Bliss-Stories

SUBSCRIBE

BLISS-Stories est le Podcast décomplexé de témoignages sur la grossesse et l'accouchement. Des histoires réelles, fortes, émouvantes et fascinantes, à partager sans modération ⚡🎧⚡

Kids & Family
1:53:33

EP100 - CLÉMENTINE, MY BLISS STORY

2 views 3 days ago

Il m’en aura fallu du temps pour me dire que peut-être… mon histoire méritait d’être entendue.Vous me réclamez ce récit depuis le démarrage, et si j’ai réussi à botter en touche jusqu’ici, pour ce 100e épisode, je me suis dit que je vous devais bien ça.Alors voilà, tout est là.Merci à ma Cécile qui a accepté ce rdv pris il y a 2 ans et demi.Merci à vous de faire ce que je suis aujourd’hui.La vie est belle,Love & Bliss foreverClémentine/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.comCréation originale: Clémentine GaleyProduction, enregistrement, textes : Clémentine GaleyMontage: Sydney Klasen Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

45:19

EP99 - BABETH, PARFAITEMENT IMPARFAITE

2 views 10 days ago

Ce nouvel épisode a reçu le soutien d'une marque que vous êtes nombreuses à plébisciter et que j’utiliserais certainement encore plus si j'avais un bébé à changer ! Il s'agit de JOONE ! Allez voir sur leur site il ya plein de nouveautés, pour toute la famille! Merci JOONE de soutenir Bliss-Stories./////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////Audrey Hepburn disait que le plus difficile dans la maternité c'est cette inquiétude intérieure que l'on ne doit pas montrer… Et si je la cite aujourd’hui, ce n’est pas pour me faire un revival du générique de Baby-Boom, mais parce que je trouve cette citation très juste pour illustrer ce nouvel épisode. C’est vrai quoi, porter un enfant jusqu’à terme ça peut être tellement inquiétant… le faire naître aussi… et puis ensuite… l’élever, le faire grandir dans un foyer qui se doit d’être stable et résistant aux tempêtes conjugales. Un programme tout simplement vertigineux quand on y pense.Quand elle est tombée enceinte de sa première fille, Babeth est aussi tombée des nues, et a dû accepter ce bébé surprise dont la naissance a eu vite fait de balayer tous ses fantasmes de maternité parfaite. Sa fille Cerise lui aura appris à être maman, et la petite Salomé arrivée après 2 fausses-couches, lui permettra de tester un peu plus sa capacité à absorber les chocs. Menace d’accouchement prématuré à seulement 2 mois de grossesse, alitement strict pendant 7 mois, puis opération vitale à 10 jours de vie, cette petite sœur tant attendue chamboulera une fois de plus les rêves de perfection de Babeth. Alors à quel moment accepte-t-on de mettre de côté ses rêves pour faire place à la réalité ? Comment transformer ses désillusions en lâcher prise ? Je laisse Babeth vous raconter son histoire, et comment elle a su se réapproprier sa vie pour concrétiser d’autres rêves./////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.comCréation originale: Clémentine GaleyProduction, enregistrement, textes : Clémentine GaleyMontage: Aurélia Martin pour @littlebigconceptMusique originale by The Georges @thegeorgesmusic///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

1:10:23

EP98 - JULIE, ILS AURAIENT DÛ ÊTRE DEUX

2 views 17 days ago

Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////Il y a des histoires qui ne devraient pas exister, des scénarios catastrophes qui sont sensés n’être que des cauchemars. Cette histoire je l’ai suivie sur Instagram, j’ai pleuré ce bébé parti de façon si injuste, et j’ai été fascinée par l’aptitude de sa mère à une résilience impossible, portée par son autre bébé qui lui, était bien en vie.Quand Julie m’a fait part de son besoin de raconter ce qui lui était arrivé, je me suis demandé s’il n’était pas trop tôt et j’ai eu peur de la faire replonger dans ces souvenirs traumatiques. Pourtant, à travers nos échanges, j’ai surtout senti une mère en colère, qui ressentait l’urgente nécessité de parler de cette imprévisible grossesse gémellaire, à laquelle il a fallu se faire, puis finalement vécue comme un cadeau de la vie.Julie a aimé porter ses deux petits garçons presque à terme, mais ce qu’elle appréhendait plus que tout, c’est le moment où il faudrait qu’ils sortent par voie basse. En effet, Julie l’infirmière, Julie la soignante informée, était pourtant terrifiée par la manœuvre interne nécessaire à certains accouchements de jumeaux, et aurait préféré anticiper une césarienne. Mais puisqu’encore aujourd’hui, la parole et les inquiétudes des patientes ne sont parfois pas prises en compte, ce qu’elle redoutait le plus a fini par arriver.En donnant naissance à Antoine et Charles, Julie a donc dû accepter l’inacceptable, et dire adieu à l’un des deux. Parfois on se passerait bien de faire partie des mauvaises statistiques, et ce qui est arrivé ce jour-là n’est heureusement pas représentatif de toutes les grossesses multiples. Mais comme il est important de savoir, je vous laisse donc découvrir l’histoire de la naissance d’Antoine et Charles, et celle de Julie, qui aurait dû aujourd’hui les tenir tous les deux dans ses bras.///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////Création originale: Clémentine GaleyProduction, enregistrement, textes : Clémentine GaleyMontage: Claire SarfatiMusique originale by The Georges @thegeorgesmusic

45:46

EP97- CAROLE TOLILA, RENONCER AU PETIT DERNIER...?

10 views 24 days ago

Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////Certaines femmes ont une idée très précise du nombre d’enfants dont elles rêvent, pour d’autres, c’est plus flou. Cette incertitude est souvent liée à une multitude de paramètres et d’hésitations insolubles pouvant entraîner des regrets éternels.Bien sûr, idéalement il faudrait être consciente qu’on vit sa dernière grossesse au moment où on la vit pour pouvoir la savourer pleinement. Oui mais voilà, parfois tout va tellement vite qu’on peut passer à côté de cette prise de conscience, et passer ensuite le reste de notre vie à courir après des sensations perdues.Pour Carole, la maternité démarre avec une menace d’accouchement prématurée, puis une césarienne suivie d’un baby-blues éprouvant, mais qui ne l’empêche pas de penser très vite au prochain enfant. La 2e grossesse tarde un peu mais sa petite Thelma vient compléter le tableau de famille qui semble au complet.Mais contrairement à son mari, pour Carole, il n’était pas écrit que cette 2e fois serait la dernière, et malgré le bonheur immense que lui procurent ses enfants, un sentiment d’inachevé persiste au plus profond d’elle-même. C’est comme si elle n’avait pas réussi tout ce qu’elle fantasmait d’une grossesse et d’un accouchement, et qu’elle ferait certainement mieux si elle tombait enceinte une troisième fois.Alors comment gérer au quotidien ce sentiment qu’on a encore quelque chose à régler avec la maternité ? Comment être sûre que c’est une réelle envie et pas juste une lubie ? À quel moment accepte-t-on de renoncer pour s’aligner avec l’autre ? Comment se décider à tirer un trait sur cette « dernière fois », et être certaine que c’est la bonne décision ? Autant de questions que Carole n’a pas fini de se poser, et son témoignage vous permettra certainement de cheminer avec elle vers votre propre réflexion, ou peut-être de savourer d’autant plus, chaque moment précieux de votre maternité./////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////Création originale: Clémentine GaleyProduction, enregistrement, textes : Clémentine GaleyMontage: Astrid Jacob pour Paxine StudioMusique originale by The Georges @thegeorgesmusic

47:24

EP96- MARIE-CAROLINE, INSURMONTABLE MATERNITÉ

20 views about 1 month ago

Elle m’a écrit un mail il y a quelques mois dont l’objet était : sujet introuvable. Alors forcément ça m’a intriguée… Elle me demandait si j’avais déjà interviewé des femmes qui, comme elle, ne voyaient pas la maternité ou la grossesse comme la plus belle chose qui soit. Elle disait se sentir comme un ovni au milieu des autres mères qui l’entouraient, très éloignée du bonheur familial qu’on lui avait tant vanté. Ses mots étaient pudiques, presque chuchotés. Ils m’ont cueillie, et m’ont permis de me poser pas mal de questions … comment fait-on quand l’épiphanie n’arrive jamais ? Comment avouer qu’on se sent étrangère à ce rôle de mère pourtant si convoité ? D’où peut provenir ce sentiment permanent d’illégitimité et comment vivre avec, tout en supportant la fatigue et les pleurs d’un nouveau-né?Marie-Caroline a eu sa petite Olivia il y a 2 ans, et quand nous avons discuté avant l’été, elle allait accoucher de son 2e bébé. C’est comme si elle avait eu besoin de poser ses bagages avant d’entamer ce nouveau voyage. Alors on a essayé de comprendre ensemble pourquoi elle avait été hermétique à l’extase maternel, on a évoqué la sociologue israélienne Orna Donat, dont le livre « Le regret d’être mère » a fait grand bruit récemment et  dans lequel elle s’est pas mal retrouvée... bref, on a essayé de traiter ce sujet introuvable pour rendre l’insurmontable peut-être un peu plus surmontable...