi cette équipe est elle capable d'autant d'exploits, de prouesses qu'on arrive à remettre en question Le Quotidien? Ce n'est pas facile. On sait qu'on est de plus en plus chassé. On est l'équipe à battre et c'est normal et logique. Nous, on aime quand on veut. Nous, on arrive toujours dans les moments importants, collectivement, à tout remettre en question, à se dire les choses. Et puis, par moments, des fois, c'est Apache. Des fois, c'est un peu plus dur.

[00:02:58]

Mais voilà, il y a une force collective dans cette équipe et il y a un président qui était présent et un club des plus porteurs. C'est un enfant, mais c'est sûr que ce sont des moments qu'on aime et on sait qu'il faut hausser son niveau de jeu individuel et collectif.

[00:03:20]

Demi finale chez les hommes, victoire des femmes.

[00:03:22]

Jean-Michel Aulas, s'il est descendu de son nuage depuis hier soir, allait lui poser la question. Il est vrai qu'il a vécu avec une très belle soirée et est très heureux, très content. Je suis content pour lui que c'est un président qui a fait beaucoup. Et quand on fini comme ça et quand on arrive à le rendre heureux collectivement, ça fait plaisir.

[00:03:45]

Il y a une polémique depuis le début de la journée autour de la Une de L'Equipe qui va consacrer entièrement consacrée ce matin à la victoire de Julian Alaphilippe et à son maillot jaune sur le Tour de France. Est ce que vous avez trouvé ça injuste? Ou est ce que ça vous passe aussi?

[00:03:59]

Je vais vous avouer que je n'ai pas trop regardant. On a été réveillé très tard dans la nuit. Maintenant, après une mise à l'honneur. Il y a deux grandes compétitions qui sont complètement différentes en individuel, l'autre collectivement. C'est sûr que Torrès en aurait sûrement préféré une grande une, mais nous y sommes. Nous y sommes déçus. Maintenant, il est plus petit que le cyclisme. C'est comme ça, mais le plus important, en tout cas, on n'est pas là.

[00:04:35]

Le plus important, c'est qu'on a quant à l'équipe et dans notre palmarès. Personne ne pourra nous le retirer.

[00:04:44]

Est ce que la meilleure pub, c'est pas? Il y a eu Nawfal. J'ai vu ces beaux jours. C'est donc tout ça, car demi finale, on était très serrés cette année. Est ce que ce n'est pas finalement la meilleure pub pour eux? Pour eux? Pour vous? Pour votre titre? Parce que c'est trop facile de y a des scores trop larges. Ça diminue un peu votre mérite? J'ai l'impression alors que là, vous avez bataillé encore.

[00:05:11]

Vous avez bataillé en demie, vous? Bassaïev, finalement en finale parce que Total revient à pousser. Est ce que ce n'est pas la meilleure tutsies dans ce tableau là?

[00:05:20]

Oui, c'est sûr. En tout cas, ça rend encore la victoire. Méritante et en deux plus. Après Okaka, des équipes qui n'ont pas tous les mêmes moyens. Petit à petit, ce football développe des structures qui se forment, mais il y a des clubs qui arrivent de plus en plus formés, donc il y a toujours des choses à voir et à améliorer. Pour la Champion's League, même le quotidien, les championnats, etc. Mais c'est sûr que pour nous, sur le terrain, plus c'est serré, plus et à l'issue du match, nous sommes victorieuse.

[00:06:03]

Aura quatre fois plus.

[00:06:04]

Merci Wendi. Merci d'être venu. Merci à vos amis. Wendie Renard, donc, capitaine de l'OL et vainqueur de la Ligue des champions, hier pour la septième fois de sa carrière. On enchaîne avec la Liga, on est avec Baptiste Trainées, le gardien de but de Nîmes. Salut Baptiste! Non, pas cette Ligue des champions, ça fait rêver. Juste avant ça, c'est clair, c'est clair.

[00:06:24]

C'est une très belle compétition. D'ailleurs, félicitations à l'OL féminin pour leur victoire avec Nîmes.

[00:06:31]

Vous avez très bien commencé la victoire contre Brest 4 0. Et là, vous restez sur une défaite à Nantes 2 1. Est ce que tu peux nous parler de ces premiers matchs avec ton nouveau club? Oui.

[00:06:41]

Déjà, on avait bien commencé le championnat avec cette victoire 4 0. Bref, c'était important de gagner. Comment se fait de manière positive? Avec la manière. Après, ça aurait été bien aussi. C'est avant. Malheureusement, ça n'a pas été le cas. On a perdu hier à Nantes. On en a eu les moyens pendant un an, pendant une demi heure de lutte. Et puis on a su relever la tête de l'eau en deuxième mi temps.

[00:07:12]

On a quand même pris l'ascendant psychologique sur eux. Le carton rouge pour nous nous a fait du bien également et on a beaucoup touché. Mais malheureusement, on n'a pas pu. On n'a pas pu égaliser. C'est frustrant et rageant à ce niveau là.

[00:07:25]

Il serait né avec tout le gardien de but de Nîmes. C'était sa priorité de rester en Ligue 1, j'imagine. Après ce qui s'est passé à Toulouse, en plus pour la deuxième partie de saison, ce n'est pas très bien passé pour toi. Tu avais déploré l'arrivée d'un nouveau gardien qui était mis en concurrence. Du coup, pour toi, c'est le bon rebondie. Mais après? Oui, c'est vrai que Toulouse ne sait pas très, très bien fini la descente et l'épisode avec L'ouvrez et Cavendish.

[00:07:49]

Mais moi, ça fait partie des aléas du foot maintenant. Moi, je suis passé à autre chose. J'étais très content de unaniment quand je pense que pas un club qui me ressemble à un club où l'état d'esprit irréprochable. Les joueurs sur le terrain donnent tout. On sent que derrière, il y a bien un gros public. On l'a senti pendant le match couperet, même s'il n'y avait que deux ou trois mille personnes en fin de fil électrique. Et ça nous fait du bien et ça nous pousse tout au long du match.

[00:08:14]

En quoi le club dont j'avais besoin pour comprendre un nouveau départ et faire une belle saison?

[00:08:21]

Batiste Même avec le coaching Blaquart. On parlait du coaching de son coach adjoint au coaching spinaux en disant qu'il y avait de très grandes qualités, etc. Un super coach. C'est pourquoi il est aussi bon, le coaching. Sinon, pourquoi il y a quelque chose de différent?

[00:08:35]

Bah, déjà, il nous transmet ses valeurs. Et voilà, c'est un coach qui j'ai envie qu'on comprenne tout le temps qu'on a sur le terrain. Et je pense que les valeurs inculquées à lui est propre. Enculés sur l'équipe après Takemitsu, OK nous fait du bien, car il a une bonne connaissance des choses. Déjà fait de points positifs pour nous. Et je pense qu'il a également beaucoup appris du code Blaquart. Donc je pense que c'est bien d'avoir un coach comme lui.

[00:09:07]

Il est globalement bien a connu d'autres clubs de Ligue 1.

[00:09:10]

Est ce que tu sang à? On est en train de se structurer et de se développer aussi au delà du terrain?

[00:09:16]

Oui, même un coté professionnalisme fait que le club a envie de franchir des paliers. C'est un peu ce que j'ai connu à Dijon, à Dijon. Je suis arrivé au début de la au début du championnat, car il est un lien, donc j'ai pu voir l'évolution du club et en Kanuk, c'est pareil. De. Mettre plus de structures en place à l'intérieur du club pour progresser au quotidien.

[00:09:44]

Les ambitions de Nîmes cette année, c'est le maintien à tout prix ou d'autres ambitions plus élevées. Vous êtes le premier d'entre vous?

[00:09:56]

Oui, bien sûr, déjà. L'objectif premier est le maintien. Après, on entre nous, les joueurs. On a envie de réaliser la meilleure saison possible et pourquoi pas, naviguer dans le ventre mou du classement pour ne pas dire qu'on est capable de faire de belles choses. On voit très bien Baptiste.

[00:10:18]

Merci, on est avec Mathieu Valbuena, qui a rejoint la Dream Team. Il n'a jamais mis un but. Je ne pense pas. Non, je pense. Merci. Batisse d'opposition à votre saison? Baptiste Treiner, le gardien de but de.