Happy Scribe Logo

Transcript

Proofread by 0 readers
Proofread
[00:00:02]

La seconde Christophe Hondelatte. Cette histoire va vous faire tomber de l'armoire. J'en suis sûr. Je vais vous raconter comment Coco Chanel est devenue pendant la guerre une collabo et même une espionne allemande pour tenter de reprendre le contrôle de son parfum numéro 5. Une histoire méconnue, ressuscitée par un documentaire de Stéphane Benhamou pour France 5, sur lequel je me suis appuyée. La guerre du numéro 5, il sera là tout à l'heure pour le débriefe, la réalisation de Céline N'avouera.

[00:00:39]

Christophe Hondelatte. Si je vous parle de numéro 5 de Chanel, vous évoqueraient tout de suite. Maryline Monnereau, n'est ce pas Marilyn qui l'a dit et redit pendant toute sa carrière?

[00:00:58]

Vous savez, on me pose des questions. Par exemple, que portez vous pour dormir? Un pyjama, un haut de pyjama, une chemise de nuit? Alors j'ai répondu Chanel numéro 5 parce que c'est la vérité. Si elle avait su, Marie-Lyne, ce que vous saurez dans un instant, l'aurait elle dit?

[00:01:21]

Aurait elle oser le dire? Pas sûr.

[00:01:38]

Alors, prenons cette histoire à son tout début, nous voilà à Deauville à l'été 19 120 Deauville où Gabrielle Chanel, qui n'est pas encore Coco, vient d'ouvrir une boutique. Et cet été là, c'est son amant, le grand duc Dimitri, cousin germain du tsar Nicolas, deux de Russie déchue, qui a l'idée. Vous devriez faire un parfum à votre nom. Un parfum. C'est une idée, ça. D'autant que la haute couture ne rapporte plus grand chose.

[00:02:09]

C'est une très bonne idée, mon cher, d'autant que je déteste les parfums d'aujourd'hui.

[00:02:15]

Après Deauville, les deux amants vont poursuivre leurs vacances sur la Côte d'Azur et Dimitri profite de l'occasion pour traîner Gabrielle à Grasse, chez un chimiste de Scheiner. Je vais te présenter Ernest Beaux. C'est un Russe, lui aussi d'origine française. C'est lui qui a créé les parfums pour la Coupe de Russie. Tu Velma? Il est formidable et c'est donc à lui que Gabrielle Chanel commente son parfum avec une idée très claire de ce qu'elle veut. Ce que je veux?

[00:02:48]

Beau. C'est un parfum pour les femmes ayant une odeur de femme. Vous voyez, je ne veux pas qu'ils sentent une fleur le jasmin ou que je veux qu'ils sentent la femme.

[00:03:11]

Car à l'époque, le parfum n'est pas un art. Ce sont des odeurs de fleurs, un bouquet floral commandé et Ernest Beaux a l'idée géniale d'ajouter au traditionnel bouquet floral ce qu'on appelle des aldéhydes, des molécules de synthèse qui rendent les odeurs de fleurs plus flou qui les transforment. Ernest Beaux se met au travail et au printemps 1921, il fait venir Gabrielle Chanel et lui présente le résultat. Dix petits flacons numérotés de 1 à 5 et de 20 à 24 et laissant longuement apparents.

[00:03:50]

Moins. J'aime bien celui là. Ah non, pas celui là! Un. Celui là est mon préféré. Le numéro 5. Le parfum de Coco Chanel a trouvé son nom et elle va tout de suite le tester sur la Croisette, à Cannes. Elle fait un pas pied pieds et dix mètres plus loin, encore plus de pieds. Et elle s'aperçoit qu'à chaque fois, les gens se retournent. Son parfum fait sensation. Et ensuite, elle s'attaque aux flacons.

[00:04:29]

Pas question qu'il soit rococo, comme les parfums de l'époque tarabiscoté. Elle vaut quelque chose de simple, de minimaliste, qui ressemble un peu à la flasque de whisky de l'un de ses anciens amants. Le 5 mai 1921, notez la date 05 05, Coco Chanel présente son numéro 5 dans sa boutique de la rue Cambon, à Paris. Il est formidable votre parfum, ma chère à Mercer. Je vous conseille de le vaporiser partout où vous pensez qu'on va vous faire un baiser.

[00:05:08]

Le succès est immédiat, mais assez vite, les ventes dans ces petites boutiques plafonnent. Il faudrait que mon numéro 5 soit aux Galeries Lafayette, comme les autres parfums. Mais le directeur des Galeries Lafayette a peur qu'avec les quelques centaines de flacons produits à Grasse, Coco Chanel ne tienne pas la cadence. Ma chère, pour être aux Galeries Lafayette, il faut être capable de fournir en quantité. Il vous faudrait une usine, madame Chanel. Et pour cela, il vous faudrait sans doute s'associer.

[00:05:39]

Je peut être une idée. Est ce que vous connaissez Paul et Pierre Wertheimer? Ce sont eux qui ont les parfums bourgeois et aussi des chevaux de course. Je vais vous les faire rencontrer. La rencontre avec les frères Wertheimer a lieu à Deauville et c'est un coup de foudre. La Société des parfums Chanel, née le 4 avril 10 924.

[00:06:17]

Et là, il faut que je vous donne les termes de cet accord. C'est essentiel pour la suite. Les frères Wertheimer, qui assument tous les risques financiers, prennent 70 des parts. Le directeur des Galeries Lafayette qui les a fait se rencontrer, prend 20% et Coco Chanel, qui offre son nom et la formule du numéro 5, ne prend que 10 des parts. Ce n'est pas beaucoup et elle va le regretter, mais pas tout de suite parce que dans l'immédiat, elle devient richissime à coups de réclames dans les journaux.

[00:06:50]

Les frères Wertheimer diffusent le numéro 5 dans le monde entier, en Europe, aux Etats-Unis, dans tous les grands magasins de la planète.

[00:07:11]

Cinq ans plus tard, en 1929, le numéro 5 de Chanel devient le parfum le plus vendu du monde et donc au début, ça lui va. Désormais, elle vit à l'année dans une suite de l'hôtel Ritz à Paris, et son nom est célèbre dans le monde entier. Et c'est bon aussi pour sa maison de haute couture. Et puis, à un moment, elle se dit tout de même ce que je n'ai pas fait une bêtise en ne prenant que 10.

[00:07:57]

Et à partir de ce moment là, elle rentre en guerre avec les frères Wertheimer. Elle commence par leur envoyer des experts comptables pour examiner les comptes. Mais tout est réglo. En 1930, elle les traite publiquement de bandits et après, elle snobe les conseils d'administration, si bien qu'en 1933, les actionnaires décide de l'écarter de la direction des parfums Chanel. Ces parfums sont non. Elle est folle de rage.

[00:08:36]

Et puis arrive l'année 1939, l'année de la guerre, elle dessine une dernière collection automne hiver et quand la guerre éclate en septembre, à la surprise générale, elle annonce qu'elle ferme sa maison de haute couture. Vous comprenez? L'époque n'est pas à acheter des robes. La période est trop grave pour s'intéresser à la mode. Et puis, je n'ai pas le cœur à décider des modèles. Ça se tient. Cela dit, elle licencie tout de même cinq cents personnes.

[00:09:06]

Mais elle garde tout de même sa boutique de la rue Cambon pour vendre ses parfums. Parce que c'est quand même ça qui l'a fait vivre.

[00:09:21]

Les Allemands avancent vite. En juin 1940, l'usine de Pantin, en banlieue parisienne, qui fabrique le numéro 5, est détruite par un bombardement. Et en août, la principale usine de parfums des Wertheimer, à Croydon, en Angleterre, est dévastée à son tour. Coco Chanel va se réfugier dans les Pyrénées et les frères Wertheimer, qui sont juifs, décide d'aller se réfugier aux États-Unis, à New York. Mais avant de partir, il laisse les rênes des parfums Chanel à l'un de leurs Samie, un constructeur d'avions de Bordeaux, Félix Amiot.

[00:09:57]

Ils lui vendent la société des parfums Chanel. Fictivement, ils ont confiance en lui. Il leur rendra leurs biens après la guerre. Et, bien sûr, ils ne disent rien à Coco Chanel. Au mois de juillet 1940, comme beaucoup de Français qui avaient fui lors de la débâcle, Chanelle rentre à Paris, où les Allemands règnent en maîtres. Et figurez vous qu'elle se réinstalle au Ritz, au milieu des officiers nazis. D'ailleurs, sa suite est occupée.

[00:10:32]

Elle doit se contenter d'une suite plus petite.

[00:10:41]

Drôle d'ambiance могут à cette époque. Vous y retrouver le gratin des officiers nazis, dont le bras droit d'Hitler, Kering, qui occupe la suite impériale, et à côté de ça, une partie de l'élite parisienne confrontée à de très graves soucis. On n'arrive pas à trouver des jouets. C'est ennuyeux et ce qui devait arriver arriva. Coco Chanel tombe amoureuse d'un officier allemand, le baron aux formes Dinklage, un cadre des services secrets de l'armée. Elle a 57 ans.

[00:11:15]

Il en a 44. Ça fait jaser. Et elle? Pour se dédouaner, prétend que c'est un agent double. Les frères Wertheimer, eux, arrivent à New York début août 1940 et la première chose qu'ils font, c'est de créer une société pour exploiter le numéro 5 en Amérique. Ils trouvent une usine à Hoboken, dans le New Jersey, juste en face de Manhattan. Et assez vite, ils butent sur un os. Paul. On va manquer de matières premières.

[00:11:54]

Le jasmin de Grasse en français est inégalable. Tu as raison, viens bien qu'il ne manque pas de jasmin dans le monde, mais il faut bien reconnaître que le jasmin de Grasse est unique. C'est un peu comme un terroir pour le vin. Et là, accrochez vous, les frères Wertheimer décide d'envoyer en France occupée clandestinement un espion, Herbert Grigoris Tomaz, qui est l'un des piliers de l'eau SS, l'ancêtre de la CIA, qui n'est pas non plus ignorant des clauses du parfum puisqu'il est vice président des Parfums Bourgeois Herbert.

[00:12:30]

Il faut absolument que tu nous trouve en France un lot de concentré de jasmin. Il faut que tu ailles à Grasse. D'accord? Bien d'accord. Mais par les temps qui courent, ils vont demander de l'argent, ils vont être très gourmands. On va donner des lingots, tu les paiera avec. Et donc, au début de l'automne 10 940, Herbert Grégori Tomaz quitte New York avec de faux papiers sous l'identité d'un diplomate brésilien et surtout avec une grosse valise pleine de lingots d'or.

[00:13:11]

Il arrive à Lisbonne, au Portugal, pays neutre, et à la gare de Lisbonne. Il embarque dans le Sud Express, en direction de Paris. Deux jours et deux nuits de voyage à travers la France occupée. Et un matin de l'automne 1940, Herbert Grégori Thomass arrive à la gare d'Austerlitz. La première chose qu'il fait, c'est d'aller aux Galeries Lafayette, où il voit les affichettes sur les vitrines. Attention, entreprises juives, le grand magasin est sur le point de passer sous administration aryenne.

[00:13:58]

Mais surtout, il constate que le rayon parfumerie ne désemplit pas. Les Allemands adore le numéro 5. Et ensuite, il prend la direction de Grasse, toujours entre toujours avec son faux passeport. Diplomate brésilien, toujours avec sa valise pleine de lingots, il passe les contrôles. Il franchit la ligne de démarcation et il arrive sur la Côte d'Azur, en zone libre. Et là, il file tout droit dans la vallée de la Siagne, près de Pégomas, à une trentaine de kilomètres de Grasse.

[00:14:43]

Car c'est là que se trouvent les champs de la famille Mul, fournisseur exclusif du numéro 5 depuis sa création en 1921. Tout ça, soyons clair, Coco Chanel n'est absolument pas au courant. Félix Amiot, le nouveau président de la Société des parfums Chanel? Oui. Il a d'ailleurs prévenu le fournisseur.

[00:15:04]

Mais Coco Chanel, non. Quand il arrive sur place, on est en pleine récolte. Borgeaud. Vous savez, je ne sais pas pourquoi je suis là. Il a absolument besoin de tout le concentré de jasmin que vous pourriez produire la totalité de votre récolte. Je suis prêt à vous bas Nord-Vietnam Doneux, mais vous pouvez payer. Et là, il ouvre sa valise. Les lingots brillent au soleil. C'est très convaincant, mais avant ça, il faut passer de la fleur qu'on vient de récolter au concentré et donc il assiste à tout le processus de transformation.

[00:15:44]

Pour faire un litre d'absolu de jasmin, il faut 660 kilos de fleurs. Et quand c'est fini, le producteur lui remet 300 kilos de concentré, produit à partir de 350 millions de fleurs de jasmin. Il l'aimé dans la même valise qui contenait les lingots et il reprend le bateau pour New York.

[00:16:13]

Herbert Grigoris Thomas arrive à New York avec sa précieuse cargaison début 1941, la production de numéro 5 pour repartir l'usine Hoboken se met à tourner à plein régime et les ventes repartent en flèche dans les grands magasins américains. On s'arrache le numéro 5.

[00:16:45]

A Paris, Coco Chanel apprend la nouvelle elle est ivre de rage. Ils produisent mon parfum aux Etats-Unis, en pleine guerre. Ces gens sont monstrueux, monstrueux. Cela dit, ça doit être une copie misérable. Je vais me venger, je vais me venger et là qui mobilise bien ses amis allemands et collabos, son amant d'abord, le baron von Dinklage. Et puis le commissaire aux questions juives Xavier Vallat, qu'elle connaît bien. Et puis son ami René Bousquet, futur secrétaire général de la police de Vichy, et même Otto Abetz, l'ambassadeur d'Hilaire à Paris.

[00:17:27]

Elle annonce qu'elle va lancer un nouveau parfum. J'ai décidé de l'appeler Mademoiselle Mademoiselle Numéro1. Il sera exceptionnel, en tout cas bien supérieur à cette Erza de numéro cinq aux Etats-Unis. Elle n'a pas le droit de faire ça. Son contrat avec la Société des parfums Chanel le lui interdit. Mais elle s'en fiche et avec notamment l'appui de son amie Josée de Chambrun, la fille de Pierre Laval, le dauphin de Pétain. Elle se met à propager une sale rumeur.

[00:18:07]

La Société des parfums Chanel est une entreprise juive, ce qui, sur le papier, est faux puisque les frères Wertheimer l'ont cédée à leur ami Amyot. Mais n'est ce pas une vente fictive dès janvier 1941? Le haut commandement militaire allemand ouvre une enquête et des lettres de délation commencent à arriver au service des affaires juives. On y réclame l'aryanisation des parfums Chanel et du coup, les autorités de Vichy, qui n'ont qu'une trouille, c'est que les Allemands leur pique.

[00:18:37]

Les entreprises françaises disent aux Allemands on va s'en occuper nous mêmes. Et le 8 février 1941, le gouvernement de Vichy nomme un certain Georges Madou, administrateur provisoire des parfums Chanel. Lequel Georges Madou déclare le 3 mai 1941 Selon mes investigations, il ne fait aucun doute que la société des parfums Chanel est encore une société juive. Aucun doute. Et Coco Chanel elle même écrit alors une lettre à ce Georges Madou, une lettre que, malheureusement pour elle, sa mémoire et son honneur.

[00:19:15]

On a retrouvé dans les archives. Je vous en lis un extrait. Je me porte acquéreur de la totalité des actions Parfums Chanel qui sont encore la propriété de Juifs et que vous avez pour mission de céder ou faire céder à des sujets. A rien signé Gabrielle Chanel, mais. Il se trouve qu'en face, Félix Amiot a lui aussi des amis à Vichy et à Berlin. Je vous rappelle qu'il est par ailleurs fabricant d'avions. Göring lui a commandé 370 appareils et donc les Allemands sont bien embarrassés.

[00:19:52]

À qui donner raison? À Coco la collabo ou à Myo dont ils ont tant besoin? A votre avis? Ils ont choisi Amelio en juin 1941, Kurt Blancco, en charge de la confiscation des biens juifs, déclare. Je peux conclure en toute bonne foi que la parfumerie Bourjois est passée en des mains arienne d'une façon légale et correcte et qu'aucun grief ne peut être formulé contre monsieur Amyot. On ne voit pas très bien comment monsieur Amyot chercherait à sauvegarder les intérêts des frères Wertheimer alors qu'il est associé avec la société allemande Jonker pour la construction de 370 avions.

[00:20:42]

Les Allemands ont choisi de privilégier leur intérêt militaire. Terrible échec pour Coco Chanel, qui n'a pas dit son dernier mot. Elle veut récupérer son numéro 5, notant que Mlle Numéros est un échec. Et là, son amant, le baron von Dinklage, lui propose un marché. Voilà ce que propose. Tu vas effectuer pour moi une mission. Une mission d'espionnage? Et après, je t° personnellement. A récupéré ton parfum et elle accepte. Elle accepte de travailler pour le contre espionnage allemand.

[00:21:35]

Vous en doutez bien, regardez les registres de la Vergt Gabrielle Chanel, matricule F 71 24. C'est écrit. Et donc, elle se rend à Berlin pour rencontrer le chef du service de renseignement de la SS, Walter Schellenberg, le bras droit dealeurs. On connaissait Charretiers, mademoiselle Chanel. N'est ce pas? Je l'ai bien connu dans les années 20. On allait même à la pêche en semblais et à la chasse. Excellent. Voilà ce que nous attendons de vous, madame Chanelle.

[00:22:15]

Nous souhaitons négocier une paix séparée avec les Anglais. Et je vous charge. De faire passer ce message à Winston Churchill. En vérité, depuis les parties de chasse et de pêche en Écosse dans les années 20, Chanelle et Churchill se sont un peu perdus de vue. Coco Chanel se rend à Madrid sous prétexte d'ouvrir une boutique et elle fait venir une de ses amies, Riera, qui, elle, connaît bien Churchill. Il faut que tu mettes, verra.

[00:22:53]

Je dois absolument rencontrer Churchill. Je suis porteuse d'un message de la part des Allemands. Seulement voilà, sa copine Verrat l'a trahi. Elle contacte les services secrets britanniques et leur fait savoir que Chanel est une espionne au service des nazis. Mais Chanel s'entête. Elle écrit à Thirteen. Mon cher Wheatstone, excusez moi de vous approcher de tels moment, vous pouvez imaginer, mon cher, qu'après toutes ces années dans la France occupée, j'ai rencontré beaucoup de monde.

[00:23:29]

J'aurais énormément de plaisir à en parler avec vous, croyez moi toujours très affectueusement Coco Chanel. Il ne lui répondra jamais. Et en janvier 1944, Coco Chanel rentre à Paris. Quelques mois plus tard, Paris est libéré à New York. Les frères Wertheimer reçoivent un câble de France. Tout va bien. Tout est sauvé. Signé Félix Amiot.

[00:24:18]

Le 29 août, à 8 heures du matin, deux filles viennent toquer à la porte de la suite du Ritz. Oui, bonjour, que se passe t il? Mme Chanel, veuillez nous suivre svp. Pour quel motif? Vous avez été dénoncée comme collaboratrice, Mme. Elle les suit et va t elle être tondue comme les autres? Va t elle être jugée? Va t elle être condamnée au bout de deux heures? Elle ressort libre. Et d'après ce qu'on dit, c'est Churchill qui est intervenu directement auprès du général de Gaulle en sa faveur.

[00:25:05]

Quand elle sort, Coco Chanel se précipite dans sa boutique de la rue Cambon et elle annonce que chaque jour, Heise, se présentant à la boutique, aura droit à l'un des derniers flacons de numéro 5 qui restent encore dans sa réserve. L'envers de la veste n'est pas mal. Mais ça n'est pas tout à fait fini. En septembre 1944, Coco fait charger ses mal dans sa Mercedes. Vous pouvez démarrer en mnémo en Suisse svp. Et savez vous qui elle va rejoindre en Suisse le baron von Dinklage, son amant allemand?

[00:25:51]

Son exil va durer 8 ans.

[00:25:59]

En mai 1947, les frères Wertheimer lui versent sa part des ventes réalisées aux États-Unis pendant la guerre. 9 millions de dollars et à partir de là, chaque année, elle reçoit 25 millions de dollars. Et tout le reste. On décide de l'oublier. Et je suis donc avec le réalisateur du documentaire dont je me suis inspiré pour vous raconter cette histoire. J'ai été Stéphane Benhamou totalement stupéfait lorsque j'ai vu votre documentaire à la télévision sur France 5, produit par la société Siècle Productions.

[00:26:41]

Je voudrais d'abord savoir lorsque vous vous lancez dans ce travail. Qu'est ce qu'on sait et qu'est ce qu'on ne sait pas? Qu'est ce qu'on a déjà dit et qu'est ce qu'on n'a pas encore dit, alors? On a dit des choses qui ne se disent pas, notamment des Américains. Alven Un journaliste américain qui a écrit en 2011 Dans le lit de l'ennemi, qui a révélé les documents de Chanel espionne espionne pour le SD services secrets nazis. Ce n'est pas la guerre, c'est pas.

[00:27:08]

Ce n'est pas la Wehrmacht. On est. On est très Valério dans l'amiral Canaris. Et voilà, on est sur Schellenberg, comme vous le disiez dans le formidable récit. Donc, on sait ça, mais très vite, ce journaliste meurt. Et finalement, les journalistes ici ne donne pas suite. On donne pas suite. On dit bon, il a dû exagérer. Il est parti d'un document. Ce qu'on sait aussi, c'est qu'il y avait une formidable enquête dans LExpress dans les années 90, qui rappelé le rôle joué par Félix Amiot et qui était ce rôle d'agent triple.

[00:27:43]

Félix Amiot est un garçon très, très prudent, c'est à dire qu'il est associé avec les verts timar. Il fabrique des avions, seulement des avions de transport de troupes. Il est encore plus prudent avec cet aspect là, mais il a aussi son propre réseau de résistance. On savait un peu le rôle qu'avait pu jouer Félix Amiot, ce qui manquait. Est ce que j'ai voulu reconstituer avec ce récit? C'est toutes les zones d'ombre et tout ce qui pouvait relier cette histoire qui, pour moi, est un leurre absolument incroyable.

[00:28:13]

C'est cette figure de Herbert Gregory Thomas qui va traverser. C'est extraordinaire. Personne ne savait ça. Alors ça avait été évoqué à un moment, mais pas développé parce que on disait finalement, la production du numéro cinq repart aux Etats-Unis, mais comment elle repart aux Etats-Unis, puisque on a absolument besoin du jasmin de Grasse. Donc, les vers timar, quand ils sont partis en exil, ne sont pas partis avec du jasmin de Grasse. Ils avaient d'autres choses à emporter ou d'autres soucis à se faire.

[00:28:39]

Donc voilà, c'était tout. Il fallait revenir, ça à relier. Et puis cette histoire qui remonte avec des personnages quand même, qui ont en commun d'être souvent des gens d'extrême extrême droite. Enfin, quand on pense à ces différents amants, le grand duc Dimitri, il a quand même été condamné par le régime tsariste, qui n'était pas particulièrement de gauche parce qu'il avait participé à l'assassinat de Raspoutine. Et il trouvait Raspoutine trop modéré. Après, elle a été avec le duc de Westminster, qui était l'homme qui se vanter d'être le plus riche d'Angleterre et le plus antisémite.

[00:29:15]

Et puis après, elle a financé la revue de son amant Paul IRIB et Paul IRIB était un ultra guerrier, signe précurseur. Il y avait quand même pas mal de signes précurseurs. Les héritiers Wertheimer, ils vous ont laissé travailler tranquillement parce qu'il faut le dire. Les parfums Chanel n'appartiennent pas aujourd'hui à la maison de haute couture. Ils appartiennent toujours aux héritiers de Wertheimer.

[00:29:34]

Oui, oui, tout à fait l'ensemble. C'est dire que l'ironie aussi de cette histoire. Et moi, je trouve qu'il y a un côté lobby. Tu peux tout lire not to be. C'est là qu'on va chercher. Il y a une morale de cette histoire qui est assez drôle. C'est qu'à vie de tous. Gabrielle Chanel pour gagner sa partie pendant la guerre à la vêler, les collabos. Avec elle, elle avait Vichy avec elle et elle avait son amant nazi.

[00:29:55]

Mais les nazis qui lui proposaient quand même pas mal de choses et à la fin, elle perd. Donc, il y a une morale quand même. C'est mort qui est assez formidable, Wertheimer. Ils n'ont pas fait barrage à ce qu'on raconte cette histoire parce que je suppose que la maison Chanel des parfums Chanel aujourd'hui, n'a aucunement envie qu'on soulève ce tapis. Voilà. Il ne faut pas salir la marque d'une manière ou d'une autre. Voilà donc évidemment que j'ai sollicité leur participation et qu'on ne m'a pas répondu.

[00:30:20]

Même chose avec le service de presse de Chanel. Évidemment, on a raconté c'est un personnage public et c'est un personnage public qui n'est pas seulement responsable de cette histoire là, mais vous l'avez dit aussi sous le Front populaire. Elle est folle, furieuse contre ses employés qui osent se mettre en grève. Que soit je ne vais pas raconter ça parce que c'est dans le film.

[00:30:39]

Depuis quelques jours et elle licencie trois ans plus tard ses 2500 employés pour se venger. C'est une femme pas très sympathique.

[00:30:46]

Il y a un moment, je pense que c'est le seul où on peut la comprendre un peu. C'est quand on découvre là la clé de répartition de la société des parfums Chanel. Elle n'a que 10 ans de cette société. Comment c'était le fait avoir à ce point? Parce que vers Tamerlan 72%, le directeur des Galeries Lafayette 20% plus qu'elle double.

[00:31:06]

Alors, selon les gens comme Rhonda Garelli, qui a étudié cette affaire, qui une historienne de l'économie et qui connaît parfaitement ces montages financiers, elle ne s'est pas fait avoir. Alors, elle se serait pas fait avoir parce que elle n'a fourni finalement que son. Et la formule, une formule qu'elle n'avait pas créée elle même, puisque c'est Ernest Beaux qui va continuer à fabriquer des parfums créés pour Chanel lors de la Russie, enfin des grands parfums qui ont été créés par la suite.

[00:31:35]

Donc, ce ne serait pas fait avoir parce que elle ne prenait aucun risque et ne gagnait rien avec la haute couture. Pas très, très peu avec la haute joaillerie, l'innocente grâce à son parfum hâlé grâce au verre très, très riche.

[00:31:45]

Grâce à ça, elle a eu aussi, en dehors des dix ans, une révision du contrat malgré tout, qui lui a octroyé 2 pour cent des recettes de Chanel dans le monde entier et de %100 des recettes. C'est beaucoup, beaucoup d'argent. On a l'impression que lorsqu'elle entre en guerre avec les verres timar avant la vraie guerre, elle est dans une sorte de dépression. Juste après, je me trompe?

[00:32:08]

Oui, parce qu'elle avait des sentiments pour Pierre Wertheimer. Elle trouvait beau gosse. Elle l'a trouvé beau gosse. Il aimait les chevaux tous les deux. Il aimait se retrouver à Deauville.

[00:32:17]

C'était quelqu'un d'extrêmement séduisant et donc elle s'en veut un peu de cette guerre. Elle part un an à Hollywood. Dans cette période marquée par un an, Hollywood, elle est malheureuse à Hollywood parce qu'elle trouve que ces gens, ces grands producteurs juifs, ont de mauvaises manières. Et d'ailleurs, elle se lit seulement avec Eric von Stroheim parce qu'elle pense que c'est un bon aristocrate autrichien, alors qu'il était juif lui même. Et elle rentre amère. Et c'est là qu'elle retrouve Paul IRIB, ce pamphlétaires.

[00:32:46]

En même temps créateur d'Art déco, qui va devenir son amant et qui va la pousser à aller le plus loin possible contre les verres timar. Pourquoi prend elle alors cette décision en 39? T'arrêter la haute couture, c'est à inscrire dans cet épisode un peu dépressif.

[00:33:01]

Oui, elle se sent dépassée. Elle se sent dépassée, notamment par ce qui apparaît, dit elle, à Caffarelli, qui est la grande couturière à la mode. À ce moment là, il y a des grands noms comme Lucien le long des gens comme ça. Mais ce qui apparaît lui a le toupet de venir s'installer en 36, place Vendôme et vraiment sous ses fenêtres, quasiment. Et pour elle, c'est elle a des expressions. Pour elle, c'est la vulgarité incarnée.

[00:33:25]

Elle ne supporte pas cette femme et elle a cinquante 57 ans. C'est à dire que, de fait, elle est à un tournant de sa vie professionnelle. Il n'est pas anormal de se sentir un peu largué. C'est pile l'âge que j'ai. Je comprends mal ce parfum que les frères Wertheimer fabriquent à New York et qu'elle appelle un air arast. Vous savez si ils avaient exactement la même odeur? Houet numéro 5 fabricants? Oui, oui.

[00:33:48]

C'est dire. Dès qu'ils arrivent à New York, ils sont en contact quand même avec des grands producteurs de parfums. Qui est l'usine qu'ils achètent à Hoboken? La ville de Sinatra est vraiment une usine faite pour les parfums.

[00:33:59]

D'accord, donc, elle se trompe. Elle leur fait un mauvais procès. Alors fais un mauvais procès parce que elle est poussée. Il ne faut pas oublier que son avocat est René de Chambrun, René de Chambrun. Il a des amitiés américaines parce que c'est le descendant du marquis de La Fayette. Mais c'est surtout le mari de Josée Laval et son son plus beau, le gendre de Jean Laval.

[00:34:21]

C'est ça, alors, là où elle passe, évidemment. Là, la limite, c'est quand elle contribue à dire que Chanel est une entreprise. Les parfums Chanel sont une entreprise juive. Elle le dit vraiment parce que dans votre documentaire, les choses ne sont pas vraiment cloutée. Sur ce plan là, on semble dire que elle participe à une rumeur.

[00:34:42]

Elle le dit vraiment. Et c'est sans doute ce que révèle le documentaire par rapport à d'autres travaux qui ont été faits avant. C'est que grâce à Jean-Marc Dreyfus, l'historien, il m'a conseillé d'aller fouiller aux Archives nationales les dossiers bourgeois, pas seulement les dossiers Chanel, mais aussi Bourgeois et dans les dossiers. Dans ces archives là, on trouve effectivement toute l'enquête menée au service de l'aryanisation économique allemande avec Tout est en allemand et en français, s'interrogeant sur non pas une rumeur, mais suite à la lettre envoyée par Gabrielle Chanel suite à la nomination de son homme de paille à elle aussi, Georges Madou, qui était l'administrateur provisoire.

[00:35:24]

Et tous ces gens là disaient attention, c'est toujours une entreprise juive. Et là, il suffit. Les Archives nationales sont ouvertes à tout le monde. Si on veut se donner la peine d'aller voir ces documents, la lettre est terrible. Elle est confondante. Je me porte acquéreur des actions qui sont encore la propriété de Juifs que vous avez pour mission de céder à des sujets à rien. Elle reprend les expressions nazies telles quel au premier degré nazi et de Vichy.

[00:35:51]

C'était une course à ce moment là qui commence fin juillet, mi août, à peu près quand les Français se rendent compte que les Allemands sont en train de préparer des lois spécifiques pour les Juifs en France et donc à Vichy. On se dit il faut qu'on aille plus vite et ce qui va donner des lois du 3 octobre 40 des premières lois antisémites. Et on se dit ça par antisémitisme, mais aussi parce qu'on ne veut pas laisser partir les bijoux de famille.

[00:36:19]

On ne peut pas laisser partir les grandes. Appartiennent à des juifs et les voir devenir allemandes. J'en viens à vous poser cette question qui me taraude depuis que j'ai vu cette histoire et que je l'ai écrite ce matin ici même. Est ce qu'elle était antisémite ou seulement jalouse? Avec cette envie de reprendre le contrôle de son nom et de son parfum? Oui, il y a certainement cette amertume très forte, ce ressentiment qu'elle a nourri toutes ces années 30 avant d'avoir l'opportunité de ces lois là.

[00:36:52]

Mais ça ne serait pas arrivé peut être chez quelqu'un d'autre, alors, un terrain favorable.

[00:36:58]

Le terrain est favorable. Alors, c'est comme en amour, il n'y a pas d'amour, il y a des preuves d'amour. Là, il y a quelques preuves d'antisémitisme, c'est à dire par ses relations avec ses différents amants, qui avait cette caractéristique commune quand même.

[00:37:11]

Xavier Vallat, René Bousquet sont passés avant, mais ce sont ses amis. Elle navigue dans la France.

[00:37:17]

Elle n'a pas très bien dans cette France même de la collaboration, plus de la collaboration encore que de Vichy parce qu'elle est. Elle trouve quand même qu'un certain ordre qui se fait là, mais elle est prudente. Plus que pendant la guerre, elle se montre très peu. Elle va à l'opéra, mais elle sort le soir pour aller voir son ami Serge Lifar. Elle est très, très prudente. D'ailleurs, quand elle est au Ritz, elle utilise un escalier dérobé pour aller à sa suite pour qu'on ne la voit pas rentrer au Ritz.

[00:37:43]

C'est vrai, c'est tout à fait vrai. Elle ne s'affiche pas. Elle s'affiche pas même avec son amant. Enfin, on le sait, s'est avéré à égalité avec cet homme là, mais elle évite de se montrer avec lui. Et pourtant, elle va dîner chez Otto Abetz, l'ambassadeur diptère à Paris. Elle va dîner avec toutes les autorités de l'occupation et elle va voir aussi son amie Josette Chambrun, la fille de Pierre Laval. C'est l'opportunisme qui l'anime.

[00:38:08]

Mais en vérité, elle a un petit fond antisémite. Oui, un bon fond antisémite, ce qui a permis un bon terreau qui a permis de faire pousser ces fleurs. Mais c'est quand même participé faire cette lettre là. Pendant la guerre, c'est, comme le dit l'historien Jean Dreyfuss dans le film, c'est déjà déshumanisées des gens, en leur prenant ce qui leur appartient, en les dénonçant comme des ennemis, tout simplement parce qu'ils sont juifs. Donc, elle participe à ça et ce n'est pas rien.

[00:38:36]

Et le pompon, c'est quand elle devient une espionne au service du contre espionnage allemand. Les Allemands n'ont personne d'autre pour faire passer ce message à Churchill.

[00:38:45]

C'est une obsession aussi pour les Allemands. Après Stalingrad, enfin. Et là, on est quand même fin. 43. C'est pas seulement Stalingrad. Il y a eu le débarquement en Italie, enfin en Sicile. Et tout ça. Les Allemands sentent le vent tourner et vont essayer par tous les moyens de faire une paix séparée. Ça leur coûte rien de faire venir cette femme dont on sait qu'elle a été amie de Churchill. La faire venir à Berlin va quand même jusqu'à Berlin.

[00:39:11]

En 43 ans, le patron d'un grand service de renseignement, voilà et illumine le marché dans les mains. Et elle ne fait pas juste semblant. Elle va hors ligne. Elle va à Madrid, où elle va rester plusieurs semaines pour essayer par tous les moyens de contacter son cher Winson. Bon, elle n'y arrivera pas parce que Churchill n'est pas fou. Il comprend bien la manœuvre. Il comprendra bien plus tard la manœuvre que qu'il voulait faire. Mais c'est son dépiste lancé un peu par tout le monde.

[00:39:38]

On sait que même Himmler, avant de se suicider les derniers jours de sa vie, a essayé par tous les moyens de montrer que finalement, il n'était pas pour grand chose. Et il aurait bien fait une paix séparée avec les Anglais et les Américains.

[00:39:50]

À la fin, évidemment, on aimerait qu'il lui arrive quelque chose. Est ce que c'est le sort de beaucoup de collabos que de se voir blanchi comme ça en deux heures par un interrogatoire succinte et de reprendre le cours de leur vie?

[00:40:03]

Non, on voit le mal que Sacha Guitry a eu pour après reprendre une vie normale, refaire du théâtre, faire des films. Ça a été très douloureuse. Et pourtant, il avait et il avait sauvé la vie de son ami Tristan Bernard. Il était, mais pour elle, ça a été beaucoup plus facile. On a vite oublié tout ce qu'il faut.

[00:40:22]

Il faut dire qu'elle a un soutien incroyable de Churchill, qui sait tout de cette histoire puisqu'il sait qu'elle a été une espionne nazie. Churchill demande à de Gaulle de passer l'éponge. Ça vient d'où ça? C'est une amie.

[00:40:35]

Il y a des choses compliquées dans toutes ces histoires parce que Churchill aurait eu quelqu'un de sa famille qui aurait été logé peut être dans un appartement qui aurait été mis à sa disposition à une certaine époque par Chanel. Enfin, des choses qui viennent se surajouter et qui sont très compliquées et qui peuvent expliquer pourquoi aller. On a vite passé l'éponge sur Chanel.

[00:40:56]

Ça vous a peiné? Au total, d'écorcher une icône comme ça? Un peu, non. Je vais vous dire pourquoi? Parce que depuis le bon beurre. Si on peut dire, on a l'habitude de voir les gens qui dénoncent des juifs, des gens qui s'emparent des commerces. C'est toujours le voisin, le minable, la personne qui a essayé de d'usurper. Et c'est toujours des petites gens, comme on dit et. Le symbole de l'élégance à la française et je ne comprends pas pourquoi on s'acharne sur des petites gens et que finalement on refuse, on refuse même de s'intéresser à cette femme là, le comble de l'élégance.

[00:41:36]

J'étais très content de participer à faire connaître cet épisode méconnu de l'histoire de France, même si ça égratignée une icône. Merci beaucoup Stéphane Benhamou. Merci Christophe.

[00:41:49]

Des centaines d'histoires disponibles sur vos plateformes d'écoute et sur un point. FR.